vendredi 25 décembre 2015

Deux débits en débat...


Deux autres photos de l'album de Bernard Macquet. Sur la première il me semble deviner sur l'ardoise : "Equipage du St François". A vérifier


40 commentaires:

  1. Là ???...A moins de savoir?....difficile à situer!....Ce sont des devantures de petit bistrot de quartier; comme il y en avait tant!....( Sur celui du haut, dans le reflet, çà semble un bassin? )au-dessus de la porte il y a marqué "Zig-Zag", mais je crois que c'était une marque de papier à cigarettes.
    JL

    RépondreSupprimer
  2. Nous savons déjà pour la seconde photo qu'il s'agit d'un café du quai de l'arrière-port (ce quai correspond à peu près à l'actuel quai Gallieni). On retrouve les guéridons du café du quai Trudaine (voir les échanges concernant la photo précédente), la même pub "Bières Paillette), difficile à lire cependant.

    Tout cela et l'habillement des clients et des serveuses laisse à penser que ces photos ont été prises à peu près à la même époque comme le précisait fort justement GM. Sans doute avant la seconde guerre mondiale.

    Sur le haut de la fenêtre de gauche apparaît un reflet qui est de nouveau celui du clocheton et de la tour de l'église Saint-Jacques. L'orientation semble indiquer qu'il s'agit bien d'un café situé dans le prolongement du quai Trudaine, donc un café du quai de l'arrière-port. Le haut des fenêtres de droite reflète le haut des immeubles du centre ville, ce qui ne laisse que peu de doute quant à l'emplacement du café.

    La seconde photo est difficile à décrypter. Comme le dit Jean-Louis on voit le reflet d'un bassin sur le bas de la fenêtre de gauche. Lequel ? Ajoutons un "à emporter" à gauche de cette fenêtre et une pub Zig zag qui est bien du papier à rouler, papier dont je me suis servi dans les années 80 pour rouler mes cigarettes et dont la marque doit encore exister.

    Pour l'ardoise, je ne suis pas sûr qu'il s'agisse de "l'équipage du Saint-François". A part un navire dieppois du XVIIe siècle portant ce nom, je n'ai rien trouvé sur un possible navire Saint-François immatriculé à Dieppe il y a de cela 80 ou 90 bonnes années, mais il est vrai que je suis loin d'avoir beaucoup d'informations sur les bateaux de cette époque.

    Des lettres et des mots apparaissent en haut au centre, mais elles sont, comme celles de l'ardoise, difficilement lisibles. Si quelqu'un a les moyens techniques et la vue suffisamment perçante pour déchiffrer ces hiéroglyphes, peut-être pourra-t-il faire avancer les choses.

    Fausto.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais, Fausto, çà pouvait être un " Hors pays" comme on disait, c'est à dire de ?....Boulogne? Grandcamp? Fécamp? ...etc!...qui avait son café du "Mille " chez celui là!... Quant aux reflets?...je n'arrive pas à discerner franchement quelque chose de net?..Difficile à positionner!
      JL

      Supprimer
    2. Merci JEAN-LOUIS. Pour les reflets du second carreau du bas à partir de la gauche, il faut agrandir et regarder de très près selon divers angles et l'on peut entrapercevoir le haut de l'hôtel d'Anvers, mais j'avoue que les formes sont tellement floues que c'est peut-être le fruit de mon imagination, un peu comme quand on regarde un papier peint et que l'on s'invente des formes et un monde qui n'existe pas. Alors si en effet vous ne voyez pas la même chose que moi, c'est que ce ne doit pas être cela.

      Fausto.

      Supprimer
  3. Pour le quai de l'arrière-port, voilà une photo qui pourrait peut-être nous permettre de situer le café du quai Trudaine et celui de l'arrière-port : http://dieppe.et.sa.region.free.fr/DIEPPE%20EN%20CARTES%20POSTALES/imgcol/index.htm

    Pour la photo du haut (la première photo de cette page), je vais peut-être dire une ânerie, mais en agrandissant cette dernière et en forçant beaucoup ma vue, j'ai cru reconnaître sur le second carreau du bas en partant de la gauche, la villa d'Anvers. S'il en est ainsi, le café serait certainement situé sur l'île du Pollet, en face du quai Henry IV. Bon, sans garantie et à tout hasard.

