dimanche 14 mai 2017

Le Morgenster








68 commentaires:

  1. Magnifique ! Belle parade ! Je crois que ce deux-mâts est hollandais, mais Morgenstern signifie en Allemand (et peut-être aussi en Hollandais, je n'en sais rien) "étoile du matin", c'est-à-dire Vénus (la planète). C'est aussi une des dénominations du Christ dans le Nouveau Testament. Pas mal !

    Ce brick était présent lors de la cinquième Armada de Rouen, l'année de sa mise à l'eau. Le voilà maintenant à Dieppe. Cette année ?

    Fausto.

    RépondreSupprimer
  2. "Morgenstern" ou "Morgenster" du reste ?

    Fausto.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai trouvé, c'est bien l'étoile du matin, mais en néerlandais et donc pas Morgenstern, mais Morgenster comme indiqué au-dessus de la photo.

      Fausto.

      Supprimer
  3. La semaine dernière, nous avions le "Royalist" pavillon Anglais; les beaux jours arrivent, nous allons avoir une succession de ces beaux voiliers!
    Comme réguliers ,venant ici; il y avait aussi le "Stravos Niarkos"; le "Malcom Miller"; le Winston Churchill",tous de magnifiques voiliers souvent aux mains d'associations qui les arment et les font vivre,et naviguer!.... ( le "Belem" lui même fit un jour son escale )
    JL

    RépondreSupprimer
  4. Très photogéniques ces grands voiliers, ils pourraient même inspirer un peintre, n'est-ce pas Jean-Louis ?
    Sur la dernière photo, un détail m'intrigue, on dirait qu'un marché est installé quai du Carénage, c'est nouveau ?
    G-M

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas du tout Fausto; c'était "La Grande Braderie" du Pollet, sur ce Samedi et Dimanche.... une fois par an!....
      Quant aux peintures de grand voiliers; effectivement, j'en fait quelques-unes!...de grands et beaux trois mâts!....( le "Georg Fock" et le "Cutty Sark " entr'autres.)
      JL

      Supprimer
    2. Très bien JEAN-LOUIS, mais c'était GM qui posait la question. Entre nous, moi non plus je ne savais pas que c'était la braderie du Pollet. En matière de braderie, moi je ne connaissais que ce que l'on appelait la grande braderie de Dieppe.

      Pour GM justement qui a des origines grecques, je rappelle que le Stavros Niarchos dont parle JL porte le nom d'un armateur grec qui aurait été à l'origine du premier superpétrolier. Comme pour Chrístos ou Christós, il y a une différence entre Stávros (accent sur le "a") qui est le prénom et Stavrós (accentué sur le "o") qui est la "croix".

      Le Stavros Niarchos est par ailleurs un brick ou navire-école britannique. Il paraît qu'il s'appelle ainsi parce que la fondation Niarchos l'a en partie financé après la mort dans les années 90 de S. Niarchos.

      Le Belem dont parle aussi JEAN-LOUIS est français, lui. C'est un trois-mâts et il me semble avoir lu qu'il date du XIXe siècle. Je ne pensais pas que c'était possible, mais apparemment oui. Il a dû être maintes fois retapé.

      Même chose pour le Morgenster qui, s'il a été mis à l'eau après remise à neuf, j'imagine, en 2008, daterait de 1919 (un peu plus jeune que le Belem si j'ose dire).

      On n'a pas parlé du Juan Sebastián Elcano qui porte le nom de celui qui prit la tête de la flotte qui fit le premier tour du monde à la suite de la mort de Magellan aux Philippines en 1521. C'est, comme vous le savez sans doute mieux que moi un navire-école de la marine espagnole, mais je crois qu'il n'a jamais mis les pieds, ou plutôt la coque, à Dieppe. JEAN-LOUIS nous le dira.

      C'est cependant un fier ou joli quatre-mâts fin comme un oiseau (cela ne vous rappelle rien, avec trois mâts seulement), avec topsail ou hunier. Il est en tout cas moins ancien que les précédents puisque son lancement date de 1927.

      JEAN-LOUIS profitera sans doute de l'arrivée d'un de ces grands bricks ou goélettes qui sillonnent les mers pour peindre les voiles de l'instant et donc immortaliser ce dernier qui brille, comme son nom l'indique, par sa fugacité. Il existe des poètes de l'instant, comme des peintres de l'instant. Si l'instant est maritime, on ne pourra que s'en réjouir. Comme le suggère GEORGES-MARIE, ces grands voiliers sont bien beaux. Ils sont tout simplement majestueux.

      Je pense du reste à ALAIN qui est, me semble-t-il, amateur de voiliers. Peut-être a t-il quelque chose à nous dire à ce propos ?

      Fausto.

      Supprimer
    3. Fausto pour ton malheur tu n'as pas FB sinon tu aurais vu mes photos de la NAO VICTORIA(caraque réplique de celle de Magellan),du cotre pilote MARIE FERNAND,du ketch MARAMA,du KRUZENSTHERN,du STAD AMSTERDAM,du Simon BOLIVAR,du TARANCINI etc etc

      Supprimer
    4. ALAIN, je suis content de te lire de nouveau. Non, je n'ai pas l'intention de "déserter" pour quelque fesse que ce soit, qu'elle soit de bouc ou pas (jeu de mots habituel). Je ne veux pas entendre parler de ce FB. Ceci étant, je le répète, tes interventions me manquent. Je me souviens d'un week-end, il y a de cela quelques années où toi, moi et JEAN-LOUIS avons "déliré" au bon sens du terme. Et puis toutes ces observations sur notre DIEPPE, ses bateaux, ses rues, ses lieux et ses gens ...

