dimanche 14 mai 2017

Le Morgenster








21 commentaires:

  1. Magnifique ! Belle parade ! Je crois que ce deux-mâts est hollandais, mais Morgenstern signifie en Allemand (et peut-être aussi en Hollandais, je n'en sais rien) "étoile du matin", c'est-à-dire Vénus (la planète). C'est aussi une des dénominations du Christ dans le Nouveau Testament. Pas mal !

    Ce brick était présent lors de la cinquième Armada de Rouen, l'année de sa mise à l'eau. Le voilà maintenant à Dieppe. Cette année ?

    Fausto.

    RépondreSupprimer
  2. "Morgenstern" ou "Morgenster" du reste ?

    Fausto.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai trouvé, c'est bien l'étoile du matin, mais en néerlandais et donc pas Morgenstern, mais Morgenster comme indiqué au-dessus de la photo.

      Fausto.

      Supprimer
  3. La semaine dernière, nous avions le "Royalist" pavillon Anglais; les beaux jours arrivent, nous allons avoir une succession de ces beaux voiliers!
    Comme réguliers ,venant ici; il y avait aussi le "Stravos Niarkos"; le "Malcom Miller"; le Winston Churchill",tous de magnifiques voiliers souvent aux mains d'associations qui les arment et les font vivre,et naviguer!.... ( le "Belem" lui même fit un jour son escale )
    JL

    RépondreSupprimer
  4. Très photogéniques ces grands voiliers, ils pourraient même inspirer un peintre, n'est-ce pas Jean-Louis ?
    Sur la dernière photo, un détail m'intrigue, on dirait qu'un marché est installé quai du Carénage, c'est nouveau ?
    G-M

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas du tout Fausto; c'était "La Grande Braderie" du Pollet, sur ce Samedi et Dimanche.... une fois par an!....
      Quant aux peintures de grand voiliers; effectivement, j'en fait quelques-unes!...de grands et beaux trois mâts!....( le "Georg Fock" et le "Cutty Sark " entr'autres.)
      JL

      Supprimer
    2. Très bien JEAN-LOUIS, mais c'était GM qui posait la question. Entre nous, moi non plus je ne savais pas que c'était la braderie du Pollet. En matière de braderie, moi je ne connaissais que ce que l'on appelait la grande braderie de Dieppe.

      Pour GM justement qui a des origines grecques, je rappelle que le Stavros Niarchos dont parle JL porte le nom d'un armateur grec qui aurait été à l'origine du premier superpétrolier. Comme pour Chrístos ou Christós, il y a une différence entre Stávros (accent sur le "a") qui est le prénom et Stavrós (accentué sur le "o") qui est la "croix".

      Le Stavros Niarchos est par ailleurs un brick ou navire-école britannique. Il paraît qu'il s'appelle ainsi parce que la fondation Niarchos l'a en partie financé après la mort dans les années 90 de S. Niarchos.

      Le Belem dont parle aussi JEAN-LOUIS est français, lui. C'est un trois-mâts et il me semble avoir lu qu'il date du XIXe siècle. Je ne pensais pas que c'était possible, mais apparemment oui. Il a dû être maintes fois retapé.

      Même chose pour le Morgenster qui, s'il a été mis à l'eau après remise à neuf, j'imagine, en 2008, daterait de 1919 (un peu plus jeune que le Belem si j'ose dire).

      On n'a pas parlé du Juan Sebastián Elcano qui porte le nom de celui qui prit la tête de la flotte qui fit le premier tour du monde à la suite de la mort de Magellan aux Philippines en 1521. C'est, comme vous le savez sans doute mieux que moi un navire-école de la marine espagnole, mais je crois qu'il n'a jamais mis les pieds, ou plutôt la coque, à Dieppe. JEAN-LOUIS nous le dira.

      C'est cependant un fier ou joli quatre-mâts fin comme un oiseau (cela ne vous rappelle rien, avec trois mâts seulement), avec topsail ou hunier. Il est en tout cas moins ancien que les précédents puisque son lancement date de 1927.

      JEAN-LOUIS profitera sans doute de l'arrivée d'un de ces grands bricks ou goélettes qui sillonnent les mers pour peindre les voiles de l'instant et donc immortaliser ce dernier qui brille, comme son nom l'indique, par sa fugacité. Il existe des poètes de l'instant, comme des peintres de l'instant. Si l'instant est maritime, on ne pourra que s'en réjouir. Comme le suggère GEORGES-MARIE, ces grands voiliers sont bien beaux. Ils sont tout simplement majestueux.