    Fausto.

    RépondreSupprimer
  4. Sur cette photo du quai de la Marne il y a un établissement qui en gros est NS un peu plus loin que le "MIEUX ICI QU EN FACE" qu'en dis tu Jean Louis? http://tools.yoolib.com/i/s4/?FIF=/bmdieppe/files/1001-2000/1040/media/1040/bm76217_gm1001_01.tif&CNT=1&SDS=0,90&JTL=2,2

    RépondreSupprimer
  5. http://tools.yoolib.com/i/s4/?FIF=/bmdieppe/files/1001-2000/1608/media/1608/bm76217_gm1439_01.tif&CNT=1&SDS=0,90&JTL=2,5

    RépondreSupprimer
  6. http://tools.yoolib.com/i/s4/?FIF=/bmdieppe/files/1001-2000/1605/media/1605/bm76217_gm1436_01.tif&CNT=1&SDS=0,90&JTL=2,5

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme d'habitude ALAIN, tu envoies des photos partielles (en tout cas je n'arrive pas à les lire avec mon ordinateur pleinement). On n'en voit qu'une petite partie. La seconde photo, partielle également, me permet cependant de voir deux cafés qui ne sont, à mon sens, absolument pas celui de la photo.

      Enfin, dans un dialogue à deux on se sent un peu exclu, notamment parce que X ne lit pas Y, que les allusions très imprécises sont nombreuses et que chacun ajoute un petit quelque chose sans répondre à l'autre, à tel point que si l'on se réfère aux échanges précédents (ceux de la photo précédente), on a bien du mal à se comprendre et même à se situer. Cela encourage les fourvoiements, les répétitions (surtout si on n'a pas lu ce qu'a dit X ou Y) et les erreurs. A moins que quelqu'un connaisse d'avance les réponses ...

      Bon, ce n'est pas un reproche, mais c'est tout simplement pour que ce soit un peu plus cohérent et chacun fait bien entendu comme il l'entend.

      Maintenant, l'expérience des lieux, l'oeil du marin (du peintre aussi)et en l'occurrence l'oeil de la ou des personnes qui sont sur place (notamment pour vérifier les angles, la probabilité des reflets, etc.) sont irremplaçables, essentiels et prépondérants (et là je ne nommerai personne, tout le monde aura compris).

      Fausto.

      Supprimer
  7. Au fait , Olivier; où est la rue " Amédée Pomponne" ?....Moi j'y ai vu: la rue " Pierre Pocholle", suivie de l'endroit que tu cites; quai "Pierre Pocholle" ?....
    JL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pierre Amédée Pomponne Pocholle, maire de Dieppe en 1791-1792. Rue qui longe la forme de radoub.

      Supprimer
    2. Oui; j'ai bien vu; mais la plaque indique : Quai "Pierre Pocholle"! Voilà pourquoi , Amédée Pomponne?...m'était inconnu!
      JL

      Supprimer
    3. Le quai de la Caserne ?

      Fausto.

      Supprimer
  8. je n ai , ni,œil avise du marin , ni, l œil du peintre mais au regard de l habillement et d la coiffure de ces Dames .... il me semble que les 2 photos ne sont pas de la même époque ... cela n ajoute rien a notre recherche me direz vous ....
    Claudie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour CLAUDIE. Il s'agissait d'une juste remarque faite par GM dans la conversation précédente ("Un café à Dieppe) à propos de la photo n° 2 de cette page (café de l'arrière-port) que j'avais déjà citée dans notre précédente conversation ("un café à Dieppe" de nouveau)et le café du quai Trudaine (voir aussi la précédente conversation). En clair, une comparaison entre les deux cafés aux guéridons semblables et aux vêtements semblables, pas entre la photo 1 et la photo 2 de cette page.

      Bon, c'est un peu compliqué, mais c'est ce que je dis plus clairement dans ma première et modeste intervention (voir plus haut).

      Pour être plus clair, comparez la photo de la conversation précédente ("Un café à Dieppe") et la seconde photo de cette conversation, c'est-à -dire celle de cette page, et vous verrez.

      Merci pour votre participation.

      Fausto.

      Fausto.