      Fausto.

      Supprimer
  5. "Le Juan Sébastian Elcano"je ne l'ai jamais vu à Dieppe, mais il y a longtemps, je l'avais vu à Fort de France!.... il va falloir que je cherche, je dois avoir cette photo.
    JL

    RépondreSupprimer
  6. Petite précision pour le "Belem", il a fêté ses 120 ans en juin dernier à Nantes.
    Un son et lumière sur les façades du quai de la Fosse (où il était amarré) a retracé sa longue histoire de navire marchand puis de yacht.
    G-M

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je connais un des commandants du "Belem" ( en dehors du "Belem" il commande à la Cie qui a le "Belem" en charge, à savoir la " Cie Maritime Nantaise" )Mon fils fut second avec lui quand il commandait le "Eider".
      j'ai eu occasion de visiter son beau voilier lors d'une escale.
      JL

      Supprimer
  7. Peut-être que JEAN-LOUIS pourrait nous mettre un beau voilier de sa production sur la toile ? Notamment s'il a été déjà cité ?

    Bon, le voilier est certainement déjà sur une toile. Il s'agirait de le (les ?) mettre sur une seconde toile, celle du net. Bon, simple suggestion qui n'engage que moi.

    Fausto.

    RépondreSupprimer
  8. Une question pratique. Un brick comme le Morgenster qui mouille à Dieppe, cela lui revient à combien par jour, car j'imagine qu'il faut payer son écot.

    Fausto.

    RépondreSupprimer
  9. Franchement?...je ne sais pas!?...si il y a Pilotage ?....( çà ne semble pas être le cas.)il y a un prix; plus la place à quai ?....je ne sais pas plus!...je pense que ce genre de bateau a un prix préférentiel ?...mais il doit y avoir un coût; çà c'est certain!.
    JL

    RépondreSupprimer
  10. Comme j'ai 5' Jean Louis il va falloir faire l'éducation maritime de notre hispano dieppois ;son marin de père doit se retourner dans sa tombe.Mouillage :action de jeter la pioche à la patouille;accostage ou comment faire un créneau avec un navire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Franchement ALAIN, ce n'est pas très gentil. Crois-tu que je ne sais pas ce que signifie "mouiller" ou "jeter l'ancre" ? C'était une image qui renvoyait à la marine à voile, au mouillage dans des criques, pour se cacher ou se protéger, cherchant havre de paix et le cas échéant "faire de l'eau".

      Penses-tu que je ne connais pas le sens du verbe "accoster" ?

      Crois-tu vraiment que je ne fais pas la différence ? Je pourrais même te raconter l'histoire de ces mots et préciser leur évolution sémantique. Bon, ce n'est pas grave, l'important est que tu participes. Continue, j'en serai heureux ...

      Enfin, mon père n'était qu'un marin occasionnel (mon préféré, bien entendu, même s'il n'était plus marin lorsque je suis né). Il était surtout un travailleur versé quelque peu dans la mécanique.

      Qu'as-tu à nous raconter sur ces beaux voiliers ? Sur Dieppe aussi. Cela m'intéresse.

      Fausto.

      Supprimer
    2. Un havre de paix qui aurait pu être "Le Havre". Je crois, d'après une de tes interventions, que tu es basé (comme disent les jeunes, et pourquoi pas) en cette bonne ville normande que j'ai bien connue jadis (Caucriauville plutôt, mais c'est juste à côté).

      Le Havre ? Franciscopolis, le Havre de Grâce ? Le havre, protection pour tous ces navires ? Cela remonte à quelques siècles. On mouille, on accoste ? Un canot à la mer !

      Bien entendu, "faire de l'eau" c'est faire provision d'eau douce (il y a de cela très longtemps, bien que l'expression signifie également "pisser". Ceci étant, il est vrai, ceci n'est que le résultat de cela : on continue de rigoler).

      ALAIN, "please", point de Catalans (jeu de mots "Nadal" ou pas), d'hispano-français ou d'Hispano-Suiza (on rigole encore et toujours, façon "bagnoles"), mais du Dieppe et du maritime. Je n'attends que ton vécu, tes expériences et ton savoir en la matière. C'est très personnel et peut-être que le blog s'en fiche, mais cela me ferait tellement plaisir. Tu as tellement de choses à nous apprendre et à échanger ...

      Fausto.

      Fausto.



      Supprimer
    3. MILLE EXCUSES, surtout quand l'émotion me prend.

      Substituez donc, si vous le voulez bien, "Ceci étant, il est vrai, ceci n'est que le résultat de cela : on continue de rigoler)" par "Ceci étant, il est vrai, que ce ce n'est que le résultat de cela : on continue de rigoler).

      Il s'agit bien entendu de "faire de l'eau", c'est-à-dire de s'approvisionner en eau douce, ce qui provoque par conséquent ce besoin irrépressible (et on continue de rigoler).

      Remarquez, on peut aussi faire cela avec de l'eau salée. Le rejet est sans doute le même, mais je doute que l'eau salée nous permette de prolonger notre vécu.

      Votre Fausto.

