dimanche 14 décembre 2014

Demain dès l'aube...


19 commentaires:

  1. Voilà des bateaux à roue plus grands et plus puissants que le steamer précédent. Ceux-là devaient certainement assurer le transport transmanche. Il n'en restait plus que deux au début du XXe siècle à Dieppe.

    Ici, la totale. Le Bout-du-Quai, les entrepôts j'imagine, les grues sur rail et dans le fond la manufacture des tabacs.

    Le Villandry, le Valençay et la gare maritime d'Urbain Cassan n'étaient, bien entendu, pas encore nés (j'ai failli écrire "encornets. C'est l'air marin qu me fait cela).

    FG

    FG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Puisque personne ne répond et reprend le flambeau, j'ajouterais (j'ajoute) : "excellent le jeu de mots d'Olivier", bien que ce ne soit pas mon département (pour ajouter un jeu de mots supplémentaire).

      Fausto.

      Supprimer
  2. jeu de mots....maitre "Capello"
    encornets ?.....je sèche !....( l'encre évidemment facile celui là!... )
    bon pour revenir aux bateaux à roues à aubes; les anglais je crois appelaient çà "paddle " ( les hélices étant "propellers") les premiers étaient des voiliers avec transformations ( les Anglais : "Swift" et le "Rapid" dès1822 et 1824 étant surement les premiers,
    le"Lady Bird"étant surement le 1er à hélice ( 1 seule hélice ,) dès 1852..Mais il y eu encore de nombreuses constructions à roues !..( exemple le "Paris" 1888) alors que les français sortaient le "Seine"construit au Havre en1891; 918 tonneaux; 82 m ; 2 hélices et4000 ch .....1ère traversée 8 Aout 1891 en 3h 10 mn; le " Tamise" ( Français lui aussi ) suivi, avec 4500ch. 21 n et demi traversée en 3h 03 mn. il fut vendu en 1912..
    JL

    RépondreSupprimer
  3. On peut remarquer l'influence de la voile, encore toute proche , car ils ont tous, ferlée sur leur écoute un foc. et on peut supposer, un assortiment de voiles en soute.
    JL

    RépondreSupprimer
  4. On voit bien le début de la rue Béthencourt.......
    JL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci JL, j'avais remarqué et tu t'en doutes, ce n'est pas pour me déplaire.

      Fausto.

      Supprimer
  5. En y regardant de près, les accostages ; avec les roues latérales,devaient être ...délicats....le moindre accostage un peu rude, devait endommager la roue coté quai!...A moins d'avoir de sérieuses défenses.
    le débarquement des passagers devait aussi être difficile, car la seule portion du bateau, touchant le quai....était la roue!....C'est peut-être pour cela que les bateaux du Mississipi avaient la roue de propulsion, unique et sur l'arrière.
    JL

    RépondreSupprimer
  6. Exact maître Natchez pour ce qui est des roues à l'arrière. Le raisonnement me paraît aussi fort brillant.

    Au fait, joyeux Noël à tous !

    Fausto.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai !.....çà approche!.....
      JOYEUX NOËL
      à tous nos amis connus et inconnus.....et tandis qu'on y est BONNE et HEUREUSE ANNEE.
      JL

      Supprimer
  7. Moi qui voulait des bateaux à roues, je suis servi ! Comme tu le dis Jean-Louis, c'est encombrant et exposé aux chocs, après, pour la maniabilité, je ne sais pas si l'on pouvait faire "avant tribord-arrière bâbord" pour s'éviter sur place... Pour le débarquement des passagers, on voit des marches sur les protections des roues qui débouchent sur ce que j'appellerais des sponçons (de part et d'autre de la roue), c'est peut-être là qu'ils mettaient les coupées.
    Je me demande quelles étaient les qualités marines de ces bateaux ; leur largeur devrait les rendre plus stables. Il faudrait demander aux Suisses qui en ont encore sur les lacs et il y a des tempêtes sur les lacs !
    Et puisqu'on y est presque : Joyeux Noël, bonnes fêtes de fin d'année et une bonne année 2015 pour tous.
    G-M

