jeudi 26 janvier 2017

Rue de la Barre. Le magasin Mariette


40 commentaires:

  1. Il me semble bien qu'un ami galicien de mes parents a travaillé un temps chez Mariette. Je croyais cependant que l'institution (car c'était une institution commerciale bien dieppoise) se trouvait rue de la Barre. S'agit-il du même Mariette qui aurait changé de domicile, si j'ose dire, pour ne pas dire d'emplacement ?

    Fausto.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai dégainé trop vite. C'est bien rue de la Barre. Rue de la Barre que j'avais confondue avec la grande Rue en regardant la photo (pas de déplacement donc).

      Bon, que cela n'empêche personne de nous parler de Mariette, réalité dieppoise bien ancrée dans mon souvenir.

      Cela se trouvait, je crois, côté gauche, rue de la Barre, en allant vers la Société Générale ("à la Société Générale, une auto démarra ..." Merci Joe. 1968 pour Dieppe ?).

      Mariette ça l'était et puis ça l'est (si je m'en tiens à la photo), en tout cas ce n'était pas très loin du "puis" qu'il vaudrait mieux orthographier autrement.

      Bon, après ces énigmatiques paroles qui me renvoient à mon enfance et ces jeux de mots qu'ALAIN appréciera peut-être, à vous de jouer chers lecteurs et intervenants. Allez Dieppe ! Il serait souhaitable que l'on ne descende pas en CFA 2, pas plus que disparition d'un blog, par manque d'intervenants, il y ait. Pourquoi ? Parce que c'est vachement bien comme on disait à mon époque.

      Fausto (un peu trop présent sans doute : il aimerait cependant tant vous entendre, "enseignez-le" !).

      Supprimer
  2. Non Fausto, t'es pas tout seul ! (ça me rappelle quelque chose).
    Bref, belle photo (la rue de la Barre, c'est un peu mon Bout-du-quai à moi), pleine de vie, c'est le Dieppe estival peut-être durant la quinzaine commerciale du mois d'août.
    J'ai d'abord cru, vu la rue piétonnisée et les lampadaires, que "les Grands magasins Mariette" existaient encore mais non, maintenant c'est partagé entre M&S et Casa. Tant pis et dommage car la publicité disait "Toute personne avisée achète chez Mariette"!
    Il y avait des succursales à Blangy, Eu et Gamaches qui ont sans doute disparu aussi.
    G-M

    RépondreSupprimer
  3. Je m'en souviens aussi très bien!.... bien que mes centres d'intérêts ne se situaient pas dans ce périmètre là!...Mais ma mère et mes sœurs, ont forcément fréquenté ces lieus incontournables du shopping Dieppois!...( on ne disait pas shopping à l'époque!..... mais faire ses courses!....)
    JL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je résume : Mariette n'existe plus et il n'y a plus que son nom en façade (corrigez-moi si je me trompe).

      Comme JL, je n'y allais guère mais ma mère et ma soeur, oui (comme quoi les vies se ressemblent malgré tout). Elles en faisaient du reste une bonne publicité (interne et externe). Ma mère qui hispanisait les mots français et francisait les mots espagnols (au bout d'un moment, elle ne savait plus quelle langue elle parlait), disait "Marieta".

      Je me souviens cependant que pas très loin de Mariette, du même côté de la rue, et dans le même secteur, il y avait un truc qui relevait des ventes aux enchères où j'étais allé enfant avec mon père, monsieur Paco, Reine et je ne sais plus trop qui. Cela fait tellement longtemps que je m'en souviens à peine. Je ne sais plus qui me tenait par la main.

      Il y avait aussi un temple protestant dans le coin dans un renfoncement, à l'intérieur d'une cour, je crois (pas sûr) et je ne sais pas non plus trop où.

      C'est tout au bout de la rue de la Barre qu'ils ont tourné, quand j'étais gamin également, "La bande à Bonnot", film auquel je faisais allusion un peu plus haut.

      Sur votre photo, bien qu'étant retourné plusieurs fois à Dieppe, je n'ai pas reconnu ma rue de la Barre et l'ai confondue avec la Grande-Rue. Quand j'ai quitté Dieppe, en effet, seule la Grande-Rue était piétonnière, et encore depuis peu (1979).

