samedi 27 décembre 2014

Le Gabriel de Clieu




6 commentaires:

  1. Un autre Gabriel de Clieu alors. Pas le chalutier des années 60-70. Un Gabriel de Clieu qui n'a donc pas encore fini sa vie au bord d'un bassin comme son prédécesseur onomastique et qui n'est pas non plus à la rue (de Clieu) pour terminer l'année sur un jeu de mots d'une nullité écrasante.

    Je croyais que ce remorqueur (celui de la photo) devait être vendu à l'arrivée de l'Albâtre ... Bon pour ce Gabriel de Clieu je câle et je sèche (à défaut de cale et de seiche).

    FG

    RépondreSupprimer
  2. Allez; un bon coup de grattage, et d'antifouling neuf!.....et le revoilà parti pour une autre carrière!....( après près de 40 ans de bons et loyaux services!......on savait fabriquer des bateaux qui durent aux ACM!......)
    ---Pour les amateurs, on peut remarquer la tuyère d'hélice " Kort " qui a la particularité d'être mobile ,et de servir avec sa petite dérive arrière de gouvernail; annulant bien le couple et permettant aussi de gouverner en marche arrière.
    JL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On pourrait aussi s'en servir comme enseigne géante pour attirer les touristes. Une enseigne géante pour un hôtel restaurant que l'on pourrait appeller "Le foyer du marin II" (un remake version touristique) ou encore "le bateau fantôme" pour rester énigmatique et ne pas être à la remorque du remorqueur.

      Bon, trêve de plaisanterie. Eh oui, les ACM, tout un symbole de l'industrie dieppoise ! Industrie, qui plus est, liée à la mer, à la très forte identité locale. Un fier Balidar apparemment encore sur pied ou plutôt sur quille. J'avoue ne pas l'avoir connu (le Gabriel de Clieu, pas le Balidar) mais j'imagine sa mise à l'eau du côté des ACM et ses exploits remarqués et remorqués.

      Fausto.

      Supprimer
  3. Chers tous,

    Cela n'a rien à voir et j'imagine que vous reviendrez ensuite sur le thème du Gabriel de Clieu, mais je ne peux résister à l'envie de vous dire que je viens juste de voir dans l'émission Télé Matin (seconde chaîne) un reportage sur le musée de Saint-Martin-en-Campagne mis à l'honneur par Quiquengrogne en juillet (voir http://www.quiquengrogne-dieppe.com/search/label/Mus%C3%A9e%20d%27Histoire%20de%20la%20Vie%20Quotidienne.%20Saint-Martin-en-Campagne ).

    Une jeune dame, Virginie Parailloux (pardon si j'écorche son nom), sans doute la directrice du musée, nous en ouvre les portes et donne explications à son propos.

    Elle met en exergue l'importance de conserver et de montrer au public les objets de la vie quotidienne des années 30, 40 et 50 (parfois du reste encore en service dans les années 60 et 70, je vous l'assure).

    Elle insiste entre autres choses sur la mise en scène d'une évolution au cours du temps et sur les liens entre l'artisanat et l'industrie. Pas mal du tout, mais un peu court (5 minutes peut-être dans le style Télé Matin).

    Fausto.

    RépondreSupprimer
  4. Chers tous,
    Voilà, c'est la dernière journée de l'année 2014....
    ne la regrettons pas!.....vive 2015!......
    bonne année à tous
    Jean-louis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne année à toi et à tous les fidèles du blog.
      Olivier

      Supprimer