mardi 24 mars 2015

Le bassin Duquesne 1964


Merci à Georges-Marie et à Alain.

43 commentaires:

  1. Oui, le quai du Tonkin, les grues, le bâtiment où j'ai travaillé dans la deuxième moitié des années 70 deux étés (voirie et camion poubelle). C'est là qu'habitait il fut un temps le père de la Mélie du Pollet. La gare aussi et le bassin à sec.

    Je me souviens de gars du service de la voirie, pour le moins rudes mais très sympas et très humains. C'est sans doute cette humanité qui me manque le plus.

    Fausto.

    RépondreSupprimer
  2. JL

    Quel est ce gros chalutier au sec ?

    Barcos

    RépondreSupprimer
  3. Au fond,çà semble être le "Doux Frimaire", ou "l'Armand Crespin" ( 2 bateaux identiques 32 m de chez Mallet; sans voir l'immatriculation?!....pas possible ! ) et à droite au fond; toujours à Mallet il y a un 28 m "Nivôse", ou "Ventôse" identiques également. La forte barque à coté du "Ventôse", pourrait être le "Jean Charcot". l'"Enizan" peut-être à droite seul à quai.
    JL

    RépondreSupprimer
  4. Dommage que l'on ne puisse pas augmenter la définition de l'image comme dans les séries TV où l'on peut lire les plaques minéralogiques des voiture à des centaines de mètres ! Quelqu'un se souvient-il pourquoi les portes de l'écluse étaient restées ouvertes ?
    G-M

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'éclusier avait dû oublier de fermer à clef après avoir trop éclusé. J'avoue qu'il n'y a pas de pardon en semblable affaire. "Exclusez-moi".

      Ceci étant, quelqu'un pourrait-il me dire quels sont les bâtiments se trouvant en haut à droite. La caserne ?

      FG

      Supprimer
  5. Quand le besoin s'en faisait sentir; ( pour entretien des écluses, par exemple ou recherches de choses tombées au bassin ) la capitainerie prévenait quelques jours avant , de passer au bassin de Paris, où si l'on restait, de prendre des précautions d'amarrage .et le bassin était mis à sec, plusieurs basse mer de suite.
    c'était rare quand même.
    JL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vu, en ce qui me concerne plusieurs fois le bassin à sec. En tout cas c'est ce qui me semble.

      FG

      Supprimer
    2. Et je précise que ce que j'ai écrit un peu plus haut sur cette histoire d'écluse est une blague bourrée seulement de jeux de mots. Je n'ai jamais connu le moindre éclusier de ma vie. Blague pas très fine sans toute, basée sur des identités de sons pour se dérider un peu et mettre de l'ambiance. Que tous les éclusiers de France et de Navarre (et même d'ailleurs) veuillent bien m'excuser.

      FG

      Supprimer
  6. Je pense que c'est la caserne de Janval, Fausto. Je suis étonnée de voir la gare aussi rutilante, elle a souvent donné dans le rose layette passé.

    RépondreSupprimer
  7. Oui CATHERINE, peut-être l'avaient-ils remise à neuf. J'ai vu quelques petits films des années 60 où la gare paraît aussi bien fraîche.

    En tout cas dans mon souvenir, la gare ferroviaire était énorme pour la taille de la ville et le trafic. Notamment sa salle des pas perdus, pas perdus pour tout le monde (je me comprends, je me comprends ...).

    Je me souviens aussi de l'époque où, étant gamin, il fallait prendre un ticket pour aller sur le quai accompagner des gens qui prenaient le train.

    FG

    RépondreSupprimer
  8. Oui, exact on disait un ticket de quai d'ailleurs. Mais monter dans le train n'était pas permis! C'est vrai que le hall de la gare semblait démesuré et le kiosque à journaux tout petit à droite en rentrant, il était tenu par une petite dame toujours pimpante qui s' appelait Simone.


