jeudi 15 janvier 2015

D'après les voitures, début des années 70


26 commentaires:

  1. Oui, ça c'est le Dieppe de mon enfance, puis de mon adolescence. D'accord avec l'époque. Les voitures me font penser aux années 70 (début ou milieu de la décennie). Et puis le Villandry et le Valençay j'imagine, l'avant-port, l'arrêt de bus et le pont levis (je l'appelais comme cela).

    J'aurais pu être sur la photo, mais comme je ne vois personne faire le zouave et que ce n'est pas non plus le pont de l'Alma, je ne dois pas y être.

    FG

    RépondreSupprimer
  2. Des couleurs vives et vivifiantes, un ciel presque sans nuages, une onde bleutée et pure ! Tu ne peux pas t'imaginer comment cette photographie peut faire du bien ! Merci Olivier !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais envie de soleil après ce début d'année plus que triste.
      Olivier

      Supprimer
  3. Oui, la luminosité et les couleurs vives et vivifiantes sont dues d'abord, j'imagine, à la prise de la photo par beau temps, mais aussi au type de photos et de cartes postales de l'époque.

    Je pense qu'Olivier a raison, la photo date plutôt du début des années 70 car je ne vois pas du tout certaines voitures produites pour la première fois à partir des années 72, 73 ou 74. La Renault 5 par exemple produite à Valladolid (FASA Renault) ou à Flins et déjà foisonnante dans la deuxième moitié des années 70.

    Ceci étant, je vois à droite une ligne blanche, or les lignes jaunes furent remplacées, je crois, en France, en 1972 (sauf erreur de ma part).

    Remarquez les rails, imaginez les barrières et le train. Tout cela a disparu de nos jours.

    Et le groupe de personnes qui marche près des rails (un groupe scolaire ?).

    FG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca aurait pu être mes élèves à peu de choses près.
      Olivier

      Supprimer
  4. Je voulais dire à gauche et pas à droite, bien entendu. Lapsus calami ou errements de quelqu'un qui confond sa gauche et sa droite ?

    Fausto.

    RépondreSupprimer
  5. J'ai bien peur, que cela soit des cartes postales " colorisées" ( tant pis pour la poésie!....) car je n'ai JAMAIS vu l'avant port bleu ....comme sur la cote d'azur!....au mieux il est vert pomme avec du "jaunâtre "dedans!.....ou vert sombre avec la couverture nuageuse!.
    Cependant, c'est vrai que cette carte ,nous ensoleille notre triste Janvier!.....pas seulement les couleurs, mais aussi ...les souvenirs!....
    ( j'ai cru reconnaitre l'arrière typique des "Simca 1100"
    donc ....( j'en ai eu une en 1969, elle venait de sortir..) cela situe bien l'époque citée par Olivier.
    Quand au groupe scolaire.....déjà en 1961, avec Mr Lavieuville Prof de sport , nous faisions déjà cette même route pour aller faire du foot, ou du rugby, sur la plage, ( parfois c'était à Caude-Cote à pied aussi, bien entendu.....c'était déjà du sport en soi!....)
    Voilà j'ai ravivé un peu les souvenirs.....si proches et déjà ...si loin!.......
    JL

    RépondreSupprimer
  6. Cà me rappelle un sketch de Dany Boon!.....
    < la mer du Nord, elle est gris jaune;... la 1ère fois que j'ai vu la méditerranée elle était tellement bleue......J'ai cru qu'ils avaient mis du "canard WC" ......

    RépondreSupprimer
  7. C'est vrai que les couleurs sont un peu "vives" mais je crois me souvenir que le Kodachrome donnait cet effet, à cause de ça, je choisissais plutôt l'Echtachrome, mais elle est quand même bien belle à regarder ; pour le lieu bien sûr et pour nous autres sexagénaires (à peu près) pour tout ce qui n'existe plus dans ce petit secteur. S'agissant de la datation, j'ai une photo du Villandry passant devant le quai du Hâble que j'ai prise l'été 1969, on est donc tous d'accord.
    G-M

    RépondreSupprimer
  8. La baraque, genre .....parc Jehan Ango ....à droite du syndicat des Armateurs, était à cette époque le "Club House" du CVD. dirigé par Mme Sorel; On voit d'ailleurs la grue qui servait à mettre les bateau au sec. ( du président du CVD de l'époque, Mr Dorival ) et je peux assurer que l'eau du bassin Duquesne, juste à cet endroit était.......entre marron foncé et noire!....avec quelques reflets irisés de mazout, et quelques débris de caisses en polystyrène ou en bois!......( çà c'est le coté sombre!.....)
    JL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour GM, bonjour JL. Pour la datation, la présence du Villandry ne dit malheureusement pas grand chose, ce dernier ayant navigué avec le Valençay, puis avec "Gros Bill" (l'Anglais Senlac) jusqu'en 1982, année où il a quitté Dieppe.

      Comme je le disais dans un de mes mails, la photo ne date pas de la seconde moitié des années 70, je pense, car n ne voit aucune des voitures (dont la fameuse Renault 5 qui commençait à "envahir déjà alors nos parkings et autres places de stationnement) sorties à partir des années 73, 74, 75.

