dimanche 14 avril 2013

Bassin Duquesne. Sans date.

L'épave semble arborer le symbole de l'armement Mallet.

137 commentaires:

  1. Oui, il semble qu'il s'agisse de la représentation du drapeau japonais, ou ce qui y ressemble (était-ce vraiment le drapeau japonais" ?), de l'armement Mallet.

    FG

    RépondreSupprimer
  2. Franchement, sur la cheminée, cela fait vraiment "armement Mallet". C'est presque le drapeau japonais à la "Mallet". Cela semble être aussi un chalutier dans la mesure où on voit dans l'eau une potence ou ferme. C'est en tout cas un bateau armé pour le chalut (avec toutes les réserves possibles car je ne suis guère un spécialiste en la matière).

    FG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alain devrait nous apporter ses lumières...
      Olivier

      Supprimer
  3. C'est sans l'ombre d'un doute un < Mallet > donc un chalutier, les potences comme le fait remarquer Fausto; ne trompent pas.
    le soleil "Japonais" est sans équivoque...la cheminée, longue et étroite indique un .."chauffe au charbon"...mais lequel?....il semble être quai du Tonkin; ( on voit le début de la chambre de commerce, à droite ) et l'accès au bassin Bérigny, n'existe plus ;ce qui situe l'époque.
    je pense par fait de guerre; ....1940?...ou aux environs?!.....
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
  4. En zoomant, on en voit un autre, coulé aussi;à droite, au pied de la chambre de commerce; ce qui me conforte dans l'idée que c'est par fait de guerre; mais .....quand????
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
  5. J'ai ,pour l'instant trouvé une trace des deux chaluts coulés(mais pas de noms)
    21 Mai 1940 : Dieppe est placée désormais dans la zone des armées. Pour circuler, il faut un titre de circulation. Les écoles sont fermées jusqu'à nouvel avis. Le 24 mai, 2 navires hôpitaux anglais à quai sont touchés (les anciens paquebots Brighton et Maid of Kent), ainsi que des trains sanitaires stationnés à proximité (400 morts ?). Le port subit des dommages, des bombes égarées tombent en ville (17 morts). Le 24 mai, 5h, encore un nouveau bombardement, sur le port, 2 navires coulés, hangars détruits. Samedi 25 mai, la Luftwaffe lâche, de façon délibérée, ses bombes sur la ville. Le quartier de la poste actuelle, la rue Gambetta, la rue Chanzy sont touchés. Des pompiers de Fécamp, Arques, Saint Nicolas viennent aider leurs collègues dieppois. Des rumeurs sur la présence de parachutistes allemands courent la ville (une rumeur de plus).
    Source:http://delamarejean.free.fr/dieppe_1944/guerre.html

    RépondreSupprimer
  6. Dans ses mémoires, Pierre Renaudot écrit: " Le MAID OF KENT", navire anglais a coulé, après avoir brûlé. Les morts et les blessés ne sont pas dénombrés, mais ils sont nombreux. Un second paquebot anglais, le BRIGHTON, familier du port, a été touché mais est toujours en état de naviguer. Il tente de s'échapper du bassin de Paris mais les portes de retenue sont fermées et les éclusiers se sont mis à l'abri. Le BRIGHTON sera finalement coulé lors d'un autre bombardement"

    RépondreSupprimer
  7. http://www.paris-normandie.fr/article/autres-actus/en-memoire-du-maid-of-kent
    http://www.archeosousmarine.net/bdd/fichetech.php?id=682(navire hôpital BRIGHTON)
    Toujours rien sur les chalutiers du bassin DUQUESNE

    RépondreSupprimer
  8. Vu le dégât humain du bateau-hopital "Maid of Kent", sur le quai aussi dans le train qui attendait; du "Brighton"; et en ville, je pense que 2 chalutiers coulés, où peut-être il n'y avait personne à bord; a du passer quasi inaperçu!...Il faudrait avoir accès aux archives Mallet?...si elles existent; ou celles du port, pour connaitre les épaves renflouées, dans le bassin Duquesne à cette époque.
    Jean-Louis.

    RépondreSupprimer
  9. Selon "La pêche à Dieppe" de P. Joint (http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/annor_0003-4134_1951_num_1_3_4202), 9 chalutiers ont été "coulés par faits de guerre". Il faudrait trouver leurs noms et se pencher ensuite sur leur histoire.

    A dieppe même, les bombardements (allemands en 1940, alliés peut-être par la suite)tout comme les sabotages (destructions allemandes avant peut-être le départ des troupes germaniques en 1944) peuvent être à l'origine de leur disparition. S'il en est ainsi, la photo a très bien pu être prise entre 1940 et 1944.

    FG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je parierais pour des sabotages, car je vois deux bateaux coulés et apparemment pas de dégâts sur les quais immédiats. Des bombes larguées depuis des avions qui n'auraient touché que les bateaux sous-entendent soit un incroyable hasard, soit une précision inconnue à l'époque (pas de missiles, pas de technologie ultra précise). Deux accidents simultanés et non provoqués, sont par ailleurs peu probables.

      FG

      Supprimer
  10. Je trouve aussi le 23 août 1940 " Le capitaine belge J. Godu et son mécanicien se font sauter dans le chenal avec leur remorqueur et les 36 soldats allemands qu'ils transportaient. Il n'y a aucun survivant"

    Je sais que ce n'est pas le bassin ... Mais c'était une info trouvée au fil de mes lectures ...

    RépondreSupprimer
  11. FAUSTO au fur et à mesure de mes trouvailles
    Il y eut pendant la seconde guerre mondiale, un chalutier du nom de Ventôse, construit à Rouen en 1936, et qui fut réquisitionné le 2 septembre 1939 sous le commandement de l'EV2R Mequin, pour être affecté à la 36ème section de draguage à Dieppe. Cette section comprenait l'AD31 Tartarin (chalutier de Boulogne sur mer réquisitionné, jb : 288 tx, construit en 1931, cdt à compter du 9/9/39 : EV1R Masso), l'AD24 Etienne Rimbert (chalutier de Dieppe réquisitionné, jb : 197 tx, construit en 1935), l'AD Trouville (navire à passagers du Havre réquisitionné, jb : 294 tx, construit en 1910), l'AD Geneviève (chalutier de Boulogne-sur-Mer réquisitionné, jb : 224, construit en 1917). L'AD32 Ventôse fut équipé en D.O. (Dragueur Ordinaire), c'est à dire muni d'une drague Ronac'h ordinaire.

    En opération devant Dieppe le 19 mai 1940 et devant Fécamp le 23, ce petit bâtiment participa en juin à l'évacuation du Havre et parvint finalement à Southampton le 21 juin. Saisi par les Anglais le 3 juillet 1940 (opération Catapult)en même temps que l'AD31 Tartarin, il navigua sous leur pavillon jusqu'en 1945 sous le numéro de coque FY 1754. Il fut réarmé en patrouilleur auxiliaire en octobre 1940. A partir de juin 1944, il servit de bateau pompe sur la rivière Tyne. Il fut rendu à la vie civile le 21 septembre 1946.