      Fausto.

      Supprimer
  4. ...effectivement, la salle des vente était non loin de là; du même coté; ( je crois, fermée aujourd'hui )ainsi que le temple protestant, un peu plus loin ,en retrait; qui lui est toujours là. Quand à la bande à Bonnot c'est vrai que différentes séquences furent tournées à Dieppe et alentours ,notamment faubourg de la barre comme le début de la chanson.... < A la Société Générale; une auto démarra et dans la frayeur; la bande à Bonnot mis les voiles emportant la sacoche du garçon payeur!.... dans la "De Dion Bouton" qui emmenait les voleurs.....etc > Mais moi; je faisais de la figuration dans le journal d'une femme de chambre de Luis Buñuel......quai Henry IV!...un autre film!j’étais dans la foule même en sachant où j'étais...çà passe vite impossible de me voir!.....
    JL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, la Bande à Bonnot c'était en 1968 et c'est devant la Société Générale de Dieppe que la bande assassine le garçon payeur avant de prendre la fuite en voiture.

      Le Journal d'une Femme de Chambre c'est en effet 1964. La scène de la manifestation fut tournée près de chez moi, m'a t'on dit, et les manifestants passaient quai Henry IV pas loin ou devant "l'ancêtre" du Copacabana. Le Copacabana avec Dario ne sera ouvert qu'un peu plus tard.

      Pour ton rôle de figurant, JL, je crois que tu en avais parlé dans je ne sais plus quel échange avec ton camarade de la rue Canu.

      Fausto.

      Supprimer
  5. C'est plus récent (1987) mais il me semble que le film de Chabrol "Une affaire de femmes" est aussi tourné dans le quartier (rue du Haut-pas, rue Descelliers).
    G-M

    RépondreSupprimer
  6. Oui, avec Isabelle Huppert, Séquence de la fête,place du Moulin à vent , et aussi au Pollet, cour des soeurs.
    JL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour l'épisode tourné place du Moulin-à-Vent, voir https://www.youtube.com/watch?v=Ctnfv7DvB2o (il y a foule et l'on reconnaît très bien notre place).

      Le film, quant à lui, a dû sortir sur les écrans en 1988. La scène a donc certainement été tournée, comme le dit GM, en 1987.

      Après mon départ de Dieppe en 79, ce Moulin-à-Vent était déjà pour moi un moulin après (celle-là, elle est pour ALAIN).

      Fausto.

      Supprimer
  7. l établissement "Mariette" rendez vous incontournable pour composer les trousseaux: on y trouvait tout ce qui était textile... torchons; serviettes,de toilette et de table; nappes; draps... sous vêtements et pyjamas adultes et enfants; ; mais à mon souvenir pas de prêt à porter; que l on pouvait trouver a " Prisunic "
    actuellement 2 magasins "occupent l emplacement : M&S prêt à porter féminin; et Casa : magasin de Décoration de la maison; le magasin M&S est en voie de fermeture.;Casa ???
    en ce qui concerne "le temple" toujours situe rue de la Barre; on y accède par un escalier .
    en fait ce lieu de culte était la chapelle d un couvent de sœurs "Carmélites" dont la construction débuta en 1614; le temps passant; et après moult épisodes; en 1835 la chapelle devint "le temple protestant" en 1921 un incendie détruisit entièrement le couvent ; seule la chapelle fut Épargnée
    elle sert toujours de lieu de culte .... Claudie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci CLAUDIE pour la partie historique. Rappelez-moi, s'il vous plaît, de quel côté se trouvait et se trouve ce temple de la rue de la Barre. A gauche en allant vers la Société Générale (côté "Mariette"), ou à droite ?

      Pour la partie purement "Mariette", il fallait bien une femme pour nous expliquer tout cela. Merci aussi d'avoir rappelé le Prisunic, une autre institution commerciale dieppoise avec Le Printemps (le voisin d'à côté).

      Pour le prêt-à-porter, du reste, Prisunic ou Le printemps? Les deux peut-être ?

      Moi, je me souviens du Prisunic car j'incitais ma mère à y aller pour acheter de la lessive BONUX (dans chaque paquet il y avait un petit jouet en plastique : toute une époque !).