      Ce qui me fait penser au début es années 70, ce sont les bandes blanches en bas à gauche. Je pense en effet que le jaune a été supprimé à partit de 1972, en tout cas pour les lignes jaunes centrales. Bon, peut-être aussi fin années 60 au cas où le blanc aurait été mis à l'ordre du jour un peu avant. En tout cas, les nombreuses voitures anguleuses ne rappellent pas les années soixante où beaucoup de voitures aux formes arrondies circulaient encore (bon, vous voyez ce que je veux dire).

      Pour les photos, GM, je suis tout à fait d'accord avec toi. Outre les cartes postales qui, il fut un temps, furent colorisées, il semble, comme je le dis un peu plus haut, que les photos de l'époque (en tout cas avec certaines pellicules et certains appareils) donnaient cette brillance, fort jolie et reposante, mais quelque peu artificielle comme le suggère fort justement Jean-Louis.

      Je remercie par ailleurs JL pour les précisions qu'il ajoute. Quant aux reflets irisés et autres taches de mazout, c'est aussi pour moi un souvenir indélébile et pas encore mazouté.

      FG

      Supprimer
  9. pour compléter:
    Le "Seajet" ( Normandy Princess) fit sa 1ère traversée fin Avril 1979. Or sur la photo , sa gare maritime s'élevant sur l'appontement, près du pont Jehan Ango......n'existe pas encore!...ce qui nous ramène bien dans la fourchette citée ci-dessus.
    JL

    RépondreSupprimer
  10. A la louche, deux nouveaux indices : le break R12 sort en 70 et la Simca Chrysler 160/180 (blanche toit vinyl derrière le groupe d'écoliers) est présentée au salon de 70. On à l'air d'être vers les beaux jours, on serait donc au moins en 71. Passionnant l'interprétation photo !
    G-M

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En dehors de tout cela, les gars (et les filles, bien entendu), que pensez-vous de votre enfance ou de votre adolescence à Dieppe ? J'imagine que c'est selon et en dehors de tout statut social.

      Quant à moi, quand je vois ça, c'est une bouffée de bonheur qui monte à la surface (restons maritime).

      Je crois que cela doit-être beaucoup plus fort pour ceux qui ont, non point abandonné, mais quitté (à leur corps et à leur coeur défendant) Dieppe depuis longtemps.

      FG

      Supprimer
  11. On voit bien aussi, la différence de tirant d'eau; des deux ferries; celui en stand- by poste IV qui semble être le "Villandry" lège ; ( près de la pendule de la gare) et celui en chargement, à la rampe.( forcément le "Valençay".)
    JL

    RépondreSupprimer
  12. C'est encore moi. Si Jean-Louis ou un autre camarade pouvait me parler du Bout-du-Quai encore et toujours, quelles que soient les décennies, ce serait formidable. Je suis en pleine crise de souvenirs et de repères, non point perdus, mais endormis.

    "Beatae memoriae". Une espèce de "In memoriam" en quelque sorte. Et je crois qu'en semblable matière j'évoque bien l'âme d'un défunt, celui de mon Bout-du-Quai, le seul, le vrai.

    A moi Jean-Louis ! A moi Olivier ! A moi Alain ! A moi tous les autres ! A moi la Légion !

    Fausto.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour c²eux qui l'ont connu; il y a un des frères Soloy de la rue de la lanterne qui travaillait en cour de marée ( Christian Soloy qui était surnommé " le Boche"!.....pas facile comme surnom!...) qui est décédé récemment.
      cette famille était" type" du secteur du moulin à vent!...Il y avait le footbaleur , qui joua au FCD, le père,docker, (marcheur des marcheurs Dieppois )leur voisin, Raymond Quesnel, Docker au poisson, mais musicien à la " Neuvillaise", puis à l"Avant-Garde" tu vois Fausto, ( où Daniel!...) un petit coup de rafraichissement dans les souvenirs !...du "bout du.quai "
      JL

      Supprimer
    2. Ah, super ! Je me souviens bien du fameux Soloy et des Quesnel (toute une famille). De Fourré ou Fourret qui habitait aussi, je crois, rue de la Lanterne. D'un certain Samson, l'homme à la Norton. Des Savoye ou Savoie. D'un gars que l'on surnommait "Poupou" et des frères Gouel (je ne garantis pas l'orthographe). Tous étaient plus âgés que moi, un peu plus ou beaucoup plus selon le cas. Je veux dire que je les connaissais, mais n'avais pas de relations directes ou suivies avec eux. Il s'agissait en tout cas de personnes très connues au Bout-du-Quai.

      Il y avait aussi quand j'étais enfant un gars qui devait avoir alors la quarantaine (peut-être que l'enfant que j'étais se trompe sur son âge) et que l'on appelait "Dédé Masure" (je ne sais pas si c'était son véritable nom de famille). Sans oublier le fameux Crampon de la rue de la Rade (là non plus je ne pourrais garantir s'il s'agissait de son vrai nom). Bon tu sais, le cidre à la tirette ou à la tireuse selon l'expression employée.