    Source:http://www.netmarine.net/bat/fregates/ventose/celebre.htm

    RépondreSupprimer
  12. Je trouve :
    13 décembre1949 vers 5 heures du matin, a 10 milles du large de DIEPPE, le VERT PRAIRIAL aborde et coule un drifter allemand. Les 18 hommes d'équipage sont sauvés.
    L e 18 mai 1950; il est abordé à son tour par un cargo de la caennaise venant d'Anvers.
    Le 15 juillet de la même année vers 19 heures, il chavire dans le port de Dieppe, et se couche sur bâbord. il subit des dégâts, mais est cependant renfloué sans difficulté a la marée suivante.

    Nous connaissons malheureusement tous la suite de l'histoire !

    Qu'en pensez-vous : Le VERT PRAIRIAL en 1950 ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Impossible. le Vert prairial a chaviré Quai du Carénage à peu près au niveau du bâtiment du Syndicat mixte( Poissonnerie en gros à l'époque).
      De toute façon , la cheminée est celle d'un bateau au charbon.
      JL

      Supprimer
  13. Avec les réservistes, c'est au tour de 40 % des navires de pêche dieppois réquisitionnés par la Marine Nationale, de partir avec leurs équipages. C'est le cas de l'Etienne Rimbert, de l'Elisabeth Thérèse, du Pluviôse, du Ventôse, du Nivôse, du Le-Duquesne, et d'autres. Transformés en croiseurs ou dragueurs auxiliaires auxiliaires, légèrement armés, ils vont patrouiller le long des cotes. Les Allemands en saisiront d'autres qui seront transformés également en patrouilleur ou navire hôpital. Les paquebots et cargos de la ligne transmanche sont également réquisitionnés (Versailles, Paris (qui sera coulé), Rouen, Rennes, Bordeaux, Brest, Newhaven). Plusieurs d'entre eux seront affectés à l'embarquement des troupes alliées à Dunkerque. Le cargo Rennes y sera coulé le 28 mai 1940 entraînant la mort de 22 membres de son équipage (marins et militaires). Il ne sera retrouvé qu'un seul corps. Le canot de sauvetage Jean Bouzard sera lui aussi réquisitionné par les autorités militaires.
    Source:http://delamarejean.free.fr/dieppe_1944/guerre.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je précise que toutes les informations données sur le site de Jean sont fiables ... Jean était un passionné d'Histoire et surtout d'histoire locale ... Il a effectué un très gros travail d'archives ...

      Supprimer
    2. Mon propre père, fut mobilisé, aux commandes du "Rien Sans Peine" ( bateau de Mr Couillandre)pour rallier Cherbourg
      il ne reviendra pas après guerre, ayant été détruit.
      JL

      Supprimer
  14. De nombreux chalutiers dieppois sur le lien suivant:

    http://dieppe.et.sa.region.free.fr/DIEPPE%20EN%20PHOTOGRAPHIES/imgcol/imgcol_67/contact_1.htm

    RépondreSupprimer
  15. Oui, ALAIN, l'Étienne Rimbert est devenu le fameux Jeanne Gougy qui a très mal fini, comme tu le sais. J'entends encore mes parents m'en parler, cela revenait de façon cyclique.

    Quoi qu'il en soit le Jeanne Gougy, pas plus que l'Hiver-Autonne, les très "républicains" Ventôse, Nivôse et Thermidor ou encore d'autres bâtiments dont le nom rappelle de grands épisodes historiques chers à l'armement Mallet, comme le Fismes, n'ont coulé dans le bassin Duquesne.

    Il est vrai que je suis très loin d'avoir la liste complète des bateaux relevant de cet armement et qu'en plus, j'ai constaté (et ça tu le sais beaucoup mieux que moi), que certains navires de la Marine Nationale portaient les mêmes noms, ce qui complique les recherches.

    FG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certains bateaux comme l'Étienne Rimbert construit au Canada, n'arrivent, selon les informations que j'ai (certainement discutables), à Dieppe qu'après la guerre.

      Pour l'Étienne Rimbert, une première fois en 1949 avant de partir et de revenir en 1958(Jeanne Gougy : armement Lebouder) dans notre bonne ville ou plutôt, dans notre bon port, pour un temps, un temps qui, malheureusement, ne durera que jusqu'en 1962.

      FG

      Supprimer
    2. Contemplez par ailleurs le Ventôse de la Marine Nationale sur : 

      https://www.google.fr/search?q=%22le+vent%C3%B4se%22&client=firefox-a&hs=oXN&rls=org.mozilla:fr:official&tbm=isch&tbo=u&source=univ&sa=X&ei=XdhrUa3OFceThQenjYHgCg&ved=0CD0QsAQ&biw=1280&bih=825

      Un autre look, assurément, mais c'est beau.

      FG

      Supprimer
  16. PLUVIOSE
    http://lemairesoft.sytes.net:1944/pages/page.aspx?univid=339325
    DUQUESNE
    http://lemairesoft.sytes.net:1944/pages/page.aspx?univid=379678
    ETIENNE RIMBERT
    http://lemairesoft.sytes.net:1944/pages/page.aspx?univid=338752
    ELISABETH THERESE
    http://lemairesoft.sytes.net:1944/pages/page.aspx?univid=388443
    VENTOSE
    http://lemairesoft.sytes.net:1944/pages/page.aspx?univid=377331
    http://lemairesoft.sytes.net:1944/pages/page.aspx?univid=397013
    VERSAILLES
    http://lemairesoft.sytes.net:1944/pages/page.aspx?univid=309445

    RépondreSupprimer
  17. Tu sais FAUSTO un bon mitraillage à balles explosives aurait suffi pour endommager les chaluts

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il aurait fallu bien piquer et bien viser pour avoir les deux chalutiers. Un coup de maître en quelque sorte. Pourquoi pas ?

      FG

      Supprimer
  18. Le 17 juin, un chalutier dieppois, "Édouard Gougy", réquisitionné et armé par les Allemands, saute sur une mine au large des Grands Sables. Il n'y aura que 4 survivants sur les 30 hommes d'équipage.
    http://enguerrand.gourong.free.fr/p39_4republique.htm

    RépondreSupprimer
  19. Et ma question de 11 h 45 ???? Vous ne répondez pas ? Possible ou pas pôssible ?

    RépondreSupprimer
  20. SOPHIE en 1950 tu avais les baraquements sur le Parc Jehan Ango,donc photo antérieure à 1950

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact Alain,
      Ils furent montés par les Alliés, juste après guerre; on y trouvait, la Secu, les affaires Maritimes;la laiterie talou; etc....c'était des barraquement démontables de type "Nielsen" je crois.