      Fausto.

      Supprimer
  8. le Temple se situe au 69 rue de la Barre; donc sur le meme trottoir que Mariette...
    le magasin "Prisunic" occupait le rez de chaussée du même bâtiment que le "Printemps" qui ; lui; se trouvait au premier étage; on y accédait par un escalator qui existe toujours... a cet étage régnait une "ambiance feutrée" avec diffusion de musique douce ou classique.. là il n y avait que du "beau" livres; disques; jouets:; vaisselle; Electroménager; et prêt à porter...claudie

    RépondreSupprimer
  9. Claudie, je ne suis pas vraiment sûr que le Prisunic occupait tout le rez-de-chaussée, dans mon souvenir sous les arcades, on entrait au Printemps et la séparation était à la hauteur du mur de séparation entre le vieux bâtiment du quai et le plus récent de la Grande rue... Par contre je confirme la différence de "standing"!
    G-M

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. en effet; G.M; si l on se réfère au sujet du 16 décembre 2016 ; incendie du Prisunic" on peut constater sur la photo que le rez de chaussée était occupe par les 2 marques ..

      Supprimer
    2. Voilà pourquoi je parlais du "voisin" Le Printemps. Les magasins ou entrepôts se trouvaient aussi, si mes souvenirs sont exacts, sous les arcades, côté quai. C'était là que l'on livrait les marchandises et que se faisait tout le travail de manutention. Un de mes amis, bien connu à Dieppe, mais malheureusement décédé aujourd'hui, y a travaillé lorsqu'il était jeune.

      Merci en tout cas à tous les deux pour tous ces renseignements qui me rappellent bien des choses.

      Pour BONUX, on m'a appris que la marque a refait surface dans les années 2000 avec de nouveau le fameux cadeau qui avait disparu durant une décennie. C'est une nouvelle car j'étais même persuadé que BONUX, anciennement BONUS, avait totalement disparu.

      Je ne sais pas si aujourd'hui le cadeau fait autant de ravages chez les enfants (et donc chez les mères), mais à mon époque ça marchait très bien ce concept marketing. Je me souviens notamment qu'un jour, alors que je voulais mon BONUX, ma mère m'a rétorqué qu'il y avait déjà trois paquets à la maison et que cela commençait à bien faire (et oui, cela marchait très bien ... jusqu'à un certain point et à concurrence de ce qu'il fallait laver et de ce que la famille ouvrière pouvait tolérer financièrement, c'est-à-dire peu de choses).

      Fausto.

      Supprimer
  10. rectificatifs.....
    le magasin " Mariette" ne vendait pas que du "textile" apparemment en ces jours de soldes (sur la photo )il proposait des meubles..
    le magasin "M&S" qui occupe une partie du dit magasin va rouvrir ses portes ... et le magasin "Eurodif" qui occupe les lieux de l ancien " Printemps" va être repris par la marque "Bouchara" .... donc des enseignes et des emplois sauvegardés en ce centre ville qui en a bien besoin....Claudie

    RépondreSupprimer
  11. Je ne résiste pas au plaisir de passer in-extenso la pub des sixties :
    "Sous le signe de la Qualité et de la Confiance les Grands Magasins MARIETTE vous offrent...
    Un choix unique de Vêtements pour hommes, dames et enfants - coupe irréprochable;
    Notre rayon de rideaux - voilages et tissus d'ameublement. Le plus important de la contrée, vous apportera du soleil dans votre amison.
    Notre rayon de meubles, le mieux assorti de la région vous permettra de vous meubler en payant moins cher qu'ailleurs.
    Toute personne avisée achète chez Mariette.
    On savait vivre en ce temps là !
    G-M

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui GM. "Toute personne avisée achète chez Mariette" fait vraiment "couleur époque" sur le plan publicitaire (affirmation finale suggérant les qualités du magasin et présentant l'achat en ce lieu comme ce qu'il y a de plus sensé. Un magasin incontournable donc).

      BRAVO GM, c'est une belle trouvaille ! Où l'as-tu trouvée puisque trouvaille il y a ?

      Le monsieur que je connaissais qui a travaillé chez Mariette était du reste ébéniste de profession. Était-ce en rapport avec les meubles ? Agencement, réparation ? Je ne sais pas. Peut-être y faisait-il toute autre chose ...

