lundi 26 janvier 2015

Châteaux sur mer.


SNCF archives : chateaux sur mer (Vilandry et... par TGV617

Merci à Alain.

32 commentaires:

  1. Encore une qui vaut son pesant d'or ! Il y en a des choses à voir, et dès le début avec les défunts chantiers de Nantes. Ces belles unités étaient vraiment techniquement bien adaptées à notre avant-port un peu exigu. On y voit bien sûr beaucoup de marins que certains doivent connaître et puis aussi le Lisieux, le Bout du quai, le camping du Pollet... C'est trop bien diraient les jeunes. On rencontre même un quatre-mât barque "Sedov", "Kruzenstern" ? Place aux experts !
    G-M

    RépondreSupprimer
  2. Georges le KRUZENSTERN a sa coque peinte en noir

    RépondreSupprimer
  3. ce pourrait être le voilier école Espagnol; le "Juan Sébastian Elcano" 3 ème plus grand voilier du monde, après le "Sédov" et le "Kruzenstern".?.....en tous cas il lui ressemble!.....
    JL

    RépondreSupprimer
  4. Oui Alain, tu as raison, sur les photos, le "Kruzenstern" est toujours en noir (je pensais qu'il avait été blanc à une époque) donc, ce n'est pas lui ! A mon avis, ce n'est pas non plus le "Juan Sebastian de Elcano" qui est grée en quatre-mâts goélette, ce serait donc le "Sedov" à moins qu'il y ait un autre quatre-mâts barque qui nous échappe ?
    G-M

    RépondreSupprimer
  5. Je penche pour le SEDOV à cause de la dunette au milieu qui est inexistante sur le JUAN

    RépondreSupprimer
  6. Je n'ai aucune information concernant la présence du Juan Sebastián Elcano à Dieppe. N'ai jamais eu par ailleurs connaissance de quelque quille ou coque de ce quatre-mâts opérant en nos eaux et de surcroît en notre havre maritime. Mais ...

    Rappelons cependant que ce navire-école porte le nom de l'officier qui réalisa le premier tour du monde après la mort en 1521 d'un certain Magalhaes (de nationalité portugaise), alias Magallanes (en espagnol), autrement dit Magellan. Ce dernier mourut en 1521 aux Philippines, îles qui portent le nom de l'infant Philippe, fils de Charles Quint (Charles V du Saint Empire Germanique et à la fois Charles Ier d'Espagne), le futur Philippe II de Castille, également Philippe I d'Aragon (Philippe : Philippines, c'est aussi simple que cela).

    Après ce quart d'heure "culturel", vive Dieppe et son port.

    Fausto.

    RépondreSupprimer
  7. Il n'est surement pas venu à Dieppe!....le ferry le croise dans le milieu de la Manche; il a un cap traversier, par rapport à la route trans-manche.
    Je l'avais vu à Fort de France, à quai en 1963......si bien sur c'est celui-là; mais il semblerait que cela soit un autre navire?!.....cherchons encore!....
    JL.

    RépondreSupprimer
  8. Jean Louis en 1963 le JUAN était bien à Fd F j'ai un copain de l'ALTAÏR à l'époque embarqué sur le CANOPUS qui m'a envoyé ses diapos à scanner et il l'avait pris en photo

    RépondreSupprimer
  9. Oui, Alain, je l'avais pris en photo aussi!....
    .Moi j'étais sur le "Foulaya" un bananier de la Cie de Nav..Fruitière de Nantes. ( un habitué de Dieppe d'ailleurs)
    JL