      Supprimer
  21. Pour moi cette photographie daterait d'après la Seconde Guerre mondiale. La CCI à droite de l'image est encore détruite, les barrières sont d'une blancheur maculée ... De quand date leur construction ?
    Il est vrai qu'on ne voit pas le bâtiment sur le terrain Ango, mais les constructions ont débuté en 1947. Les premières ont été montées un peu plus au centre du terrain et ne sont pas obligatoirement visibles par rapport à l'angle de vue !
    En plus il me semble que le garage Laffilée soit déjà construit ... Sa reconstruction a débuté en 1948.

    Il faudrait trouver d'autres repères architecturaux et les dater !

    RépondreSupprimer
  22. Photo de 1953,tu remarqueras SOPHIE la taille de la cheminée ,et la présence de 2 manches à air
    http://dieppe.et.sa.region.free.fr/DIEPPE%20EN%20PHOTOGRAPHIES/imgcol/imgcol_67/_00024.htm

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, la cheminée est beaucoup plus large que celle du bateau de la photo. A moins de travaux réalisés depuis 1950 ... Cela m'étonnerait cependant beaucoup.

      FG

      Supprimer
  23. Pas faux .... Donc pas le VERT PRAIRIAL ! Merci beaucoup Alain !

    RépondreSupprimer
  24. Le PÉTUNIA ?

    http://dieppe.et.sa.region.free.fr/DIEPPE%20EN%20PHOTOGRAPHIES/imgcol/imgcol_67/_00020.htm

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/Forum-Pages-d-Histoire-aviation-marine/marine-1914-1918/petunia-patrouilleur-sujet_1596_1.htm

      Supprimer
  25. Je ne crois pas sur ta photo 5 vitres,si j'ai bien vu, à la cabine sur celle d' OLIVIER 3

    RépondreSupprimer
  26. C'est pas drôle .... Tu as encore raison Alain ! Tant pis pour moi !

    RépondreSupprimer
  27. Une timide amie me chuchote par mail LE MERCURE ????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le "Mercure" était un remorqueur je crois?...
      Là , nous avons à faire à un chalutier à Mallet.
      Dès que possible je demanderai à notre encyclopédie de la pêche à Dieppe; a savoir Manu Marchand!...
      Ce serait étonnant qu'il n'ait pas les renseignements!...
      Jean-Louis

      Supprimer
    2. je reconnais que mon beau-père Emmanuel Marchand ayant travaillé à l'armement Mallet et ayant répertorié, classé méthodiquement avec photos, armements, équipages, etc.. tous les bateaux de pêche de Dieppe des différents armements pourra vous donner la réponse, je lui demande dès ce soir, sauf si vous avez déjà eu les éléments, mais j'ai déjà vu cette photo chez lui ou une semblable. Belle démarche ces trouvailles de mer ! Isabelle

      Supprimer
    3. @ Isabelle
      Un grand merci. L'énigme reste entière.
      Olivier

      Supprimer
    4. Mon commentaire semble n'avoir pas fonctionné, déolée j'ai un premier élment de réponse sous réserve de recherches en cours par Emmanuel Marchand. Il pourrait- sous hypothèse- d'agir d'un chalutier " As de Trèfle" du même armement ou un autre de la même série. il prépare en ce moment une exposition de ses photos qui sera présenté sous la halle cet été ( une bonne cinquantaine) avec explications et fait ses recherches entre deux, à 83 ans ces questions le maintiennent en forme ! suite donc dans les jours à venir...

      Supprimer
  28. Non c'est un remorqueur !!! J'ai trouvé l'erreur toute seule !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de potences et de surcroît pas de pavillon "japonais" sur le Mercure, à ma connaissance.

      FG

      Supprimer
  29. http://dieppe.et.sa.region.free.fr/DIEPPE%20EN%20CARTES%20POSTALES/imgcol/imgcol_109/_00001.htm
    SOPHIE remarque la taille de la manche à air du MERCURE

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me lasse de reconnaître que tu as toujours raison, Alain ! Que dis-tu de celui qui suit ? ( Le FRUCTIDOR)

      Supprimer
  30. Je découvre dans mes archives :

    Avril 1949: relevage de l'épave du GALAXIA coulé en 1940 ( il me semble que c'était dans le bassin de Paris ... Pas dans le Duquesne)

    Le 10 mars 1953 Le FRUCTIDOR, petit chalutier désarmé coule dans le bassin ( une nouvelle fois, il est indiqué bassin de Paris ...)

    Mais faut-il se fier toujours aux dénominations que les journalistes donnaient aux bassins ? A suivre ...

    RépondreSupprimer
  31. Je retrouve aussi sur le blog d'Olivier des conversations très intéressantes que vous avez eu l'an passé à propos du MESSIDOR

    http://www.quiquengrogne-dieppe.com/2010/03/le-chalutier-messidor.html

    RépondreSupprimer
  32. Pour le FRUCTIDOR
    On sait que l’amiral Lemonnier embarqua à bord du Fructidor avant de rejoindre Casablanca. Le Fructidor était un chalutier de Dieppe de 306 tonneaux construit en 1918 et réquisitionné en 1939 par l’armée française, parmi 250 bateaux, pour la plupart des bateaux de pêche. Il fut transformé en dragueur de mines auxiliaire sous l’immatriculation AD 52. Il navigue en Manche près de Boulogne en mai 1940. Il participa vraisemblablement à l’évacuation de Dunkerque (opération Dynamo) parmi la flotte des « Petits navires » et si c’est le cas il se trouvait en Angleterre à la fin du printemps 1940. Il ne s’y trouvait plus, ou pas, le 3 juillet suivant, sans quoi, comme tous les navires français, il aurait été saisi par les autorités britanniques. On peut supposer que l’amiral Lemonnier, si c’est lui qui s’est embarqué pour Jersey avec le pêcheur aubergiste Cesne quelques jours avant le 23 juin 1940, a gagné l’Angleterre (c’était alors chose facile), et est rentré en France à bord du Fructidor ou d’un autre navire. Les militaires français présents en Angleterre à cette époque avaient le choix de s’engager dans les Forces Françaises Libres, ce que très peu firent, ou de rentrer en France à bord des bateaux disponibles sur place.
    Source:http://academiedecherbourg.wordpress.com/2012/12/06/les-evasions-de-militaires-et-de-civils-depuis-carteret-fin-juin-1940/
    http://lemairesoft.sytes.net:1944/pages/page.aspx?univid=397009
    http://atf40.forumculture.net/t3879p15-les-navires-auxiliaires-requisitionnes-de-1939-40
    http://www.navypedia.org/ships/france/fr_co_ams.htm

    RépondreSupprimer
  33. J'ai cherché sans succès.
    Reste le forum du Bout menteux de Fécamp.
    Olivier

