samedi 2 janvier 2016

A toute vapeur !


Une autre photo de l'album de photos de Bernard Macquet.

24 commentaires:

  1. Il s'agit peut-être du chalutier "Denise" (DI. 313) lancé à la fin du XIXe siècle et réquisitionné pendant la première guerre mndiale.

    Lire à ce propos :
    http://www.ville-le-treport.fr/fichiers/File/Loisirs%20Sports%20Culture/Histoire/Chalutiers%20Calamel.pdf

    RépondreSupprimer
  2. Si le bateau fut lancé à Dieppe en 1897 par l'ancêtre des ACM, je crois (entreprise Émile Lucas), son propriétaire était Lucien Séné de Beauvais, alors que l'armateur était le tréportais Lucien Calamel (si j'ai bien tout compris et si je ne me trompe pas de bateau).

    Fausto.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas trouvé de photos du "Denise" autres que celle qui se trouve sur cette page (s'il s'agit bien du Denise) et j'ai pu mal voir car j'hésite entre DI. 513 et DI. 313 (question de vue). Si quelqu'un trouve une autre photo, tant mieux, ous serons alors certains de l'affaire.

      En tout cas les informations je les tiens de l'article que j'ai mis en exergue dans la première de mes trois interventions :
      http://www.ville-le-treport.fr/fichiers/File/Loisirs%20Sports%20Culture/Histoire/Chalutiers%20Calamel.pdf

      Par ailleurs, une chose est sûre c'est qu'il s'agit d'un chalutier à vapeur de la fin du XIXe siècle ou du début du XXe siècle, avec de surcroît la voile à l'arrière. Un marin m'expliquera à quoi elle servait et comment tout cela fonctionnait (assurément une transition entre la marine à voile et la marine à moteur).

      Fausto.

      Supprimer
  3. La voile d'arrière, comme le dit Fausto; est la voile d'artimon ; couramment appelée " tape cul"!... Elle a servi ; jusque dans les années 60- 70( c'est à dire avant les pêche-arrière à "éventer " le bateau au filage; c'est à dire l'écarter du chalut pour éviter qu'il vienne sous la coque: idem dans le cas qui nous occupe, bien que ce soit un chalut dit " à bâton" . On peut aussi remarquer; ferlé sur l'étai avant un foc ou une trinquette; l'éclairage était encore au carbure car il y a des drisses pour hisser les feux de navigation dans la mâture; la passerelle de navigation est encore..."Plein air ", comme sur les voiliers; pour sentir le vent! ( les derniers à utiliser ce genre de pêche à Dieppe , furent jusque dans les années 80 le "Jacques Henri II" et le"Pierre Josette" ) voilà dans un 1er temps ce qu'on peut en dire ( Fausto de son coté ayant fait la recherche du nom! )
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci JEAN-LOUIS pour toutes ces précisions maritimes. J'ai du reste été très étonné en constatant la survivance de cette voile jusque dans les années 80, bien que les bateaux dont tu parles, encore en service dans les années 80, fussent certainement construits et lancés plusieurs dizaines d'années auparavant.

      Tu as raison en tout cas, comme d'habitude. J'ai regardé des photos du Lucien-Marie, du Vert Prairial et du Tatiana (des "Mallet"), du Lucien-Marie, etc. Ils ont bien tous leur voile d'artimon (je pensais que ce terme ne s'utilisait que pour les voiliers, mais je vois que je me suis encore trompé).

      J'ajoute que le Denise fut lancé en 1897, tout de suite après le Duquesne qui fut le premier chalutier en acier construit par l'entreprise Émile Lucas (reprise dans un premier temps par M. Amblard, elle deviendra en 1912 les ACM où une personne qui m'est chère travailla une vingtaine d'années).

      Voir notamment sur ces aspects : http://gilles.pichavant.pagesperso-orange.fr/ihscgt76/num7/num7page5.htm

      Fausto.

      Supprimer
  4. Pour Fausto le Di 513 était l'Hiver http://www.fecamp-terre-neuve.fr/Navires/AntomneHiver.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Erreur de ma part Hiver Di 511

      Supprimer
    2. Erreur de ma part Hiver Di 511

      Supprimer
    3. Oui, merci ALAIN. J'ai bien cherché le DI 513 mais ne l'ai pas trouvé. Là où je me trouve je n'ai évidemment pas accès aux registres ou documents me permettant de trouver réponse. Quoi qu'il en soit, étant donné qu'il s'agit d'un bateau lancé certainement il y a plus d'un siècle (celui de cette page), il y a beaucoup plus de chance que ce soit le DI 313 que le DI 513.

      L'Hiver DI 511 (et comme tu le dis, pas le DI 513), avait, je m'en souviens, été proposé par un ancien d'Anita Conti, je crois, monsieur Hervé Tarlié. Je rappelle l'adresse correspondante : http://www.quiquengrogne-dieppe.com/2011/01/le-chalutier-hiver.html

      L'Hiver (l'armement aimait apparemment les saisons) était un "Mallet" encore en service dans les années 60 selon JEAN-LOUIS.

      Fausto.

      Supprimer
    4. Oui bien sur Fausto; mais celui des années 60.....( sur lequel j'ai navigué!...) et celui d'avant guerre, ne sont pas les mêmes!....
      JL

      Supprimer
    5. Tu me rassures JEAN-LOUIS et me détrompes car celui d'avant-guerre était à vapeur, si mes souvenirs sont exacts, et dans les ANNÉES 60 les DI ne relevaient plus des centaines et des 500 et quelque, mais du bon millier. Par ailleurs, un chalutier qui continuerait à naviguer après une soixantaine d'années de bons et loyaux services serait assez improbable. J'aurais dû y penser.