      Je pense du reste à ALAIN qui est, me semble-t-il, amateur de voiliers. Peut-être a t-il quelque chose à nous dire à ce propos ?

      Fausto.

      Supprimer
    3. Fausto pour ton malheur tu n'as pas FB sinon tu aurais vu mes photos de la NAO VICTORIA(caraque réplique de celle de Magellan),du cotre pilote MARIE FERNAND,du ketch MARAMA,du KRUZENSTHERN,du STAD AMSTERDAM,du Simon BOLIVAR,du TARANCINI etc etc

      Supprimer
    4. ALAIN, je suis content de te lire de nouveau. Non, je n'ai pas l'intention de "déserter" pour quelque fesse que ce soit, qu'elle soit de bouc ou pas (jeu de mots habituel). Je ne veux pas entendre parler de ce FB. Ceci étant, je le répète, tes interventions me manquent. Je me souviens d'un week-end, il y a de cela quelques années où toi, moi et JEAN-LOUIS avons "déliré" au bon sens du terme. Et puis toutes ces observations sur notre DIEPPE, ses bateaux, ses rues, ses lieux et ses gens ...

      Fausto.

      Supprimer
  5. "Le Juan Sébastian Elcano"je ne l'ai jamais vu à Dieppe, mais il y a longtemps, je l'avais vu à Fort de France!.... il va falloir que je cherche, je dois avoir cette photo.
    JL

    RépondreSupprimer
  6. Petite précision pour le "Belem", il a fêté ses 120 ans en juin dernier à Nantes.
    Un son et lumière sur les façades du quai de la Fosse (où il était amarré) a retracé sa longue histoire de navire marchand puis de yacht.
    G-M

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je connais un des commandants du "Belem" ( en dehors du "Belem" il commande à la Cie qui a le "Belem" en charge, à savoir la " Cie Maritime Nantaise" )Mon fils fut second avec lui quand il commandait le "Eider".
      j'ai eu occasion de visiter son beau voilier lors d'une escale.
      JL

      Supprimer
  7. Peut-être que JEAN-LOUIS pourrait nous mettre un beau voilier de sa production sur la toile ? Notamment s'il a été déjà cité ?

    Bon, le voilier est certainement déjà sur une toile. Il s'agirait de le (les ?) mettre sur une seconde toile, celle du net. Bon, simple suggestion qui n'engage que moi.

    Fausto.

    RépondreSupprimer
  8. Une question pratique. Un brick comme le Morgenster qui mouille à Dieppe, cela lui revient à combien par jour, car j'imagine qu'il faut payer son écot.

    Fausto.

    RépondreSupprimer
  9. Franchement?...je ne sais pas!?...si il y a Pilotage ?....( çà ne semble pas être le cas.)il y a un prix; plus la place à quai ?....je ne sais pas plus!...je pense que ce genre de bateau a un prix préférentiel ?...mais il doit y avoir un coût; çà c'est certain!.
    JL

    RépondreSupprimer
  10. Comme j'ai 5' Jean Louis il va falloir faire l'éducation maritime de notre hispano dieppois ;son marin de père doit se retourner dans sa tombe.Mouillage :action de jeter la pioche à la patouille;accostage ou comment faire un créneau avec un navire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Franchement ALAIN, ce n'est pas très gentil. Crois-tu que je ne sais pas ce que signifie "mouiller" ou "jeter l'ancre" ? C'était une image qui renvoyait à la marine à voile, au mouillage dans des criques, pour se cacher ou se protéger, cherchant havre de paix et le cas échéant "faire de l'eau".

      Penses-tu que je ne connais pas le sens du verbe "accoster" ?

      Crois-tu vraiment que je ne fais pas la différence ? Je pourrais même te raconter l'histoire de ces mots et préciser leur évolution sémantique. Bon, ce n'est pas grave, l'important est que tu participes. Continue, j'en serai heureux ...

      Enfin, mon père n'était qu'un marin occasionnel (mon préféré, bien entendu, même s'il n'était plus marin lorsque je suis né). Il était surtout un travailleur versé quelque peu dans la mécanique.

      Qu'as-tu à nous raconter sur ces beaux voiliers ? Sur Dieppe aussi. Cela m'intéresse.

      Fausto.

