vendredi 17 janvier 2014

Les caisses à poisson... 1955


Deux négatifs retrouvés dans le grenier



52 commentaires:

  1. La crevette dans le landau ç'était toi OLIVIER?

    RépondreSupprimer
  2. Il me semble que ces photos sont prises sous la grande poissonnerie.

    RépondreSupprimer
  3. Oui, coté "Café de Cayeux", ( Nord )
    on distingue encore les bâtiments de la glacière "Trudaine".
    Ces coffres de bois.....qu'est-ce qu'ils étaient lourds!....vides!...alors qu'on y mettait encore 40 kg de poisson !...les dos des dockers ont soufferts,quand un 32 m livrait 40 tonnes et un Fructidor ..80 t.!....
    JL....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'étais pas encore né à l'époque, mais je me souviens du café de Cayeux qui existe encore selon ce que j'ai pu voir sur internet. Cette grande poissonnerie n'avait d'après ce que vous dites rien à voir avec la poissonnerie située devant le Tout-Va-Bien et près de la gare Maritime. Je n'arrive pas à me souvenir d'elle et n'ai pu la situer que sur un plan. Elle était donc sur le quai Trudaine situé après le pont Jehan Ango, pas très loin mais derrière les halles aux poissons donnant sur le bassin Duquesne.

      Cette grande poissonnerie existait-elle encore dans les années 70 ? Existe-telle encore aujourd'hui ?

      Pour le bambin, on l'avait reconnu. Le manteau de la maman (j'imagine), et le landau d'époque me rappellent un peu les vêtements que portait ma mère dans les années 60 (ils devaient dater de la décennie précédente) et le landau dont elle se servait pour me transporter, landau qui avait déjà servi pour transporter ma grande soeur. Et les souvenirs qui remontent à la surface !

      FG

      Supprimer
    2. ce genre de landau était souvent acheté........
      au " Baby-Carosse"....c'était le top de l'époque!....Roues à rayons,suspension!...le grand confort!.....
      JL

      Supprimer
    3. Je me souviens du magasin. Mais je ne crois pas que mes parents aient eu les moyens. Peut-être un prêt. Je demanderai à mes frangines.
      Olivier

      Supprimer
    4. Les miens non plus n'avaient pas les moyens, mais le landau en question ressemble fort à celui qui m'a transporté lorsque j'étais bébé. Comme je n'ai pas de photos dudit "carrosse", je me souviens vaguement et il me semble que ... (il y a quelque temps tout de même). Je ne savais pas que c'était un landau de luxe.

      FG

      Supprimer
  4. la "Poissonnerie" citée par Daniel, est en fait l'autre nom de la grande halle aux poissons!...qui existe toujours, et commence du quai trudaine et fait pratiquement la longueur du quai Galiéni.; avec les"cases" de mareyeurs au fond, en retrait.
    .Il y avait aussi la "poissonnerie" en gros ( pour la différencier de l'autre ) quai du carénage,qui allait pratiquement jusqu'à la cale sèche; et la poissonnerie au détail !....parallèle aux arcades du même nom, qui précéda celle que tu as connu devant le tout va Bien
    JL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci JL. Alors si c'est la Halle aux poissons,je l'ai bien connue. Nous sommes même monté une fois sur son toit en été pour faire les marioles quand nous avions 11-12 ans. Le problème c'est que l'on se faisait tout de suite repérer, d'autant plus que nous étions juste en face du commissariat de police. Je ne me souviens plus exactement comment nous avions pu monter sur le toit, mais il me semble que nous étions bien passés par la petite rue se trouvant derrière cette halle, si mes souvenirs sont exacts. Montée d'adrénaline assurée, mais exemple à ne pas imiter.

      Je me souviens aussi de quelques balades sur le port et des bateaux de pêches qui accostaient avec leurs prises. J'y suis allé du reste trois ou quatre fois avec mon père et un copain (sur le devant, pas sur le toit ces fois-ci) et je me souviens de l'atmosphère "travail" qui y régnait.