      L'HIVER d'avant la guerre 14-18 fut en effet construit au Royaume-Uni en 1907 et fut cédé à Mallet en 1928, puis détruit juste avant la seconde guerre mondiale, donc tu ne pouvais pas te trouver à bord. CQFD ! Il est vrai que cela m'étonnait un peu, mais je me fiais à tes dires que je n'avais pas bien compris puisqu'il y avait erreur sur le bateau en question.

      On peut voir l'HIVER à vapeur avec son numéro d'immatriculation, si j'ose dire, à : http://www.delcampe.net/page/item/id,72909277,var,62--DIEPPE----quot;-HIVER-quot;--CHALUTIER-sortant-des-jeteacute;es;--PAYSAGE----EGLISE----2e-BATEAU,language,F.html

      L'HIVER qui apparaît sur la photo de l'adresse QUIQUENGROGNE que j'ai mise en exergue plus haut est aussi un "Mallet", mais il n'est pas à vapeur. Il est dans le style des bateaux d'après-guerre que j'ai moi-même bien connus lorsque j'étais enfant puis adolescent et enfin jeune homme dans les années 60 et 70. La génération du JANICLOU sans doute qui, me semble-t-il, était cependant surtout un coquillard, bien qu'il fût aussi armé pour le chalut (je crois que je tiens cela de toi, JEAN-LOUIS, mais je n'en suis pas sûr. Bref, je ne sais plus qui m'a dit ça).

      Merci en tout cas d'avoir réparé l'erreur, patron !

      Fausto.

      Supprimer
    6. Oui , c'est juste,Fausto, Le "janiclou" était armé à la coquille, et faisait un peu le chalut en été.
      Pour l'"Hiver" celui des années 60, je crois l'avoir déjà écrit, il était au TOP pour son époque; j'ai navigué à bord, comme mécano il était motorisé par un "Deutz" 1500 cv et une hélice à pas variable( système changement en marche.)
      JL

      Supprimer
  5. Sur ce site un bouquin sur les premiers chaluts à vapeur de Dieppe http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/Forum-Pages-d-Histoire-aviation-marine/marine-1914-1918/esperance-chalutier-arme-sujet_2031_1.htm

    RépondreSupprimer
  6. 2016 démarre très fort, vous avez déjà tout dit ! Ci-joint un lien pour avoir une belle photo de Denise mais côté tribord. http://www.photoship.co.uk/JAlbum%20Ships/Old%20Ships%20D/index6.html
    G-M

    RépondreSupprimer
  7. Pour faire plaisir à ALAIN et à tous les marins, je constate que sur la photo se trouvant à l'adresse donnée par GEORGES-MARIE il y a bien "la Denise" et non pas "le Denise" (ha, ces journalistes, ils on indubitablement fait évolué la langue dans le mauvais sens ! Je blague, vous aurez compris si vous avez lu les articles sur le genre des noms de bateaux. C'était un de nos sujets de conversations il y a peu).

    Fausto.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Correction immédiate : "Ah, ces journalistes ..." et "ils ont indubitablement fait évolué ...".

      Je vous l'avais dit, les bonnes intentions du Nouvel an ...

      Content en tout cas GM de te voir bondir un dimanche juste après les fêtes.

      Fausto.

      Supprimer
    2. Enfin, "fait évoluer" (avec un "r").

      Ha, ha, ha !

      (en pleine forme).

      Fausto.

      Supprimer
  8. J'ai trouvé un petit bijou http://diazenligne.archivesenligne.fr/DIAZ-502-5008-0-0.html

    RépondreSupprimer
  9. En effet ALAIN, en effet !

    Sais-tu de quel vapeur il s'agit ?

    Fausto.

    RépondreSupprimer
  10. L'HIVER (celui sur lequel Jean-Louis a navigué)et le PRINTEMPS ont quitté DIEPPE en août ou septembre 1973. Ils ont été cédés à un armement Argentin.
    BARCOS

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci BARCOS. Je note, moi, le béotien, que tous ces bateaux, depuis toujours, ont souvent changé de mains (souvent, mais pas toujours, en fin de parcours et donc de "carrière").

      C'est vrai qu'un néophyte comme moi s'y perd.

      Il y a les nationalités, les pavillons, les propriétaires, les armateurs, les patrons, le bateau X1 et le bateau X2, plus récent, du même nom. Bref, tout un monde qu'il conviendrait de préciser. Je n'en suis pas capable, mais sais que parmi vous il y a des professionnels qui savent de quoi ils parlent ... Qu'ils parlent donc le plus possible pour mon, pour notre plus grand plaisir.

      Dieppe est pour certains loin, mais sera à sa porte si vous le voulez bien.

      Fausto.

      Supprimer
    2. "A leur porte".

      Vous connaissez maintenant le personnage qui ne se relit qu'après coup. GM, si tu m'entends ...

      Fausto.

      Supprimer
    3. Pour compléter, ce que tu as justement cité,"Barcos"; les: "Automne";"Hiver";et "Printemps" en Argentine ,furent au début commandés par des Dieppois !...( Notamment D.Laurent ) qui ne purent rester; bien qu'y ayant été invités; à cause du change.....des monnaies!.. Sur place, ils étaient fort bien , payés;en pesos ;et logés; mais le pesos Argentin, au change vers le Franc Français; ne valait rien; (ou si peu!..)de ce fait; cela n'était valable, qu'en restant sur place!....Chose qu'ils n'ont pas voulue!.....
      JL

      Supprimer
  11. Intéressant, j'ignorais cet épisode argentin. Le souvenir que j'avais de l'Hiver, dans les derniers temps où je venais encore à Dieppe, c'était dans son neuvage ; il était alors le plus beau fleuron de la flotte locale mais la pêche arrière allait bientôt arriver...
    G-M

    RépondreSupprimer