lundi 20 novembre 2017

Le quai Duquesne


18 commentaires:

  1. Heureuse époque. Sur ce petit bout de quai, pas moins de quatre cafés et même cinq si le café de la Marine sous les arcades (à côté du charcutier) existait déjà !
    G-M

    RépondreSupprimer
  2. Dont le café de la Darse tenu par les parents d'une ancienne connaissance que l'on appelait "La Darse" justement. En réalité, je n'ai jamais connu son vrai nom.

    Oui, il y avait plusieurs cafés et je me souviens de l'un d'entre eux où il y avait des peintures, je crois, qui renvoyaient au maritime, ou au monde de la pêche, je crois, mais peut-être que ma mémoire me joue des tours et que je confonds.

    Pour la photo, si je m'en tiens à la voiture, je pense à l'entre deux guerres, mais l'état du quai me fait penser plutôt à l'après-guerre (l'après seconde guerre mondiale).

    Fausto.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans les années 50 Fausto le quai dynamité en août septembre 1944 n'était pas reconstruit .A l'angle avec la rue du Boeut il y avait aussi un rade ,à côté Melle Brai(pas de ma famille) une mercière la quincaillerie LEVEAU , puis la quincaillerie LEVEAU ,COUSIN boulanger patissier ,une épicerie ;un porche un autre café ;le magasin de souvenirs, le café de DESIRE un ami boxeur amateur de mon père qui était pro CERDAN et son ami pro Alimi et leurs discussions sur les mérites de leurs favoris ,un autre café une parfumerie et le Notre Dame à l'angle de la rue du même nom

      Supprimer
    2. Oui, il y avait à Dieppe, encore dans les années 70 un nombre impressionnant de bistrots. On me dit que beaucoup ont fermé (les plus petits j'imagine, les plus mal situés, les bistrots de quartier).

      Rien que dans mon Bout-du-Quai natal, et en excluant le quai Henri IV, très touristique, c'est devenu un désert. Plus de bistrots et de magasins !

      Je l'ai toujours dit, "un bistrot qui ferme, c'est comme une école qui ouvre : une grande tristesse".

      C'eet bien entendu une blague, histoire de vous faire rire. Ceci étant, et pour être plus juste et plus sérieux : un bistrot (dont le rôle social est reconnu) qui ferme, c'est comme un cinéma de quartier qui disparaît. Je n'en dirai pas plus. A bas les multi-salles ! Rendez-moi mon ciné-plage et mes 10 ans !

      Fausto.

      Supprimer
  3. Et la quincaillerie, ce n'était pas la quincaillerie Leveau ? La famille d'armateurs ?

    Fausto.

    RépondreSupprimer
  4. Oui Fausto, c'était la quincaillerie Leveau.
    G-M

    RépondreSupprimer
  5. Merci GM. ALAIN pourrait-il me dire à quel endroit étaient amarrés les chalutiers et autres coquillards puisque le quai n'était pas reconstruit. Côté halles ?

    Moi j'ai connu le bassin Duquesne retapé. Y cohabitaient alors les bateaux de pêche et quelques bateaux de plaisance. IL y avait même quelques bateaux de pêche dans l'avant-port, mais dans les années 50 ... (?).

    Fausto.

    RépondreSupprimer
  6. Moi non plus, je n'ai pas souvenir du quai dans cet état, je suis trop jeune !
    Sinon, le bilan des bistrots s'alourdit, la maison de l'angle de la rue Notre-Dame marquée Paumier est, dans les années 60, devenue le café-tabac "Le Balto".
    Enfin, la boutique mitoyenne (avec un gars sur une échelle) je la connaissais à l'enseigne des "Parfums de France".
    G-M

    RépondreSupprimer
  7. Il me semble avoir aussi connu le Balto. J'imagine donc qu'il était bien encore là dans les années 70.

    Fausto.

    RépondreSupprimer
  8. Vu l'état des façades!....(abimées lors de l'explosion des quai!)cette photo est peu de temps après guerre, années 50 surement!...les bateaux de pêche; (les grands )passaient par le pertuis Lavoine; pour le bassin Duquesne, cette photo c'est la darse ,qui allait presque au droit de la place Louis Vitet, les canots y accédaient par le pertuis Ango, et ne pouvaient s'accoster que dans la partie à,peu près en état; soit à gauche de la photo, et un peu quai Trudaine.( et c'était un bassin à échouage!) quand le pont jean Ango fut fabriqué, avec ses portes de retenue, le pont fixe face à la place Louis Vitet fut démoli et le pertuis Lavoine comblé; faisant de Darse et Bassin Duquesne un seul et même bassin qui restait à flot.L'épicerie à coté de "la Victoire" nous ravitaillait encore en 70 .elle appartenait à Mr Boillet.
    JL.

    RépondreSupprimer
  9. Pour étayer ce que dit Jean-Louis, j'ai regardé les photos aériennes anciennes sur le portail "Remonter le temps" de l'IGN. En 1947 le quai est encore en vrac, en 1952, il est refait.
    G-M

    RépondreSupprimer
  10. Une question: le petit bâtiment ou maison qui est au premier plan, à droite, avec la cheminée (à mon époque il y avait devant, côté pont Jehan Ango, un arrêt de bus) et qui, il me semble existe encore, c'était quoi ? Je me suis souvent posé la question et n'ai jamais demandé.

    Fausto.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jean Louis avait répondu dans ce post
      http://www.quiquengrogne-dieppe.com/2015/01/dapres-les-voitures-debut-des-annees-70.html#comment-form

      Supprimer
  11. Alain, j'ai été voir le post en question mais Jean-Louis nous parle du baraquement provisoire qui était le club house du CVD. Ce que cherche Fausto, c'est ce qu'abritait le petit bâtiment en dur tout à fait à droite de la photo, j'ai du le savoir mais je ne retrouve pas !
    G-M

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Georges relis bien le post de Jean Louis"La baraque, genre .....parc Jehan Ango ....à droite du syndicat des Armateurs, "

      Supprimer
  12. Oui, devant le baraquement dont parlait JEAN-LOUIS se trouvait bien l'arrêt de bus, mais aussi devant (ou sur le côté, tout dépend de l'angle de vue) le petit baraquement en dur dont parle à raison GM.

    Oui, GM, merci, ce qui m'intéresse c'est bien le bâtiment en dur que j'ai retrouvé dans quelques-uns de mes rêves tout comme ce que j'appelais le pont -levis (le pont Jehan Ango, synonyme parfois de cauchemars, rêvant que j'étais dessus et qu'il se levait me laissant accroché à son rebord au risque de tomber).

    Fausto.

    RépondreSupprimer
  13. le petit bâtiment en question ( visible sur cette photo ),était le "Syndicat des Armateurs"; devenu aujourd'hui le siège de l'assurance de bateaux ,la "SAMAP".( entre deux il fut aussi le comité des pêches)
    JL

    RépondreSupprimer
  14. Dans le même style, il y avait la poissonnerie en gros, quai du Carénage,( remplacée par un cube de béton!....) et la poste du Pollet!quai de la Cale; qui existe encore!
    JL

    RépondreSupprimer