      FG

      Supprimer
    2. Le café de Cayeux, j'aimais bien la fresque un peu "naïve" sur le mur du fond. Il vient d'être refait à neuf et je n'aime pas trop le look extérieur.
      Olivier

      Supprimer
    3. Moi non plus!....l'intérieur a perdu..son âme?!...c'est plus grand mais moins convivial et ...plus bruyant!...( çà amplifie le bruit surement?!..) et Bernard qui avait...42 ans de maison!..( il faisait partie de l'inventaire et..... était vendu avec le fond!...) est malade et ne reprendra surement pas! tout une époque.....
      JL

      Supprimer
    4. Je me souviens aussi de la fresque car j'ai bu quelques pots au café de Cayeux lorsque j'étais adolescent (années 70). Je me souviens aussi de peintures ou de fresques représentant des bateaux et des réalités relevant du monde de la pêche et des marins (je crois, mais n'en suis pas sûr) dans au moins un des bistrots du quai Duquesne, avant d'arriver au commissariat de police et en allant vers la Chambre de Commerce.

      Je me demande même si dans un petit bistrot se trouvant sur l'île du Pollet, côté Pont Colbert, il n'y avait pas une de ces peintures ou représentation, mais c'est tellement lointain qu'il se peut que je confonde rêves et réalité.

      Enfin bref, des choses qui comme les poissonneries, l'ambiance "halle aux poissons" et la vente des produits de la pêche près du Pont Jehan Ango ( la "bête" peut-être, vendue directement sur le quai de l'Avant-Port), sont indissociables de notre bonne ville et la symbolisent.

      FG

      Supprimer
  5. Sous la halle à poisson il y avait un tableau noir (ou plutôt vert foncé, comme à l'école) où était indiqué les retours des chalutiers avec leur détail de pêche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. " et pi va voir au tableau si ton père y rentre!.."
      çà te rappelle quelque chose?!....
      JL

      Supprimer
  6. Par association d'idées avec la "bête" des pêcheurs et parce que j'en ai mangé ce midi, je m'interroge sur le maintien de la tradition du foie de saillot, ce foie gras de la mer que la mienne, de mère, continue de cuisiner à Vannes quand par hasard elle arrive en s'en procurer ce qui n'est pas souvent le cas. Est-il toujours apprécié par les dieppois du XXIème siècle ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Par retombées, on ne pêche plus beaucoup de lotte,car nous n'avons plus les grands chalutiers qui pratiquaient les eaux Sud et ouest Irlande donc...on ne trouve plus beaucoup de foie, si ce n'est de l'import, venant d'ailleurs; parfois de Bretagne, ou, il n'y a pas si longtemps, il était jeté quand ils vidaient la lotte!....aujourd'hui, ils le gardent; pas beaucoup pour le manger, mais.....pour nous le vendre!.....
      ("Saillot" est exclusivement Dieppois!....à Grandcamp c'est le "Dora", à Port en Bessin c'est la "marrache" etc.....mais son vrai nom est "beaudroie" ou "lotte".)
      JL

      Supprimer
    2. oui, bien sûr, le foie gras de la mer

      Supprimer
  7. Jean Louis est ce que l'expression "tu parles d'une gueule de saillot qu'il a!" est toujours employée?

    RépondreSupprimer
  8. Non, plus trop, car quant tu vois la "gueule" du "bestiau"...
    c'est particulièrement ...insultant!...
    Et puis l'époque a changé!...
    ( à Grandcamp c'était plutôt pour cibler un goinfre!...
    < Ah!... il a mougi comme un "dora" >) en Grancopais dans le rexte......
    JL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon doigt a glissé....le texte bien sur!...

      Supprimer
  9. Il y avait aussi ,toujours pour une personne qui la ramenait un peu trop et fort"tu parles d'une gueule de raie"

    RépondreSupprimer
  10. Le "saillot" est typiquement dieppois.
    La "marrache" (ou "marache") c'est aussi le nom donné par les pêcheurs de la Rochelle et des Sables d'Olonnes à la lotte ou baudroie.
    Quand j'étais embarqué sur le dragueur de mines Denébola à La Pallice en 1966, il y avait à bord des inscrits maritimes Rochelais et Sablais qui "remplissaient leurs obligations militaires" (leur service militaire pour faire plus simple...) : "Vérole, t'es tout en gueule comme une marache"... C'était un de leurs jurons préférés.