      Supprimer
  9. o.k : en effet cela peut être de la même époque; les coiffures et surtout les robes et jupes raccourcies et les hommes portent des pulls " jacquard" me semble t il ?
    je n ai trouve la trace d n " st François que en 1640!! donc rien a voir avec notre sujet : hors sujet!!!
    Claudie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui CLAUDIE, c'est ce qui a déjà été dit un peu plus haut : le bateau du XVIIe siècle dieppois dont l'armateur était de La Rochelle.

      Rien à voir assurément avec le nôtre (celui de la photo).

      Il peut s'agir aussi, comme le dit JEAN-LOUISun peu plus haut, d'un bateau qui n'est pas de Dieppe. Quoi qu'il en soit, je ne suis pas sûr que sur l'ardoise ce soit écrit Saint-François.

      Je ne suis pas non plus marin et peintre (ce que je déplore grandement car c'est ce que j'aurais aimé être, et plus marin que peintre du reste),ma vue n'est pas parfaite et je peux donc me tromper, mais l'important c'est de participer et d'échanger.

      Fausto.

      Supprimer
  10. j ai trouve un St François a la Rochelle ,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alain connait; c'est le nom d'un quartier du Havre!..(.où habitent d'ailleurs de nombreux bretons?...).Le bateau pouvait aussi être Havrais?...
      JL
      ....

      Supprimer
    2. Cela pourrait être aussi le nom de la chapelle Saint-François de Neuville por ce qui nous occupe et peut-être un bateau lié tout de même à Dieppe, mais encore une fois je ne suis pas certain que Ce soit vraiment Saint François sur l'ardoise.

      FG

      Supprimer
    3. Je dis n'importe quoi, la chapelle Saint-François est un édifice récent en pleine cité de HLM. Donc à l'époque de la photo, pas de bateau Saint-François dont le nom aurait été lié à Neuville ou Dieppe.

      Que Saint François me pardonne et qu'il ait pitié de moi ! Il m'a au moins secouru dans mon erreur et m'a permis de me repentir et de faire amende honorable.

      Fausto.

      Supprimer
  11. Pour la datation, je suis d'accord avec Claudie (mais aussi avec moi-même !) : la photo du sujet précédent et celle du "Café-Débit" sont de la même époque, par contre celle du "Débit-Café" (en haut de la page) est plus ancienne, je dirais peu après la première guère because longueur des jupes. Pour le suivi de la mode, je regarde mes vieilles photos de famille et en général, c'est parlant.
    Pour le Saint François, si ce n'est pas le nom d'un bateau dieppois, j'ai une autre piste celle du Saint François d'Assise, un trois mât goëlette qui faisait l'assistance aux pèches sur les bancs de Terre-Neuve et qui faisait souvent escale dans les ports normands.
    G-M

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui GEORGES-MARIE, c'est ce que j'expliquais à CLAUDIE qui n'avait pas compris que dans ma première intervention je comparais la photo 2 de cette page avec celle de la page précédente (le café du quai Trudaine: les mêmes guéridons, la même pub sur les Bières paillettes et à peu près le même habillement).

      Je renvoyais aussi un peu plus loin, en donnant des explications à Claudie, à ta remarque. Comme je le dis souvent, moins on se lit, plus on se répète. Remarque, on se répète aussi beaucoup quand on lit tout comme moi. La preuve ! (ha, ha, ha !.

      Fausto

      Supprimer
  12. Fausto, tu n'es pas le seul à écrire trop vite ! Quand j'écris première guère ce serait plutôt guerre qu'il faut lire...
    G-M

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci GM et en m'adressant au prêtre qui célèbre l'office divin à Saint-François je dirai avec Saint Jean : "qui est sine peccato primum in illam lapidem mitat".

      J'entends, bien entendu, "pécher par ignorance" me concernant. Pour les autres péchés qui sont autant d'erreurs, qu'il soit mon intermédiaire, que Saint-Jean et Saint-François me pardonnent pour ma désinvolture (qui ne l'est pas contrairement aux apparences) et que tous se souviennent qu' "errare humanum est", mais qu'également "peseverare diabolicum est".

      J'essaierai donc de moins me tromper dans l'avenir pour ne point vous tromper.