      Fausto

      Supprimer
  12. Eh bien j'en ai quelques autres qu'Olivier doit aussi avoir, dans mon cas c'est sur un opuscule du Syndicat d'Initiative. Je viens de vérifier, il même plus anciens que je ne le croyais, il est de 1955.
    La maxime "toute personne avisée..." me fait penser à la publicité PIERVAl : "L'eau normale des gens normaux" qui déjà, à l'époque avait suscité des protestations !
    G-M

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois GM que pour Pierval tu remontes aux sources, pour ne pas dire à la source. Bon, encore un petit jeu de mots pour faire plaisir à ALAIN sans attendre que l'eau coule sous les ponts (là ça en est un autre, mais encore plus mauvais que le précédent. Désolé !).

      Fausto.

      Supprimer
  13. Je viens de trouver la manifestation tournée quai Henri IV dans le Journal d'une femme de Chambre : celle à laquelle JEAN-LOUIS a dû participer comme figurant.

    La scène se termine avec une très courte vue sur la façade du bistrot qu'il y a avait devant le prédécesseur du Copacabana, à un des angles de la Rue Béthencourt et du quai Henri IV. J'en suis quasiment certain. La configuration me rappelle un tas de choses. Avec les "caisses à savon" qui ressortent aujourd'hui sur le quai Henri IV, la façade a peut-être changé ou est occultée à présent.

    Au nom du passé, du présent et du futur, voilà les vestiges d'une époque révolue. Qu'on se le dise !

    Voir donc : http://www.dailymotion.com/video/x5lc1g_le-journal-d-une-femme-de-chambre_shortfilms

    Fausto.

    RépondreSupprimer
  14. Les scènes de bistro, sont tournées au "Manche Océan" ( de Mr Capron )coin du Quai Henry IV;au bas de la rue Béthencourt;tu connais Fausto?... ( il doit s'appeler aujourd'hui, "Le Rétro" point de RDV de nombreux motards )Mais je crois que dans le film, c'est sensé se passer ailleurs ?!..(.à Cherbourg je crois ) Mais là; on s'éloigne de chez "Mariette".....mais on reste dans l'époque!.....
    JL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui JEAN-LOUIS, je connais puisque je viens d'en parler dans l'exemple précédent. Maintenant je ne me souvenais plus du nom du propriétaire ou tenancier, comme je ne me souviens plus du nom du tenancier du bar précédant le Copacabana (en face), j'étais trop petit. Ma soeur, un tout petit peu plus âgée que moi, m'a parlé d'un certain Dupuy, mais elle n'en est pas sûre.

      Par ailleurs, pour ne pas s'écarter du sujet Mariette, il faudrait qu'on nous en parle, en effet. S'il y a d'autres choses à dire (j'imagine que oui, tant pour le passé que pour l'actualité), je ne demande pas mieux. Reste l'époque et les commerces dont on parle depuis le début. Moi, j'ai essayé au début de situer Mariette en donnant des informations pour en obtenir à mon tour et notamment en rappelant la Société Générale et le film qui y fut tourné. Après, de fil en aiguille, quelqu'un a parlé du Journal d'une femme de chambre, du Prisunic, etc.

      Pour rester sur Mariette uniquement, il faut qu'on en parle ou que l'on passe à autre chose si ce n'est pas possible faute de "combattants", et personne ne peut obliger qui que ce soit à en parler et à participer.

      Moi j'ai dit tout ce que je peux dire sur Mariette, Claudie et GM sont intervenus magnifiquement, à qui le tour ?

      Par ailleurs et enfin, bifurquer faute de munitions (de participation) n'est pas un très grand péché. J'espère que nous serons absous. >Que ceux qui ne manqueront pas de nous absoudre prennent le relai et comme je le dis souvent en reprenant une formule vieillie, qu'ils m'enseignent, qu'ils nous enseignent, ce serait merveilleux et, à défaut de nous enseigner, qu'ils nous rappellent et nous parlent aussi du présent ou d'un passé proche que je n'ai pas connu et qui peut peut-être intéresser d'autres personnes.

      Fausto.