      Supprimer
    2. Un havre de paix qui aurait pu être "Le Havre". Je crois, d'après une de tes interventions, que tu es basé (comme disent les jeunes, et pourquoi pas) en cette bonne ville normande que j'ai bien connue jadis (Caucriauville plutôt, mais c'est juste à côté).

      Le Havre ? Franciscopolis, le Havre de Grâce ? Le havre, protection pour tous ces navires ? Cela remonte à quelques siècles. On mouille, on accoste ? Un canot à la mer !

      Bien entendu, "faire de l'eau" c'est faire provision d'eau douce (il y a de cela très longtemps, bien que l'expression signifie également "pisser". Ceci étant, il est vrai, ceci n'est que le résultat de cela : on continue de rigoler).

      ALAIN, "please", point de Catalans (jeu de mots "Nadal" ou pas), d'hispano-français ou d'Hispano-Suiza (on rigole encore et toujours, façon "bagnoles"), mais du Dieppe et du maritime. Je n'attends que ton vécu, tes expériences et ton savoir en la matière. C'est très personnel et peut-être que le blog s'en fiche, mais cela me ferait tellement plaisir. Tu as tellement de choses à nous apprendre et à échanger ...

      Fausto.

      Fausto.



      Supprimer
    3. MILLE EXCUSES, surtout quand l'émotion me prend.

      Substituez donc, si vous le voulez bien, "Ceci étant, il est vrai, ceci n'est que le résultat de cela : on continue de rigoler)" par "Ceci étant, il est vrai, que ce ce n'est que le résultat de cela : on continue de rigoler).

      Il s'agit bien entendu de "faire de l'eau", c'est-à-dire de s'approvisionner en eau douce, ce qui provoque par conséquent ce besoin irrépressible (et on continue de rigoler).

      Remarquez, on peut aussi faire cela avec de l'eau salée. Le rejet est sans doute le même, mais je doute que l'eau salée nous permette de prolonger notre vécu.

      Votre Fausto.

      Supprimer
    4. Pour mon cher ALAIN et en relation avec le Havre et cette fois-ci nos temps modernes et hors marine à voile : "Le navire-école « Brasil » jette l'ancre au Havre du 15 au 20 octobre 2016, un an après son passage dans le port du Rouen".

      A prendre au sens propre ou au sens figuré ? ( https://actu.fr/normandie/havre_76351/a-visiter-au-havre-le-brasil-un-navire-ecole-de-la-marine-bresilienne_794609.html ).

      Fausto.

      Supprimer
  11. Et pour finir, voilà des emplois du verbe "mouiller" qui seront les derniers pour ne pas être trop lourd et trop inconvenant :

    1. "Le bateau « Caroline » mouille dans le bassin du commerce, au Havre, depuis plus de 20 ans. Racheté par la Ville pour un euro symbolique" ( https://actu.fr/normandie/havre_76351/le-demantelement-du-navire-caroline-au-havre-cest-acte-le-calendrier-dun-gros-chantier_626882.html ).

    Il est apparemment à quai depuis un certain temps et il a bien dû accoster un jour. Il y "séjourne" donc depuis un certain temps.

    2. "Le 18 avril 1796 , l'amiral anglais sir Sidney Smith, voulant s'emparer d'un corsaire mouillé dans le port du Havre, fut entraîné par les courants dans la Seine" ( VOYAGE HISTORIQUE ET PITTORESQUE SUR LA SEINE. Du Havre à Rouen, par les bateaux à vapeur. de MORLENT Joseph, p. 128).

    Là, cela renvoie aux temps anciens et à l'image que je voulais donner du voilier.

    Compliqué ce verbe "mouiller", pas si simple. D'autant plus que l'on peut lui faire dire un tas de choses en louvoyant entre le propre et le figuré, la réalité et l'image. Il est évident que l'on voit mal le Morgenster jeter l'ancre au beau milieu de l'avant-port. Il accoste indubitablement quelque part, est amarré, mais il vient mouiller à Dieppe (si on tient compte de ce que j'ai tenté d'expliquer : image renvoyant aux classiques grands voiliers, sens aussi de "séjourner" ou trouver refuge dans notre port.

    Fausto (avec un amical, bien que malicieux clin d'oeil qui ne sera pas traduit en catalan ... ou en hispano-dieppois, jargon qui existe pourtant puisque c'est ainsi que je parlais avec ma soeur lorsque j'étais gamin pour rire et tromper l'ennemi, c'est-à-dire, ne pas être compris des autres. Un simple jeu d'enfant).

    RépondreSupprimer