samedi 7 octobre 2017

abraham duquesne en mai 1968


35 commentaires:

  1. Oui, notre seigneur Du Quesne, grand officier de la Marine aux temps du Roi Soleil. Il paraît qu'il tourne le dos à l'Église Saint-Jacques parce qu'il était protestant (réalité ou légende ?). En tout cas il tourne bien ses yeux en direction de la mer.

    L'important peut-être c'est mai 68 à Dieppe. Apparemment cela bougeait avec ces jeunes étudiants ou ouvriers alpinistes. Je n'ai pas grand souvenir de ces événements étant très jeune à l'époque, si ce n'est que mon père m'avait emmené aux ACM où il y avait des grévistes qui jouaient au tennis de table (à moins que je ne me trompe de grève, c'est loin tout ça).

    Fausto.

    RépondreSupprimer
  2. 2ème version pour Duquesne il fait face à l'Angleterre l'ennemi héréditaire.Un slogan de cette époque"OFFROY au frigo!!!!"(c'était le député de l'époque),j'ai eu la surprise de nous voir mon épouse et mon beau frère sur des photos du livre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton intervention ALAIN et cette seconde version mentionnant nos traditionnels ennemis (et amis en même temps, il faut bien le reconnaître. C'est que nos rapports ont été et sont encore assez complexes. C'est toujours le cas entre voisins).

      Quelqu'un se souvient-il par ailleurs de ce contexte précis (l'escalade, non point statutaire, mais de la statue) et comment cela s'est-il terminé? Y-a-t-il eu de la casse. Je ne pense pas, mais sait-on jamais.

      Quel était le but de cette escalade ? Placer des affiches (difficile), des pancartes, s'installer tout en haut pour revendiquer ou contempler plus facilement quelque chose ? Que se passait-il exactement ? On aimerait savoir, la photo étant suggestive, mais à la fois énigmatique. On attend un avant et un après. Qui nous dit l'avant et l'après ? Y a-t-il une dimension symbolique à tout cela ?

      Fausto.

      Supprimer
    2. A l'époque, "l'ennemi" était d'abord la Hollande!....et son grand Amiral De Ruyter!.....Duquesne l'affronta deux fois; la deuxième lui fut fatale; De Ruyter fut tué!.....il fit aussi un "raid" sur Alger; qu'il bombarda copieusement calmant ainsi pour un bout de temps les "Barbaresques" qui faisaient des incursions régulières sur nos côtes;pour rafler femmes, enfants et hommes pour en faire des esclaves.Il tourne le dos à Saint Jacques car en tant que protestant; (Louis XIV le tolérait sur le conseil de Colbert;car il était son meilleur Capitaine)mais il ne fut jamais Amiral; grade qu'il aurait amplement mérité!....car je crois qu'il ne fut jamais vaincu sur mer!...quant à l’affubler....d'un drapeau rouge?. .... 68 a permis bien des excès!...
      JL

      Supprimer
  3. Je pense qu'ils redescendent après avoir mis un drapeau (qui doit être rouge)sur la statue.
    voir http://gilles.pichavant.pagesperso-orange.fr/ihscgt76/num33/num33page3.htm
    Barcos

    RépondreSupprimer
  4. extrait :
    "Le 23 mai :...
    A plus de 350 ans, étant donné la faiblesse de sa retraite, Duquesne a du reprendre du service comme porte drapeau ». Un drapeau rouge a, en effet, été accroché à sa statue."
    BARCOS

    RépondreSupprimer
  5. Ah oui, BARCOS, suis-je bête, aucun drapeau n'accompagne d'habitude la statue de Duquesne : le drapeau donc, sans doute rouge, et ça c'est symbolique.

    Irénée BOURGOIS sera du reste élu maire en 1971, bien que battu par ce Raymond OFFROY dont nous parle ALAIN, aux législatives de 1973 (UDR je crois).

