samedi 5 octobre 2013

Le Jacques Morgand dans le chenal


Merci à Henri Lefebvre pour la photo ( via Alain Brai).
Tous deux sont sur la photos ci-dessous Ecole Louis Vitet 1951 ou 1952.


33 commentaires:

  1. Le Jacques Morgand construit à Ostende en 1936 peut-être également admiré à cette adresse : http://route-peche.overblog.com/jacques-morgand-dieppe.

    32,50 mètres de long paraît-il. Un bien bel animal maritime !

    J'imagine que quelqu'un parmi vous connaît bien l'histoire de ce bateau et de ses hommes.

    FG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jean-Louis ou Alain vont bien nous raconter quelques anecdotes.
      Olivier

      Supprimer
    2. Il s'agirait d'un chalutier ou harenguier à moteur de 165 tonneaux (à confirmer). Ma curiosité maladive, me pousse déjà à m'interroger sur le nom du navire. Pourquoi Jacques Morgand ? La physionomie du bateau me rappelle les chalutiers de mon enfance et la photo me renvoie aux préaux et aux blouses des années 50 et 60 et donc à la "vieille école" qui sentait si bon (c'est en tout cas ce que me dit mon coeur et me répète ma mémoire). Et puis ce nom, Louis Vittet, qui m'est cher et renvoie à bien des souvenirs (une histoire de place et d'hôtel : pas d'hôtel de police cependant).

      FG

      Supprimer
    3. bonjour j ai naviguer avec le fils d un de ces patron il a été commander par Mr freullet

      Supprimer
    4. Merci Hervé. Le pilotage et la sécurité maritime n'ont pas de prix tout comme votre avis. J'imagine que le Jacques Morgand ne navigue plus. Savez-vous pourquoi il s'appelait le Jacques Morgand (nom du patron, référence précise ...) ? Je sais très peu de choses en matière de navigation, mais m'intéresse notamment aux noms des bateaux de pêche et me demande toujours pourquoi ils s'appellent comme ceci ou comme cela. Il est vrai que les raisons doivent être nombreuses et variées, mais vous qui êtes un professionnel de la mer, formé en partie, je crois, à Fécamp, et un fin connaisseur de Dieppe, vous devez sans doute savoir.

      FG

      Supprimer
    5. oui j ai ete former a l école de fecamp

      Supprimer
    6. ANITA CONTI donc. J'avais un copain qui était passé par là dans les années 70 (un petit-fils de marin-pêcheur dieppois). Enfin, je ne suis pas sûr que c'était Anita Conti, mais en tout cas c'était bien Fécamp.

      FG

      Supprimer
  2. FAUSTO sous toute réserve des dires de Bernard MORGAND avec qui j'avais travaillé aux Chantiers de Normandie au HAVRE il portait le nom de son oncle sa famille ayant des parts dans l'armement du chalut

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Alain, c'est donc très souvent le nom de la femme ou d'un membre de la famille qui a une importance particulière que l'on met en avant ou encore le nom d'un saint ou d'une sainte (logique substrat chrétien inhérent à notre marine avec parfois une petite pincée de superstition). Tu m'avais déjà indiqué une publication sur les noms portés par les bateaux de pêche. Encore merci.

      FG

      Supprimer
  3. Sur dette photo, le "Jacques Morgand" a sa passerelle moderne, qui a été changée lors de son changement de moteur .(dans les années 60?..)
    A l'origine il avait comme son sister's ships le "Tatiana" ( Armement Mallet ) une passerelle classique d'avant guerre, avec balcons latéraux..
    Je pense qu 'ALAIN a raison pour le nom, c'est du moins ce que mon père m'avait dit.
    Quand au patron emblématique durant des années, ce fut effectivement Mr Freullet Francis.;( à la même époque son frère Alexandre commandait le "Gustave Denis" ( Armement Plailly ) qui fut remplacé par un neuf construit aux Chantiers de la Manche; le "Mont Cauvaire'
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j ai commander pour son fils a francis lui aussi a été aussi emblématique que son père il a eu le pere camisard .le camisard avec qui il a fait naufrage dans le pas de calais et le camisard 2 que j ai eu le privilège de commander

      Supprimer
  4. En passant....Salut Hervé!...
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
  5. Salut,
    J'ai un copain qui cherche à voir des photos du Jacques Morgand ou, très certainement à en savoir plus... En fait son père a naviguer dessus pendant des années.
    La mère de mon copain, toujours vivante de nos jours, habite en maison de retraite dans le coin et doit, je pense, avoir quelques anecdotes sur ce bateau.
    Je vais contacter le copain pour que, dans un 1er temps, il aille sur cette page.
    A +
    N.