      Après Nadal (rien à voir avec le jouer de tennis, si ce n'est le nom), je te souhaite et vous souhaite une bonne et heureuse année.

      Després de Nadal, us desitjo a tots un feliç any nou.

      Fausto.

       

      Supprimer
    2. Non point le "jouer de tennis", mais le "joueur de tennis". Je savais que malgré mes bonnes intentions, moi le pêcheur raté, mais le pécheur à ses heures (et même à 16 h 45), j'allais encore me tromper. Et surtout que l'on ne croit pas que l'apparente "verve" me vienne de quelque Calva ou de quelques bières Paillette ... (là aussi ce serait grande erreur si ce n'est péché, quoique ...).

      Fausto.

      Supprimer
  13. Il n'y a plus qu'une solution Fausto : dans les bonnes résolutions pour 2016, il faut faire systématiquement "Aperçu" avant de publier !
    Plus sérieusement mon Saint François d'Assise qui faisait l'assistance aux pêches était même répertorié comme "Navire Hôpital".
    Voir ce lien : http://www.photoship.co.uk/JAlbum%20Ships/Old%20Ships%20S/index2.html
    G-M

    RépondreSupprimer
  14. OUI, soyons un peu plus sérieux. Personnellement je ne pense pas l'avoir beaucoup été, mais il faut en période de fêtes "se lâcher" un peu.

    Pour le Saint-François,je dirai : "sans doute GEORGES-MARIE". Maintenant pour trouver de quel café il s'agit et où il se trouvait, c'est une autre paire de manches.

    Je crois que pour savoir exactement de quel café il s'agit et le situer il faut des indices, bien entendu, des photos qui puissent nous aider, des témoignages si possible et toujours l'oeil du marin (ou du sémaphore ou du météorologue ...) et, bien entendu, des gens sur place pour vérifier ce qui peut être vérifié.

    Par ailleurs, quelques listes des débits de boisson ou des commerces des années 10, 20 ou 30 ne seraient pas de trop. Malheureusement tout cela ne se trouve pas sur internet.

    Bref, dans le cas de ce café nous avons bien peu de chose.

    De mon côté j'ai cru, en agrandissant et en regardant la photo sous divers angles, entrapercevoir sur le second carreau du bas à partir de la gauche l'hôtel d'Anvers, mais voyant que JEAN-LOUIS était dubitatif, je me suis dit que cela ne pouvait pas être cela et en effet, je crois que c'est le fruit de mon imagination (qui est très loin d'être réalité.

    Fausto.

    RépondreSupprimer
  15. Quai du " carénage ", en face de l’hôtel d'"Anvers"; on trouvait :" Le coup de roulis", ( existant toujours, mais la devanture ne colle pas) "le café des pêcheurs" ( devenu le restaurant Libanais : "La Békaa ", mais la largeur ne colle pas ) Par ailleurs; le "Jehan Ango",( fermé aujourd'hui ) et "la cravache d'or" ( ex "café du port" ne conviennent pas en largeur!...Donc en face de l’hôtel d'"Anvers" ?...Il n'y a plus rien susceptible de correspondre. les autres "pas de porte " sont/ ou étaient la boulangerie,le boucher ( devenu salon de coiffure! )après c'est le "Cayeux"( trop loin et ne colle pas non plus) Voilà ce que sur place, on peut en déduire!....Donc; à priori, il faudra chercher ailleurs?.... Mais comme le confirme Fausto; il y a peu d'éléments pour cibler une reconnaissance de lieu?!...

    RépondreSupprimer
  16. En largeur, la photo du haut, pourrait, se caler ( à peu près?! ) dans la devanture du café des pêcheurs ??!!!!mais comme il manque du coté droit un bout de façade?....
    JL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois en effet, comme je le dis depuis le début, que mon histoire d'hôtel d'Anvers est une fausse piste et le fruit de mon imagination, un peu comme quand on est gamin et que l'on regarde une tâche sur un mur ou une figure de papier peint et qu'on imagine des formes.

      Ceci étant il faut, à mon humble sens, toujours avoir à l'esprit que les devantures ont pu changer au cours du temps et que des cafés ont pu disparaître.