    RépondreSupprimer
  9. JL, à quelle époque a été construit le SAS du pont Ango et était-il fait à l'origine pour permettre aux gros chalutiers d'entrer dans le bassin Duquesne, ou d'en sortir, à marée basse ?

    barcos

    RépondreSupprimer
  10. Salut Barcos,
    Il n'y a jamais eu de sas,au pont Ango; juste des portes,de retenue,( ouverture 2 h avant PM fermeture 2h après PM.) qui furent doublées, par un deuxième jeu, pour la sécurité, quoique aujourd'hui, le jeu de portes se trouvant sous le pont, a été supprimé!.....( pareil au bassin de Paris, à la passerelle Amiral Rolland , Mais là, c'est 2h avant, 1h après.)
    Pour qu'un sas puisse fonctionner, il aurait fallu une arrivée d'eau en amont car la taille du bassin aurait juste permis un sas ou deux; et surtout,il faudrait draguer profond, pour qu'à basse mer,on puisse sortit; ou entrer!...donc avec les tirants d'eau des chalutiers de l'époque.....-moins 6m au zéro des cartes....Déjà qu'ils ne pouvaient pas entrer dans l'avant port de basse mer!... ( dragué pour les paquebots à moins 4 ou 5 )le "Printemps", par exemple calait 6m 20!....le "Doux Frimaire" 4m 50 !....alors tu vois; un sas ???!!!!!.....Possible, mais avec des travaux.....gigantesques!
    JL

    RépondreSupprimer
  11. Merci JL d'avoir éclairé ma lanterne. J'avais entendu ça, mais évidemment, cela n'est pas possible.

    Gobeur de couleuvre que je suis...

    Barcos

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut l’ami
      Je crois que tu ne vas pas être le seul à avaler les couleuvres. Pourquoi baisse-t-on le niveau du bassin Duquesne par ce fameux trop plein au pont Jehan Ango??... Gégé

      Supprimer
  12. Pour pouvoir ouvrir 2h 00 avant le plein de la marée suivante.
    au bassin de Paris; même principe, mais là, avec des vannes réglables.
    cela répond-il à ton interrogation?
    JL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui,Bien sur, comme dirait un certain...............Gégé

      Supprimer
  13. Que d'objets hétéroclites on doit découvrir au fonds du bassin lorsqu'il est mis au sec.
    Sans doute des outils de toutes sortes, des morceaux de chalut, des vélos, des mobylettes, des grages peu-être.
    Avez-vous des souvenirs d'objets insolites aperçus dans pareil cas ?

    Barcos

    RépondreSupprimer
  14. .......des vieux frigos, et autres électroménagers; une voiture, parfois; des couteaux de dragues ( grages...à la Grancopaise!...) des jeux de câbles...des gros paquets de câbles!.....et aussi, (mais heureusement rarement), un cadavre!......
    JL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. S'il s'agissait de cadavres, j'imagine qu'ils étaient lestés ou bloqués par quelque chose au fond du bassin car, si je ne m'abuse, un corps mort remonte à la surface. Un corps à la surface d'un bassin aurait fini par se voir.

      Sauf noyade récente où le corps s'immobilise un certain temps au fond du bassin, ces cadavres, sauf erreur de ma part, ne pouvaient être que lestés ou bloqués pour diverses raisons au fond du bassin.

      Bon, au-delà de ces pensées morbides, je me pose des questions sur le comportement de nos concitoyens. Que des ustensiles ou du matériel liés au monde de la pêche ou de la navigation se retrouvent au fond du bassin, c'est bien compréhensible car un tas d'éléments peuvent se détacher, être précipités involontairement dans les eaux, mais des frigos et même des voitures, sauf accident, c'est assez inconcevable. Et pourtant ...