    RépondreSupprimer
  10. Cette vidéo, est très "parlante", pour moi qui a navigué en 1967 et 68 sur le Villandry et 72 et 73 sur le Valençay.
    J'ai reconnu, le timonier , les barmans, le contrôleur etc.....c'est vrai que c'était de bons bateaux, parfaitement adaptés à Dieppe et Newhaven!....à l'époque sur 4 traversées journalières ( 2 dans chaque sens ) il y en avait 2 qui étaient chargées en saison, on affichait "complet".....le plein de voitures, camions, et 1200 passagers!.....dont une grosse partie arrivait au train de marée,. et le second ferry, ainsi que le "Falaise" avaient aussi leurs traversées chargées!....
    ( il n'y avait pas de tunnel, évidemment)
    J'ai aussi des souvenirs d'excursions sur la Seine ( départ Dieppe ----- Rouen ( 1200 personnes) et retour le lendemain avec 1200 enfants et accompagnateurs .....qui étaient folkloriques!.....surtout quant en descendant la Seine ,les gamins abusaient de chocolats et autres friandises, et à partir du Havre ....route Dieppe avec un gros ri de vent W NW.....que de malades!.....je crois n'avoir jamais vu le bateau dans un état pareil!.....du vomi....partout!.....
    JL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le monde n'a pas le pied marin et puis l'abus de chocolat et la fatigue ...

      Moi j'ai connu un phénomène similaire plusieurs fois dans un train qui s'appelle le Canfranero et qui relie Huesca à Canfranc (90 km en trois heures en zone de montagne avec de petits wagons pleins d'enfants et des instituteurs ou accompagnateurs quelque peu dépassés, le tout debout par une chaleur étouffante. Cris, gesticulations d'enfants, vomi : la totale).

      Au moins sur un bateau on a droit à l'air marin, ce qui n'empêche pas d'avoir ce mal de mer quand il y a de la houle que j'ai bien connu entre Athènes et Rhodes, puis de Rhodes à Chypre. C'était pourtant un bateau d'une certaine taille !

      FG

      Supprimer
  11. Sur la cale de lancement, chez "Dubigeon" à Nantes, où l'on voit le "Valençay " en construction, fin 1963, j'allai embarquer au quai d'armement du chantier,sur un bananier, construit sur cette même cale!
    ( on construisait en France, à l'époque!...) il s'agissait du "Karukera" de la Cie ,Nav. Fruitière;! superbe bateau s'il en était.qui fréquenta, lui aussi Dieppe.
    JL

    RépondreSupprimer
  12. JEAN-LOUIS, jette un oeil à : http://www.dieppe.fr/videos/visite-guidee-de-la-chapelle-notre-dame-de-bonsecours-333

    Je crois que l'on cite quelqu'un vers la fin dans un cadre que tu connais bien.

    FG

    RépondreSupprimer
  13. Merci, Fausto;
    Effectivement, je n'avais pas encore vu ce site!.....c'est bien "Parlant", de ce qu'est la Chapelle.
    JL

    RépondreSupprimer
  14. Je me permets une intervention tout à fait hors sujet mais voici un lien que j'ai récupéré sur le forum du GGHSM (Groupement généalogique du Havre/Seine-maritime) :
    http://api.dmcloud.net/player/pubpage/5057476394739936ec0007fa/52f266919473990ce2d10e8c/b617a053b3634fa892eaf075d6fa76b3?wmode=direct&chromeless=0&autoplay=1
    Certes, c'est au Havre, mais on y voit un environnement portuaire pas très différent de celui de Dieppe et pour les amateurs de bateau à roues en action, je trouve que les images sont d'une rare qualité.
    G-M

    RépondreSupprimer
  15. Oui, ce film de 1918 est d'une incroyable netteté. Le Havre de l'époque, par la force des choses, était bien différent de celui d'aujourd'hui. Il était à mon sens bien plus beau. Ah ces reconstructions marquées au sceau des prétendues "prouesses architecturales" !

    Dommage que je n'aie pas pu voir la fin, le film s'est arrêté au moment où j'ai cru reconnaître au loin Sainte-Adresse, mais peut-être que je me trompe. Je n'ai en fait qu'un vague souvenir du Havre, bien qu'y ayant vécu deux ans (Caucriauville) par intermittence.

    Fausto.