      Et puis, dans un tout autre genre, les Leveau et l'inoubliable Freddy, en passant par les Tracol, Morel, Demonchy, Lemonier, Leblanc, Catelain, Lamy et bien d'autres. Ces derniers étaient essentiellement des gens de la rue Desceliers ou Béthencourt. Ajoutons, bien entendu Dario.

      Te souviens-tu JL., du coiffeur du quai Henry IV, entre le rue Béthencourt et la rue Parmentier ? Je me souviens de la devanture qui, je crois, était bleue (là non plus je n'affirmerai rien car j'ai la "chance" d'être daltonien). Je me souviens qu'il me faisait "des coupes au bol" et que je bougeais sans arrêt et pour me calmer il disait "voyons". De là le surnom de "Boyonce" que lui avait donné ma mère espagnole qui parlait très mal le français, mais comprenait parfaitement tout ce qui se disait.

      Et le marchand du Quai Henri IV (après la rue de la Rade en allant vers le quai du Hable) de farces et attrapes, masques de chevaliers, déguisements de cow-boys, épées en plastique, pistolets à amorce ?

      Et le bar tabac du quai du Hable, juste après la Tour aux Crabes où j'allais chercher le "Petit Bleu" pour mon père ?

      FG.

      Supprimer
  13. Jean-Louis et Fausto, puisque l'on évoque des dockers-poissonniers, n'y-a t'il pas de têtes que vous connaissiez sur mes photos (de 1963) publiées dans le sujet "dockers-poissonniers" de septembre 2011 ?
    G-M

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malheureusement non, je n'avais à l'époque que quelques années de vie, mais je me souviens bien du cadre qui n'avait pas beaucoup changé quelques années après. J'ai peut-être connu ces personnes plus tard, mais un peu plus âgées et n'arrive pas à les reconnaître.

      Fausto.

      Supprimer
    2. En tout cas le gars sur la mobylette de la dernière photo fait vraiment "gros bras" de l'époque.

      FG

      Supprimer
  14. j'en ai reconnu, 2 ou 3 ; mais par contre.....pas les noms?!...
    Fausto, la mobylette......BLEUE!.....haut de game!.....
    Moi, j'ai aussi vu, mon café du "mille" de l'époque, " chez la grosse Jacqueline".....le ²"café de la criée" devenu plus tard, le "Crédit Maritime", puis aujourd'hui..."soleil Tropical " institut de soins et beauté.
    ( on est loin de la "grosse Jacqueline"!!!!!........)
    JL

    RépondreSupprimer
  15. Ah oui, on est loin de la "grosse Jacqueline" comme tu dis et je n'imaginais pas en prenant ces photos qu'elles auraient, de notre vivant (donc pas si longtemps après!), une valeur de témoignage d'une époque complètement révolue...
    G-M

    RépondreSupprimer
  16. La "criée" était le café du "mille" des bateaux à Le Bouder, ( on disait les "Gougy" ) puis ce fut le mien quand j'eus mon bateau, plus tard.
    la "grosse Jacqueline" pour nous était un surnom plutôt affectueux, car ;elle rendait énormément de services!....(si la marée était à 2h00 du matin, pour nous le café était ouvert car nos approvisionnements, pour la marée suivante, étaient parfois chez elle!... de ce fait nous pouvions repartir sans attendre!.
    En fait,c'était Jacqueline Bonnard, mariée à un cuisinier de la " Transat " ( la grande époque des bananiers ) qui vendit son café à un restaurateur parisien qui en fit "la Belle Époque" mais qui ne dura pas ( c'est pour cela que je ne l'ai pas mentionné plus haut ) Le crédit maritime vint juste après.( son mari et elle ne sont plus aujourd'hui. )
    JL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. BJR

      Le restaurant la BELLE EPOQUE était à l'étage.
      Au rez-de-chaussée il y avait le restaurant de LA CRIEE.
      En fait je crois que la propriétaire, des deux, était une société qui comprenait, sauf erreur de ma part, le patron de LA BUCHERIE, autre restaurant de renom à DIEPPE qui a connu de belles heures de gloire.
      Le restaurant LA CRIEE, comme son nom l'indique à DIEPPE, servait plus spécialement des poissons. Quant à la BELLE EPOQUE c'était plutôt un tantinet plus "gastro" (c'est d'actualité à cette époque).

      Barcos

      Supprimer
  17. C'est exact, le rez de chaussée avait gardé le nom de "la Criée", mais n'avait plus rien à voir avec l'ancienne disposition. ( pour des matelots rentrant de la mer en bleus.....pas très propres; mettre des sièges en cuir ...blanc!....çà ne pouvait pas le faire!!!.....) en fait, les pêcheurs n'y allèrent pratiquement plus, c'était surtout devenu un restaurant, plus simple que la belle époque; ( située au-dessus mais qui était , c'est absolument vrai ( j'y étais allé...) un restaurant gastronomique.)
    JL

    RépondreSupprimer