vendredi 6 mars 2020

Dieppe Marée basse


24 commentaires:

  1. Ceux qui auraient pu connaitre çà?!....ne doivent pas être jeunes!.... Quai de la cale,et envasement total à basse mer!.... çà doit dater, du début de la photographie!...(Les maisons alentours, ont peu changé!.)
    JL

    RépondreSupprimer
  2. Oui, le quai de la Cale. Endroit où jadis on réparait les bateaux et qui fut rebouché. Quand? Si nous savons quand, la photo sera donc antérieure à cette date. Par ailleurs, je crois reconnaître au fond à gauche ce qui est maintenant un magasin d'articles de pêche. Bon, peut-être que je me trompe car je n'ai pas trop le sens de l'orientation. Evidemment la poste n'était pas encore là.

    D'où cette photo du Pollet oultre l'eau (pour faire pédant et amuser la galerie) a-telle été prise ? Du bout-du-Quai ?

    Bon, j'ai peut-être tout faux. A vous de me dire.

    FG

    RépondreSupprimer
  3. C'est peut-être même un daguerreotype d'avant les photographies ce qui nous mettrait ça vers les années 1840 ; sûr que ce coup là, on ne va pas chercher les noms des bateaux !
    Pour répondre à la question de Fausto, je pense que c'est vu du quai de la Marne.
    G-M

    RépondreSupprimer
  4. Oui, bien vu GM. Cela ressemble bien à un daguerréotype en vogue dans les années 40 du XIXe siècle jusqu'à la montée dans les années 50 de la reproduction sur papier, peut-être plus pratique et en tout cas moins chère.

    Pour le quai de la Marne, je crois que tu as encore raison. Même si les quais ont dû quelque peu changer au cours du temps, j'ai regardé le "map google" et l'angle ou l'axe suggéré est fort probable avec d'une part une certaine proximité par rapport au quai de la cale (le bout-du-quai est beaucoup plus éloigné que le quai de la Marne) et en perspective l'église en haut à droite.

    Maintenant peut-être que quelqu'un a des informations sur ce quai de la cale et son évolution, la poste (beaucoup plus tard), etc. Ou encore des remarques sur ce qui apparaît sur ce qui semble bien être un daguerréotype ?

    FG

    RépondreSupprimer
  5. Autre chose. je vois très mal les détails et c'est assez flou pour moi. A droite apparaît quelque chose qui ressemble à une cheminée. ce n'est pas un navire à vapeur, n'est-ce pas ? Ils étaient en France bien peu nombreux, même s'ils existaient déjà, dans les années 30-40 du XIXe siècle.

    Un poteau peut-être ? Une sorte de Duc d'Albe ? Bon, cela m'intrigue. Je ne distingue pas et suis loin d'être expert en affaires maritimes.

    FG

    RépondreSupprimer
  6. C'est surement quai de la Marne, (qui ne devait pas s'appeler comme çà à l'époque!. la guerre 14-18 n'ayant pas encore eu lieu!...) le chenal du pont Colbert n'ayant pas encore été creusé, l'angle de ce quai devait être différent, et donc permettre cet angle de vue.
    JL

    RépondreSupprimer
  7. d après MR Dominique Pillon,
    une des premières photos du port de Dieppe,prise par Henri Le Secq (1818 / 1882)la photo pourrait être prise vers 1852/ 1853
    Claudie

    RépondreSupprimer
  8. OUi, c'est possible CLAUDIE. Une des premières photos donc. Des "photographies" plus anciennes que les daguerréotypes existent aussi (si l'on veut bien les considérer comme des photos). Notons cependant que le daguerréotype relève bien d'un procédé photographique qui serait une amélioration de la technique de reproduction de Niepce (Daguerre).

    Peu importe. Il serait intéressant de savoir ce qu'entend par photographie monsieur Pillon (photographie négative ?) et d'où il tire ces informations qui sont certainement très solides. En effet, Le Secq a beaucoup photographié au début des années 50 alors que le daguerréotype amorçait son déclin (technique bien peu pratique et chère et impossibilité de reproduire). Nous pourrions échanger. Je regarde de temps en temps ses productions et c'est très intéressant, voire drôle et bien vu (ex : Tu es de Dieppe si ...). J'y ai même reconnu d'anciens copains musiciens du Puits-Salé et de la MJC et me suis souvenu de pas mal de choses avec grand plaisir (la Diligence, etc. Un bonheur !).