    RépondreSupprimer
  11. Daniel sur ALABORDACHE bien ton commentaire sur votre mascotte ailée,si tu veux des nouvelles de Jean OSA il est inscrit sur QUAI DES FLOTTILLES
    Je mets le lien pour que les amis profitent de ta prose sous les photos d'OSA
    [url=http://www.servimg.com/image_preview.php?i=11670&u=15199022][img]http://i57.servimg.com/u/f57/15/19/90/22/15124210.jpg[/img][/url]

    RépondreSupprimer
  12. Je viens de jeter un oeil sur G...Map pour voir si les bâtiments alentours sont toujours là et il me semble que la grande maison en brique que l'on voit au dessus de la maman d'Olivier soit l'actuel Euromaster ensuite, en faisant un 360°, j'ai vu un panneau de permis de construire indiquant la "création d'un marché au poisson quai Trudaine". S'agit-il de ressusciter la "grande poissonnerie de détail" qui était devant le Tout-va-bien ? Ce ne serait pas du luxe car lors de mon dernier passage à Dieppe (en 2008), j'avais été surpris par le prix élevé du poisson chez les deux commerçants subsistant en ville. Pour information, le poisson des mareyeurs dieppois rendu au marché de Melun via Rungis est au moins 20% moins cher !
    Par contre, au Tréport, dans l'équivalent de notre "grande poissonnerie de détail", les prix sont très raisonnables ce qui me semble plaider pour ce mode de distribution. Qu'en pensez-vous ?
    G-M

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci GM, tes excellentes remarques qui méritent réponse, viennent de me faire comprendre, entre autres choses, que la poissonnerie du "Toutvab", comme on disait, a disparu aussi. J'ai visionné l'affaire et tout me semble maintenant très dégagé et très "touristique". C'est un peu le manège enchanté sans Zébulon, mais avec quelques Pollux traînant çà et là. Merde alors !

      J'espère que quelqu'un va répondre à tes pertinentes questions parce que cela m'intéresse bigrement.

      FG

      Supprimer
  13. En parlant de "Saillot", moi qui vois les choses de loin, je me souviens que c'est aussi un nom de famille du coin (Dieppe et sa région) que je n'ai jamais retrouvé dans d'autres régions de France et de Navarre.

    Pour finir, une petite question si on veut bien y répondre.

    Ma mère me disait que dans les années 60 les gens mangeaient à Dieppe peu (pour ne pas dire quasiment jamais) de calmars et que ces derniers étaient à l'époque donnés. Elle parlait donc des années 60 comme d'une époque bénie, elle qui, comme bon nombre de personnes du sud et notamment d'outre-Pyrénées, était grande consommatrice de calmars. En était-il véritablement ainsi ? Je ne doute pas de sa parole, mais avais-je bien compris et mes souvenirs ne me jouent-ils pas de nouveau des tours ?

    Je crois qu'un pêcheur saura parfaitement répondre à cette question.

    FG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Enfin, comme je vois que personne ne répond et pour en revenir à "Saillot", je me souviens que c'était un terme méprisant employé pour les filles. Il était synonyme de "boudin". Comme s'il n'existait pas de "saillots" et de boudins chez les garçons.

      Comme souvent, c'était à sens unique (de la part des garçons et à l'égard des filles qui "morflaient").

      Maintenant, reste à savoir si le "saillot" dont vous parlez était le même que celui que certains utilisaient pour exclure une partie de nos "inséparables" amies (tout est subjectif : il est des boudins qui n'en sont pas).