      Supprimer
    4. Pour mon cher ALAIN et en relation avec le Havre et cette fois-ci nos temps modernes et hors marine à voile : "Le navire-école « Brasil » jette l'ancre au Havre du 15 au 20 octobre 2016, un an après son passage dans le port du Rouen".

      A prendre au sens propre ou au sens figuré ? ( https://actu.fr/normandie/havre_76351/a-visiter-au-havre-le-brasil-un-navire-ecole-de-la-marine-bresilienne_794609.html ).

      Fausto.

      Supprimer
  11. Et pour finir, voilà des emplois du verbe "mouiller" qui seront les derniers pour ne pas être trop lourd et trop inconvenant :

    1. "Le bateau « Caroline » mouille dans le bassin du commerce, au Havre, depuis plus de 20 ans. Racheté par la Ville pour un euro symbolique" ( https://actu.fr/normandie/havre_76351/le-demantelement-du-navire-caroline-au-havre-cest-acte-le-calendrier-dun-gros-chantier_626882.html ).

    Il est apparemment à quai depuis un certain temps et il a bien dû accoster un jour. Il y "séjourne" donc depuis un certain temps.

    2. "Le 18 avril 1796 , l'amiral anglais sir Sidney Smith, voulant s'emparer d'un corsaire mouillé dans le port du Havre, fut entraîné par les courants dans la Seine" ( VOYAGE HISTORIQUE ET PITTORESQUE SUR LA SEINE. Du Havre à Rouen, par les bateaux à vapeur. de MORLENT Joseph, p. 128).

    Là, cela renvoie aux temps anciens et à l'image que je voulais donner du voilier.

    Compliqué ce verbe "mouiller", pas si simple. D'autant plus que l'on peut lui faire dire un tas de choses en louvoyant entre le propre et le figuré, la réalité et l'image. Il est évident que l'on voit mal le Morgenster jeter l'ancre au beau milieu de l'avant-port. Il accoste indubitablement quelque part, est amarré, mais il vient mouiller à Dieppe (si on tient compte de ce que j'ai tenté d'expliquer : image renvoyant aux classiques grands voiliers, sens aussi de "séjourner" ou trouver refuge dans notre port.

    Fausto (avec un amical, bien que malicieux clin d'oeil qui ne sera pas traduit en catalan ... ou en hispano-dieppois, jargon qui existe pourtant puisque c'est ainsi que je parlais avec ma soeur lorsque j'étais gamin pour rire et tromper l'ennemi, c'est-à-dire, ne pas être compris des autres. Un simple jeu d'enfant).

    RépondreSupprimer
  12. l'autre bateau , qui faisait piano-bar et boite de nuit; ( à l'époque il venait de Saint Malo, et s'appelait "Cap 2000"); fut mis en place ...... par moi-même!...quand j'étais chef de chantier TP Maritimes chez "Frabeltra" le Havre; en 82 ; il changea de nom, mais resta un bon bout de temps!....Nous avions installé des accès larges ( conformes aux normes de sécurité),et bien sur; mobiles ;pour éponger les différences de niveaux des marées; limitées par ailleurs par un "batardeau" au niveau du pont , ce qui fait qu'il y a toujours de l'eau dans ce bassin.
    JL.

    RépondreSupprimer
  13. 18 h 23. Je profite de l'occasion, JEAN-LOUIS, pour te demander de quel autre bateau tu parles ? J'imagine qu'il ne s'agit pas du bateau corsaire (on n'étaient pas nés à l'époque).

    Le Caroline ? Un yacht. Un "Yate" comme disaient mes parents (mon père avait navigué sur un de ces "yates" avant le Janiclou et après la guerre civile d'Espagne et plus exactement, après la Libération)).

    Le Cap 2000 c'est quoi ? Saint-Malo, j'en ai mille fois entendu parler (Saint-Servan, Paramé, and so on. Mon père y a vécu un certain temps avant Dieppe. Il est troujours resté, et jusqu'à sa mort, très attaché à ces lieux, qu'il s'agisse de Bretagne ou de Normandie.

    Fausto.
    Fausto.

    RépondreSupprimer
  14. Bon, après moult tentatives, j'espère que cela va marcher (le blog n'a pas fonctionné une bonne journée durant).

    Ma question, JEAN-LOUIS était la suivante (car je ne comprends pas grand chose à ce que tu sous-entends):

    Cet autre bateau, puisque l'on parlait du bassin du commerce au Havre, c'était le bateau Discothèque Duplex ?

    Bon, si tu peux éclairer ma lanterne. En matière de Cap 2000 et de Saint-Malo, je n'ai de mon côté rien trouvé.

    Fausto.

    RépondreSupprimer
  15. Je t'ai envoyé la réponse par mail.... vu que le blog, ne marchait pas!....
    JL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes, je vais lire, mais répondre sur le blog aurait été le mieux en la matière, puisque dialogue il y a.

      A+

      Fausto.

      Supprimer
  16. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que Pinupmania (Olivier ?) s'exprime. Je n'attends que cela.

      Fausto.

      Supprimer
    2. Je trouve nos derniers échanges étranges, perturbés et ma foi assez étonnants.

      Que se passe-t-il ? Je sens que quelque chose m'échappe. J'ai pris quelques renseignements, mais cela ne fait que me perturber davantage. Je ne comprends absolument plus rien.