    RépondreSupprimer
  34. Comme toujours, très intéressants ces échanges même si je n'ai pas trop le temps de participer et en plus, je vais encore m'absenter huit jours sans internet...
    Mon point de vue sur la question est qu'il s'agit d'un des Mallet construits vers 1935 et qui portaient des noms de mois révolutionnaires sans qualificatif comme MESSIDOR, PLUVIOSE, etc... Ceux d'après guerre (construits aux USA ou au Canada) avaient des noms avec qualificatif genre BON GERMINAL ou DOUX FRIMAIRE.
    L'autre élément très important pour dater est la barrière en ciment toute neuve (couleur à comparer avec la photo où l'on voit Olivier dans sa poussette).
    Enfin, l'analyse de FG me paraît tout à fait pertinente. Le bateau est intact (voir le haubannage des mâts), il est juste posé sur le fond ce qui ressemblerait à un (des) sabordage(s) mais pour quelle raison ?
    Echapper à une réquisition comme navire auxiliaire par les Allemands ? Eviter un départ avec armes et bagages vers l'Angleterre ? Eviter d'être coulé entre les jetées comme obstacle ? Bon, le mystère reste entier !
    G-M

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dirais que ces bateaux furent coulés à partir du 31 août 1944 lorsque les Allemands entamèrent leurs destructions (cadeaux de départ en se farcissant au passage le pont Colbert).

      Ce fut alors que plus d'une vingtaine d'embarcations furent détruites soit à la suite de bombardements, soit par sabotage germanique. Il ne fallait rien laisser qui puisse favoriser les Alliés en tout cas. Encore une fois, moi je parierais pour le sabordage.

      La photo a peut-être été prise juste après la guerre, mais l'épave du chalutier du premier plan est bien celle d'un bateau fabriqué avant-guerre.

      FG

      Supprimer
  35. Sur NOSCO(DIEPPE et sa région sous l'occupation)
    sous un autre angle
    http://dieppe.et.sa.region.free.fr/DIEPPE%20ET%20LA%202EME%20GUERRE%20MONDIALE/I%20-%20DIEPPE%20ET%20LA%20REGION%20SOUS%20L%20OCCUPATION//imgcol/_00004.htm
    http://dieppe.et.sa.region.free.fr/DIEPPE%20ET%20LA%202EME%20GUERRE%20MONDIALE/I%20-%20DIEPPE%20ET%20LA%20REGION%20SOUS%20L%20OCCUPATION//imgcol/_00007.htm

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Soit, il semble qu'il y ait eu des dégâts considérables sur une partie au moins du bassin Duquesne au sortir de la guerre. La seconde vue (pendant l'occupation) montre des embarcations mal en point, mais qui n'ont pas été coulées et qui ne semblent pas avoir été sabordées.

      Il serait aussi intéressant d'avoir des vues sur le fond du bassin Duquesne aux époques mises en évidence. Le sabordage ou le sabotage a pu avoir lieu, pourquoi pas, avant le 31 août.

      Enfin, la photo a aussi pu être prise, comme je le suggère dans mon précédent message après la fin de la guerre. Quand ? Et alors pourquoi la présence de ces embarcations si elles ont été coulées pendant la guerre ou à partir du 3 août ? Moi, je persiste à croire que ces navires n'ont pas été bombardés, mais sabotés ou sabordés, pour les raisons déjà mille fois évoquées, mais peut-être que je me trompe.

      Merci en tout cas Alain pour tous ces documents qui sont autant de pistes.

      En voilà une autre qui montre un bateau coulé au fond du bassin Duquesne le 31 août 1944 (si l'auteur du montage ne se trompe pas sur les dates car tout est possible). Les quais en cette partie du bassin ne semblent pas avoir été détruits. Quant au bateau, a t-il été écrasé sous les bombes ou a t-il été saboté ? :

      http://dieppe.et.sa.region.free.fr/DIEPPE%20ET%20LA%202EME%20GUERRE%20MONDIALE/I%20-%20DIEPPE%20ET%20LA%20REGION%20SOUS%20L%20OCCUPATION/imgcol/index.htm

      FG

      Supprimer
    2. Lire "31 août" et non "3 août".

      FG

      Supprimer
  36. En 1937, François-Eugène Menu ne racheta pas le Fismes, car il ne souhaitait pas exploiter ce navire trop moderne fonctionnant au fioul. Il fut acquis en 1938 par la « Société anonyme d’armement Mallet » de Dieppe qui le rebaptisa Thermidor. Saisi le 31 juillet 1940 par les forces allemandes, Thermidor passa au service de la Kriegsmarine sous le nom de V.1603. Il fut rendu à l’armement Mallet en juillet 1945. Celui-ci le revendit en 1961 en Italie à la « Societa per azioni cantieri navali di La Grazie » qui lui donna le nouveau nom de Briscola. Il termina sa vie en avril 1963 à La Grazie di Portonovere, en Ligurie.
    http://milleansabouhet.pagesperso-orange.fr/html/f-maubrene10.htm

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ALAIN, tu as raison, au départ c'était bien l'armement Maubaillarcq et l'armement Mallet était lui, plutôt abonné, à l'époque au calendrier républicain, si j'ose dire.

      Pour l'Étienne Rimbert, j'ai vérifié, il semblerait, comme précisé plus haut, que le bateau construit au Canada, puis basé dans un autre port que Dieppe, ne soit arrivé chez nous qu'en 1949 (départ ensuite, puis retour en 1958 : Jeanne Gougy).

      FG

      Supprimer
  37. Je vous ai envoyé d'autres photos par mail, notamment un autre chalutier de l'armement Mallet coulé dans l'avant-port.
    Olivier

    RépondreSupprimer
  38. Je me demande si celui de l'avan-port n'est pas en fait celui coulé au fond du bassin Duquesne. Trois fenêtres au roof, même cheminée.
    Olivier

    RépondreSupprimer
  39. Réponses
    1. Certes, tout cela est bien troublant, mais sur la photo que tu nous as dans un premier temps proposée, je ne reconnais pas l'avant-port. J'avoue que je suis perdu. L'épave qui ne l'était pas encore totalement (avant-port), aurait-elle été déplacée ? Non, vous avouerez que c'est délirant. Soit, je ne comprends plus rien. Au secours Alain, GM, JL et bien d'autres ... !

      FG

      Supprimer
  40. Oui, le bateau de l'avant-port n'est pas coulé. Il a du l'être après et il semble bien être celui du bassin Duquesne, bien coulé en l'occurrence.

    Mon cher Olivier, je subodore que tu connais la réponse et que tu joues avec nos nerfs.

    Bon, quoi qu'il en soit il faut connaître le nom "du Mallet" de l'avant-port. Peut-être aurons-nous des renseignements sur sa vie et sa mort.

    FG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Il a dû" et non "il a du".

      FG.

