dimanche 2 novembre 2014

Le Ville de Dieppe


24 commentaires:

  1. L'histoire de ce trois mâts barque sur GRIEME
    http://www.grieme.org/pages/vdd.html

    RépondreSupprimer
  2. Le ville de Dieppe, nn beau voilier (trois-mâts) pour le transport du pétrole (armement Robbe) construit en GB à la fin du XIXe siècle.

    Je crois que le quatre-mâts Quevilly était aussi un voilier-pétrolier avec ses cuves.

    Le Ville de Dieppe dans le bassin de m-marée, creusé, je crois, avec le bassin à flot dans les années 80 du XIXe siècle (sous votre contrôle).

    FG

    RépondreSupprimer
  3. A : http://www.quiquengrogne-dieppe.com/2014/04/le-bassin-de-mi-maree.html , on trouve des précisions sur ce bassin de mi-marée, futur bassin du Canada. Merci JL.

    FG

    RépondreSupprimer
  4. Bon, puisque personne ne dit rien, je pose mes modestes questions. Je vois sur la pente, beaucoup de maisons. Le vieux Neuville j'imagine ? J'avoue que sorti de Dieppe et surtout du Bout-du-Quai, j'étais, et suis, assez nul. Est-ce bien cela ?

    Par ailleurs, je me demande s'il y avait sur la proue du Ville de Dieppe, comme sur celle du Quevilly, une déesse des flots bien normande avec à la main la torche représentant le pétrole ? Peut-être pas et là j'en appelle aux spécialistes. Il est vrai que le Ville de Dieppe a assez mal terminé sa vie, précipité qu'il fut parla folie des hommes au fond de la mer.

    Sait-on quelque chose de sa proue ? Une princesse de proue comme pour le Quevilly symbolisant l'importance du pétrole en ces temps modernes ?

    Et puis pour terminer, bien que cela n'ait rien à voir : vous souvenez-vous de la biennale franco-britannique ? Moi j'ai de souvenirs très flous qui datent de ma tendre enfance. J'y suis allé une fois avec la grand-mère de mon copain Philippe (Leblanc) de la rue Béthencourt. Je me souviens que l'on me tenait par la main. Était-ce du côté du bassin du Canada (un peu avant j'imagine). Où cela se déroulait-il exactement. C'était dans les années 60, mais je ne me souviens pas exactement quand.

    FG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La "Biennale Franco-Britannique" avait lieu sous le hangar "aux oranges" ( son vrai nom ?...Hangar du Maroc?...je ne suis pas sur?!... ) il était situé, en retrait du quai, partiellement derrière le hangar aux bananes....Je vérifierai, je pense qu'il existe encore.
      c'était une année sur deux, en France,à Dieppe, l'autre en Angleterre à Brighton, .
      JL

      Supprimer
  5. Pardon, dans ma précipitation, j'ai oublié les points d'interrogation. Lisez par ailleurs "par la" et non point "parla".

    FG

    RépondreSupprimer
  6. Au dessus du hangar il y avait un parking pour voitures.

    Dans ce hangar il y a eu aussi des fêtes de la bière et il me semble un spectacle avec Jacques MARTIN et Jean YANNE qui n'avaient pas été appréciés du public dieppois. Ils auraient été bombardés avec des bananes.

    La biennale permettait aux entreprises dieppoises de faire connaître leur savoir faire. Les grands stands étaient occupés par ALPINE et les CHANTIERS DE LA MANCHE qui se devaient d'être présentes malgré leur notoriété "nationale et internationale" déjà acquise. Cela permettait également à des plus petites industries de se faire connaître et remarquer.
    C'est vrai qu'à l'époque cela était (ou semblait) plus facile.
    Cet événement drainait beaucoup de monde et il y avait un nombreux public dieppois intéressé et de toutes couches.
    C'était un peu l'évènement.
    BARCOS

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'était l'impression que j'avais lorsque j'étais gamin. Un grand événement, une sorte de fête, mais que je ne comprenais pas très bien. Outre une certaine effervescence, je me souviens, comme vous le suggérez, que l'endroit était bien éloigné de mon Bout-du-Quai. En tout cas je ne me souviens plus si j'y suis allé en voiture ou à pied, mais cela me semblait se trouver bien loin de mon domicile. Jusqu'à aujourd'hui ma mémoire situait l'endroit dans la zone industrielle ou plutôt dans la zone du port, ce qui pour moi revenait au même.

      Merci en tout cas pour ces explications et celles de JL.

      Pour ce qui est du public dieppois, je me souviens que lorsque j'étais enfant, puis adolescent, il n'était guère facile (spectacles divers, chansons, théâtre, etc.). Il était bien peu enclin à applaudir ou à s'enflammer au bon sens du terme, mais bon, c'est peut-être un souvenir sans fondement réel. Par ailleurs, quand les spectacles avaient lieu à l'air libre, le temps ne permettait que rarement les débauches d'enthousiasme.