      Comme j'ai l'impression de fonctionner à peu près tout seul, je sens que je vais abandonner. La fin de quelque chose sans doute, me concernant en tout cas. Qu'y puis-je?

      Mesdames et messieurs, bonsoir et sans doute Adieu.

      Fausto.

      Supprimer
  17. ???...effectivement; il y a eu perturbation,plus rien ne passait; mais çà va s'arranger; du moins je l'espère; il y a peu d'intervenant aussi; serait-ce l'épuisement du concept?...,néanmoins j'insiste; on verra bien si çà "raccroche"?....reste avec nous Fausto; sinon tes commentaires vont nous manquer!....
    JL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pour rire (jaune) et c'est un simple instant de découragement. Je suis un "accro" au blog, et à Dieppe, bien entendu, et point de désertion me concernant.

      Je ne sais pas par ailleurs si mes commentaires ont un quelconque intérêt, mais je sens bien que malgré mes appels fréquents à la participation (qui me valent d'ailleurs à l'occasion quelques étranges et réitérés coups de bâton, que je pardonne du reste bien volontiers) les commentaires se raréfient. A part quelques piliers de l'échange (toi, moi , GM et parfois Claudie), je ne lis qu'occasionnellement d'autres intervenants, parfois d'anciens intervenants, et vraiment très très rarement de nouveaux qui disparaissent aussi rapidement qu'ils sont venus.

      J'ai l'impression parfois (ce n'est pas qu'une impression) de monologuer, ce qui est mauvais signe.

      Bon, peut-être que la participation va renaître. Je vais essayer d'intervenir moins souvent (si je peux) et peut-être que cela va créer des "vocations". A force de prendre la parole pour tenter de créer une dynamique, je monopolise sans doute (avec toi notamment) et décourage.

      Je resterai cependant bien là, mais j'interviendrai moins souvent. Soyons plus lecteur que participant (tout en restant un fier participant).

      Fausto.

      Supprimer
  18. Bien vu Fausto!..............que dire d'autre?..... tu as fait le tour!.... Olivier, pour donner un attrait à son blog devrait; peut-être; renouveler les propositions plus ...souvent?.... c'est une idée qui me fait penser que peut-être il y a ?!... "désaffection" ..Je ne sais pas , mais bon, comme toi, je resterais lecteur!.....
    JL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hey!..... nobodies write ,...some thing ?....... bon ,ben ...tant pis?....

      Supprimer
  19. écrire quelque chose??? sur un sujet que l on ne "maîtrise" pas???? difficile.... certes il y aurait à dire sur ce magnifique voilier... allez, les Marins Dieppois et d ailleurs.. à vos claviers... ne mettez pas les voiles!!!
    bonne soirée Claudie

    RépondreSupprimer
  20. écrire quelque chose??? sur un sujet que l on ne "maîtrise" pas???? difficile.... certes il y aurait à dire sur ce magnifique voilier... allez, les Marins Dieppois et d ailleurs.. à vos claviers... ne mettez pas les voiles!!!
    bonne soirée Claudie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je ne comprend pas??? mauvaise manip????
      claudie

      Supprimer
  21. il y a bien des explications, dans les ...TRENTE commentaires précédents!.....mais bon, si quelqu'un peut encore ajouter quelque chose ?!...pourquoi pas !.... le blog est ouvert à tous!.... et malgré tout ; trop technique?...çà ne s'adresserait qu'à peu de gens!...
    JL

    RépondreSupprimer
  22. petite recherche.....
    le Morgenster est un (deux mats)Hollandais coque et pont acier qui a rejoint les courses de grands voiliers en 2008; avant sa remise en chantier il a eu une longue carrière depuis 1919 comme bateau de péché en mer du nord
    le Morgenster est un voilier traditionnel qui allie les détails authentiques à un luxe contemporain
    polyvalent, il convient aux fêtes, réunions, noces, et réceptions. il se prête aussi aux croisières actives, grâce à ses qualités sportives il peut embarquer 36 personnes en croisière (8 cabines) et 90 personnes à la journée
    il a participe à l Armada en 2008
    bonne journée à tous..... participants ; et lecteurs.... claudie

    RépondreSupprimer
  23. Beaucoup de "Bricks" ou "goélettes" (ou un peu plus gros encore pour terre-Neuve;) actuels sont issus de la marine de pêche; (" Etoile" et "Belle poule;" "Marité", chez nous, d'autres ailleurs) car ne l'oublions jamais, il s'agissait avant tout, (et avant la vapeur ou le Diesel ) de nourrir la population!...le manque ; entre autre de protéine faisait des ravages!....Dieppe ,en ce temps là, grâce aux salines de Bouteilles; avait le sel sur place pour conserver le poisson ( seul moyen de conservation de l'époque!...d'où la surveillance draconienne des douanes sur les greniers à sel !..) d'ailleurs dans la foulée d'où le nom de "Salaire"; pour une paie; une rétribution. et ces multiple voiliers de pêche sillonnaient les océans pour nourrir le "bon peuple" selon la formule "Royale" consacrée!...
    que reste-t-il de tout cela ?....quelques vieux gréements......entretenus amoureusement par quelques passionnés......( heureusement!... sinon il n'en resterait ...plus rien!..) .Même Dieppe avec un passé historique maritime immense....qui fut sous François 1er,premier port de France qui finança grâce à Jehan Ango ;la création du "Havre de Grace". qui a 2000 ans!...regarde le Havre fêter ses 500 ans!....avec comme vieux gréement le" cote d'Albatre" qui n'est en rien représentatif de notre port!...mais chapeau aux quelques bénévoles qui s’investissent dans son entretien!.... notre port se meure doucement le gigantisme de notre siècle le tue!..........( c'est vrai que je ne suis pas optimiste!.....).
    JL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. JEAN-LOUIS, tu sais que si les dinosaures ont disparu au secondaire, ce sont les animaux terrestres les plus petits (et notamment les ancêtres des mammifères) qui ont échappé à l'extinction. Dieppe a donc ses chances. Nous survivrons au cataclysme !