      Supprimer
    2. Oui par ailleurs JEAN-LOUIS, c'est bien le Rétro. Je viens de visionner le bar sur google et je constate qu'il n'a pas de "caisse à savon" dans son prolongement, ou alors elle se monte occasionnellement l'été (je vois une marque au sol devant le bar, un emplacement ?).

      L'ancien Copacabana de Dario que j'ai bien connu "acoustiquement parlant" (anciennement café de monsieur Dupuy?) et qui était en face du café Capron s'appelle aujourd'hui le Cactus. Voilà de l'actualité, mais toujours pas de Mariette, désolé, j'ai tout dit à son propos ...

      Fausto.

      Supprimer
  15. Oui Fausto, maintenant c'est le "Cactus Café"mais lui ,comme le "Retro" n'ont pas (même temporaire!...) de "caisse à savon!.... pour revenir au "Copa" à Dario, , ses prédécesseurs effectivement:Dupuy ou Dupuis , prirent un autre café, au Pollet le café de la "Criée" qui devint; avec un autre propriétaire "La Belle Epoque" restaurant; puis le "Crédit Maritime" une banque!....et aujourd'hui....... "Soleil Tropical" un institut de beauté!......les temps changent!....par ailleurs, je revois de temps à autre le fils Capron que tu aurais pu connaitre?....
    JL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, je n'ai pas souvenance du fils Capron en tant que fils du patron de café. J'ai connu cependant un Capron du Bout-du-Quai ou du Pollet justement, mais aucune garantie quant à la filiation. C'était après tout peut-être lui, mais il y a si longtemps ... Je n'ai en tout cas jamais fait la relation, d'autant plus que je le connaissais uniquement de vue ce garçon et je ne sais plus dans quel contexte je le voyais. En fait j'ai dû surtout entendre son nom dans les conversations, mais sans plus ou alors je ne me souviens plus, ce qui est grave.

      Fausto.

      Supprimer
  16. Les Établissements Mariette avait un dépôt rue Louis de Bures qui a brûlbrûlé fin 70.
    Le propriétaire de Margenté s'appelait M. Delvalé je crois.
    D'autre part pourquoi MARIETTE ? Quelqu'un le sait il ?
    BARCOS

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être que c'était le nom du premier propriétaire. Ainsi il existe à Pont-Audemer un magasin MARIETTE (vêtements) tenu par un certain Mariette Loïc.

      Bon, sans aucune certitude pour l'explication concernant Dieppe. Simple hypothèse. Quoi qu'il en soit je n'ai jamais entendu parler d'une chaîne de magasins qui s'appelerait MARIETTE.

      Nom propre donc ? Prénom ? Un intervenant nous le dira peut-être.

      Fausto.

      Supprimer
    2. toutes les "pistes" peuvent être envisagées:
      Prenom de l épouse du propriétaire du dit magasin???
      Mariette prénom "en vogue" au début du XXème siècle ... peut coïncider avec l ouverture du magasin.... ???
      peut être rien à voir avec François Auguste MARIETTE égyptologue...???
      j ai trouve une histoire de Mariette , la petite fourmi...( femme prévoyante)???
      Mariette.. point de croix décliné sous toutes ses formes... ???
      Mais au fait.... ou sont Sophie et Catherine qui intervenaient aussi ???

      Supprimer
  17. C'est curieux, mais avec le grand dégagement devant les maisons du quai, j'ai du mal à me situer ; ce qui était souvent à l'ombre est en plein soleil ! Au coin de la rue Béthencourt à gauche donc Pub Cactus maintenant, j'aurais parié que c'était le Worthing Bar (devanture jaune, patronne sur son tabouret). Me tromperai-je de coin de rue?
    G-M

    RépondreSupprimer
  18. Bonjour GM. Je sais que le Worthing était un bateau qui accostait dans le port de Dieppe dans les années 50 (un paquebot de la ligne Dieppe-Newhaven?).

    Pour le Worthing Bar c'est possible, mais plus dans les années 60. Moi je me souviens vaguement de l'ancêtre du Copacabana et ce n'était pas un Bar de Nuit, même si je ne peux le garantir étant donné mon très jeune âge à l'époque. La seule chose dont je suis sûr c'est que ce Worthing Bar se trouvait bien sur le quai Henri IV. En attente de nouvelles informations ...