      FG

      Supprimer
  15. Oui Fausto, mais pour certains, c'était un peu comme une décharge!....hélas!....
    Quant aux cadavres,rares;il est vrai, c'était parce qu'ils étaient plus ou moins envasés, et ce n'était pas forcément des humains;il y avait aussi chien, chats nouveaux nés,( lestés dans un sac).
    JL

    RépondreSupprimer
  16. Moi j'ai surtout le souvenir des odeurs de vase car avant que la porte et le pont Jehan ANGO soient construits le bassin DUQUESNE était à sec aux deux marées ;pour rejoindre le POLLET il y avait une passerelle sur pilotis face à la place Louis VITET

    RépondreSupprimer
  17. Oui ALAIN, raconte-nous un peu comment se présentait le bassin Duquesne et les alentours à l'époque. Et la darse ! Parlait-on de Darse à cette époque ? Quand du reste ? Années 40 ?

    FG

    RépondreSupprimer
  18. Entre 1944 (destruction du pont Duquesne) et 1950 (apparition du pont-levis alias pont Ango) j'imagine ...

    FG

    RépondreSupprimer
  19. http://www.jemesouviensdieppe.com/crbst_22.html

    RépondreSupprimer
  20. Sur la quatrième photo, l'édifice avec le toit à la normande et l'horloge, c'était sur l'ïle du Pollet ? Une poissonnerie ? Un marché ?

    Et cette fameuse passerelle, c'est celle qui se trouve sur l'avant dernière photo ? J'avoue que je n'arrive pas à m'orienter avec toutes ces destructions qui ont dû forcément donner place à du nouveau que j'ai forcément connu plus tard.

    La maison à l'horloge me dit quelque chose. Je me demande si je ne l'ai pas vue une fois étant tout petit en longeant le quai avec mon père. Peut-être s'agit-il aussi d'une photo que j'ai dû voir, mais cela me rappelle quelque chose qui m'a étonné ou impressionné. Peut-être aussi sur ce blog.

    FG

    RépondreSupprimer
  21. C'était l'ancienne poissonnerie en gros quai du Carénage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle a disparu quand ? Années 60 ?

      FG

      Supprimer
  22. Construite en 1926 démolie en 1965

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors si elle a été démolie en 1965, son souvenir doit relever d'un "flash" de mon enfance. C'est peut-être bien cette poissonnerie qui détonait dans le paysage qui m'impressionna lorsque mon père m'emmena pour je ne sais trop quelle affaire. Peut-être une simple balade, bien que ce ne fût pas son genre.

      Je me souviens d'un tas de choses plus ou moins vagues de ma petite enfance qu'ensuite je n'ai pas retrouvées. Évidemment, elles avaient disparu.

      Notamment une pompe à essence type "années 50", ou ce qu'il en restait, située, je crois, quai du Hable et que j'ai dû voir tout petit, mais qu'à l'âge de sept ans ou huit ans, lorsque j'allais chercher du "petit bleu" pour mon père chez le buraliste situé après la Tour aux Crabes, je n'ai plus retrouvée.

      FG

      Supprimer
    2. En 62-3 il y avait encore des mareyeurs qui travaillaient là. ( Hérouard,Cadiou; pigné etc....)
      J'y ai vendu mon "partage" de poissons à cette époque.....Ils auraient pu, garder la façade en style, cela aurait été au moins aussi beau que le cube de béton construit à la place!...
      JL

      Supprimer
    3. Il y eut aussi une pompe à essence, du même style quai Henry IV non loin du "Tout Va Bien" qui fonctionnait encore dans les années 68-70 ( le dernier propriétaire était Mr Léveillard ; son fils est quai Trudaine, et à Neuville aujourd'hui " Léveillard-Pneus") .Celle du quai du Hable, devait appartenir au transporteur "Coulbeau".
      JL

      Supprimer
    4. Je profite de la pause de midi pour vous dire que oui, garder au moins la façade aurait été une bien belle chose (j'irais même jusqu'à dire l'ensemble). Franchement c'était pas mal. IL est vrai que l'on ne peut tout garder, mais le béton à la place ...