      Fausto.

      Supprimer
    2. Au cataclysme portuaire, bien entendu.

      Fausto.

      Supprimer
  24. Le Dieppe Vraiment "portuaire" n'existe pratiquement plus!...peu de pêche; très peu de cargo ( le tonnage annuel annoncé, prend en compte....les graves de mer!...ce qui ,je pense en dehors de détruire les fonds et les frayères n'a rien à faire dans ces annonces si ce n'est gonfler les chiffres!....1 m3 de graves = 2 tonnes environ !...)les ferries ne sont plus en ville et restent sur la balance...gardera?...gardera pas?...Alors tu vois; ajoutons à çà, un champ d'éoliennes sur les zones de pêche!.........la désaffection des jeunes (forcément rien ne les encourage, on a même l'impression du contraire....) .je ne peux pas être optimiste!.....
    Mais bon!.... Dieppe renaitra!....(enfin, il faut y croire?!...)
    JL

    RépondreSupprimer
  25. Je viens de temps en temps sur ce blog car je découvre souvent des infos sur l’histoire de Dieppe et j’aime bien ça.
    Mais ce n’est pas pour cela que je vais me sentir obligé d’écrire systématiquement des commentaires sur tous les sujets.
    Par exemple, sur le Morgenster, les photos sont belles, mais je n’y connais quasiment rien en voilier même si j’aime bien les voir.
    Alors, je vais écrire quoi ? Un commentaire insipide dénué d’intérêt ?
    Surtout, comparé à certains qui ont un sacré bagage en la matière et qui déballent des connaissances pointues.
    Alors « les appels fréquents à la participation » seront toujours pour moi sans effet si le sujet ne me cause pas.
    Surtout, je n’ai aucune prétention aux niveaux de mes connaissances sur l’histoire de Dieppe. Et comme dis l’autre, vaut mieux la fermer et risquer de passer pour un c… que de l’ouvrir et ne laisser aucun doute.
    Bon, ben ça c’était une belle digression.
    Le dernier commentaire (celui de JL) me parle bien.
    Je plussoie totalement.
    J’ai quitté Dieppe il y a 50 ans et à cette époque c’était encore un port, un vrai avec des marins et des bistrots.
    Quand je vois des vielles photos avec tous ces navires et ces hangars et ces grues de l’arrière port ben ça me fout un peu le cafard.
    Et quand je reviens sur Dieppe et que je vois tous ces bateaux de plaisance cela ne correspond pas à ma mémoire. Même si ce n’est pas tout à fait désagréable à regarder.
    Mais malheureusement c’est l’évolution de presque tous les ports.
    Les gros qui subsistent ne sont que des aires de containers avec des bateaux qui ne restent à quai que le temps nécessaire au transbordement.
    Allons, ne laissons pas la nostalgie nous envahir.
    Et même si j’habite un peu loin de la mer, cela ne m’empêche pas de chanter souvent :
    « Hardi les gars, vire au guindeau
    Good bye farewell, good bye farewell
    Hardi les gars, adieu Bordeaux
    Hourra ! oh Mexico ooo
    Au cap Horn, il ne fera pas chaud
    Haul away hé, hou là tchalez
    A faire la pêche au cachalot
    Hale matelot et ho hisse et ho »
    Chanson qu’il m’est arrivé d’entendre dans des bistrots de la rue Guerrier.
    JLC

    RépondreSupprimer
  26. Oui!....et aussi ..".Marie -bézette"...Classique du Pollet, qui fut écrit sur un coin de table par 2 hommes dont un pilote Du port de Dieppe que j'ai connu; ( un ami de mon père, il donnait des cours de patron de pêche à mon frère!...)mais tout ce "folklore" .... c'était avant!....quand il y avait des bateaux ; tant de pêche que de commerce !.... avec des marins Dieppois; Français; Norvégien, Suedois; Anglais!....qui avaient le TEMPS d'aller à terre!.....aujourd'hui... les bateaux sont rares... les marins aussi; souvent asiatiques....payés 500 $ par mois ;10 mois à un an de bord sans congés;....oui l'exploitation de l'homme par l'homme pour gagner "encore plus"....n'est pas finie....AU PAYS QUI SE REVENDIQUE BERCEAU DES DROITS DE L'HOMME!.........et ce qui est encore plus grave....c'est que çà n'est pas fini!......enfin pour les générations à venir, espérons des jours meilleurs?....
    Jean-Louis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Déjà dans les années soixante-dix les escales étaient courtes, très courtes. J'ai connu un officier radio de la marine marchande (il dépendait de Chargeurs Réunis du Havre, aujourd'hui "Chargeurs") qui ne cessait de le dire. Les longues escales d'antan (un semaine, voire plus), comme tu le sais mieux que moi, c'est terminé depuis longtemps. Aujourd'hui c'est pire, en effet, le gros de l'équipage ne descend même plus du bateau ou presque. "Faut ben qu'ça soit rentable". Beaucoup de pauvres Philippins qui ne coûtent pas cher (quand ils sont payés) et qui sont réduits à une sorte d'esclavage moderne ... Et encore je n'ai pas dit ce que le "pire est" (jeu de mots).