    Fausto.

    RépondreSupprimer
  19. le "Worthing bar" était bar de nuit, tenu par la célèbre ;(en son temps ) "Maguy". il se trouvait ,du même coté que le "rétro" actuel; mais 2 maisons plus loin, je crois (un restau. aujourd'hui )donc il ne faisait pas le coin d'une rue.Plus loin en partant vers le quai du Hable ,il y avait;le bar "Maurice"; le Restau. "Villandry"; le "Celtic bar" et surtout le "Mélody's" boite de nuit;( restaurant aujourd'hui ,"le Sully" ) et "Nénette" qui tenait au bas de la tour aux crabes, le "Ferry Bar"!....( restau.aussi aujourd'hui!..)En fait beaucoup de bars sont aujourd'hui des restaurants pour vacanciers et touristes,à part 1 ou 2 qui ont une clientèle à l'année.
    JL

    RépondreSupprimer
  20. Merci Jean-Louis pour cette remise en ordre de mes souvenirs. Il y avait un vrai port et donc des bars, maintenant c'est marina et tourisme... En plus le monde maritime a bien changé, je pense qu'aujourd'hui, Jacques Brel n'écrirait plus "Amsterdam" !
    G-M

    RépondreSupprimer
  21. Tout à fait d'accord!.....
    "...et çà sent le hareng jusque au cœur des frites; que leurs grosses mains invitent etc....." "Amsterdam" version dieppoise "foire au hareng"!.... Mais bon la vie telle qu'elle était autour des bassins n'est plus. Elle était liée à une certaine activité....qui n'est plus non plus!...l'évolution a fait disparaitre tout çà; faut-il le regretter?....çà ne servirait à rien; c'est comme çà et il reste la nostalgie.....et les bons souvenirs; ( les moins bons....on les a oubliés!....)
    JL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'autant plus que la nostalgie nous fait croire que c'était magnifique. Moi, bien qu'étant très jeune à l'époque, j'ai vu et connu des choses pas belles du tout.

      Reste le souvenir d'une époque révolue qui est belle, malgré ses défauts, parce que nous étions à l'époque jeunes et parce que ce milieu était le nôtre (avec ses qualités et ses défauts).

      Fausto.

      Supprimer
    2. Et au-delà du souvenir, qui me parle du Bout-du-Quai d'il y a quelques années (que je ne connais pas), du Bout-du-Quai de maintenant (que je connais un peu plus) et de ... Dieppe après tout ? De chez nous quoi, comme diraient les jeunes qui sont, disons-le, notre prolongement et notre avenir.

      Salut les jeunes, parlez-nous intervenez ! Parlez donc !

      Fausto.

      Supprimer
    3. J'ajouterais une virgule : "Parlez-nous, intervenez !".

      C'est comment à votre époque ? (j'essaie de faire jeune en matière d'expression, mais j'imagine que ce n'est pas cela. Enseignez-moi donc!).

      Fausto.

      Supprimer
    4. Je ne crois pas me tromper de beaucoup, mais au bout du quai de notre enfance; de notre jeunesse;....... il n'y a plus de jeune!......c'est devenu plus ou moins résidentiel ;pour retraités; ou résidences de vacances occupées quelques semaines par an; par des gens de Rouen ou d'ailleurs..... Alors les jeunes " locaux" ( pourrait-on dire......).il n'y en a pas!.....je n'y passe plus beaucoup; aucun intérêt; pas de vie; pas de commerces; excepté les restaurants du quai . ( pas bien gai tout çà...)
      JL

      Supprimer
    5. Oui JL, on va en revenir à nos Crampon, Freddy, Phare Ouest et tous ces commerces de détail disparus. C'est bien triste ce vide, c'est sûr, et bien loin de la vie et de l'animation que nous avons connues. Une animation au quotidien à mon sens, si ce n'est en berne, du moins en phase descendante dès la seconde moitié des années 70), mais j'imagine que dans tout Dieppe il doit bien y avoir des jeunes (en ratissant large, les moins de 40 ans), ils ont sans doute des choses très positives à transmettre et à partager.

      Fausto.

      Supprimer