lundi 29 avril 2013

Balade sur l'estran.




48 commentaires:

  1. Tu as profité des grandes marées?

    RépondreSupprimer
  2. Oui. Moules et vignots. Mais les photos datent du mois de mars. Il y a une superbe moulière à Puys. Entre la jetée Est et Puys.
    Olivier

    RépondreSupprimer
  3. Sur la 1ère photo , normalement, cette prolifération annonce des vers marins en quantité!....signe d'eau pas trop polluée ( Ce qui justifierait le pavillon bleu)
    La 2ème photo, ressemble un peu, à une tête de ..dinosaure?.....galeuse!...
    La 3ème ,à un dolmen...effondré!...
    JL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup les grès de Varengeville.
      Olivier

      Supprimer
  4. Moi, j'ai appris au moins une chose : ce que signifie Estran. Une histoire de marées en somme (non pas en Somme, sur le littoral dans ce cas précis).

    J'avoue que mes connaissances maritimes sont à marée basse et qu'il ne fait pas de mal d'apprendre. Je me suis précipité sur un dictionnaire et l'affaire est entendue. Il ne me reste plus qu'à contempler la photo et à lire vos commentaires.

    FG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le ramassage des moules est-il réglementé ? Je me souviens d'un copain, dont le père était légèrement handicapé, qui me disait (années 70)que son père avait une autorisation pour ramasser, et j'imagine, vendre les moules.

      FG

      Supprimer
    2. Il y a des interdictions de temps à autre quand une algue toxique est détectée. Sinon, j'ai déjà vu les gendarmes maritimes faire la chasse à ceux qui viennent ratisser pour revendre ensuite.
      Olivier

      Supprimer
  5. FAUSTO je ne me suis jamais posé cette question lorsque j'allais sur la moliére située(avec un clin d'oeil)entre Pourbille et Barengebille un peu après la Glacière
    Tu sais avec mon hispanisante de fille j'ai été souvent repris pour dire vino verde et cerveza à la française

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es toujours aussi blagueur. Ma mère aurait cependant plutôt dit "Pourbil" et "Baranchbil" (c'est presque un "Tchernobyl" en matière de prononciation, mais chez moi, j'étais habitué au nucléaire linguistique. J'en suis apparemment sorti sain et sauf, mais il doit certainement rester des séquelles).

      Très content que ta fille soit hispaniste.

      Maintenant que j'y pense, cette autorisation, je me demande si ce n'était pas pour la vente des moules. Enfin bon, c'était il y a un siècle (années 70), presque un demi-siècle en tout cas.

      FG

      Supprimer
  6. Pour information :

    Décret n° 90-618 du 11 juillet 1990 relatif à l’exercice de la pêche maritime de loisir
    ● Article 1 (modifié par le décret 99-1163 1999-12-21, art. 1, JO du 30 décembre 1999) :
    […] Est autorisée comme pêche maritime de loisir la pêche dont le produit est destiné à la consommation exclusive du pêcheur et de sa famille et ne peut être colporté, exposé à la vente, vendu sous quelque forme que ce soit, ou acheté en connaissance de cause. Elle est exercée soit à partir de navires ou embarcations autres que ceux titulaires d’un rôle d’équipage de pêche, soit en action de nage ou de plongée, soit à pied sur le domaine public maritime ainsi que sur la partie des fleuves, rivières ou canaux où les eaux sont salées.
    ● Article 2 (modifié par le décret 99-1163 1999-12-21, art. 2, JO du 30 décembre 1999) :
    La pêche maritime de loisir est soumise aux dispositions […] applicables aux pêcheurs professionnels en ce qui concerne la taille minimale des captures autorisées, les caractéristiques et conditions d’emploi des engins de pêche, les modes et procédés ainsi que les zones, périodes, interdictions et arrêtés de pêche.

    Pour les moules c’est 4 cm !!!! Et toute l'année ...

    Source : arhen

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est valable pour toutes pêches de loisirs.
      Interdiction absolue de vente!...
      C'est réservé aux professionnels,sous réserves, selon les espèces; de respecter les saisons, et les tailles, sans compter la partie administrative, qui comporte: licence, rôle de pêche, quotas attribués, etc!.....
      Jean-Louis.

      Supprimer
  7. Lien où l'on apprend tout sur la pêche à pied :

    http://www.arehn.asso.fr/publications/cpa/cpa27.pdf

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà une affaire rondement menée.

      Merci.

      Supprimer
  8. Et encore, on ne parle pas de la taille des bouquets...
    Olivier

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les bouquets, avec des tiges longues ou courtes ? Jonquilles ou ayots à la sauce dieppoise. Trêve de plaisanterie, quant est-il donc de la taille des bouquets (marins cette fois) ?