    RépondreSupprimer
  6. FAUSTO j'ai trouvé ceci pour ton insatiable désir de connaissances
    http://lemairesoft.sytes.net:1944/pages/page.aspx?univid=335187

    RépondreSupprimer
  7. Merci, j'avais déjà consulté cette page. J'ai par ailleurs appris que pour les bateaux de plus de 24 mètres, on ne parle plus aujourd'hui de tonneaux (2,83 m³ le tonneau), mais de tonnage brut. Sur un autre site on parlait pourtant de tonneaux pour ce navire de 32,50 mètres de long.

    J'ai par ailleurs cherché des informations sur les termes de propriétaire, armateur, patron et capitaine que vous employez souvent.

    Pour l'armateur, pas de problème. Il arme ou équipe le navire, trouve l'équipage et se charge du ravitaillement, Il peut-être aussi le propriétaire du bateau, mais pas forcément. Pour le patron, c'est généralement le propriétaire qui commande le navire, l'équipage et se charge de la vente. Il est sur la passerelle, mais met aussi la main à la pâte sur le pont. Il joue donc tant le rôle de capitaine que de marin. Un sacré boulot nom d'un chien ! Il faut, j'imagine, être très solide et avoir la santé (et ne pas s'endormir après parfois 48 heures ou plus de travail).

    On dit enfin capitaine quand ce dernier commande le navire, mais n'est pas son propriétaire. Ce serait donc un patron sans propriété de la chose.

    Bon, enfin, c'est ce que j'ai lu, mais ne suis sûr de rien car certains articles sont confus sur la question.

    FG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai aussi appris que la campagne de pêche à la coquille a débuté en Bretagne le 1er octobre. J'imagine que c'est vrai aussi pour tous les pêcheurs de coquilles de France et donc pour les Cauchois aussi, à moins que les dates des campagnes de pêche ne relèvent d'une satanée réglementation européenne. Si quelqu'un sait quelque chose à ce propos (j'imagine que oui), qu'il ait la bonté d'en faire part, sans oublier l'histoire de notre J. Morgand qui, j'imagine, a dû cesser de naviguer après trente ou quarante ans de bons et loyaux services (c'est certainement un bel âge pour un bateau qui a dû plus qu'oeuvrer. N'oublions pas qu'il fut construit en 1936).

      FG

      Supprimer
    2. J'imagine enfin que la propriété du navire peut être partagée et que l'armement peut donner lieu à des financements divers. Tu as parlé plus haut, ALAIN, de "parts".

      Allez, je ne vous embête plus.

      Bonne nuit.

      FG

      Supprimer
    3. le dernier patron qui a commander ce navire est Michel Deneuve

      Supprimer
    4. A la pêche, le terme "patron" indique celui qui commande le bateau; qu'il soit "patron-Armateur " ou non. (Même sur les gros chalutiers Dieppois, de l'époque "Mallet".)
      L'appellation "Capitaine", est Marine marchande, (pour le second sur les cargos, celui qui commande est appelé "Commandant") ou Marine Nationale évidemment, ou c'est l'appellation du Lieutenant de Vaisseau., porteur de 3 galons
      Coté Armateur; et ce sont d'anciennes pratiques ( plusieurs siècles!....) bien des gens n'aillant rien à voir avec la mer, prenaient des parts dans des armements pêche; Marchand, mais aussi ,et surtout Corsaire; car la guerre de course pouvait rapporter gros à ces "actionnaires" et....sans risque autre que financier !...Mais ces armements étaient gérés par l'armateur majoritaire, qui notamment; choisissait....le Capitaine , ou le patron. ; chapeautait l'armement, des navires et la gestion.
      Voilà Fausto, cela répond-il à ta question?
      Jean-Louis

      Supprimer
    5. Oui JEAN-LOUIS.

      Fausto.