    JL, Pour le quai de la Marne, il y a en effet fort à parier qu'il ne s'appelait pas comme cela à l'époque car Marne doit comme Yser (quai de l'Yser) renvoyer à une bataille de la première guerre mondiale postérieure à la photo.

    Quelqu'un sait-il justement comment s'appelait alors ce quai ("alors" : disons au milieu du XIXe siècle) ?

    Pour la poste, elle fut comme annoncé inaugurée bien plus tard : en 1928 je crois après, bien entendu, construction d'une nouvelle portion de quai) dans un style particulier (un certain Hamelet en était l'auteur) postérieur aussi à la photo / daguerréotype (s'il en est ainsi : Un spécialiste de la photo pourrait nous donner son avis et nous apprendre un tas de choses que nous ignorons : qu'est-ce qui nous permet de dire que ... ? Quel terme faut-il utiliser exactement. Pourquoi ?).

    Et ce "poteau", cette "cheminée" dont je parle dans un de mes précédents messages. C'est quoi exactement ? Je le rappelle, moi je n'arrive pas à distinguer. Merci à vous. Merci aux possibles lecteurs d'échanger et de nous donner leurs versions qui finiront par nous rapprocher, j'en suis sûr, le plus possible des réalités passées.

    Et puis nous ne sommes pas obligés de répondre aux questions peut-être malvenues ou inutiles. Nous pouvons aussi dire bien d'autres choses qui donneront peut-être lieu à réaction positive et à ... échange.

    FG

    RépondreSupprimer
  9. Sur les plans d'avant 14, le quai de la Marne s'appelle tout bêtement quai du Pollet !
    G-M

    RépondreSupprimer
  10. Merci GM. de mon côté j'ai en suivant CLAUDIE écorché le nom de famille de monsieur Pilon (et non Pillon, si c'est bien à cette personne à laquelle Claudie a fait allusion). J'en présente excuses.

    Quant au titre d'une de ses productions (au-delà de ses documentaires historiques), je le rappelle juste et à la fois très drôle, c'est en réalité, et contrairement à ce que j'ai écrit, "Tu sais que tu viens de Dieppe si ...", et là l'erreur est totalement de mon fait. On voit qu'il connaît bien le Dieppois et, bien qu'étant parti de Dieppe à la fin des années 70, je me suis en partie reconnu et revu par personnes interposées. Bravo ! Le titre de cette série de photos commentées sur un ton enjoué m' a fait beaucoup rire et remémoré bien des choses au-delà des photos et de ce qui est dit.

    Bon, si on revenait à la photo maintenant. A vous de jouer et merci pour l'indispensable conversation et le précieux échange.

    FG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. au temps pour moi: Monsieur Dominique Pilon

      Supprimer
  11. C'est effectivement une photographie négative de Le Secq qui date des années 50 du XIXe siècle. 1952 exactement ? Je ne sais pas. Je l'ai trouvée sous le titre "Le port de Dieppe à marée basse". Le calotype (Talbot) technique contemporaine du daguerréotype (Daguerre) ? Négatif sur papier salé, sur plaque de verre ? Peut-être bien une prise de vue "calotype" avec tirage photographique sur papier salé. En fait je n'en sais rien.

    Ce ne semble pas être un daguerréotype dont la représentation ou plutôt l'image ne peut être multipliée.

    On recherche des spécialistes pour une explication plus sûre et plus savante.

    FG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore une erreur : lire 1852 et non 1952 (voir message précédent), évidemment. Et pour le reste ... Il y a certainement un tas de choses à dire.