      Je vais vous dire, vous êtes en train de ma rappeler une marmite dieppoise (pas de majuscules, la publicité étant interdite) où antan je me suis régalé, invité au banquet par une "pêcheuse de Kikerbil" ou plutôt son auteur (comprenne qui pourra).

      FG

      Supprimer
  9. Ils étaient magnifiques!.....J'en ai mangé Dimanche!..
    Un pur régal!..........
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien à voir avec les moules et autres bouquets, mais toujours Dieppe et cette fois-ci le Villandry et le Valençay.

      Si cela vous intéresse, vous trouverez ci-dessous les références de deux petits films de la SNCF, publicitaires, certes, mais non exempts de nostalgie. Vous y verrez la construction des ferries dans les années 60, l'embarquement et le débarquement des passagers et des véhicules, les manoeuvres des navires pour sortir du port, la traversées, les conditions desdites traversées, etc. Cela nous renvoie au début des années 70, je crois et pour les marins et autres habitués du quai Henri IV, peut-être des têtes bien connues à reconnaître.

      http://www.dailymotion.com/video/xntw2d_sncf-archives-car-ferry-des-annees-70_tech#.UYJx4MqvPCk

      http://www.dailymotion.com/video/xnt4c3_sncf-archives-chateaux-sur-mer-vilandry-et-valencay_tech#.UYJv8cqvPCk


      FG


      Supprimer
    2. Plus une vue du fameux Copa Cabana au milieu de cette page : http://histoire.trains-en-vadrouille.com/viewtopic.php?f=160&t=71286

      J'ai ainsi, après de nombreuses hésitations, pu vérifier que cela s'écrivait en deux mots et non en un mot comme le district de Río et la plage du même nom.

      FG

      Supprimer
    3. Merci pour les liens.
      Olivier

      Supprimer
  10. Bien tes films tournés par un temps de curé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà une expression de marin que pour une fois je connais (une fois n'est pas coutume).

      FG

      Supprimer
    2. Oui, le beau temps et une mer calme, un bel été... Tout ça c'est pour attirer le client, mais derrière la pub, il y a des souvenirs ...

      FG

      Supprimer
    3. FAUSTO une autre expression (mais là tu vas te creuser la cervelle):"barbeau de mouillage"

      Supprimer
    4. Bon d'accord, je ne suis pas un spécialiste, mais j'ai trouvé ça sur internet : "se dit d'un marin qui péte plus haut que son cul, et qui disparait lorsque la mer est levée".

      A toi de corriger si ce n'est pas cela. Moi j'en suis resté à Tintin, à "Mille sabords", à "Marin d'eau douce" et autres dires du capitaine AD Hoc (le privilège de l'autorité, mais le poisson en moins : tout est dans mon orthographe fantaisiste).

      Et le capitaine (années 60-70), ça te dit quelque chose ? Sautons allégrement du coq à l'âne : la circulation au carrefour de la rue Duquesne, et les opérations d'amarrage dictées par ce même capitaine et acceptées avec bienveillance par les pros du port ?

      Allez, comprenne qui pourra, mais je suis sûr que cela rappelle beaucoup de choses à certains.

      FG

      Supprimer
    5. Une figure dieppoise, à n'en point douter et un délire permanent qui, jeune enfant, puis, moins jeune enfant, m'intriguait et me fascinait.

      FG

      Supprimer
    6. Moi, il me fichait la trouille ...

      Supprimer
    7. Chapeau FAUSTO

      Supprimer
    8. Il n'était pourtant pas bien méchant. Les Dieppois, je crois, l'appréciaient. Le plus souvent, il ne subissait insultes et quolibets que des gens d'ailleurs, logiquement surpris, puisqu'ils ne le connaissaient pas, par sa façon, un peu particulière, reconnaissons-le, de régler la circulation.

      FG

      Supprimer
    9. Oui mais je n'avais que 7 ou 8 ans ;+( .... On est facilement impressionnable à cet âge ... J'ai une circonstances atténuante !

      Supprimer
    10. Bah ! Oui ! Quand même ! C'est une EXCELLENTE excuse ! Non ?

      Supprimer
  11. Un lien pour simplement partager la passion ....

    http://haute-normandie.france3.fr/2013/04/29/la-recherche-des-navires-engloutis-en-manche-entre-le-havre-et-le-treport-242903.html

    RépondreSupprimer
  12. Alors très belle plongée ...