      Ce qu'il y a d'extraordinaire dans ce Quiquengrogne ,c'est qu'il y a un tas de choses qui relèvent parfois de mon inconscient et que Quiquengrogne (ses participants donc) fait ressurgir.

      Je me souviens notamment des "estacades" dont parlait Olivier je ne sais plus trop où. Estacades qui apparemment ont perduré jusque dans les années 70 d'après ce que j'ai cru comprendre.

      J'avoue que pour moi ce n'est qu'un souvenir lointain, mais toujours un de ces flash qui me renvoie à ma réalité passée.

      Enfin, tout cela me fait être bien fier de Dieppe.

      FG

      Supprimer
  23. Pour te répondre Fausto; l'immeuble, en contre bas de la caserne Duquesne, existe toujours, (Il était neuf,à l'époque ) c'est toujours un immeuble d'habitation.( je suis allé voir ce matin!.....)
    JL

    RépondreSupprimer
  24. jolie photo, belles couleurs
    impressionnant , ce bassin asséché
    nécessité de nettoyage ?
    grandes marees ?
    si mes calculs sont bons, cela pourrait être plausible
    1964_1981_1998_2015
    mais est ce que l effet des grandes marées vide a ce point le bassin?
    elle est plutot jolie notre gare, avec ses teintes , a mon dernier passage elle etait couleur ton pierre en 1964 : il n y avait pas le kiosque a journaux , je crois au milieu de la gare des bancs en bois , sépares par des bacs de plantes ou arbustes ,cela meublait un peu ce hall un peu démesuré de cette gare ,
    sur le cote droit , un petit couloir qui menait a la gare routière ou attendaient les cars Denis
    : ,

    RépondreSupprimer
  25. On y voit aussi l'ancienne huilerie Perrotte et Poullard, dont Olivier avait parlé sur la page : http://www.quiquengrogne-dieppe.com/2011/07/huileries-perrotte-et-poullard.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur la photo, à gauche des bâtiments de la ville (voirie, fontainerie, etc.), n'est-ce pas ?

      FG

      Supprimer
  26. Par contre, l’hôtel du "Terminus" ( avec son clocheton typique ) n'existe déjà plus. ( on en aperçoit la friche, au coin de la rue de l’entrepôt, derrière la grue mobile.).
    JL

    RépondreSupprimer
  27. Pour l'hôtel Terminus, voir notamment : http://www.quiquengrogne-dieppe.com/2009/09/apres-lhotel-terminus.html

    L'hôtel en question fut apparemment détruit pendant la seconde guerre mondiale.

    FG

    RépondreSupprimer
  28. C'est impossible, dans la mesure où je l'ai connu ; ( où alors c'était un prédécesseur?....) Il appartenait à Mr. Mallet, mais était, désaffecté depuis quelques années il a du être démoli dans la période 62-63.
    JL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. JL, je me suis mal exprimé. L'hôtel Terminus (appelé originellement Hôtel de la Gare) datait de 1882. Il se trouvait au coin de la rue de l'entrepôt et fut durement frappé durant la seconde guerre mondiale, Il a en effet appartenu au XXe sièle à M. Mallet. Son état après la guerre est de plus en plus critique et on démolit l'hôtel définitivement en 1961. Restent encore quelques vestiges (un bout de mur), rasé, je crois, en 2009.

      FG

      Supprimer
  29. Voilà!....je comprends mieux!...
    aujourd'hui, avec les travaux en cours.....une des voie de la pénétrante, passera sur l'endroit où il était!...ainsi va le temps...
    JL

    RépondreSupprimer
  30. JEAN-LOUIS, j'ai trouvé la pompe dont tu parlais plus haut. Il y avait en effet un garage juste après le Bar Parisien, donc après le Tout-Va-Bien. Voir :
    https://www.youtube.com/watch?v=Lev9fJAjzyc

    Encore un petit film daté de 1965.

    FG

    RépondreSupprimer