      Supprimer
    2. Non, je n'ai pas la réponse. Mais Jean-Louis dans un mail me faisait remarquer qu'on a l'immatriculation du bateau DI 1071. Une piste.
      Olivier

      Supprimer
  41. FAUSTO pas encore de chalut mais le remorqueur BALIDAR coulé dans la nuit du 9 au 10 Juin 1940 par un raid de la Luftwaffe
    http://epaves.grizzly.free.fr/Epaves/Positions_confirmees/14591296.htm
    http://www.archeosousmarine.net/bdd/fichetech.php?id=9381
    Pour le NIVÔSE
    http://dieppe76.pagesperso-orange.fr/imagesmek/CDD190

    RépondreSupprimer
  42. Oui, pas de chalut. Bien joué.

    FG

    RépondreSupprimer
  43. Oui, mais sur le bateau de l'avant-port, il n'y pas le pavillon "mallet" (cheminée) et je ne pense pas, selon ce que j'ai visionné que ledit pavillon (japonais ?) se trouvait sur le Balidar (à moins de n'avoir pas compris tes explications, ce qui est très possible, n'étant pas un spécialiste).

    FG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pardon Alain, je commence à "déconner" sérieusement. je voulais dire le contraire, c'est-à-dire :

      "Oui, mais sur le bateau de l'avant-port, il y a le pavillon "mallet" (cheminée) et je ne pense pas, selon ce que j'ai visionné, que ledit pavillon (japonais ?) se trouvait sur le Balidar (à moins de n'avoir pas compris tes explications, ce qui est très possible, n'étant pas un spécialiste)."

      Ce n'est donc pas "il n'y a pas le pavillon", mais "il y a le pavillon".

      Sorry !

      FG

      Supprimer
  44. Je voulais juste dire que je n'avais toujours rien trouvé sur le nom du chalut,mais qu'en contre partie j'étais tombé par hasard sur le BALIDAR

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. All right ! Ne t'inquiète pas, c'est l'influence (à mon sens bénéfique) de nos amis d'en face.

      FG.

      Supprimer
  45. FAUSTO l'Angleterre,selon Alphonse Allais,est une ancienne colonie normande qui a mal tourné

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sacré Alphonse, j'en parlerai à William the Conquistor (un enfant de Falaise, paraît-il : rien à voir avec les Gobes. Tout est Calvados). Tu auras compris (1066, Guillaume, Harold, and so on).

      FG

      Supprimer
    2. What did you say?.....William the conquistor?!...NO...it's william the Bastard!....and the king Harrod!..in England Of course!....

      Supprimer
    3. I think you mean Harold (The Second).

      For "Bastard", I agree (his mother wasn't noble and so, William was the illegitimate sun of Robert I), but I prefer "The Conquistador" or the academic "Conqueror". I was born in Normandy, sorry.

      Sorry specially for my very bad english. English is not my native language. My native languages are spanish and french, but I love England.

      Have a good day.

      FG

      Supprimer
  46. Sur le "Mallet" de l'avant port, on voit à partir du remorqueur, à coté; des tuyaux, et vraisemblablement un groupe pompe sur son arrière.(signe d'un assèchement par pompage;) un canot à couple, et quelques tuyaux qui plongent directement dans l'eau....un scaphandrier pourrait être en opération.
    Comme dit à Olivier; en arrière plan on voit un paquebot, genre Worthing, età gauche l'avant d'un autre genre Arromanches, ce qui pourrait situer ce renflouement, après guerre.
    Il suffira de savoir qui est le Di.1071
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
  47. Toujours pas de noms mais:
    31 août 1944, 3h15, d'énormes explosions déchirent la nuit. Les Allemands entament les destructions de tout ce qui pourraient servir aux Alliés. Des habitants sont tués. De nombreux blessés sont soignés dans les divers postes de secours installés par la Défense Passive. La fumée des explosions envolée, les Dieppois découvrent les dégâts. Le château est partiellement détruit, la mairie est détruite, le pont Colbert est détruit sur 12 mètres, le quai Henri IV est endommagé ainsi que la gare maritime, la poissonnerie de détail est détruite, la centrale électrique est endommagée, le quai du carénage dans l'avant port est endommagé, le quai de la darse (aujourd'hui réuni au quai Duquesne) est détruit projetant des débris sur les immeubles, le quai de la Marne est détruit, le quai de l'Yser est détruit, le quai de la Somme est détruit, l'entrée du port est encore partiellement bloquée par les 2 cargos de ciment coulés le 10 juin 1940, la plage est couverte de débris, la jetée ouest est détruite sur 150 mètres, le pont provisoire (l'ancien a été détruit en 1940) sur l'Arques est détruit, le pont Ingénieur Alexandre (aujourd'hui disparu) dans l'arrière port est détérioré, les écluses Lavoinne et amont sont inutilisables, 25 épaves jonchent les bassins, sabordés ou coulés par bombardement,
    Source:http://delamarejean.free.fr/dieppe_1944/liberation.html
    http://delamarejean.free.fr/dieppe_1944/epaves.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après une petite réponse en anglais de cuisine, me revoilà chers amis.

      Oui, s'il y eut certainement renflouement, cela ne nous dit toujours rien sur la photo d'Olivier. Et si c'était un montage ? Non, je dis n'importe quoi, mais je commence à me poser de sérieuses questions sur ce bateau.

      Je crois que pour ceux qui sont sur place, le mieux serait d'interroger, si cela les intéresse, des gens qui ont connu les événements et qui habitaient notamment près du bassin Duquesne ou qui faisaient déjà partie alors du monde de la pêche (bien que la pêche fut bien difficile à l'époque de l'occupation : il fallait avoir l'autorisation et ne pas trop s'éloigner de la côte aux risques et périls de ceux qui se lançaient dans l'aventure).

      L'armement Mallet doit aussi avoir des archives qui sont peut-être consultables. Et les archives et la bibliothèque municipales ?

      FG

      Supprimer
    2. "bien que la pêche fût" au titre d'autocorrection, mais aussi pour relancer la machine (if you want). Avez-vous trouvé quelque chose ?

      FG

      Supprimer
  48. Après recherches :
    Le " Mallet" pourrait être le "Pétunia" ou l'"Hortensia" sous toutes réserves ( ces noms de fleurs étaient les 1er bateaux à Mallet, achetés au Japonais, qui ont donné le sigle à l'armement)
    Au fond à Droite, ce pourrait être le "Ridin".
    Quand à celui de l'avant port!.....
    J'ai une 1ère main!.....Il s'agit du" Jean Vauquelin"qui ,le 30 Mars 1937 coula suite à un charbonnage déséquilibré, trous de soutes ouverts, au demi-tour pour charger l'autre coté, il s'est empli d'eau et coula Quai de la cale.Il fut renfloué, et renavigua jusqu'à la guerre, d'où il ne revint pas
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bravo Jean-Louis ! Moi je reste simple spectateur n'étant pas sur place et n'ayant donc pas les moyens d'en savoir davantage (internet a ses limites).