    Je crois qu'en 2008 on a fêté l'anniversaire de Mai 68 et qu'un certain nombre d'ouvrages ont été publiéé sur Dieppe pendant les événements.

    Fausto.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Amusante la blague BARCOS : purement syndicaliste j'imagine.

      En parlant de retraite, j'ai vu une photo de mai 68 où il y a foule place Nationale et une pancarte où on peut lire : "repos 60 ans". Eh bien ce n'était pas le cas à l'époque, cela l'a été et cela ne l'est plus. Un léger retour en arrière. On parle même de 67 ans dans certains corps de métiers. Il faut peut-être se reposer à un moment donné.

      Fausto.

      Fausto.

      Supprimer
  6. Voilà où j'ai trouvé la revendication "repos à 60 ans" (j'ai eu du mal à retrouver la page car je l'ai consultée avant que vous n'écriviez votre premier message mon cher BARCOS. Je viens de m'apercevoir du reste que notre marquis DU QUESNE pensait déjà à sa retraite avec son drapeau rouge. J'imagine que les deux photos, celle de QUIQUENGROGNE et celle de la page en question ont été prises le même jour, l'une avant l'autre. Comme le monde est petit ...

    Fausto.

    RépondreSupprimer
  7. Et comme dirait JEAN-LOUIS, "Alors, plus personne ne participe ?" Eh bien comme ^personne ne participe et que j'ai quelques minutes pour le faire en coup de vent, je vous donne l'adresse où l'on a une vue d'ensemble de la foule place Nationale (avec messire DU Quesne et son drapeau rouge installé sans doute juste avant par nos audacieux alpinistes) :

    http://assets3.dieppe.fr/dashboards/pdfs/16/original/Jdb05-08.pdf?1251795078 (voir page 2).

    Fausto.

    RépondreSupprimer
  8. Bon PERSONNE N'INTERVIENT, alors je le fais de nouveau.

    La France de notre marquis DU QUESNE n'eut pas en effet, comme le dit JEAN-LOUIS, comme principal ennemi l'Angleterre, bien que notre dieppois oeuvrât contre les Anglais, notamment en 1650, alors qu'il n'était pas encore Lieutenant Général de Armées.

    Il eut en tout cas la bonne idée de ne plus être de ce monde lorsque la grande "bombarderie" advint. Là les Hollandais, mais aussi les Anglais, étaient bien là. Notre marquis du Quesne a dû sans doute se retourner dans sa tombe.

    Ceci étant, si on parlait de MAI 68 à Dieppe. Qui se souvient de cette période ? Comment cela s'est-il passé?
    Comme je vous l'ai dit, moi je ne sais pratiquement rien de ces affaires sociales, politiques et syndicales n'ayant à l'époque pas suffisamment "d'années au compteur" pour en avoir conscience. Qui nous en parle donc ?

    Fausto.

    RépondreSupprimer
  9. Les appréciations sur Mai 68 ....seront variables, selon le contexte!.... Pour ma part, je naviguais à, la pêche à coquilles et çà ne nous a rien amené, de bon!....sans transport, on a perdu 1 mois de pêche!...sans que çà n'apporte; pour nous; une quelconque "amélioration"çà a chamboulé beaucoup de chose ..pas forcément dans le bon sens!....et comme dirait le président actuel; "çà a foutu un sacré bordel!..." (le président de l'époque, qui avait une autre stature, disait; pour sa part "la chienlit".....) Bref, pour nous?!....je n'ai pas vu de changement dans le bon sens!...Mais chacun aura son opinion, en fonction de sa position à ce moment.
    JL.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai JEAN-LOUIS. chacun réagit selon ses intérêts et sa vision des choses, si l'on excepte quelques idéalistes.

      Ceci étant, je serais heureux d'apprendre par des témoignages comment cela s'est passé à Dieppe. Comme je l'ai suggéré j'étais à l'époque à l'école primaire et n'ai d'autre souvenir que cette histoire de "ping pong" (voir plus haut).