      Dieppe, près avoir vu beaucoup d'autres villes, était sans doute une de celles qui possédait à mon époque le plus grand nombre de cafés au m2 et en relation avec le nombre d'habitants. Il suffisait dans les années 70 de se balader sur les ports, mais aussi au centre ville, pour en déceler plusieurs à chaque coin de rue. Bon nombre d'entre eux étaient du reste "collés" (souvenez-vous de la zone du Tout-va-bien : Café de la Paix, Café de Paris, Café Suisse en face, un peu plus loin, c'était pareil ...).

      Je ne sais pas exactement comment tout cela se présente maintenant (à part trois des cafés cités qui sont réunis)car depuis la toute fin des années 70 je ne suis retourné que quatre ou cinq fois à Dieppe (la dernière fois c'était cet été), mais il est probable que certains ont dû disparaître, que d'autres ont dû prendre la place ou pas.

      Imaginez donc ce qui a pu se passer depuis le début du XXe siècle. Restons donc toujours prudents.

      Ceci étant une étude historico-sociale ou sociohistorique sur cet univers de convivialité (et de conflits, j'en sais quelque chose) qu'a été et qu'est le café à Dieppe serait, si elle n'a pas été faite, sans doute très intéressante. J'imagine que l'on a dû y penser.

      Fausto.

      Supprimer
  17. Il y a de bons outils pour retrouver des commerces anciens, ce sont les recensements. Je les ai déjà utilisés en Seine-et-Marne pour des recherches généalogiques sur ma belle-famille. En Seine-et-Marne, ces documents sont numérisés mais en Seine-Maritime je n'ai pas réussi à y accéder. Si quelqu'un a la possibilité de passer aux archives départementales à Rouen, il pourrait peut-être trouver des renseignements sur les cafés du quartier au début du XXème siècle.
    G-M

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, GEORGES-MARIE, tu as raison. J'ai tout tenté à partir d'internet et n'ai rien trouvé. La recherche ne peut se faire exclusivement sur internet, loin de là. Il faut prendre des contacts, se déplacer (tout ne se trouve pas, du reste, sur place ou dans la région), fouiner dans les archives publiques ou privées, avoir accès à des documents officiels, pas toujours numérisés ou non disponibles sur internet, et puis il y a ces témoignages écrits et oraux qui restent précieux, bien qu'il faille toujours les replacer dans un contexte précis et procéder par recoupements (il est vrai que pour avoir des témoignages oraux pour le début du XXe siècle cela risque d'être assez difficile, la regrettée Jeanne Calment et autres personnes de sa génération n'étant plus de ce monde).

      Le pire, j'imagine que tu y as pensé, c'est que quand on regarde une photo du début du XXe siècle qui met en avant une foule, un jour de marché par exemple, on constate que tous les acteurs de l'événement sont morts. C'est à la fois terrible et touchant. Même chose quand on regarde ou touche des objets du passé et que l'on sait que derrière ces objets il y a eu des vies, un vécu et des sentiments.

      Allons, soyons, si ce n'est romantique au sens populaire du terme, du moins humains.

      "El ser humano es un ser social que se enmarca en un contexto histórico determinado, pero más allá de cualquier consideración intelectual, es una persona. Es antes que nada una persona" (FG. "Philosophe" dieppois raté des XXe et XXe siècles).

      Je crois enfin, pour en revenir à la recherche, qu'en semblable matière il faut aussi éviter de mettre en avant sans cesse des autorités : "La terre est plate parce que le grand philosophe ou géographe X ou Y l'a dit et ce n'est pas rien, donc il a raison et j'ai raison". C'est un peu comme dire : "c'est vrai puisque c'est écrit dans les journaux". Voilà pourquoi un "je crois" vaut toujours mieux qu'un "j'en suis sûr". Un "scio me nihil scire" prétendument "socratesque" vaut parfois mieux (j'ai bien dit parfois) qu'un "I'm sure.

      Cette histoire de cafés me semble par ailleurs intéressante et pourrait peut-être éveiller la curiosité d'un chercheur ou tout simplement d'un amateur local (la recherche est une affaire trop sérieuse pour la laisser aux seuls chercheurs patentés. Avec de tels propos on va sans doute me considérer comme un hérétique, qu'importe).

      Fausto.