      FG

      Supprimer
    2. Pour te répondre, oui, on mangeait du calamar, mais à la vente en criée, ce n'était pas trop coté,!...
      la '"Seiche" surtout,
      l'encornet , lui était plutôt bien vendu. j'ai fait la pêche spécifique de la seiche, au chalut, de Avril à Juin , tout partait à l'export; Espagne, Italie, et ...Japon. !...pour le "local" on l'épluchait à bord et c'était vendu en "blanc"....( pour la bête!...)
      JL

      Supprimer
    3. 66 Saillot, n. m : nom local de la baudroie ou lotte de mer. Lepelley (1985:107) a relevé seillot à Barfleur qu'il explique ainsi : " peut-être du lat. salire 'sauter' : allusion aux mouvements du poisson ".
      http://yport.web.free.fr/parler_yport_fn.php

      Supprimer
    4. Pour ce qui est du nom de famille Saillot, comme je le pensais, le département qui a connu le plus grand nombre de naissances de personnes portant ce nom depuis la fin du XIXe siècle est la Seine-Maritime (jusqu'en 1955, la Seine Inférieure). Vient ensuite le Pas-de-Calais, mais avec un nombre de naissances bien inférieur.

      Voilà ce que nous dit le site sur lequel j'ai trouvé ces informations à propos du nom de famille Saillot qui semble être lié au nom local de la baudroie ou de la lotte :

      "Origine : saillot est un diminutif de saille qui vient du verbe salire, saillir, en ancien francais sauter, s'élancer sobriquet pejoratif pour désigner un homme toujours en mouvement, sauteur" (http://www.genealogie.com/nom-de-famille/SAILLOT.html ).

      Cela semble aller dans le sens de ce que vient d'écrire Alain.

      FG

      Supprimer
  14. Merci Fausto de trouver mes questions pertinentes mais les réponses sont rares ! Ma principale interrogation restant : quelqu'un sait-il quelle est cette poissonnerie que l'on veut créer quai Trudaine ? Juste une boutique de détail à la criée comme au Guilvinec par exemple ou quelque chose de plus important ?
    Par ailleurs, tout à fait d'accord avec toi sur la subjectivité de la notion de "saillot/boudin" !
    G-M

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La "poissonnerie" Quai Trudaine existe. En fait Levern, ex président du syndicat mixte du port voulait transférer les "baeeières" Quai Trudaine avec mise aux normes. C'est devenu une guegerre entre Jumel, maire et Levern. Jumel soutenant les vendeuses des barrières et les installant près de la fontaine, terrain communal. Les deux coexistent sans problème.
      Voilà, pour résumer.
      Olivier

      Supprimer
  15. Georges
    http://www.portdedieppe.fr/media/pdf/Communique_Espace_de_vente_directe_produits_de_la_mer.pdf?7231ac7e4366c5bc13c8de03ac06f93e=b6c574d554a76b8b31b93f3a54728f62
    http://haute-normandie.france3.fr/info/dieppe-inauguration-du-2e-marche-aux-poissons-71325025.html

    RépondreSupprimer
  16. Ce qu'on a appelé "les barrières" vient du fait que la SNCF avait des barrières de passage à niveau à cet endroit......MAIS.....d'après un tableau de "Vernet" , sous Louis XIV;visible au Louvre je crois, ( il n'y avait pas de barrière!...) on vendait déjà le poisson à cet endroit!...suivirent pour des raisons évidentes, les différentes poissonneries au détail;( que parfois nous avons connues) ce qui n'empêchait pas la vente du bateau au consommateur !....( datant de Colbert coutume ayant force de loi!...jusqu'à 5; ou 10 m du quai; et toujours en vigueur!...) ce qui explique l'attachement des pêcheurs à leur place traditionnelle.
    Quai "Trudaine" furent montés des genres de ......stands?..Box?...étals?...comme précisé ci-dessus à la demande de Levern!...qui effectivement ressemble fort à une guéguerre plus politique que ...commerciale?!
    Maintenent; espérons que chacun y trouvera sa place!..
    JeanLouis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jean Louis ce tableau est au musée de la Marine
      http://www.musee-marine.fr/virtuel/vernet/