      Fausto.

      Supprimer
  10. Allez, un petit mot pour faire vivre le sujet en débordant un peu !
    Moi non plus je n'étais pas à Dieppe au moment des "événements" comme on disait alors. En tant que marin de l'Etat, j'étais consigné sur ma base du Morbihan qui s'est d'ailleurs révélée trop petite pour loger tout le monde en même temps ; il a fallu mettre des matelas dans les coursives.
    Quand la consigne a été levée, je suis parti en permission en stop et en tenue prendre des nouvelles de ma mère en région parisienne, ça m'a permis de visiter la Sorbonne et l'Odéon évacués depuis peu, et ça piquait encore les yeux !
    G-M

    RépondreSupprimer
  11. mai 68!! j avais 20 ans!! j avais quitter Dieppe depuis quelques temps... pas de souvenirs de mai 68 Dieppois.. mais ces événements relates par les informations televisees nous "semblaient" à nous qui habitions presque en Camargue comme des émeutes!!! . l éloignement faisait prendre au déroulement de ces événements une "dimension" que je ne peux expliquer Claudie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En 68 j'avais 5 ans donc aucun souvenir bien sûr des évènements si ce n'est ce que mes parents m'ont raconté. Les magasins qui avaient descendu leurs rideaux de fer dans la crainte des dégradations par exemple. Peu de chose, en tout cas dans la cour de l'école maternelle, nous n'avons pas fait grève, j'ai attendu mes années de lycée pour ça!

      Supprimer
  12. Je vois que tous étaient absents ou inconscients, comme moi, et surtout CATHERINE (que je salue au passage) à cause de leur jeune âge d'alors, mais peut-être que certaines personnes ayant connu les événements au plan local ou y ayant participé pourraient nous faire une petite bafouille.

    APPEL donc aux volontaires ! Tiens, comment cela s'est-il passé aux ACM ? (un exemple parmi tant d'autres). Et sur le port ? Au lycée Jehan Ango, les lycéens sont-ils entrés dans la danse (j'imagine que oui)?

    Allons, allons, il doit bien y avoir des gens qui ont vu ou ont participé et s'en souviennent. En quelle occasion, pourquoi, comment ? Des anecdotes ?

    Merci d'avance à tous.

    Fausto.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En 68 on allait aux réunions syndicales dans les baraquements sur le parc Jehan Ango.

      Supprimer
    2. OUI, je me souviens des baraquements en bois. On m'avait expliqué quand j'étais petit que cela avait été construit après la guerre pour loger, je ne sais plus trop qui. Des soldats britanniques, puis des dieppois ?

      J'imagine qu'en 68 ces baraquements devaient servir à autre chose et à l'occasion, comme vous le dites, aux réunions syndicales. La CGT ? C'était lorsque j'étais adolescent (années 70) le syndicat majoritaire, surtout sur le port (dockers pratiquement disparus de nos jours pour les raisons que vous savez).

      Fausto.

      Supprimer
  13. Les baraquements en bois auraient été construits au départ pour accueillir des prisonniers de guerre qui revenaient de l'Est par voie maritime. Après ... Hébergement d'autres personnes, écoles ... ? Ils étaient encore bien là en tout cas lorsque j'étais à l'école primaire.

    Pour Mai 68, le syndicalisme, le lycée et bien d'autres choses encore, je vous fais confiance et attends de vous lire avec impatience. Sans doute quelques anecdotes à raconter et à faire vivre ou revivre ?

    Fausto.