      Supprimer
    6. Il y a un roman, mais très documenté, " ces messieurs de Saint-Malo" qui explique bien les histoires de parts des armateurs; et de l'armement à la course ( corsaire) et déjà cela date de 1660......et bien sur cela existait avant.!..
      JL

      Supprimer
  8. Bémol Jean Louis un premier maître peut être commandant cf

    Lundi, à la marina de l'Ecole navale, le capitaine de vaisseau Philippe Hello, commandant l'Ecole navale et le groupe des écoles du Poulmic, a fait reconnaître le premier-maître Gaël Masserot, nouveau commandant du Mutin.
    http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Prise-de-commandement-sur-le-cotre-Mutin-_29120-avd-20120912-63576743_actuLocale.Htm

    RépondreSupprimer
  9. Évidemment, la fonction prime sur le grade!....Mais çà reste presque anecdotique!! c'est surtout chez les militaires. ( le "Mutin" n'est quand même pas bien grand!....tu enlève la mâture, tu lui mets une passerelle et çà ferait un coquillard très acceptable!...).)
    JL
    ;

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu enlèves....et pas tu enlève !!!!!.....voilà de l’inattention ou je ne m'y connais pas!....
      JL

      Supprimer
  10. Pour compléter:
    Mon frère, militaire ; 1er maitre BST, commandait un remorqueur, à Brest, ou un pousseur, à l'ile longue,on l'appelait "Patron"?,!.... comme quoi?!...les appellations peuvent être variables; ce qui n'enlève rien aux capacités.
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui JEAN-LOUIS, c'est bien ce que j'ai cru comprendre. Ces appellations et ces notions varient apparemment selon les lieux (tel ou tel port, telle ou telle région, tel ou tel littoral) et les domaines respectifs (pêche, Royale, marine marchande).

      Ce qui compte "dans notre cas" c'est ce qui se dit, se pense et se fait à DIEPPE et tu es en semblable domaine mémoire et savoir.

      FG

      Supprimer
    2. ET ALORS ON SE SERT DE MON NOM DE FAMILLE!!!!!!!!
      SIGNE : JACQUES MORGAND

      Supprimer
    3. Salut Nono,
      Les remorqueurs ou les pousseurs de la DP de Brest ou d'ailleurs n'ont pas de "commandant" mais seulement un "Patron".
      Pour être commandant, il faut avoir reçu du ministre de la Défense une "lettre de commandement" (pour les bâtiments d'un certain tonnage). Pour les plus petits, un "ordre de commandement" du Préfet maritime suffit, comme par exemple pour les officiers mariniers supérieurs qui commandaient les remorqueurs de 1.000 cv. Pour les 600 cv (qui portaient des noms d'arbres, Ébène, Papayer, Chêne, Bouleau...) ou les 250 cv (qui portaient des noms d'oiseaux Pinson, Rouge-gorge, Merle...) ce n'était pas un commandement mais juste un patronat.

      Supprimer
  11. Bonjour Jean Louis... Jean Louis Auvray, je suppose ?
    Je suis Daniel Maurice.
    Mon père Fernand (qu'on surnommait "De Gaulle") a navigué sur le "Morgand", construit en 1936 à Ostende par les chantuers Beliard et Grissom.
    Le patron était bien Francis Freulet (La "Flute" et ses 130 Kg...) .
    Il a aussi embarqué à la même époque avec le frère de la Flute qui était patron du Gustave Danis et aussi sur l'Ailly.
    J'ai appris que l'Ailly qui avait était construit aux chantiers de la Manche à terminé sa carrière à La Rochelle.
    Amitiés à Jean Louis Auvray,, "Nono", le neveu à "Pagaille", qui a fait son "sapin" sur le Clémenceau en 1965,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. BONJOUR A TOUS
      MON FRERE BRUNO SEVELIN A NAVIGUE AVEC LE DERNIER PATRON DU MORGAN EN 69 ,IL S'EST EMBARQUE PAR MAL CHANCE SUR LE JEAN GOUGY EN FEVRIER 70 JE SERAI TRES HEUREUX D'AVOIR QUELQUES PHOTOS DE CE CHALUTIER MERCI
      sevelin.maxime@orange.fr

      Supprimer
  12. Exact!.....mon matelot!...
    au service militaire,.après école des mécaniciens aéro. à Rochefort , breveté "MECAE" aide directeur pont envol, (équipe IV ) ; PC pont envol, libéré QM2....tout un parcours; passionnant!...
    JL

    RépondreSupprimer
  13. Daniel MAURICE7 août 2015 à 01:02

    Oui, je me souviens, tu étais BP mécanicien d'aéronautique..
    Nous nous sommes retrouvés à Toulon en été 1965.
    Tu revenais des États Unis, où avec le "Clem", vous rameniez les Crusaders. Moi, je passais mon BE à l'Ecole des timoniers. Nous avions pris des photomatons. Mais la mienne, je l'ai perdu dans tous mes déménagements...

    RépondreSupprimer