      Supprimer
    2. Oui , bien sur;!..
      je ne me souvenais plus de quel musée , mais c'est vrai au musée de la marine; en plus c'est logique!...car cela avait été commandé par Colbert, pour tous les ports importants de France.
      JL

      Supprimer
    3. Correction:
      Pas Louis XIV; mais Louis XV!...
      Et le Colbert que j'ai cité est le Neveu du "Grand" Colbert;soit :
      Mr Colbert de Seigneley.
      JL

      Supprimer
    4. Exact, JEAN-LOUIS, Claude Joseph Vernet (ou Joseph Vernet, je suppose que c'est de lui dont tu parles), grand-père d'Horace Vernet, avait un an quand Louis XIV est mort et en effet, ce fut le Rémois Jean-Baptiste Colbert qui fut ministre de Louis XIV. Cela faisait plus de vingt ans qu'il était mort lorsque vint le tour du Roi Soleil. Bien vu !

      FG.

      Supprimer
    5. Plus de trente ans même. C'est que le règne de notre Louis XIV fut, si ce n'est le plus long, du moins un des plus longs de notre histoire. Parfois le pouvoir conserve (plus ou moins bien, du reste : il est de ces débris dictatoriaux qui nous étonnerons toujours ...).

      FG.

      Supprimer
  17. Oui, les fameuses barrières qui coupaient la ville en deux le temps de faire passer les trains ! Ceci dit, il y avait alors les barrières qui ne vendaient pas de tout (les voulez-vous mes petits maquereaux de canot !") qui cohabitaient tout à fait avec la grande poissonnerie où il y avait les bancs à poisson (gradins du fond) et ceux à coquillages (devant). A mon avis, vu l'accroissement de la population, il y a de la place pour tout le monde ! En tous cas, merci Alain pour les liens.
    G-M

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis heureux d'avoir appris toutes ces choses et notamment l'apparition de la poissonnerie du quai Trudaine sur fond politico-économique (bonne vieille tradition dieppoise) et le pourquoi de l'appellatif "les barrières". Il s'agit donc bien de ces barrières et du passage à niveau situé au niveau du pont Jehan-Ango qui pemettaient aux trains d'aller de la gare maritime à la gare ferroviaire en longeant le quai Duquesne.

      J'ai pu par ailleurs constaté que de 1900 à 1990 il y a eu à Dieppe trois poissonneries quai Henri IV en jetant un oeil sur http://dieppe.et.sa.region.free.fr/DIEPPE%20EN%20CARTES%20POSTALES/imgcol/index.htm J'ai connu la dernière de ces poissonneries qui a été remplacée par "le grand vide" des années 2000 (celle qui fut construite vers 1960 je crois, au niveau du Tout-Va-Bien et du café de la Paix).

      Enfin, je suis content de constater après visionnage que la poissonnerie de détail de mon enfance, "A la marée du jour", existe toujours place Nationale.

      Encore merci à tous pour toutes ces informations (très dieppoises).

      FG

      Supprimer
  18. FAUSTO tu oublies les vendeuses itinérantes et leurs voitures à bras .Ma mère avait une amie LUCIENNE de son prénom qui appelait ma mère à la saison du hareng pour l'aider à vendre ses mesures (soit disant qu'elle lui portait chance)

    RépondreSupprimer
  19. Puisque nous évoquons le commerce de détail des produits de la mer, vous vous souvenez sans doute des dames qui cuisaient et vendaient de la crevette grise avec des petites voitures à bras entre la rue de Clieu et la place Nationale (dans mon souvenir). A chaque fois que je fais cuire de la grise à la maison, le fumet qui monte de la casserole et embaume toute la cuisine (tout le monde n'est pas de cet avis) me fait penser à elles. Je suppose que ces dames, qui seraient maintenant plus que centenaires, n'ont pas eu de successeurs !
    G-M

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ALAIN, malheureusement je ne me souviens pas de ces charrettes à bras. J'étais peut-être trop petit à l'époque. Étaient-elles encore utilisées dans les années 60 et 70 ? Je n'en ai pas souvenance. Encore une fois cela fait très longtemps. Mes souvenirs sont parfois précis et d'autres fois beaucoup plus flous, voire inexistants.