    Fausto.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il y eut aussi dans ces "baraquements",avant 1968; la laiterie du "Talou"; les affaires Maritimes; la Sécurité Sociale; et , sur le terre-plein lui même ,la fête foraine, d'été et d'hiver, ainsi que les cirques de passage;dans sa partie Ouest, ( où est la mairie aujourd'hui) les réservoirs d'eau qui étaient devenus les piscines où bien des Dieppois apprirent à nager; ( avec Mrs Petit; Saillard;et autre figures dieppoises). en 60 et 61 le Talou étant parti près de Vandœuvre,les locaux nous servaient; au collège technique; à faire du sport, à l'abri l'hiver; le DUC, basket,a du, lui aussi s'y entrainer!....mais en 68 la Sécu. avait son bâtiment neuf;les Aff-Mar étaient rue "Jehan Veron"et les premiers travaux de la Mairie étaient en cours!.....il restait encore quelques baraques,appelées à disparaitre ;occupées encore par des gens qui furent relogés sur Janval, ou Neuville. Quand à Mai 68; lui même...... en dehors de ce que j'ai cité plus haut; il y eu aussi la pénurie de carburant !... des queues,incroyables;... pour 5 litres d'essence!....( j'avais une 403 Peugeot!..mais habitant Dieppe,j'étais moins embêté que ceux des alentours!....qui eux devaient souvent venir en ville!... )je pense ,toujours, néanmoins ;que l'"avancée" sociale espérée, ne fut pas au rendez vous!...
      JL

      Supprimer
    2. JEAN-LOUIS, je crois qu'à l'époque tu habitais le Bout-du-Quai (d'après ce que j'ai cru comprendre). Tu ne devais donc pas habiter bien loin de la station service située sur le quai Henri IV, près du bar parisien et du Tout-va-bien, et avec en face, à sa droite, la poissonnerie, et à sa gauche, la gare Maritime. Mais peut-être était-elle fermée pendant les événements ? Etait-ce une station service du reste ? En tout cas il y avait une pompe à essence si mes souvenirs sont exacts.

      Fausto.

      Supprimer
    3. Mes parents ont acheté leur 1ère télé à la CNC qui se trouvait dans les baraquements.
      Jean-Pierre

      Supprimer
    4. Qu'est-ce que la CNC ?

      Fausto.

      Supprimer
    5. C'était un marchand d'électro ménager.

      Supprimer
    6. Effectivement c'était une station Esso ,( qui n'existe plus)et qui faisait aussi les petites réparations ,et surtout les pneumatiques.....çà lui a réussi; c'était Mr Léveillard père qui s'est spécialisé après dans cette branche; aujourd'hui quai Trudaine, et à Neuville il y a "Léveillard-Pneu" ( c'est le fils )quand à la la CNC çà n'existe plus non plus!....
      JL

      Supprimer
    7. Notre grand marin ;a du se demander;pourquoi on l'avait affublé d'un drapeau rouge?!....le symbole ne correspondait pas au personnage!...il était (plutôt) Royaliste!....et son différent avec Louis XIV était uniquement d'ordre religieux!... Mais bon ;la jeunesse a des excès!...et peu de barrières!...parfois çà fait avancer le "Schmilblic"...parfois c'est le contraire qui se produit!....allez vous en savoir ce qui va en résulter?!....
      JL

      Supprimer
    8. JEAN-LOUIS, il faut se replacer dans un contexte donné. A l'époque de notre Duquesne,roturiers y compris, personne n'avait d'autre horizon que la monarchie et l'Eglise.

      La révolution et la République c'est à la fin du XVIIIe siècle et la naissance du mouvement ouvrier c'est au XIXe siècle avec deux internationales, l'AIT et l'internationale socialiste. Le XIX siècle c'est aussi la naissance du syndicalisme catholique à la suite de la fameuse encyclique Rerum Novarum.

      Peut-être que dans un contexte différent et en un autre siècle et dans un autre contexte politico-social notre Duquesne aurait été républicain par exemple, et pourquoi pas socialiste ou anarchiste.

      Quant au drapeau rouge, c'est un symbole comme un autre (dont les communistes n'ont pas eu l'exclusivité : il se mêla notamment au noir) qui essaya, apparemment, de se hisser au niveau d'un autre symbole en prenant sa place et de la hauteur (au sens propre comme au sens figuré). Note, JEAN-LOUIS que le drapeau ne chasse pas Duquesne, il se hisse à sa hauteur et se jette dans ses bras.