      Je sens que la solution-réponse se précise.

      FG

      Supprimer
    2. Sur le Pétunia, quelques informations, discutables, bien entendu, à : 

      https://www.google.fr/search?q=%22chalutier+P%C3%A9tunia%22&ie=utf-8&oe=utf-8&aq=t&rls=org.mozilla:fr:official&client=firefox-a

      FG

      Supprimer
    3. Il y a des photos de plusieurs chalutiers dieppois à : 

      http://dieppe.et.sa.region.free.fr/DIEPPE%20EN%20PHOTOGRAPHIES/imgcol/imgcol_67/contact_1.htm

      Je vois le Tatiana, le Jeanne Gougy, le Printemps, le Pétunia", le Jean Vauquelin, etc. ces photos nous permettent d'effectuer des comparaisons et d'écarter bon nombre d'embarcations pour ne conserver que les plus ressemblantes au "modèle" (si j'ose dire) immergé dans le bassin Duquesne.

      Le Jean Vauquelin a, à mon sens, une cheminée trop large, mais le Pétunia ...

      FG

      Supprimer
    4. le Jean Vauquelin coulé sur la photo à Olivier est le 1er du nom; il y eu un autre Jean Vauquelin; arrivé à Dieppe après le Joli Fructidor ( Dont il était le sister's Ships) dans les années 55.
      Pour le "Pétunia" c'est une hypothèse?!...
      JeanLouis

      Supprimer
  49. Je ne crois pas que ce soit le Pétunia ex Takiwa Maru. J'ai déjà vérifié :
    ""Pétunia" DI. 781 was lost 11.02.35 near Ailly while being en route to the breakers, last owner S.A. d'Armement Mallet, Dieppe. Date de Francisation 05.02.20."
    http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/Forum-Pages-d-Histoire-aviation-marine/marine-1914-1918/petunia-patrouilleur-sujet_1596_1.htm
    Olivier

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'avoue que je l'avais déjà lu. Merci en tout cas.

      FG

      Supprimer
    2. Oui, j'ai vu,
      le Pétunia d'ailleurs avait un gaillard avant peint en blanc...donc?!...
      retour à la case départ!...Sans immatriculation, même partielle, ou éléments reconnaissables....( ils sont sous l'eau)!...pas facile!!!....
      Jean-Louis

      Supprimer
    3. Je viens d'ailleurs de m'apercevoir que l'adresse que tu viens de nous donner renvoie au même forum que celle que j'ai donnée plus haut (le monde est petit et tous les chemins mènent apparemment à Rome) :

      https://www.google.fr/search?q=%22chalutier+P%C3%A9tunia%22&ie=utf-8&oe=utf-8&aq=t&rls=org.mozilla:fr:official&client=firefox-a

      FG

      Supprimer
    4. Pour faire rire un peu la galerie et étant donné que nous sommes au XIXe siècle, je dirais qu'il faudrait envoyer un scaphandrier virtuel pour explorer les eaux marines et troubles de la photo. Si vous avez ça dans vos logiciels Windows et autres ... Bonne plongée ! Rien n'arrête le progrès ! (c'est un homme passablement "dépassé" qui vous le dit).

      FG

      Supprimer
    5. Au XXIe siècle voulais-je dire. C'est la fatigue et peut-être aussi les effets du temps qui passe.

      FG

      Supprimer
  50. sur Bâbord avant, on suppose quelque chose d'écrit; mais même en zoomant?!...peut-être Olivier sur la photo d'origine?...à la loupe?...
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
  51. Je n'ai rien trouvé sur l'Hortensia, pas plus que sur le Ridin. Je n'ai trouvé qu'un très britannique Riding (avec un "g") qui ne semble pas avoir grand chose à voir avec le "naufragé" du fond de la photo. Désolé.

    FG

    RépondreSupprimer
  52. Fausto pour l'Hortensia
    http://www.netmarine.net/f/bat/hortensia/anciens.htm

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon caillou Silver Match, mon cher ALPHONSE. Ah, la vache ! (comme dirait SOPHIE). Allez la vache (la Vache Allais, s'entend).

      Je vais de ce pas lire le document que tu m'indiques.

      FG

      Supprimer
    2. FAUSTO pour rester dieppois la vaque à mallet

      Supprimer
    3. Soit ALAIN, mais cet Hortensia là, n'a pas grand chose à voir avec nos photos. S'agit-il du même Hortensia dont parle JEAN-LOUIS ? Il me semble que non, mais peut-être que je me trompe.

      FG

      Supprimer
  53. comme tu disais: tout n'est pas sur le net.
    Les noms m'ont été donnés par quelqu'un qui était présent à l'époque, et sous réserve....la mémoire étant ce qu'elle est....depuis tant d'années...et vu le nombre de bateaux perdus; coulés; sabordés accidentés.....
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
  54. Vu son premier nom japonais je suppose qu'il avait été acheté comme le Pétunia par MALLET
    Patrouilleurs ex-chalutiers japonais :

    ANEMONE (1916 - 1919)
    AZALEE (1916 - 1919)
    BALSAMINE (1917 - 1919)
    BEGONIA (1917 - 1919)
    BLEUET (1917 - 1920)
    CAPUCINE (1917 - 1919)
    CHRYSANTHEME (1916 - 1919)
    COQUELICOT (1916 - 1926)
    CYCLAMEN (1917 - 1920)
    DAHLIA (1917 - 1919)
    FOUGERE (1917 - 1919)
    FUCHSIA (1917 - 1918)
    GERANIUM (1917 -1919)
    GIROFLEE (1917 - 1920)
    GLAIEUL (1917 - 1919)
    GLYCINE (1917 - 1919)
    HELIOTROPE (1916 - 1919)
    HORTENSIA (1917 - 1920)
    IRIS (1916 - 1919)
    LISERON (1917 - 1920)
    LOTUS (1917 - 1920)
    MIMOSA (1917 - 1919)
    NARCISSE (1916 - 1919)
    ORCHIDEE (1916 - 1918)
    PAVOT (1916 - 1918)
    PENSEE (1916 - 1919)
    PERVENCHE (1916 -1919)
    PETUNIA (1917 - 1919)
    PIVOINE (1916 - 1919)
    PRIMEVERE (1916 - 1919)
    SERPOLET (1917 - 1924)
    TUBEREUSE (1917 - 1917)
    VERVEINE (1917 - 1919)
    VOLUBILIS (1917- 1919)
    http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/Forum-Pages-d-Histoire-aviation-marine/marine-1914-1918/patrouilleurs-recapitulatif-sujet_1514_1.htm

    RépondreSupprimer
  55. Un autre Hortensia (anglais celui ci)
    http://lemairesoft.sytes.net:1944/pages/page.aspx?univid=388603