      Je n'arrive par exemple pas à me souvenir comment on avait fait pour monter sur le toit de la Halle aux poissons, à moins que ce fût un autre toit. Je me demande si avant il n'y avait pas une petite échelle ou des appuis divers qui nous auraient permis de ... Enfin, une chose dont je suis sûr c'est que les jeunes excités que nous étions avions eu une sacrée trouille (voir plus haut).

      Souvent, je me demande également si dans les années 60, lorsque j'étais tout gamin, un garde-champêtre (il en avait du moins le titre) se trouvait bien sur le marché et ce, bien que Dieppe ne fût pas un village. Je me souviens d'avoir posé la question à un adulte parce que ledit garde-champêtre n'avait pas exactement la tenue d'un policier et je crois que l'adulte en question (je ne me souviens pas non plus de son identité) m'avait répondu que c'était un garde-champêtre.

      Enfin, c'est bien loin tout ça et c'est justement pour cela que de temps en temps je vous pose des questions : pour converser, échanger et avoir des réponses qui me rappellent une époque qui fut pour moi la plus heureuse de ma vie, problèmes et épreuves mis à part.

      Je profite enfin de l'occasion pour dire que je regrette que Georges-Marie se fasse si rare sur le blog d'Olivier (remarque très amicale, bien entendu).

      FG

      Supprimer
  20. Oui FAUSTO la vente se faisait encore dans ces années là ,et elles finissaient leurs tournées au Puits Salé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Soit. Alors c'est que j'ai la tête à l'envers. Espérons que la situation ne s'aggravera pas pour ma petite caboche.

      FG

      Supprimer
    2. Ah, oui, au fait. ALAIN, j'ai visionné avec le "map google et le "petit bonhomme orange" mon Bout-du-Quai. Maintenant on peut voir toutes les rues. Je me suis délecté côté Petit-Enfer et ruelle Beauregard (tout en montée).

      J'ai revu les lieux de mon enfance et me suis rappelé toutes les âneries que l'on a pu faire. Contrairement à ce que l'on dit, je trouve les enfants d'aujourd'hui bien moins libres que nous et bien plus calmes. Ce Bout-du-Quai est à la fois bien différent et très proche de ce que j'ai connu.

      J'ai appris entretemps que sous la Tour aux Crabes, il y avait au XIXe siècle la morgue, en tout cas avant que l'on ne l'installe en face, près de ce qui fut le camping de mon enfance. Le plus drôle c'est que depuis au moins un siècle il y a sous la Tour aux Crabes, et donc quai Henry IV, des commerces. C'est ce qui s'appelle un recyclage.

      FG

      Supprimer
  21. OLIVIER est ce vrai ce que je viens de lire?La déconstruction du Grand Pont serait en route
    https://www.facebook.com/photo.php?fbid=763034453723916&set=a.471022756258422.121556.136338373060197&type=1&theater

    RépondreSupprimer
  22. Pas encore...commencée; Mais programmée!...
    çà sera dur d'inverser le processus!.....
    JL

    RépondreSupprimer
  23. C'est sûr que si ce malheureux pont n'est pas encore classé aux monuments historiques, c'est un peu tard pour entamer un combat d'arrière-garde. Sait-on ce qui sera fait à la place ?
    Pour répondre à Fausto, c'est vrai que je suis un peu intermittent sur le blog mais je n'ai pas toujours le temps et puis quand je n'ai rien à dire, je ne dis rien mais je vous lis toujours avec intérêt !
    G-M

    RépondreSupprimer
  24. ... Et les bateaux hollandais abrités dans le port, l'hiver, et les marins, en ville, en sabots, une soirée dans le bateau-hôpital ! Ce bateau, en pleine mer, entouré de la flottille, le Dimanche, pour écouter le Service ! Y-a-t-il des photographies de cette période ?

    RépondreSupprimer