      Ceci étant il ne s'agit pas là pour moi de prendre partie politiquement pour ceci ou cela, mais simplement d'expliquer la situation. Il est vrai que ce drapeau rouge, a été bien loin de "coller" aux idéaux de liberté et de progrès dans certains pays prétendument progressistes et "égalitaires", mais il a été cependant symbole d'espoir pour de nombreux oubliés du système (des systèmes). A-t-il réussi à changer le monde et la société ? Je t'en laisse pensée et réponse.

      Fausto.

      Supprimer
    9. Je voulais dire l'Église ou le temple. Dans le cas de Duquesne c'était plutôt le temple. Deux confessions en tout cas dont l'une d'entre (celle de Duquesne) eut bien du mal à s'en sortir en terres de France. La "carrière" de notre ami Duquesne en pâtit sans doute quelque peu. Enfin, il ne s'en sortit pas trop mal.

      Fausto.

      Supprimer
  14. à l heure ou l Eglise Protestante" commémore les 500 ans de la Reforme" à Strasbourg nous pouvons saluer le courage de notre Abraham qui, pour ne pas abjurer sa religion dite "Reformée" refusa le titre d Amiral proposé par Louis xiv
    en France on compte 12 millions de catholiques, 2 millions de musulmans, 500.000 protestants, 150.000 bouddhistes, 125.000juifs... comme vous le constatez Fausto la religion dite Reformée a bien du mal en France
    tout comme le Moine Martin Luther, Abraham Duquesne tourne le dos à l Eglise

    claudie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais je ne crois pas que le nombre de croyants, quelle que soit leur religion, ou de non croyants, soit de nos jours un obstacle pour les protestants. A moins d'avoir mal compris.

      Certes il y a quelques siècles les guerres de religion, puis l'hégémonie catholique, n'ont pas facilité leur tâche. Nous n'en sommes, fort heureusement, plus là et peut-être que la laïcité et l'évolution politique et sociale ... a arrangé les choses, et en tout cas ne les a pas empirées.

      On peut être apparemment de nos jours, chez nous, à peu près ce que l'on veut, à condition de ne pas dépasser les bornes (j'entends par là, sortir du cadre humainement et pénalement supportable). Bien entendu il y a des abus et des injustices à dénoncer etn à combattre, mais j'ai comme l'impression qu'il y a eu depuis un certain temps quelques progrès. Grâce à qui, grâce à quoi ? A vous de penser ce que vous voudrez et de le dire le cas échéant. C'est une des facettes de la liberté.

      Fausto.

      Supprimer
  15. grâce à qui? grâce à quoi? : la tolérance
    Claudie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne réponse. La tolérance n'était en effet pas entrée dans les moeurs, si j'ose dire, à l'époque du sieur Abraham (un siècle auparavant on brûlait tant côté catholique que protestant, et puis un siècle après ce fameux roi Soleil n'était guère le symbole de cette tolérance inconnue au bataillon). La tolérance n'est peut-être pas venue toute seule. Elle s'est construite. Grâce à qui, grâce à quoi ? Vaste question et vaste réponse. Et le progrès social ? Vaste question, vaste réponse ...

      Fausto.

      Supprimer
    2. ce ne sont pas "les edits de Tolerance de 1562 et de 1787 " qui ont aide à la construction de la tolérance; mais peut être le mixage, le brassage des Ethnies et des couches sociales...dans
      un temps un peu recule on se mariait entre cousins, entre voisins; d un village a l autre
      les moyens de locomotions , le travail; les études , l immigration de gens qui voulaient du travail, ce mixage de differents

      Supprimer
    3. ce mixage de "differences" ont certainement aide a accepter; tolerer, "l autre"
      claudie

      Supprimer