    RépondreSupprimer
  16. Eh oui, les reconstructions... A Cracovie notamment on a refait à l'identique mais j'ai bien l'impression que les urbanistes français de l'après-guerre ont accueilli ces destructions comme une opportunité de se débarrasser des pentes et autres fortifications qui perturbaient la circulation. Pour Brest, c'est sûr et pour Le Havre, ça ne m'étonnerait pas !
    Oui, c'est bien Sainte Adresse que l'on voit, je suppose que les troupes américaines débarquées sur le port allaient cantonner au fort.
    Comme nous n'y avons plus de famille, je n'ai découvert Le Havre qu'en 1964 (le temps qu'il a fallu à mon père pour accepter de revoir sa ville dévastée...) et ce n'est que beaucoup plus récemment (années 80/90), grâce au tournoi de basket-ball d'Applemont, que j'y ai passé un peu de temps. On jouait à Applemont mais aussi à Caucriauville.
    G-M

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci GM de nous rappeler tout cela. Moi je me souviens du port, de la Porte Océane, des quartiers "désarticulés" du Rond Point, de la Gare et puis le tunnel qui me menait à Caucriauville et bien d'autres choses encore.

      Je me souviens aussi du foot quand encore dieppois, on jouait contre le HAC et les Municipaux. On allait aussi aux Neiges (ou aux Sapins, même si j'ai tendance encore maintenant à confondre le Havre et Rouen, malgré d'anciennes et précises explications d'Alain : le point commun entre les Neiges et les Sapins c'est qu'on était plutôt très mal accueillis, avec parfois des "calebards" et autres objets volants pour ne citer que ces obstacles, et je ne parle pas du comportement de certains "spectateurs").

      J'ai beaucoup souffert au Havre, ayant commencé par un DUT à Caucriauville, me rappelant mon Dieppe avec ses rues et ruelles, ses places, mon éternel Bout-du-Quai.

      De l'ancien en quelque sorte, des repères, pas des trucs rectangulaires, carrés, angulaires et, selon moi, sans âme, mais il paraît que cette architecture a ses adeptes. A chacun son esthétique, à chacun son âme.

      Fausto.

      PS: ah oui, il y avait un point commun entre Le Havre et Dieppe, outre la Normandie : les bateaux (souvent plus gros au Havre qu'à Dieppe, il est vrai).

      Supprimer
  17. Je me souviens aussi de mon premier contact avec Le Havre. Nous étions allés avec les garnements de l'école Desceliers (Dieppe) en voyage de fin d'année (je crois que c'était avec monsieur Gioux, mais je n'en suis pas súr ou alors c'était en une autre occasion) visiter le port du Havre et faire la rencontre du Magdala qui était alors, à l'ère du gigantisme, un pétrolier de plus de 200 000 tonnes. Nous étions passés avec un petit bateau à côté d'une coque (celle du Magdala ?) qui me semblait très haute. J'avais l'impression qu'elle mesurait 30 mètres de haut et cela me faisait peur. Je crois que c'était à la fin des années 70.

    FG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je voulais dire à la fin des années 60. Mille excuses.

      Fausto.

      Supprimer
    2. A vrai dire, je me demande si ce n'était pas lorsque j'étais au Havre à la fin des années 70, Tout cela est bien flou, mais je me souviens bien que l'on parlait du Magdala et de cette visite du port sur un petit bateau avec un passage tout près d'une immense coque qui me paraissait (peut-être étais-je impressionné) faire plusieurs dizaine de mètres de haut. Allez savoir ...

      Fausto.

      Supprimer
  18. Le "Magdala" a été lancé en 1968... Soit il était tout neuf et tu l'aurais vu à la fin des années 60, soit il était moins neuf... Oui je sais, ça n'aide pas beaucoup.
    Par contre, je me demande si après le premier choc pétrolier, ces 200 000 tonnes n'avaient pas été mis en réserve donc, fin des années 70, il n'aurait peut-être pas été là.
    G-M

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je le répète, c'est super flou. On nous parlait de ce fameux Magdala. Maintenant que j'y pense, cela provient peut-être d'un cours que j'ai suivi à l'IUT de Havre à la fin des années 70. Maintenant, la visite du Havre avec le petit bateau c'était peut-être avant, quand j'étais petit (fin années 70 ? Avec maître Gioux ?).