    RépondreSupprimer
  13. Le Capitaine, je m'en souviens bien. Il y avait aussi Brianchon, dit la Brioche, et Séron, dans la Grand-Rue qui répétait en regardant le ciel : "ils vont nous fout' sur la gueule".
    Olivier

    RépondreSupprimer
  14. Le Séron, en question, avait été traumatisé par la guerre et les bombardements!...ce qui explique la phrase dont se souvient Olivier. Il parlait presque tout le temps d'allemands, d'ordres donnés; etc...son frère, avec qui j'ai navigué, m'avait expliqué çà. (Le fait qu'il sacrifiait à la "dive bouteille" n'arrangeait rien!....
    Il a aujourd'hui encore; un neveu qui navigue à la pêche
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et le Capitaine ? (c'est celui qui m'a le plus marqué). Quelqu'un connaît-il le pourquoi et le comment de son attitude ? Son vécu peut-être, si ce n'est pas trop inconvenant et indiscret de ma part. J'avoue qu'il m'a beaucoup intrigué.

      FG

      Supprimer
    2. Je sais qu'il fut véritablement marin et subit un véritable calvaire à travers le naufrage de son bateau ... Sa démence venait-elle de cet épisode de vie ? Je l'ignore ? C'est l'histoire que mes parents m'ont toujours contée ...

      Supprimer
  15. Il y en avait un autre aussi, j'ignore son nom qui se promenait toujours avec une mobylette très souvent en panne. Mais elle roulait quand même car c'était une petite bonne-femme toute frêle qui la poussait alors que lui, trônait, fier, sur sa monture ! Si je donne le nom de Paquet ? Est-ce que c'est ça ?

    RépondreSupprimer
  16. Un autre aussi qui avait trouvé asile au pied du château de Rosendaël, dans un petit cabanon, fait de bric et de broc ... Mais je ne l'ai jamais connu.
    A l'hôpital, l'hiver, lorsque nous recevions ces messieurs la priorité était de brûler leurs vêtements et de leur en donner de nouveaux. Je me souviens, un jour, Brianchon était venu aux urgences. Nous aurions presque pu pensé qu'il ne nous restait qu'à lui donner l'extrême-onction. Mais à peine eut-il reçu les nouveaux vêtements chauds ... il sauta du brancard et nous adressa une très belle révérence en nous lançant " merci mes anges ... J'peux r'tourner chez moi !" ... Un drôle de zèbre, il était ! Rusé comme un renard !

    RépondreSupprimer
  17. Qui parmi vous se souvient du marquis de La Chaligny qui habitait Grande Rue au dessus de Pinzon le dépanneur radio?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne me souviens bien du réparateur de radios Pizon ou Pinzon, ça oui, mais pas du marquis. Qui était-ce ? Était-il un de ces "marcheurs de rue" de mon enfance que tout le monde connaissait ou un personnage très localisé (Grande-rue et rues adjacentes) ?

      FG

      Supprimer
    2. Le Marquis de Chaligny vendait des bonbons ou biscuits à la sortie des cinémas quelquefois. Il s'amusait à dire que "les femmes, au-dessus de 1' ans ne l'intéressaient plus". Mais c'était des paroles en l'air. C'était sans doute un brave homme.
      Quant à Pizon, je me souviens bien de son maillot de bain noir une pièce à bretelles, style 1900.
      Olivier

      Supprimer
  18. Un peu marginal,très érudit ,certains copains du lycée prenait des cours de grec et de latin avec mais il fallait qu'ils se bouchent les narines ,selon leurs dires;
    Après coup je me suis rendu compte que j'avais massacré le nom de Pizon mon condisciple

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est peut-être parce que ta fille est hispaniste. Ma mère aussi disait Pinzón au lieu de Pizon.

      Pinzón c'est le nom de plusieurs navigateurs et conquistadors, dont les deux frères Pinzón qui accompagnèrent Christophe Colomb lors de son premier voyage en Amérique.

      Au fait, votre marquis était-il vraiment marquis ?

      FG

      Supprimer
    2. Pizon, c'est sans doute Pizon Bros. Je me souviens d'une ancienne pub qui commençait ou se terminait par "Pizon Bros vous dit" ou quelque chose dans le genre.

      FG

      Supprimer
    3. Il y a aussi aujourd'hui, une société Dufils-Pizon spécialisée dans la location de logements au 121 Grande-Rue. Je ne sais pas si c'est en rapport avec l'ancien réparateur de radios (Pizon était-il un nom propre sans relation avec la société Pizon Bros qui fut leader en France, dans les années 60, des postes portables ?).

      Pour ce qui est de Dufils, j'en ai connu un dont au moins un des parents était commerçant Grande-Rue. Le problème c'est que je ne sais plus où.

      Bon, et ce marquis. Marquis ou pas marquis ?

      FG

      Supprimer
  19. Etait ce sa légende ou bien la vérité?

    RépondreSupprimer