      Fausto.

      Supprimer
    2. J'oubliais de remercier JLC pour son intéressante intervention. Un polletais donc. Rue guerrier c'est bien au Pollet n'est-ce pas ? Rue vers laquelle descend la fameuse Quiquengrogne ? En tout cas je n'en connais pas d'autre à Dieppe.

      Fausto.

      Supprimer
  27. La "Rue Guerrier", part du chenal, (non loin du pont Colbert ) pour rejoindre la place Arpajou; d'où repart, le mont de Neuville!..( sacré côte!...étant jeune je l'ai monté en vélo!...) et la rue Lombarderie.... croisée à ce niveau ,par la Grande rue du Pollet.
    Quiquengrogne y arrive, bien sur, mais aussi la "Rue et la Ruelle des Grèves", la"rue des Charrettes";la rue" du petit Fort"; ....( sans compter le passage par la cour des sœurs qui mène sur les hauteurs!.....) Mais!...NOTRE rue Quiquengrogne, aboutie bien là!....
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
  28. JLC nous parle des bistrots de la rue Guerrier.Il y en avait tant que cela jadis ? Je suis passé il y a deux ans par la rue Guerrier et il me semble qu'il y en avait bien peu, peut-être même pas du tout. En tout cas cela ne m'a pas frappé.

    Je me souviens cependant que dans les années 70 il y avait à Dieppe des bistrots à la pelle, pour ne pas dire à l'appel, appel qui n'était pas toujours celui du large.

    Fausto.

    RépondreSupprimer
  29. Exact, Fausto, il n'y a plus de "bistrot"rue Guerrier!.....dans le coin, il reste le tabac-journeaux de la place Arpajou ( pour les ....très anciens c'était chez "Camescasse"!...) et quai de la Marne ( soit au sortit de la rue Guerrier;)à gauche; un petit bistrot -tabacs célèbre!...... "MIEUX ICI QU'EN FACE" !....mais c'est le cas; partout!...tous ces petits bistrots de quartiers; tant au bout du quai ,qu'au Pollet ont disparu!.... ( les gens ne boivent peut-être pas moins?...mais surement autrement!....) le p'tit blanc ou rouge; avec les copains a été remplacé par le whisky ....en solitaire!...ou en privé?....mais bon; nous ne faisons pas une étude de société!......( bien heureusement!....)
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ne crois pas que je critique le bistrot. Au contraire, c'est un lieu de rencontre et de convivialité, et quand il n'y a pas trop d'excités du samedi soir (pour les bistrots qui ouvrent encore à ces heures), c'est super.

      Fausto.

      Supprimer
  30. Ce n'est pas en semblable matière, JEAN-LOUIS, "une étude de société", mais du particulièrement vécu.

    S'il y a quelques témoins ou intervenants (j'ai fait partie des deux), cela nous vaudra le déplacement ... Sacré Dieppe !

    Fausto.

    RépondreSupprimer
  31. Si l'on étend le Pollet jusqu'a la rue Robbe' et depuis le pont Jean Ango' il y avait,au Pollet donc, plus de 30 cafés ou débits de boisson.
    Barcos

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour BARCOS. J'ai entendu même dire, mais peut-être que je me trompe, qu'il y avait à Dieppe (dans toute la ville), plus de 300 bistrots dans les années 70. Il y avait de quoi se désaltérer et faire de saines rencontres, bien que le Dieppois soit plutôt réservé, voire farouche (cela ne veut pas dire qu'il ne soit pas sympa, mais il est vrai que de prime abord ... Faut connaître et bien connaître).

      Outre les incontournables grands cafés (Les Tribunaux, le Tout-va-Bien, le Café de la Paix, etc.) ou de plus petits mais qui me sont chers (Le Brazza par exemple), il y avait, jen suis témoin, toute une série de bistrots quai Duquesne, Quai Henry IV et, bien entendu, au Pollet.

      C'était bien sympa, surtout pour le jeune que j'étais à l'époque. Les troquets de pêcheurs étaient très pittoresques. Je me souviens de l'un d'entre eux quai Duquesne, avec des peintures murales.

      Il y avait aussi quand j'étais gamin à l'intérieur du Bout-du-Quai des bistrots (et pas seulkement sur le quai Henry IV), dont le fameux Phare Ouest dont moi et Jean-Louis parlons souvent ou encore l'épicerie-bar de l'inoubliable FREDDY au coin des rues Desceliers et Parmentier.

      Fausto.

      Supprimer
    2. Outre le "quai Henry IV" qui est en fait le "quai Henri IV", je m'aperçois que l'on raconte toujours la même chose. je me tais donc et vous laisse faire.

      Fausto.