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Moi qui voulais" bien sûr, tu vois Fausto, tu n'es pas le seul à écrire trop vite !
      G-M

      Supprimer
    2. bonjour GM.
      je crois que ces bateaux avaient cette possibilité : une machine en avant, une en arrière, ce qui avec ce brassage latéral, devait les rendre très manœuvrant .surement capables de tourner sur place ,la position des cheminées par rapport aux roues, laisse supposer des chaudières bien séparées et vraisemblablement les machines alternatives aussi .ce qui donnait surement une grande indépendance de manœuvre en salle des machines.il suffirait pour en être sur de voir un croquis ou une photo d'époque de la passerelle, ou l'on pourrait distinguer les deux "Chadburn"ou un seul jumelé.voilà ce qu'on peut en dire.
      JL.

      Supprimer
    3. Bonjour,
      Dans le cas des "bateaux du Havre", les avantages vus par certains étaient la stabilité ( versus les quelques bateaux à Hélice de l'époque ) et une manœuvrabilité dans les ports. La compagnie normande de Navigation a commandé son dernier bateau à aubes en 1901. Il effectivement deux chaudières indépendante. La Touques est l'un des 3 derniers navires à Aube construits en France voir à http://bateauduhavre.over-blog.com/paquebot-la-touques.
      Tous mes vœux de saison

      Supprimer
    4. Que dire devant les propos de véritables marins à part "Let it be" ? Sans Mary McCartney, paix à son âme, mais avec un Merry christmas and happy new year.

      Thank you very much Mr. Lebigot. I wish you the best. We shall wait for you with pleasure.

      Merry Xmas Everybody.


      Fausto.

      Supprimer
    5. J'oubliais. "Merry Xmas everybody" était une chanson du groupe à la mode "Slade" quand j'étais gamin et que j'étais, Dieu merci, encore à Dieppe (pour encore six ans).

      Bon Noël à tous.

      Fausto.

      Supprimer
    6. Merci pour le souvenir de Slade, Fausto, j'avais acheté un 33 tours un jour de marché au camelot qui se mettait devant le Prisunic. Il me semble qu'il vendait 3 vinyls pour 20 francs, j'avais choisi Slade, les Beatles et un autre mais là j'ai oublié...
      Nedelec Laouenn d'an Holl

      Supprimer
    7. Ah oui, ces achats, ce marché et ce Prisunic (à côté du Printemps si je me souviens bien). Qui n'en a pas le souvenir et la nostalgie ?

      Nedeleg laouen ha bloavezh mat e 2015 a hetan dit.

      Fausto.

      Supprimer
    8. Et en plus j'ai fait une faute nedeleg Fausto toi tu n'as pas fait la faute ! Respect

      Supprimer
  8. le gros défaut, de ce système, ( qu'on retrouve sur les catamarans...) c'est qu'en cas de pannes ou autres ennuis qui empêchent une roue de tourner......le bateau devient ingouvernable et ....lui il tourne ; mais en rond!...
    avec 40 nœuds de vent dans le milieu de la Manche, même en étant stable?!....dur...dur...
    pour l'anecdote : en hiver 75 ou 76 dans le milieu de la manche justement, un catamaran tout neuf ( à moteurs ) qui faisait route:Le Havre venant d'Angleterre est tombé en panne de 1 des 2 moteurs....et il devint ingouvernable l'écartement des coques et la taille des safrans ne permettant pas de compenser!...il appelait de l'aide sur fréquences inter navires et de ce fait sur la game VHF c'est nous qui l'avons entendu...cherché...et trouvé....puis remorqué et accompagné à Dieppe il y avait au moins 45 nœuds de vent et les gens qui étaient à bord, ( 4 ou 5 je crois me souvenir,) ne sont surement pas près de l'oublier cette rentrée limite ou leur esquif coulait et qui fut échoué un peu en catastrophe par le "Samy" et l'"Explorateur" qui l'avaient maintenu à flot à notre célèbre "carpente".Il s'appelait :" le Solaris"
    JL

    RépondreSupprimer