      FG

      Supprimer
  7. Pour revenir au "ville de Dieppe", il semble y avoir, de la vapeur qui s'échappe, cela laisse supposer qu'il avait; au moins une chaudière, ( pour chauffer certains dérivés du pétrole, qui, autrement ne sont pas pompables; les voiliers "baleiniers en avaient une pour fondre la graisse et la mettre en barils. ) et peut-être aussi une machine alternative; auxiliaire ; pour faciliter les manœuvres portuaires ?
    Qui peut savoir ?....dans les archives surement,?.
    JL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis incapable de répondre à cela, mais JL parle d'archives. C'est sans doute une possible solution. Un gars du bout du quai ne peut avoir tort (j'avoue qu'il y a là un parti pris notable, mais je pense qu'il y a dans l'idée quelque chose de vrai, de très vrai).


      FG

      Supprimer
  8. je crois que le "Quevilly" transportait son pétrole en "Barils" ( qui est toujours l'unité de contenance internationale du pétrole .) le " Ville de Dieppe" avait-il ; lui; des citernes?....la vapeur qui s'échappe; ( pour le réchauffement des combustibles? ,...) pourrait le laisser penser?......
    JL

    RépondreSupprimer
  9. Pour le Quevilly on parle sur plusieurs documents de deux citernes. C'est le cas par exemple à : http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/Forum-Pages-d-Histoire-aviation-marine/marine-1914-1918/quevilly-mats-barque-sujet_1649_1.htm

    ou encore à : http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/palsri_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_1=REF&VALUE_1=IM76006012

    Pour le ville de Dieppe on parle en effet de "cuves au lieu de barils" sur plusieurs documents dont http://www.grieme.org/pages/vdd.html

    Maintenant, moi je ne suis pas un spécialiste et n'ai aucune connaissance particulière dans ce domaine. Je m'en tiens à des documents qui peuvent donner, le cas échéant, des informations erronées. Je n'ai en tout cas aucun moyen de vérifier là où je me trouve.

    FG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il va bien y avoir un "fouille-archives" pour nous éclairer!.....
      Car, en fait, selon celui qui s'exprime:
      la contenance se déclare en barils; mais le bateau; lui; avait surement des cuves?....ou citernes?...
      JL

      Supprimer
  10. Sur le site du GRIEME, dont le lien est donné dans la première réponse d'Alain, on parle bien de "cuves en vrac" (cofferdams). Le "Ville de Dieppe" aurait été le premier voilier ainsi conçu. Sur les relevés de l'épave on voit bien aussi une cuve avant et une cuve arrière. Tout ça paraît clair et confirme l'hypothèse de Jean-Louis d'une chaudière actionnant une pompe et/ou assurant le réchauffage du produit transporté.
    G-M

    RépondreSupprimer
  11. Le pétrolier, du voilier au supertanker
    Les pétroliers apparaissent dans la deuxième moitié du XIXe
    siècle, et se développent avec l’exploitation des puits de la mer Caspienne
    ou des gisements américains. Pour éviter tout risque d’explosion dû au voisinage de la chaudière à vapeur, le pétrole est alors
    transporté à bord de grands voiliers, en fûts puis en vrac. Le premier pétrolier français, Ville de Dieppe, armé en 1888, est un trois-mâts
    pouvant transporter 1 200 tonnes de pétrole dans ses dix citernes. cf http://www.musee-marine.fr/sites/default/files/les_mutations_de_la_marine_marchande_secondaire.pdf

    RépondreSupprimer
  12. Eh bien voilà;
    nous avons la réponse !...........
    ...merci aux amis....."fouille-archives".......
    JL

    RépondreSupprimer
  13. Heureusement Jean Louis que tu n'as pas écrit "fouilles m...e"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'y pensais, mais par politesse, je n'ai rien dit. Il est vrai que "chercheur" aurait été plus à propos. "Fouille-archives" cela fait injustement penser à "fouille-merdes". Mais il est vrai que le chercheur peut, le cas échéant, non point fouiller les merdes, mais "en chier" pas mal. Tout dépend des portes qui s'ouvrent ou se ferment devant lui (comprenne qui pourra et encore une fois pour vous faire marrer).

      Tiens, cela n'a rien à voir : j'espère que pour Noël on me conseillera de bons livres à acheter sur Dieppe et son histoire. ALAIN, si tu m'entends.

      FG


      FG

      Supprimer
    2. Je préfère, quand même; " fouille"à "chercheur"
      il y a un aspect; "livres poussiéreux "qui me plait bien !.....
      ( pour Fausto : j'ai vu Mr et Mme Gioux hier;; ils vont bien!....)
      JL

      Supprimer
    3. Merci de me rappeler que ces personnes qui m'ont donné tant vont bien. Du coup, ,moi, je vais mieux.

      Et puis c'est émouvant de les rappeler et de se les rappeler. Toute une époque et pour moi, que des bons souvenirs et beaucoup de connaissances et de savoir-faire acquis pour toujours.

      FG

      Supprimer
  14. FAUSTO à moins que tu l'ais acheté la réédition du dictionnaire des rus de Dieppe,et il y a une bd qui vient de paraître sur le raid canadien

    RépondreSupprimer
  15. Non, mais merci pour l'info. Si tu as des ouvrages avant Noël à me conseiller, n'hésite pas.

    FG

    RépondreSupprimer
  16. le visage d une ville Française
    Dieppe-France

    RépondreSupprimer
  17. erreur dans le titre :
    le visage d une ville de Province
    Dieppe- France
    belles photos de notre Dieppe

    RépondreSupprimer