      FG

      Supprimer
  12. Dieppe était comme le Tréport!..ou .Saint-Valéry-en-Caux.;un port à échouage!.... avant les grands travaux de dragage; surtout effectués pour la ligne transmanche à l'époque ,(et bien sur continués ensuite!ce qui par la même ;profita à la pêche...)
    JL

    RépondreSupprimer
  13. Merci JL pour ce "reste" (voir dernier message de notre pauvre FG) qui est cependant essentiel. Eh oui, échouage puis travaux pour ...

    Je crois qu'il y a un tas de choses à dire, mais moi je ne sais pas trop et aimerais apprendre.

    Cette "photo" me semble très intéressante et à la fois très "obscure".

    GM, JL, et peut-être d'autres. Au secours, dites-moi, expliquez-moi, expliquez-nous !

    FG

    RépondreSupprimer
  14. On ne peut savoir que par texte!....ceux qui ont connu çà ne sont plus de ce monde; depuis longtemps!..........alors?!...même si mon père m'avait parlé de l'envasement constant du port;( il avait commandé la "Dieppe III") et donc dragage à l'année pour qu'il soit praticable!...le Commandant Le Tessier ( qui commandait l'Arromanches) nous disait que sans dragage au quai Henry IV on pouvait craindre un "engraissement" à l'année de 2 m environ!.... donc....voilà un élément de réponse!....
    JL

    RépondreSupprimer
  15. Tous les étés, je suis à Granville, c'est toujours comme-ça, l'avant-port est asséché à basse mer et il y a encore d'autres ports d'échouage dans nos régions à fort marnage.
    Pour revenir au cliché qui nous intéresse, l'objet flottant (pas à ce moment) non identifié de Fausto, celui qui est à la verticale de Saint Jacques, me semble bien être un vapeur à roues. Ce type d'embarcation devait présenter un avantage certain dans les ports d'échouage : on pouvait garder son verre plein sur la table !
    G-M

    RépondreSupprimer
  16. En effet GM, cela semble être un petit vapeur à roue. La roue est du côté gauche n'est-ce pas ? Cela semble bien être par ailleurs une embarcation (elle est légèrement inclinée vers la gauche, coque et probable cheminée à "l'unisson", si j'ose dire).

    Oui, dans les années 50 du XIXe siècle les vapeurs n'étaient plus des cas exceptionnels comme dans les trente premières années du siècle, et ce bien que leur essor date du dernier tiers de ce même siècle, notamment en matière de transport et de commerce international.

    Dites-moi les amis, ce rez-de chaussée avec les fenêtres que l'on voit à gauche de la photo, où le situez-vous de nos jours ? Derrière la poste? A l'emplacement de l'actuelle rue "Quai de la Cale ? Je ne reviens à Dieppe que de temps en temps et mes souvenirs ne sont pas toujours très clairs, mais vous allez sans doute m'aider.

    FG

    RépondreSupprimer
  17. Peut-être même deux roues à aubes. Mais dites-moi, cela devait être sacrément sensible aux coups de mer. Vivement l'hélice aurait-on pu dire alors !

    FG

    RépondreSupprimer
  18. Pour moi, la maison avec les fenêtres au rez-de-chaussée serait le 25 rue Tête de Bœuf actuellement restaurant La Cravache d'or. À confirmer par les locaux !
    G-M

    RépondreSupprimer
  19. Si c'était la Cravache d'Or côté rue Tête-de-Boeuf, je vois mal comment on pourrait voir l'église à droite de la photo depuis le quai de la Marne (si la photo a été prise depuis ce quai). Mais bon, attendons que quelqu'un nous renseigne.

    Les cheminées et certaines maisons me font plus penser à la rue "Quai de la Cale", pas bien loin et derrière la poste qui, à l'époque, n'existait bien entendu pas encore.

    FG

    RépondreSupprimer
  20. resituons bien : le quai de la cale est à l’extrême gauche; après le petit musoir c'est le quai du carénage!...
    JL

    RépondreSupprimer
  21. Avec le confinement, tu n'est pas près de pouvoir vérifier l'angle de prise de vue !
    G-M

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je confirme!...... çà ne prend pas le chemin de la libre circulation!...je vérifierai dès que possible!....
      JL

      Supprimer