mercredi 21 octobre 2015

Le secret de la Licorne


 Un des plus petits de la flotte, mais c'est lui qui me rapporte mon poisson. 



14 commentaires:

  1. Bien qu'il ne pêche pas le "Trésor de Rackam le Rouge"..
    .il pêche de biens beaux ( et bons !) poissons!.....A vendre aux barrières ( qui n'existent plus.....)
    JL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est là que je m'approvisionne.

      Supprimer
    2. Oui, les "barrières" et la vente qui va avec. Toute une histoire que d'aucuns rappelleront. Il n'y a du reste plus de train traversant la ville et rompant le train-train quotidien.

      Pour les bateaux, étant sans doute un vieux con, je préfère l'esthétique des temps passés et ce, quelle que soit la taille du bateau en question. Les goûts et les couleurs ... comme dirait un fontainier de mes amis ... (il y a un jeu de mots vaseux dont je me targue d'être le triste l'auteur).

      Fausto.

      Supprimer
    3. .....Les coups et les douleurs!.....aussi!....

      Supprimer
    4. Mille excuses. Les goûts en question c'est peut-être les miens. Parfois, pour faire un jeu de mots, on dit n'importe quoi et je devrais tourner sept fois ma plume dans l'encrier avant d'écrire. Une bonne leçon pour moi qui suis resté à l'époque des bons vieux bateaux de mon enfance sans savoir, ni connaître et surtout en me bornant à manger ces délicieux poissons assis sur une chaise sans risquer d'aller les chercher. C'est vrai que c'est plus simple. Vive la marine !

      Fausto.

      Supprimer
  2. Le propriétaire de ce bateau, fit naufrage, avec le précédent;nommé "Le Battant", ils 'en tirèrent indemnes avec beaucoup de chance!....De nuit dans l'eau,froide; à 10 miles du port sans personne alentour.......si le largage automatique ( hydrostatique ) du Bombard n'avait pas fonctionné.......
    Enfin ils en sont revenus,c'est l'essentiel, et avec ce second bateau, ils travaillent bien!....Et reprendre la mer après un naufrage; déjà !...C'est bien comme çà!...
    JL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, l'esthétique (qui donne lieu à des considérations personnelles et subjectives et par conséquent fort critiquables et peut-être malvenues) et la technologie ne vont pas forcément de pair et on ne peut regretter le "bon vieux temps" où tout se faisait à force d'expérience, "à la main" et "au feeling" ou presque. Le largage automatique en question semble donc avoir été essentiel et heureusement pour les hommes.

      Cette "aventure" qui a failli être tragique montre bien que le métier de marin reste dur, très dur, malgré les progrès techniques. "De nuit dans l'eau froide" c'est sans doute voir la mort de près. Ouf, il n'en a pas été ainsi !

      Ceux qui rapportent le poisson ont en tout cas du courage tant pour le travail qu'ils effectuent que face aux risques qu'ils encourent. Chapeau en tout cas, longue vie à ces travailleurs de la mer et merci pour ce qu'ils font ! (ils peuvent en être fiers).

      Fausto.

      Supprimer
    2. Pour compléter le texte ci-dessus:
      J'ai navigué avec son ...Grand père, qui commandait chez "Le Bouder" ( les"Gougy;) son père est un collègue; qui a commandé, lui aussi à la pêche!...
      de ce fait, il doit avoir de l'eau de mer dans les veines...
      et des écailles de hareng dans les cheveux......
      JL

      Supprimer
  3. Jean-Louis,

    D'après les photos, n'est-il pas un peu sur l'avant ou est-ce la vague d'étrave qui donne cette impression ?

    Connaissez-vous ses caractéristiques ?
    Barcos

    RépondreSupprimer
  4. C'est cela, il est un peu sur "le nez" comme on dit, mais cela résulte aussi du profil de sa coque; car il a un "bulbe "d'étrave ( bulbus bow ) et la déformation des filets d'eau due à ce bulbe , combinée avec la puissance de propulsion de l'hélice, aurait tendance à "écraser" l'allure générale.
    Et de toutes façons, c'est un chalutier; ( donc un tracteur ) et l'allure en vitesse importe peu.( même raison pour la tuyère d'hélice, qui augmente la traction, pas la vitesse).
    JL

    RépondreSupprimer
  5. C'est bien le chalutier de fond la Licorne V du patron Raphael G. (anciennement LS.918507, en remplacement du Battant, victime d'un naufrage en août 2011) qui porta secours en septembre 2014 à La P’tite Chloé? Solidarité en mer quand tu nous tiens ...

    C'était donc lors du naufrage du Battant que la personne dont tu parles, JEAN-LOUIS, a failli mourir.

    Je comprends aussi maintenant pourquoi on nous parle au début des Barrières. Les prises de La licorne sont vendues essentiellement aux Barrières, qui n'existent plus en tant que telles, mais dont le lieu conserve le nom. Où se fait exactement la vente aujourd'hui ? Au même endroit ou ailleurs ? J'ai vu lorsque je suis allé à Dieppe en août dernier un nouveau marché pas loin du pont Ango. Est-ce là ?

    Fausto.

    RépondreSupprimer
  6. Les "barrières" qui n'ont gardées que le nom ; sont maintenant, à peu près à la place de l'ancienne poissonnerie au détail .( soit depuis en face du "Tout Va Bien" jusqu'à, effectivement le début de la place où étaient les "fameuses" barrières) les bateaux qui vendent, là ,leur pêche sont les petits côtiers, habitués .
    L'autre point de vente, que tu cites; est quai Trudaine, soit en gros devant le café de Cayeux et "Léveillard-Pneus" ce qui le place, juste après le pont Ango.
    Les places de vente sont pour les autres bateaux ( notamment les chalutiers; les coquillards, bulotiers et autres pêcheurs de moules) voilà la situation de ces deux points de vente. ( pour les amateurs; bientôt la foire aux harengs........)
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OK, c'est entendu. Je pensais à tort que la vente aux "Barrières" avait été transférée au marché que tu dis. Pour l'emplacement de la vente aux "barrières", je vois : à la place de l'ancienne poissonnerie qui se trouvait devant le Touvab. et donc à droite (en venant du quai Duquesne) de l'horloge de la gare maritime, aujourd'hui disparue.

      Fausto.

      Supprimer
  7. Les "côtiers" qui vendaient aux barrières...
    Je me rappelle l 'Henri Ledun des frères Voisine (les Donald ou les Dalton...), l'Ange Gardien, le Notre dame de Brebières.
    Fernand, mon père a navigué sur le Jésus de Nazareth des frères Leprince, (Robert et Henri) avec un moteur .Bollinder de 25 cv. et pas d'électricité, les feux éclairaient au carbure...

    RépondreSupprimer