      Supprimer
  32. Rhaaa, la boite à souvenirs est ouverte sur le Pollet.
    Bon, on va encore s’éloigner du voilier…
    Mais il m’est impossible de ne pas répondre à Jean-Louis.
    Surtout quand il cite Camescasse !
    On prononçait Camecasse à la maison. Là, c’est pointu car je pense que Camecasse (le patron) n’a pas continué après la décennie 70. Alors faut commencer à avoir de la bouteille (et de la mémoire) pour connaitre.
    A droite il y avait Vendeuvre, le boulanger, et à gauche un marchand de charbon dont je me souviens plus le nom.
    La cour des sœurs, c’était mon terrain de jeux. Et juste à gauche avant le porche, dans la rue Guerrier, il y avait ce petit bazar chez qui on pouvait acheter tout un tas de bonbons.
    Son heure d’affluence était le dimanche matin à la sortie de la messe quand les marmots venaient dépenser ce qu’ils n’avaient pas donné à la quête.
    C’était chez Bovin (orthographe non garantie).
    Et allez un défi : qui se souvient d’un minuscule cinéma qui était vers les chantiers de la Manche du coté de la rue du commandant Chrétien ?
    Il a fermé au tout début des années 60.
    Ca me fait plaisir de parler un peu du Pollet.
    Trop souvent oublié. Et décrié tout au moins quand j’étais môme. C’est toujours le cas ?
    Hasard de mes occupations, il y a de fortes chances que j’aille passer quelques jours à Dieppe la semaine prochaine.
    Cela fait une dizaine d’années que je n’y ai pas mis les pieds…
    Pas exclu que j’aille boire un coup au Jean Bart à la mémoire de tous ces fantômes qui se baladent dans les méandres de ma mémoire.
    JLC

    RépondreSupprimer
  33. C'était l'"Eden Cinéma" il appartenait je crois à ?...Coquatrix !....le dernier film que je suis allé y voir...." Bomba l'enfant de la jungle" en ?!...59 ?Quand au père Bovin!..qui ne l'a pas connu!....place Arpajou, juste après le marchand de charbon ,il y avait aussi le couvreur ,Vimont Lambert, et son frère surnommé :" Tuut"......le Pollet des années 50-60 !....
    JL

    RépondreSupprimer
  34. Je crois que ce cinéma est devenu, après transformations bien sûr, la salle à tracer des ACM.
    Barcos

    RépondreSupprimer
  35. Qu'est-ce qu'une salle à tracer ? J'ai lu que l'on y dessine et grave au niveau du sol les coques des bateaux notamment. C'est ce que j'ai lu, mais n'y connais rien. J'imagine en tout cas que doivent y travailler des dessinateurs.

    Pour l'EDEN, c'était un cinéma que je ne connaissais pas. Il a dû disparaître lorsque j'avais quelques années de vie et je n'en avais jamais entendu parler avant que JEAN-LOUIS ne m'en parle justement dans une de ses interventions il y a quelques mois.

    J'imagine que cet EDEN a disparu à peu près à l'époque où a disparu le Rexy (Janval). Pour le Ciné-plage, que j'ai bien connu (Boulevard de Verdun), cela a dû être un peu plus tard (fin des années 60, début des années 70 ?).

    Je me demande par ailleurs comment JEAN-LOUIS peut connaître autant de choses sur les quartiers de Dieppe. Je croyais qu'il était du Bout-du-Quai et le Pollet c'est quand même en face, un autre pays en quelque sorte (je plaisante, mais pour moi, lorsque j'étais gamin, c'était un peu ça).

    En tout cas je suis admiratif. Continuez donc à me (nous) parler du Pollet (et puis pourquoi pas des ACM). Merci.

    Au fait quelqu'un se souvient-il d'un café qui se trouvait, si mes souvenirs ne me trompent pas, quai de l'Yser ? Existe-t-il encore ?

    Fausto.

    RépondreSupprimer
  36. il y avait 2 cafés quai de l'Yser. Le "Colbert" et le "Réveil Matin" ....Le "Colbert" était devenu :Électricité.Électronique Maritime, puis après cessation d'activité il y eu un truc qui ne dura pas; le "réveil Matin" est boite d’intérim et habitation aujourd'hui.
    pour te répondre Fausto,Bien que du "Bout du Quai;j'étais aussi souvent au Pollet où habitait mon Oncle ,et bien sur mes cousins! (j'ai aussi appris à nager avec eux, à la "carpente" ....interdit aujourd'hui!...en parallèle avec "les fermes" près du Christ Quai du Hable d'où nous plongions dans le port!....chose formellement interdite aujourd'hui!.....)il va falloir faire un bilan de ce que nous faisions et qui est interdit maintenant!....pêcher dans le port aussi!...etc....
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ces informations. je ne me souviens plus que de l'un de ces cafés sans me souvenir de son nom. J'y ai passé quelques heures bien sympathiques (sans la moindre ironie, au contraire). J'ai aussi plongé côté Bout-du-Quai et pêché dans le port (fort mal car j'ai toujours été assez nul dans ce domaine).

      Je me souviens que j'allais acheter des vers dans un magasin de pêche situé quai Henry IV (autant de vers en plus, autant de bonbons en moins). Je crois que le monsieur qui tenait ce magasin était de la famille d'ALAIN. Je crois qu'Alain en avait parlé il y a de cela quelques années. C'était un magasin situé pas très loin de la rue Jehan Ango.

