vendredi 18 octobre 2013

Le Doux Frimaire


Merci à Jean-Louis

De la part de Jean-Louis :

Voilà une partie de l'équipage du "Doux Frimaire" en 1961 .( pour complèter
la photo publiée par Olivier sur Quiquengrogne)
Photo de Droite :
-  en ciré noir, le patron ( Robert Ebran.)qui vient voir la qualité de la
pêche dans le parc.
-  De face qui regarde l'objectif, Jean- Paul Friboulet.matelot.
-  A coté de lui,qui s'essuie la figure, le mousse René Cardelec.
-  de dos le Second, Jean ( dit Jeanot ) Friboulet ( le frère du précédent )
Photo de Gauche :
Le largage du "cul" du chalut, avec les mêmes, sauf le patron, et de dos
Robert Luciani.

De tous ces gens il reste de ce monde :
- Cardelec René ( bien malade ), n'habitant plus à Dieppe.
- Jean-paul Friboulet , secrétaire de l'association des marins retraités ,
que je vois de temps à autre.

Cordialement 
Jean-Louis

De la part de Martine :
"Hé bonjour Olivier 

J'ai vu la photo du Doux Frimaire mon beau père( Gonnet Jean)  a navigué sur ce bateau.  Il était graisseur et  en 1957 le capitaine de pêche était Mr Ebran 
Je vous joins un scan de son ordre de mission."





30 commentaires:

  1. Voilà un des nombreux bateaux "dieppois" dont le nom rappelle le calendrier républicain. Une trentaine de mètres de long je crois et un problème à la construction qui lui fit subir quelques transformations paraît-il (quand on ne tient pas la mer ...).

    En tout cas c'est bien le DI-1538, pas d'erreur. Livré dans les années quarante en compagnie de deux Gougy dont cet Edouard dont on a déjà parlé (made in America for all of them ? Made in USA plus exactement). Enfin, un bien beau chalutier à "l'ancienne" (tout est relatif). Monsieur Roger en sait quelque chose.

    FG

    RépondreSupprimer
  2. Armement Mallet ? R. Dupuis aux manettes ? Le bateau fut livré je crois juste avant l'inauguration des halles d'après-guerre qui doivent être les halles actuelles (celles en tout cas que j'ai connues dans les années 70). Un nom en tout cas qui nous renvoie à une fin d'automne clémente pour une livraison en janvier (1949 ?).

    FG

    RépondreSupprimer
  3. 30 Avril 1948 livraison du chalutier selon
    http://delamarejean.free.fr/dieppe_1944/d%C3%A9part.html


    31 Juillet 1945 la CCI décide la construction d'une halle aux poissons;les cases de mareyeurs commencent en Août 1951
    https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&ved=0CC4QFjAA&url=http%3A%2F%2Fdieppe-production.s3.amazonaws.com%2Fwysiwyg_files%2Fdatas%2F2353%2Foriginal%2Fquiquengrogne19.pdf%3F1369644159&ei=yThiUuqJGcmb1AWWjIDgDw&usg=AFQjCNFm2166RDiwp_kEUVNQqqyAL7N8ow

    RépondreSupprimer
  4. Je crois que le 30 avril renvoie à la livraison du Charles-Massot, pas du Doux Frimaire. Un simple détail sans importance, il est vrai.

    FG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as par ailleurs raison, on ne dit pas "les Halles" qui nous renverraient de nouveau au Ventre de Paris, mais "la halle aux poissons". Autant pour moi. Il y a un tas d'appellations locales que je ne maîtrise plus ou pas. Ainsi, jusqu'à il y a peu je disais la "CIté des Marins" au lieu de la "Cité du Marin".

      FG

      Supprimer
  5. Dans mon souvenir les planches à chalut paraissaient moins grandes

    RépondreSupprimer
  6. Il y a plusieurs critères, pour la taille les planches:
    - la profondeur ou l'on travaille
    -l e type de chalut tracté.
    - la puissance du bateau
    - le poids des planches.
    C'est un peu la synthèse de tout çà qui fait choisir tel ou tel type de planche .par le patron de pêche.
    Dans le cas présent, c'est un type de panneau parfaitement classique pour chalut de fond.
    JL

    RépondreSupprimer
  7. Vous avez l'air de bien connaître le bateau. Avez-vous fait partie à un moment donné de son équipage ? J'imagine en tout cas que vous avez dû au moins côtoyer certains de ses membres. Dans le monde de la pêche, à Dieppe, tout le monde doit se connaître j'imagine.

    FG

    RépondreSupprimer
  8. Oui FAUSTO;
    J'ai eu l'honneur de naviguer sur ce bateau,comme jeune mécano, en remplacement, en 1961; puis en titre en 1962, avec un chef Mécano franchement brillant, et sympa. ( ce qui ne gâchait rien.!..) Alain a du le connaitre.
    Le patron emblématique était Robert Ebran ( qui avait du prendre ce bateau neuf; quand j'y suis embarqué, l'ensemble de l'équipage devait avoir dans les 12 ans de bord!.....)
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
  9. Je m'en doutais. Très bien et merci. Moi j'ai entendu parler d'un autre patron (peut-être pas à la même époque). Un certain Roger Dupuis. Est-ce une erreur de ma part ou de ma source (ce qui revient au même) ?

    FG

    RépondreSupprimer
  10. Et pour le chef mécano( d'abord sur le Charles MASSOT) ç'était un ami de mon père

    RépondreSupprimer
  11. Pour Roger Dupuis, il semble qu'il y ait une erreur à cette adresse : 
    http://boutmenteux.net/forums/index.php?showtopic=2557&st=210

    Patron Roger Dupuis semble être un bateau livré à Arcachon ou à un port de l'Atlantique (Ste Nouvelle de Gérance Maritime) en 1949. Il est cité juste après le Doux Frimaire à http://boutmenteux.net/forums/index.php?showtopic=271&st=3870 , ce qui semble avoir causé l'erreur du blogueur (si erreur il y a) apparaissant à l'adresse plus haut.

    Pour le Doux Frimaire, il semble bien que la livraison date de janvier 1949 : 

    "308 Doux Frimaire 117' Trawler French Govt. for Ste. d'Armement Mallet New 25 Jan 1949 Unknown
    309 Patron Roger Dupuy 117' Trawler French Govt. for Ste. Nouvelle de Gerance Maritime New 23 Feb 1949 Unknown". Voir http://boutmenteux.net/forums/index.php?showtopic=271&st=3870 ).

    "Ste Nouvelle de Gérance Maritime" c'est Arcachon et le Doux Frimaire c'est bien l'armement Mallet avec le patron que dit Jean-Louis.

    FG

    RépondreSupprimer
  12. j'ai bien connu un patron "Dupuis"; mais c'était Raymond; il a longtemps commandé le "Gabriel de Clieu" ( on y revient!!!....)
    JL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu vois, les recherches "académiques" ou pas et les lectures doivent toujours être complétées par des témoignages et l'expérience que l'on n'a pas. Toi, entre autres choses, tu l'as cette expérience.

      FG

      Supprimer
  13. tu vois Fausto; ( et les autres bien sur! )
    sur la photo, tu vois les panneaux, en dehors, sur bâbord, mais le chalut n'est pas prêt à être filé. le chalutier traine le chalut tribord, ( on peut voir qu'il avance, avec l'écume )
    car à cette époque, on pêchait le merlu, toujours en lisière des fonds rocheux,( Lisard Point; Trévos ; scillys Island, etc...) et on faisait des avaries de chalut....à tous les "traits"!...( c'était du manille pas du nylon!...)donc les 4 panneaux étaient mis en dehors en début de marée
    les deux chaluts prêt et on commençait!......avec changement de bord; presque à tous les traits!....On avait à bord des "artistes du ramendage!....
    Jean-Louis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dis-moi, mais vous pêchiez dans les eaux territoriales britanniques ! C'est bien des Sorlingues dont tu parles (Islands of Scilly).

      Mon père m'a raconté une petite anecdote lorsqu'il s'est retrouvé avec tout l'équipage (je ne crois pas que c'était avec le bateau où ton frère a navigué) d'un chalutier, ou d'un coquillard armé pour le chalut que je ne nommerai pas, à Plymouth, "chopés" qu'ils furent par les gardes-côtes britanniques (eaux territoriales, pêche illégale d'un bateau plutôt breton je crois ?).. L' "aventure" lui permit de ramener en France (après "séjour") des pièces britanniques d'époque avec des trous au milieu, pièces qui ont étonné plus tard mon regard d'enfant et qu'il ressortait sans cesse pour raconter son histoire et lui donner du poids. C'était bien avant la création du Marché Commun et la signature de toutes une série d'accords entre pays.

      FG

      PS: pour les termes techniques que tu emploies, il a fallu que je consulte plusieurs dictionnaires et internet. Ce sont du vocabulaire et des expressions propres au monde des marins et notamment des marins-pêcheurs. "Ramendage" par exemple. Eh bien voilà, j'ai encore appris quelque chose.

      Supprimer
    2. "De toute une série d'accords", bien entendu, et non pas "de toutes une série d'accords".et "garde-côtes" au lieu de "gardes-côtes".

      L'indécrottable FG.

      Supprimer
    3. Les eaux territoriales à l'époque,ou ton père avait été dérouté sur Plymouth; étaient à ...3 miles
      puis elles passèrent à 6 miles !...
      pour être aujourd'hui à 12 miles, avec zone d'exploitation exclusive à.....200 miles!....( sauf bien sur des mers comme la Manche qui ne font pas cette largeur!....dans ce cas çà revient à moitié -moitié; en gros. ) De là, des zones ou aujourd'hui on ne peut plus aller pêcher sans autorisation, et/ou attribution de quotas.
      JL

      Supprimer
    4. Alors c'est que le bateau sur lequel naviquait mon père devait être dans une très nette illégalité (le pauvre homme, il n'avait pour seul tort que celui d'être à bord).

      Par ailleurs, oui, je sais que les eaux territoriales se sont grandement étendues au plan international dans les années 70 et que ce serait même un pays d'Amérique centrale qui, aurait "ouvert les hostilités" en, la matière. Tous les autres pays auraient suivi.

      Thank you very much for the answer.

      FG, from Plymouth.

      Supprimer
    5. C'est arrivé à beaucoup, à l'époque,( c'était 3 miles....à 2 miles 900 tu te faisais "harponner", car les Anglais comptaient leurs eaux de cap en cap !...si même involontairement tu entrais dans la baie ce qui parfois te faisait 7 ou 8 miles, ou plus ; du port!.....bingo!....)
      De plus , parfois,nous faisions relâche ; pour faire de la glace; ou du Gas-oil; et aussi par gros temps pour se mettre à l'abri!...
      JL

      Supprimer
    6. JEAN-LOUIS, tu me rassures, j'ai cru à un moment donné que mon père était un voyou (je plaisante). En tout cas il faut absolument que tu mettes sur le blog d'Olivier et ailleurs toutes ces choses que tu sais.

      Tout ce que tu dis (ou plutôt tout ce que tu écris) m'éclaire sans cesse. Je reconsidère mieux certaines réalités de mon enfance puis de mon adolescence. Tu tiens tout cela de ton expérience, de ton savoir, mais aussi de tes ancêtres et autres parents (un Dieppois, quoi !). Tout est plus clair après et je t'en remercie.

      FG

      Supprimer
    7. Merci aussi à OLIVIER qui grâce à son blog nous permet de nous exprimer et de retrouver cette chaleur dieppoise (ce n'est pas un vain mot) qui nous fait vivre ou revivre (tout dépend de l'éloignement).

      Et puis d'autres noms relevant d'un "exil" havrais, rouennais ou breton qui donnent connaissance, consistance et bonheur à tous ces échanges.

      FG

      Supprimer
    8. "Heureux qui comme Ulysse..." n'auras-tu pas l'occasion d'y revenir Fausto ? tout dépend effectivement de l'éloignement, j'ai la chance pour ma part de pouvoir revoir mes falaises une fois par an environ, si j'attends trop longtemps le manque se fait sentir !

      Supprimer
    9. Oui CATHERINE, j'y reviendrai assurément. La retraite c'est dans dix ans, alors j'y pense. J'espère revenir avant et pourquoi pas m'y installer (m'y réinstaller plutôt) lorsqu'on m'aura "mis à la poubelle".

      Quant à "Heureux qui comme Ulysse" c'est une espèce de Renaissance (notez l'ambivalence du mot) qui me rappelle encore et toujours mon maître P.G. C'était un des poèmes qu'il nous proposait à l'école Desceliers (l'ancienne, bien entendu, située boulevard de Verdun, près de la rue de la Brasserie et du fameux Ciné-Plage, autre coin ou recoin de mon enfance).

      FG

      Supprimer
  14. Jean Louis sur ce document il est question d'une tempête en 1670(cf la drague coulée)
    http://www.estrancitedelamer.fr/portdieppe/histportdieppe.htm

    RépondreSupprimer
  15. Oui, Alain ;
    sur le petit plan présenté, on voit nettement l'évolution du chenal vers l'est. il faut savoir que la violence de cette tempête a fait çà ...en 1 nuit!.... surement du calibre de celle qui chavira la drague!...
    Dans tous les cas de catastrophe, il y a rarement 1 cause seule, mais un faisceau, un ensemble , qui pris indépendamment ne ferait rien ; ou peu de chose; mais groupé tourne à la grosse tuile!....( pour le cas de la drague : Grande marée.+ Fort Coêf. + vent orienté NNE au plus fort. + accostage à la moins bonne place = grosse tuile!...)
    JL

    RépondreSupprimer
  16. C'est effectivement son "Fascicule"( çà ne s'appelait pas autrement) mais c'était LE papier d'identité du marin.
    Dessus il y avait tout!....dates , fonction, brevets,visite médicale,nom du bateau; matricule;catégorie ; photo.....
    au long cours, à la même époque, il servait aussi de passeport!....( sur le miens , j'ai aussi des tampons Russes; Anglais et Belge!....)
    JL

    RépondreSupprimer
  17. Houps ...oui Fascicule j'ai confondu avec l'Armée de l'air (les ordres de mission).Merci J.Louis

    RépondreSupprimer
  18. Joli blog qui dépayse et apporte une bonne bouffée d'air marin et un doux parfum d'archives...
    Bien vu pour la jupette !

    RépondreSupprimer
  19. @ Yelle
    Content de te retrouver ici.
    A très bientôt.
    Bisous
    Olivier

    RépondreSupprimer