      Supprimer
  18. Pas hérétique Fausto!.....Mais plein de bon sens!..
    D'ailleurs, sur place, je fais appel à ma mémoire, et pour la "motiver", je me place sur le site, j'observe, et essaie de me rappeler "comment c'était", au plus lointain de mes souvenirs....
    .parfois, çà marche!....et je recoupe, avec des vieux documents ( quand j'en ai, ou que j'en trouve! )Mais pour ces façades, sans aucun "à-coté"?!....c'est difficile, à moins de les avoir connues.
    où de connaitre quelqu'un qui connaissait ces sites.
    JL


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon JEHAN-LOUIS (tu auras remarqué une orthographe qui n'est pas anodine), il ne peut y avoir de savoir sans expérience réelle et l'expérience et la connaissance des lieux, sûres et certaines, ce n'est certainement pas moi. A mon avis c'est TOI et VOUS.

      Je pense tellement à DIEPPE, qu'entre mes modestes occupations, la ville, son histoire et sa réalité (du moins la réalité que je pense être), vous êtes au centre de bien des choses qui m'occupent.

      Au-delà de notre recherche commune du savoir, il y a des choses partagées, un passé et, je l'espère, un devenir.

      Je regrette simplement en cette fin d'année que des personnes de grande qualité comme Catherine, Sophie et maître Olivier soient de moins en moins présentes, voire absentes. J'y ajouterai bien d'autres personnes qui se reconnaîtront (et notamment d'anciens d'Anita Conti). Mais il est vrai que chacun fait ce qu'il veut et comme il aime. Vive la liberté dans le respect des autres (au passage, c'est pour moi essentiel).

      Je ne souhaite qu'une chose, c'est que cet excellent blog, qui me fait en partie revivre, soit aussi beau et aussi libre (pas de censure) qu'il l'a toujours été.

      A bas la chiourme et vive la liberté !

      Quoi de plus beau que de me rappeler ma ville, mon Bout-du-Quai, mon Dédé Mazure (encore une fois, orthographe non garantie), mon JO l'Américain, mon Poupou, mon Lemonnier, mon Tracol, mon Leblanc, mon Lamy, mes Thérins (pardon pour l'orthographe "again"), ma Norton, mon Copacabana, mon Crampon, mon Phare Ouest, mon Freddy (notamment parce que l'on a parlé de bistrots disparus), et mon inégalable et inoubliable MAÎTRE GIOUX, "and so on".

      Encore merci !

      Fausto.


      Fausto.

      PS: En cette période ALAIN me conseille des livres sur notre bonne ville. J'attends ses conseils de lecture, moi qui suis à quelques 500 kilmomètres de notre bonne ville (et cela s'est amélioré car avant c'était pire.

      Fausto.

      Supprimer
  19. Tiens, JEAN-LOUIS, en parlant de notre maître GIOUX, j'ai appris il y a trois jours (c'est vraiment pour moi une nouvelle) que TONY PARKER (le basketteur de NBA), quand il était gamin et que son père jouait au BCD, a joué au FCD et qu'il a fréquenté l'école Desceliers. Bien entendu, il ne devait pas s'agir de la nôtre, désaffectée en 1970, mais de celle qui se trouvait et se trouve en face du Jardin d'enfants.

    Après Michèle Morgan, V. Lemercier et Emmanuel Petit, c'est pas mal.

    Fausto.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et que.....David Douillet ....information de poids!!! a fait ses débuts a Neufchâtel en Bray
      Claudie

      Supprimer
    2. Eh bien j'en appends tous les jours. Douillet aussi ! Mais alors il est Normand!

      Cela ne m'étonne pas. Le poisson et la crème ça donne des forces, bien que la spécialité de Neufchâtel ne soit pas exactement le poisson faute de mer, mais plutôt le fromage qui, il est vrai, est excellent et doit aussi donner quelques forces.

      Fausto.

      Supprimer
  20. Bravo MON Fausto !.....tu parles de notre Dieppe; mieux que personne!....
    JL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A tous nos commentateurs;amis; amies!de Dieppe, et des alentours....
      Je vous souhaite une bonne année 2016
      2015 se termine, elle ne fut pas forcément réjouissante!....Espérons de celle qui vient, tout ce qu'on peut en attendre!....d'abord la santé, à vous tous!.....
      Jean-Louis

      Supprimer