    RépondreSupprimer
  56. http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/palissy_fr?ACTION=RETROUVER&FIELD_98=PERS&VALUE_98=%20Dieppe%20&NUMBER=4&GRP=0&REQ=((Dieppe)%20%3APERS%20)&USRNAME=nobody&USRPWD=4%24%2534P&SPEC=3&SYN=1&IMLY=&MAX1=1&MAX2=200&MAX3=200&DOM=INV
    LE-DUQUESNE
    http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/palissy_fr?ACTION=RETROUVER&FIELD_98=DENO&VALUE_98=bateau%20de%20p%EAche%20&NUMBER=57&GRP=0&REQ=((bateau%20de%20p%EAche)%20%3ADENO%20)&USRNAME=nobody&USRPWD=4%24%2534P&SPEC=3&SYN=1&IMLY=&MAX1=1&MAX2
    LE PLUVIÔSE

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. JEAN-LOUIS, le Ridin (sans "g") a bien existé à Dieppe :

      http://www.aberdeenships.com/single.asp?offset=490&index=101096

      Il s'appelait originellement "Centurion" et fut rebaptisé "Ridin" aux alentours de 1930.

      "Ridin" est un nom de famille, mais signifierait aussi (je n'ai cependant jamais rencontré ce mot dans les dictionnaires) "ridin de marée", c'est-à-dire "clapotis de marée" ("tide rip") ou "revolin de lame".

      Il paraît que c'est du vocabulaire maritime (régionalismes, termes anciens ou très techniques ?). Sans garantie cependant de ma part, tu t'en doutes.

      FG

      Supprimer
    2. Il paraît que les ridins sont aussi des espèce de dunes marines et que cela se dit à Dieppe. Alors tu peux en juger mieux que moi, moi j'avoue ma grande ignorance et ne cherche qu'à apprendre.

      FG.

      Supprimer
    3. Les renseignements sur ces "espèces de dunes marines" et sur les grands et les petits "ecamias", je les tiens notamment de: 

      http://www.discount-marine.com/club/forum/p%C3%AAche/peche-sur-ridins-des-ecamias-%C3%A0-dieppe

      Sous ton contrôle, bien sûr.

      FG

      Supprimer
  57. JEAN-LOUIS, d'après http://www.discount-marine.com/club/forum/p%C3%AAche/peche-sur-ridins-des-ecamias-%C3%A0-dieppe ,
    le ou les propriétaires du Ridin (Rimbert) et le Ridin lui-même apparaissent pour la dernière fois sur le registre de la Lloyd en 1946-47. Si le Ridin est le bateau du fond du bassin Duquesne, comme tu le supposes, c'est troublant, n'est-ce pas ?

    Le bateau ne serait pas non plus répertorié détruit après 1946 ("Vessel not listed in Register of ships broken up, etc 1946-50).

    FG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact fausto,
      Un ridin à Dieppe est un pli de terrain sous- marin pouvant atteindre 10 à 12 mètres de haut.les plus importants dans la région sont les ridins de Dieppe à environ 12 miles dans le Nord du port.et la série de ridins des petits et Grands Ecamias qui commencent dans les 4 miles au Nord et s'échelonnent vers l'Ouest.
      Quand au bateau le "Ridin"(il fut renfloué) commandé par un grand patron de pêche Dieppois,( Lucien Depoilly) avant guerre.
      ce patron sera le fer de lance de l'armement Mallet après guerre, c'est lui qui ,successivement ira chercher les bateaux neufs ( Printemps ,Automne etc...)
      Il y eut un autre "Ridin", ancien "Normandie" baptisé Ridin par André Delage en 61.c'était un 18 mètres en bois, armé à coquilles ou au chalut.
      celui-là, je l'ai bien connu!....Je vois même son ancien armateur toutes les semaines!...
      Jean-Louis

      Supprimer
  58. Il y avait même un café au POLLETR "Le Grand Ridin"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il existe toujours!....C'est le "Jehan Ango", qui a gardé sur son fronton, mais sur le coin de la rue Pierre Pocholle, et du quai du Carénage
      < Grand Ridin>
      Jean-Louis

      Supprimer
    2. Ah oui, outre le merci que je vous dois, pourquoi "Ecamias" ? Simple nom propre ou nom propre ayant un sens particulier ? C'est un nom que j'ignorais en tout cas.

      FG

      Supprimer
  59. Par ailleurs, "Ecamias" ou "Écamias" ?

    FG

    RépondreSupprimer
  60. çà, je ne saurais te le dire?!....A ma connaissance, j'ai toujours entendu ce nom là; pour cette zone là!...Il y a forcément une origine?!...je ne la connais pas!...Mais c'est parfois complexe!....Dans le langage < métier>....
    Par exemple:
    les ridins de Dieppe...s'appellent Neuvillette?!...( alors qu'ailleurs les ridins de neuvillette existent?!.
    Le ridin du Génie...( ou d'Eugénie?...) est à la remontée du creux de St Nicolas?!....
    C'est exclusivement local; tu ne trouveras sur aucune carte officielle ces termes!...et pourtant...le moindre pêcheur Dieppois sait où celà se trouve!!!!!!.......
    Alors...les Ecamias!....si tu as une piste?!...fais nous en profiter!...
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et non, si je te pose la question, c'est que je n'ai pas la moindre piste.

      J'imagine en effet que le nom, comme tout nom, doit avoir une origine. Maintenant, comme tu le sous-entends fort bien, "allez savoir ..." Toutes ces choses sont bien compliquées.

      FG

      Supprimer
  61. http://fr.getamap.net/cartes/france/haute-normandie/_grandsecamias/
    http://www.mairie.biz/gns+petits-ecamias+54274.html
    FAUSTO si tu ne vas pas à la pêche tu pourras toujours aller au restaurant
    http://www.gaultmillau.fr/restaurant/haute-normandie/dieppe-76200/les-ecamias-5070/
    http://xavier.luzuy.free.fr/forum_rootsfishing/viewtopic.php?t=2371&sid=a3f10ad7d6ec06a65b2d84cc6e6508be

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sacré blagueur ! Oui, je connaissais le restaurant de nom, d'autant plus qu'il est situé du côté du chez-moi de mon enfance. Le problème c'est ce que je ne savais pas ce qu'étaient ces Écamias. Maintenant, je le sais, mais vous ne m'avez toujours pas dit si cela se prononce "Écamias" ou "Ecamias".

      FG

      Supprimer
    2. au coin de la rue de la Rade, et du Quai Henry IV .....qui devient, juste après...le quai du Hable!...Resto!...quand tu nous tiens!...
      JL

      Supprimer
  62. é....fausto!...écamias

    RépondreSupprimer
  63. Pardon mon doigt a ripé sur la touche....Fausto; et non fausto!....
    JL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon cher Jean-Louis, je vois que tu sais faire la publicité de notre bonne ville et de ses commerces. Tu as raison, elle et ils le méritent. Quant à ta correction, je vois que tu m'imites ("Fausto" et non "fausto"). Fais attention, c'est un truc de maniaque et quand on commence, on n'en finit plus .