      Je me souviens que l'on passait par dessus les barrières et que l'on allait pêcher dans la zone des ferries (très mauvais endroit du reste pour pêcher), à l'intérieur de la gare maritime. On ne nous disait rien. Si c'était aujourd'hui ... Oui, tu as raison, bien des choses seraient interdites aujourd'hui, mais comme déjà dit mille fois, ce que nous faisions en toute liberté était parfois vraiment dangereux. Je me souviens notamment de quelques âneries faites au pied des falaises, dans les falaises (cavités) et sur les falaises (là c'était pire) pour ne citer que ce genre de folies de "spéléologues" et d' "alpinistes" plus qu'amateurs.

      J'imagine que tu as dû faire tout cela, comme bon nombre de Dieppois, et bien d'autres choses encore. C'était notamment l'époque des bouées-bateaux "roues de camion" et des carrioles que l'on fabriquait plus ou moins bien avec des roulements à billes (années 60 pour moi). On pouvait faire les petits fous car il n'y avait pas encore trop de voitures. Cela s'est gâté dans les années 70 de ce côté là.

      Bon, mais BARCOS, JLC et bien d'autres ont un tas de choses à nous raconter sur le Pollet. Je ne connais pas trop (je veux dire la vie de ces années-là en terres polletaises). Ouvrez pleinement la boîte à souvenirs si vous en avez l'envie !

      Fausto.

      Supprimer
  37. Il y a, au ponton "Cousin" ,un magnifique "Corsaire" visitable, présent pour l'arrivée de la course à voile du "FIGARO" c'est le "Etoile du Roy"
    JL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La réplique "Grand Turk" ? Avec les canons ?

      Fausto.

      Supprimer
    2. Exact Fausto!.....il devrait être là jusqu'au..25 je crois!
      JL

      Supprimer
  38. Bon, allez, encore une petite couche.
    Ceux qui viennent ici en croyant glaner des infos sur le Morgenster vont être un peu déçus.
    L’Eden cinéma, non vraiment je ne me souvenais pas du nom.
    Le proprio, Coquatrix ? Fort possible. Souvenir d’une exclamation : « oh, c’est M.Coquatix ! ». On l’avait trouvé en faisant du porte à porte (sans succès…) pour vendre des moules. Je crois que c’était rue du Fort Chatillon.
    Les baignades à la carpente, j’ai bien connu. C’était pratique, il n’y avait pas de galets.
    Au niveau des zones de pêche défendues, nous péchions au grappin à la sortie de l’Arques vers l’usine Robbe malgré les panneaux stipulant que c’était interdit.
    Je suis allé passer quelques jours à Dieppe la semaine dernière, et j’ai fais un p’tit tour dans des endroits qui m’étaient familiers, notamment au Pollet.
    Pas croyable comment certains souvenirs refont surface.
    Facilité du numérique, j’ai pris un tas de photos.
    Un truc qui m’a épaté au début de la rue Guerrier, un appartement situé au rez de chaussée dont les volets sont fermés. Je ne les ai jamais connus ouverts même il y a 60 ans.
    Et vu leur états ils n’ont jamais été ouverts durant toute cette période.
    Serais curieux de voir l’intérieur…
    Une petite discussion très sympathique avec des Amys du vieux Dieppe.
    C’était dans les stands de la course du Figaro, quai Henry IV.
    Discussion sympa aussi avec les représentants de la SNSM, même si je suis resté à l’époque des HSB.
    Toujours eu une admiration sans bornes pour ces gens là.
    Discussion beaucoup moins sympathique au stand du port de Dieppe (tout au début, vers les barrières).
    Je suis tombé sur une animatrice qui s’étonnait de ne pas arrêter de tomber sur des gens qui pouvaient regretter l’ancienne activité du port et ne s’extasiaient pas devant tous ces bateaux de loisirs.
    Bon, c’est un point de vue.
    Là où j’ai commencé à voir rouge, c’est lorsqu’elle a commencé à dire que l’aménagement du bout du quai permettait de virer une frange de population mal famé et indésirable.
    Voyant la tournure de la conversation et la tête que je commençais à faire, mon épouse m’a carrément tire par le bras pour éviter l’escalade.
    JLC

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci JLC pour toutes ces remarques. Franchement, oui, dans les années 60 et 70, nous n'étions pas bien vus lorsque l'on avait l'étiquette "Bout-du-Quai". Quartier pauvre, quartier de voyous (il y en avait, il est vrai, quelques-uns, mais pas tant que cela ou par la force des choses). Bon nombre de ces gars ont fini par se retrouver en périphérie (les Bruyères ou bien d'autres endroits encore).

      Les histoires de port de plaisance qui résoudraient tout, me rendent aussi dubitatif. Moi aussi je regrette le pâssé quand Dieppe pêchait, avait une certaine industrie et était en grande partie ouvrière, mais que faire?

      Fausto.

      Supprimer
    2. à la SNSM,JLC; tu as peut-être discuté avec...... mon fils!...j'y suis passé aussi, bien sur; quand aux gens qui sensément connaissent et parlent de la ville et ses quartiers?!....moi aussi ,je suis perplexe?... sur leurs connaissances mais aussi sur leurs réflexions!.... ils pourraient s'en passer!.....qu'en savent-ils de la vie et des gens de ces quartiers?....Quand à la plaisance.....vous savez ce que j'en pense!....surtout quand elle fait disparaitre la pêche, et ses emplois induits!.....une ville tournée vers la mer depuis sa création, ne peut pas bien vivre en lui tournant le dos!....un vieux dicton du Pollet disait :< Quand le Pollet s'enrhume;c'est aussi Dieppe qui éternue!....
      JL

      Supprimer