      Et cette coque qui me paraissait immense, gigantesque ! (quand on est gamin tout nous paraît immense et quand on revoit tout cela plusieurs années après, cela nous semble beaucoup plus petit).

      Le Magdala ou un autre bateau? Aucune garantie en tout cas. C'est ça aussi le souvenir. Ce n'est pas très sûr.

      Le nom Magdala, en tout cas, est resté ancré dans ma mémoire ("ancré" est du reste le terme maritime qui convient).

      Je me souviens aussi qu'à l'IUT on parlait à l'époque du terminal d'Antifer pour accueillir les super-pétroliers. Cela aussi est très flou et il se peut que je raconte des âneries.

      Bon, avec le temps, je suis dans la semoule.

      Fausto.

      Supprimer
    2. Le "Magdala" II sous pavillon Français 200 000 t.construit en 68 retiré du service en 78 (, car il y eu le 1 sous pavillon hollandais beaucoup plus petit autour de 12000 t. disparu en 1945 ) Plus tard, ces bateau étaient .....des petits!....comparés aux 650 000 t. du type "Batillus"qui eux, ne pouvaient fréquenter que Antifer.
      Dans les années 81-82 j'ai changé les défenses des wharfs de Antifer, le remorqueur" Pierre Charles" que je commandais, le long du "Pierre Guillaumat" un autre géant ; ma tête de mât ne dépassait pas le pont!.....ces bateaux avaient un tirant d'eau énorme!... de l'ordre de 25 m!... On est loin de nos deux "Villandry-Valençay"!...............
      JL

      Supprimer
  19. Avec ces monstres, l'échelle du pilote est devenue si longue qu'on l'a remplacée par un hélicoptère !
    G-M

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est amusant. Bravo GM !

      FG.

      Supprimer
    2. Avant l'hélico., on en était à : une grande échelle de coupée le long du bord, et comme c'était bien sur insuffisant, une échelle de pilote prolongeait jusqu'au niveau de l'eau!....le pilote devenait "grimpeur" sur de pareilles hauteurs!.....
      JL

      Supprimer
    3. Je croyais que tu plaisantais. Je vois que non. Voilà ce que c'est que de ne pas être un connaisseur (je parle de moi, bien entendu).

      FG

      Supprimer
    4. Aujourd'hui, toutes les grandes stations de Pilotage, ont leur hélico.
      Le Havre, entr'autre a un "Dauphin", superbe appareil bi-turbines de construction Française,basé à Octeville.
      ( il a je crois aussi été acheté par les "Américan Coast-Guard" )
      JL

      Supprimer
    5. Certes. Le pilotage doit donc revenir assez cher. Ne serait-ce que pour cette histoire d'hélico. A combien l'heure de vol ?

      FG

      Supprimer
    6. Difficile à dire?....l'appareil étant leur propriété; il y a bien sur l'amortissement; l'entretien; le pilote etc...Il faudrait se reporter, pour avoir un ordre d'idée, à l'heure de location, chez "Héli-Union" par exemple avec un appareil de même type ?.. A coté de çà, ils ont moins de personnel naviguant et moins de pilotine....alors?....
      JL

      Supprimer
  20. Que de souvenirs je vous suis depuis quelques temps et tout ça me rappelle trop de souvenirs mon mari a naviguer sur le Valençay il a meme été en déplacement a st Nazaire il a suivi la construction et l'a ramené a Dieppe il était mécanicien ,son frere était sur le Vilandry et son autre frère était sur le capitaine Le Goff Tout ça c'est bien loin mais que de bons souvenirs

    RépondreSupprimer