      Bon, tout cela me ramène à la mer et au Bout-du-Quai, c'est ça l'essentiel.

      Si jamais quelqu'un trouve le nom du bateau de la première photo d'Olivier et la date qui va avec, qu'il n'oublie pas de nous faire signe. J'avoue que c'est un véritable casse-tête dont maître Olivier a le secret.

      FG

      Supprimer
    2. Pour ce qui est des restaurants du Bout-du-Quai, dont les Écamias semblent figurer en bonne place, je me souviens du Newhaven de mon enfance (mais j'imagine que les propriétaires ont dû changer et le look sans doute aussi depuis) et du fameux Copacabana qui était plutôt un bar-restaurant-discothèque (celui de notre, et je dis bien "notre", inoubliable Dario). Ce serait d'après mes cartes le Cactus maintenant.

      Il y en a aussi bien d'autres qui semblent avoir poussé sur notre Quai Henri IV et qui sous-entendent un certain développement du tourisme dans notre profonde (dans tous les sens du terme) Deep.

      FG

      Supprimer
  64. Le Newhaven n'a pas changé; le "Copa" ...oui!... ne serait-ce que Dario n'y est plus( il est DCD il y a 1 an ou 2 ) c'est effectivement le "Cactus café", plus rien à voir!....sinon les bars dit de nuit, n'existent plus; le "Worthing' avec la célèbre Maguy ( qui elle vit encore!...)le Melodys...( un restaurant ainsi que pratiquement tous les bars!..) chez "Nénette" le "Ferry bar" au pied de la tour aux crabes, est aussi un restaurant..." La Marine" pas du meilleur effet, avec sa touche moderne, au pied d'un site datant ...du XVI ème ?!....enfin , c'est comme çà.....
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
  65. Tout çà ne nous donne pas le nom et l'année du chalutier au fond du Duquesne?!.....
    JL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact, mais un peu de "délire" d'antan, cela ne fait pas de mal.

      FG

      Supprimer
    2. Une question ? JL est-il Jean-Louis car si ce n'est pas la même personne, je crois que je les confond.

      FG

      Supprimer
  66. Oui Fausto, dans ce cas c'est la même personne!...çà m'arrive d’abréger, quand je suis un peu pressé!...
    Pour revenir aux restos. du Quai Henry IV, beaucoup aujourd'hui; ont rajouté une terrasse-veranda suite à l'aménagement , et l'élargissement des trottoirs du quai!......les taxes doivent être en conséquence de la surface ainsi gagnée et aménagée!...Mais sans la gare maritime....le point de vue est autre!...
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est ce que je disais dans un autre de mes messages. Ce n'est pas très esthétique, mais sans la gare maritime qui n'a d'autre attrait chez moi que celui de la nostalgie, j'imagine qu'il y a beaucoup plus de place, que le panorama est tout autre et que l'on voit pleinement le Pollet. La gare maritime me donnait une impression d'enfermement lorsque je me réveillais le matin.

      Pour JL ou Jean-Louis, c'était juste pour éviter une possible confusion.

      FG

      Supprimer
    2. Je confirme Fausto, le panorama sans la gare maritime est tout autre que celui de notre enfance, mais c'est très agréable d'avoir une vue dégagée, j'ai quelques réticences aussi sur l'aspect de certains bars-restaurant mais bon...économie touristique oblige...

      Supprimer
  67. Chers amis, je ne sais pas si vous connaissez ce petit film de 1932 (images très claires) où apparaissent le port de Dieppe et ses gens au début et à la fin avec en prime la traversée Dieppe-Newhaven sur un Versailles d'époque. On y entraperçoit notamment notre rue Béthencourt au 00.13.

    Si vous connaissez déjà, faites comme si de rien n'était, sinon délectez-vous.

    FG

    J'oubliais le lien (c'est quand même ça l'essentiel et pas mon baratin) : 

    http://www.archivesenligne.fr/chronologie/item/1932-dieppe-newhaven

    RépondreSupprimer
  68. Lisz le résumé se trouvant sous le document, c'est un petit peu plus compliqué que ce que je viens de vous dire.

    FG

    RépondreSupprimer
  69. Cliquez aussi sur les documents se trouvant à droite du document principal, sur l'un d'entre eux on trouve l'arrivée à Dieppe et des vacances à Pourville-sur-Mer, le tout grâce à nos voisins et amis Anglais. Il y a en tout cas "our Normandy"

    Mon caillou Silver Match donc à nos voisins pour ce document.

    FG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi, Fausto. Je ne connaissais pas. Malheureusement je ne peux l'insérer dans le blog, il n'y a pas le code html.
      Olivier

      Supprimer
  70. Un petit bijou,surtout le côté pêche et en voyant les baladeuses je me suis souvenu de mon père qui me racontait les exploits de CARLOS son malinois qui les sautait matées droites

    RépondreSupprimer
  71. Vou voulez du Dieppe pleins les yeux 1934, et bien voilà du nouveau et du très clair : 

    http://www.archivesenligne.fr/thematiques/loisirs/item/1934-littoral-normand

    Je vais essayer de trouver d'autres films.

    FG

    RépondreSupprimer
  72. Celui-là, je vous le conseille. De Dieppe à SAN BALERí en passant par ALLí et KIKERBIL (Saint-Valery, Ailly et Quiberville) comme disait ma mère.

    FG

    RépondreSupprimer
  73. Si cela vous intéresse, allez sur : 

    http://www.archivesenligne.fr/chronologie/1920-1929

    Cliquez tout en haut sur "chronologie". Vous allez trouver des périodes depuis le début du XXe siècle, cliquez ensuite sur chaque période et vous trouverez des documents filmés sur Saint-Aubin, Anneville, Rouen, Le Havre, Fécamp, la pêche, enfin tout ce qui relève de la Seine Inférieure ou Maritime.

    FG

    RépondreSupprimer
  74. Après maintes recherches.....le Mallet coulé au fond du bassin Duquesne, pourrait; je dis bien pourrait être, soit le "Rialto" ( après travaux et sa mise de la cheminée derrière la passerelle; d'origine elle est devant!) ou d'autres source disent le "Messidor" ?...
    çà ne fait rien je cherche quand même!!!.....
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
  75. ou l"As de Trèfle ! on cherche, on cherche... Isabelle

    RépondreSupprimer
  76. L'As de Trèfle est coulé quelque part dans le Nord de la pointe de L'Ailly. ( C'est sur; mon fils a plongé dessus! ) .Mais il est possible qu'en ces temps troublés, il soit renfloué du bassin Duquesne, et à nouveau coulé par faits de guerre!?...
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer