samedi 30 mars 2013

Place du Moulin à vent


28 commentaires:

  1. Rapidou ? Une partie de l'histoire ? : Place du Moulin à Vent : Dès 1250 on trouve une première mention du Moulin à Vent du « Bout du Quai »
    Cette place est une ancienne plate forme sur laquelle était juché un moulin à vent. Celui-ci sera renversé par une forte tempête le 24 août 1680.
    En 1374 on y construit une guérite de pierre pour servir de phare : « la Lanterne » qui éclaire alors l'entrée du hâble. Elle est démolie en 1692 et en érige une autre en bois, tombée de vétusté en 1730.
    La démolition de la bute du Moulin à Vent se fera en 1848. Elle amènera la découverte des restes de cette lanterne, de ce premier phare ! Non loin de la Place du moulin à vent est une rue, celle de la Lanterne.
    En 1394 on construit à cet emplacement le 2ème Hôtel de Ville de Dieppe appelé « Maison de Ville ». Il sera transféré en 1477 sur la Place Nationale d’aujourd’hui.
    La poissonnerie qui se trouvait également à cette époque place du Moulin à Vent sera transférée rue Gustave Flaubert (aujourd’hui)
    1511 c’est l’achèvement d’une tour de marne proche de la dernière porte de la mer, vers le moulin à vent.
    En 1640 des pêcheurs de Veules, chassés par un incendie viennent habiter au Bout du Quai sur le terrains conquis à la mer. Déjà en 1195, d’autres s’étaient déjà installés voulant échapper ainsi à la famine qui dévastait le bourg. D’où le nom d’une partie de ce quartier : le Petit Veules.
    Avril 1674 le Duc de Roquelaure fait abattre les maisons et corderies qui sont sur la banquée ( sur la plage) et fait aplanir le terrain. Certaines portes sont fermées comme celles de la Halle et du Moulin à Vent et 2 demies tours sont élevées pour fortifier un peu plus la ville.

    Une place emplie d'une atmosphère très spécifique ... Chaque fois que je m'y promène, je ressens toute l'emprunte de nos pêcheurs dieppois ... Il est tout de même 18 h 31 !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gustave Flaubert ?
      J'aurais dit Gustave Rouland, ex rue de la poissonnerie.
      Olivier

      Supprimer
  2. Précipitation ... Quand tu nous tiens !!!! Merci Olivier ... Rue Gustave ROULAND ... Oui ! Oui ! Flaubert ? C'est un autre !

    RépondreSupprimer
  3. Oui, cette place est par ailleurs l'univers de mon enfance. Pour nous, le Bout-du-Quai commençait là. J'ai dû la traverser, cette place, des centaines de fois. Elle n'avait pas, à mon époque, très bonne réputation, le Bout-du-Quai étant encore considéré comme un quartier chaud, un repère pour petits voyous (j'avoue que je les ai tous connus et pas toujours très tendrement : ça bastonnait sec de part et d'autre. On disait : "coup de boule, coup de soulier" et on ne faisait pas que le dire). Beaucoup de familles avaient ou allaient "émigrer" vers les HLM bien mieux équipés, ce qui faisait dire aux gens "biens" (notez les guillemets) que le problème (nous) ne faisait que se déplacer. Enfin, je revois encore les Malagutis pétaradantes, les Mobs plus ou moins trafiquées, la Norton d'une "vedette" locale que je ne citerai pas et les bagarres avec la police le 13 juillet (pendant un temps il y avait bal sur la place du Moulin à Vent, puis ce ne fut plus que Place Nationale où il y avait aussi régulièrement de la bagarre).

    Une réputation, il est vrai, sans doute un peu exagérée. Parlons plutôt de quartier populaire avec, il est vrai, ses conflits et parfois ses beuveries, mais aussi de formidables moments et cette ambiance des gens du peuple inoubliable où les grands acteurs étaient, à mon sens, les commerçants et les enfants. On pouvait encore jouer dans les rues où il n'y avait pas encore trop de voitures et puis, il y avait la plage et la réserve de la ville, un de mes terrains de jeux favoris (rue Desceliers).

    Des rues proches de la Place du Moulin à Vent ou adjacentes étaient peuplées à l'occasion d'habitations insalubres. Lorsque j'avais cinq ou six ans, il y avait encore dans les rues des pompes à eau, sans doute parce que tout le monde n'avait pas encore l'eau courante (c'est du moins ce que j'imagine, mais le Bout-du-Quai ne devait pas être le seul quartier dans ce cas).

    J'ai pourtant bien vécu dans ce quartier, je veux dire que j'y ai vécu heureux. J'y ai sans doute vécu les plus belles années de ma vie si la nostalgie ne m'induit pas en erreur. Un très beau quartier pour moi qui, selon les photos que j'ai pu voir récemment, a été réhabilité ou s'est grandement "modernisé". Un quartier avec une histoire, de surcroît, comme vient de le rappeler Sophie.

    Cette place du Moulin à Vent c'est aussi celle du tournage de "Une Affaire de Femmes" en 1987 avec Isabelle Huppert. Voir : http://www.youtube.com/watch?v=Ctnfv7DvB2o (beaucoup de monde et une belle cascade en tout cas).

    FG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une belle épopée dieppoise que tu nous décris là. Je me rappelle bien du tournage du film.
      La Norton, dis-moi. Norton 500, celle de l'armée anglaise et du Che ?
      Celle où l'on voit ma grand-mère Marthe qui habitait 9 rue Ango ?
      http://www.quiquengrogne-dieppe.com/search/label/Dany%20L.
      Olivier

      Supprimer
    2. Non, la Norton dont tu parles renvoie à l'année 1953 (je n'étais pas né). Non la mienne est une Norton des années 60 que le "loubard" en question, on peut le dire, garda jusque dans les années 70 au moins. Un autre compère, pour le moins agressif, habitait rue de la Lanterne et tous deux se connaissaient bien. Ceux-là devaient avoir une dizaine d'années de plus que moi.

      Moi, j'étais enfant dans les années 60 et adolescent dans les années 70. Pour des raisons de sécurité, je ne donne ni mon âge, ni mon lieu de naissance et encore moins la date exacte de ma naissance (ce n'est pas par coquetterie. Je te rappelle que nous sommes sur le net et qu'il est des informations qu'il ne convient pas de divulguer). D'après ce que j'ai compris, j'ai quelques années de moins que toi. Ma soeur aînée doit avoir à peu près ton âge.

      A partir de ces renseignements, vous pouvez situer les époques dont je parle. Les pompes à eau, la faible circulation et les Malagutis pétaradantes, c'était quand j'étais gamin dans les années 60. Pour les intrusions systématiques dans le dépôt de la ville situé rue Desceliers c'était à la fin de cette même décennie. Il y avait-là des barrières, des guérites et de véritables trésors d'amusement. Le problème c'était que c'était illégal et on nous coursait pour nous chasser du dépôt, ce qui nous excitait d'autant plus. C'était à n'en point douter une invitation à revenir.

      FG


      Supprimer
    3. Marthe rue Ango???....çà me dit quelquechose
      Habitait-elle le pas de porte, juste avant la cour où habitait Charlie?...un matelot du Jacques Morgand?...cour où s'installa le magasin < toutatitou > plus tard?....
      JL

      Supprimer
    4. Quant au Ché, OLIVIER, même si son nom de famille ressemble un peu à celui de quelqu'un que je connais particulièrement bien (on aurait pu croire à une blague), il était argentin et sa moto était aussi plus ancienne que celle du "loubard" en question (dont le nom de famille ne ressemblait pas du tout à celui du Ché, mais plutôt à celui d'un personnage biblique).

      C'était, je ne sais pas si je l'ai dit, une moto produite dans les années 60 et donc très récente pour l'époque. J'ai vu ce gars la conduire tardivement (fin années 60, début années 70). C'était en tout cas un garçon, si c'est bien le même que celui qu'a connu Jean-Louis, qui n'avait rien de révolutionnaire, ni dans sa tenue (il était à l'époque à la mode, si j'ose dire), ni dans ses actes.

      Je ne connais pas la Norton de l'armée anglaise. En tout cas, armée anglaise, Ché ou pas Ché, ce n'est pas celle que tu m'as indiquée (photo de 1953). 1953 c'est trop tôt, je n'étais pas né et il me semble bien que celle de mon gars du Bout-du-Quai, je le répète (mais Jean-Louis me contredira peut-être, était au moins de mon époque, mais va savoir). Une bien belle page "Bout-du-Quai" que nous avons tournée là et qu'il vous appartient de prolonger, si vous le voulez bien (par petits morceaux if you want, c'est mieux).

      FG

      Supprimer
    5. Non OLIVIER, je viens de revérifier. Celle du Ché ou de l'armée anglaise (je ne savais pas que c'était la même que celle de l'armée anglaise) est beaucoup plus ancienne que celle de mon personnage "biblique". J'imagine qu'elle date des années 40. Le ché était donc moins à la page en son temps et dans son périple que notre protagoniste dieppois. Son ami n'avait pu lui offrir que ce qu'il avait sous la main.

      Maintenant si Jean-Louis n'a pas en tête le même motocycliste dieppois que moi, il n'a pas non plus la même moto en tête que moi.

      Ce que c'est dur de relancer la machine un dimanche de Pâques. Peut-être lundi ou mardi ... J'avoue que c'est bien normal.

      FG

      Supprimer
  4. Le loubard à la < Norton> est décédé depuis déjà quelques années!....
    .et ton vieux quartier, bien que rénové.... est vide et n'a plus d'âme!...J'y passe encore de temps à autre...ce quartier si vivant est vide; et d'une tristesse!....( à mes yeux! )
    tant pis; c'est le temps qui a passé!
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, on doit connaître les mêmes. Je suis désolé pour lui car c'était avant tout un être humain et une des figures du quartier (je ne cite aucun nom car cela pourrait être mal pris).

      Sache cependant (mais tu dois le savoir) que nous étions tous un peu, si ce n'est loubards, du moins bien dissipés et bien bagarreurs, à tel point que des gars comme l'homme à la Norton étaient pour nous presque des héros (je crois qu'il était, maintenant que j'y pense, beaucoup plus âgé que moi). Cela explique sans doute mon mal-être lorsque j'ai eu la chance d'étudier au Lycée Jehan Ango. Ce n'était évidemment pas mon monde, mais je m'y suis adapté et j'ai comme l'impression que je dois beaucoup à l'Éducation Nationale et à l'amour que m'ont porté mes parents dans un contexte pas toujours facile.

      La question que les gamins de mon quartier, puis les adolescents se posaient était : "C'est qui le plus "balaise" du quartier ?". Un niveau très primaire que je revendique pourtant puisque, dans l'ambiance du moment, j'ai aussi pensé ainsi. Ces loubards ou petits voyous, à ma connaissance, ne faisaient cependant que se battre entre eux, étaient parfois insolents et très indisciplinés, mais ils n'attaquaient pas les petites dames pour leur piquer leur porte-monnaie (exceptions toujours possibles mises à part). Enfin, je ne fais pas non plus l'apologie des bagarres et des confrontations musclées avec la police (et pas seulement la nuit du 13 au 14 juillet, reconnaissons-le. Souviens-toi de quelques bars et cafés du quai Henri IV et des bagarres à leur portes ou dans les rues adjacentes. Le samedi soir était invariablement jour de spectacle auquel il valait mieux ne pas participer). C'était ainsi, voilà tout ! C'est sûr, ce n'était pas, jeu de mot mis à part, le Café des Tribunaux, bien que parfois la paix (autre jeu de mot) était censée y régner.

      Ce furent les gars de Janval et des Bruyères (quartier dans lequel j'ai aussi habité avant de quitter Dieppe)qui prirent dans les années 70 la "relève" (certains étaient d'anciens habitants du Bout-du-Quai qui avaient "émigré" vers des lieux plus présentables, du moins, dans un premier temps, car les choses se dégradèrent très vite).

      Ce que tu me dis de mon vieux quartier me désole. Où sont passés mes Freddy, Crampon, Duval et autre Lemonier (commerçants), que sont devenus mes comparses à moi ? Tu vois,c'est le thème de "l'Ubi Sunt" qui ravage ma petite tête. J'ai déjà appris la mort accidentelle ou à la suite de maladie de trois de mes anciens camarades qui suivaient les cours de mon instituteur favori, mille fois cité (franchement, nous avions vraiment besoin de lui et de son autorité).

      J'ai vu par ailleurs des images du quai Henri IV avec des espèces de prolongements des bistrots absolument horribles. Des espèces de caisses à savon qui s'avancent sur la chaussée. Je suppose qu'il s'agit d'extensions des débits de boisson. Ceci étant, si je regrette la gare maritime et les ferries par pure nostalgie, je trouve que d'avoir
      détruit ladite gare améliore grandement le panorama.

      Bon, j'ai compris, c'est devenu un truc à touristes, mais il faut bien que les autochtones vivent et au moins il y a des gens d'ailleurs qui viennent nous voir. Espérons que le Dieppois ne se transforme cependant pas en animal de zoo pour visiteurs assoiffés de plage, de "ports" et de grand large. On pourrait par exemple envisager de mettre un marin en chair et en os à chaque coin de rue avec pull rayé et casquette sur la tête pendant la période estivale histoire de tomber dans le stéréotype, pas très local du reste (je déconne !).

      Merci en tout cas Jean-Louis pour les nouvelles. Je ne sais plus très bien si c'est mon vieux quartier qui a disparu ou toute une époque (les deux sans doute).

      FG

      Supprimer
  5. Je viens de me relire : "Qui est le plus balèze ?" et non "Qui est le plus balaise ?". Encore mille excuses et bon dimanche.

    FG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les deux....et l'esprit avec!....Dans ce nouveau < bout du Quai> viennent des gens de..Rouen ?..Paris?..ou d'ailleurs...pour un temps puis ils s'en vont!..la différence se trouve surement là!...Quand aux commerçants que tu cites, c'est simple...il n'y en a plus un !...
      ( Les bars < de nuit > du quai henry IV ont disparus...aussi!..c'est des restos. à "parisiens!"
      Ou sont les < Worthing-bar> ......)
      Jean-Louis

      Supprimer
  6. il y a eu une < coupure > dans l'édition!....je citai aussi:
    le l, le < Celtic> et le < Copa cabana > avec le légendaire DARIO !.....il y eu aussi plus tard le justement sur la Place du Moulin à Vent!... où se retrouvaient les joueurs de Poker!....Mais ceci est une autre histoire.....
    Néanmoins; Joyeuses PÂQUES à tous!.....
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je ne sais pourquoi, mais les textes sont amputés?....Il manque encore le Parking sur la place....et le Mélody's,le Harry'sbar;?!...
      Mystère...
      JL

      Supprimer
  7. Cette place fut aussi, il y a quelques années, le somptueux et très adapté décor d'une pièce de théâtre interprétée par la Compagnie Jehan Ango : Barouf au Pollet, libre adaptation de "Barouf à Chioggia" écrit par Goldoni....Il a plu durant les 2 premiers actes,la scène commençait à devenir glissante, mais les spectateurs n'ont pas bougé et les habitants du quartier sont restés à leurs fenêtres, comme un écho aux femmes de pêcheurs qui se disputaient sur scène et se traitaient de "Morue" !!
    Un grand moment que je n'oublierai jamais !
    Bonne journée Olivier
    Annie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la compagnie qui parle, j'en étais sûr. Et bien bravo ! Sortir des théâtres et des lieux convenus pour donner à la rue ce qu'elle n'attend pas forcément, mais qui, j'en suis sûr, l'intéresse ou finit par l'intéresser, voilà qui mérite applaudissements (comme jadis lorsque moi aussi j'applaudissais).

      La pluie, oui, et la mer qui n'est pas loin. L'endroit rêvé en quelque sorte. Le souvenir de l'air marin de Chioggia et les cris moliéresques du Barouf polletais pour changer quelque peu l'éternelle image du Molière italien. Adaptation quand tu nous tiens ... Tu fais parfois bien.

      FG

      Supprimer
  8. Merci de ce délicieux rappel Annie.
    Bonne journée à toi.
    Olivier

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai cru du reste voir quelques images fugaces d'une compagnie et de notre place du Moulin à Vent (pas avant, maintenant) à cette adresse : 

      http://www.dailymotion.com/video/xix8am_tous-a-dieppe_shortfilms#.UVqsIe-nrEw

      Pour la Place du Moulin à Vent (si je ne me trompe, car cela est très possible), j'ai noté quelques changements de toiture depuis le siècle dernier et des "colombages" qui ne l'étaient point alors ou qui l'étaient sans le dire il y a plus de cent ans (maison qui fait le coin .... Petit Enfer ....).

      FG

      Supprimer
    2. Au cours de mes déambulations sur le net j'ai trouvé un tableau intitulé "Place de la Petite Ville" peint par un peintre impressionniste norvégien nommé Fritz Thaulow (1847-1906), sur le site du Musée Rodin. Cette toile est donnée pour être la représentation de la place du moulin à vent et l'angle de vue est presque le même que celui de la photo, c'est assez étonnant. Lorsque l'on sait que le dénommé Fritz Thaulow et sa famille ont servi de modèle à Jacques-Emile Blanche, je pense que c'est tout à fait possible mais peut-être ne serez-vous pas du même avis...

      Supprimer
    3. Non, les toitures, la constitution des maisons ne me semblent pas semblables, à moins que la perspective soit différente de celle de la photo d'Olivier ou qu'en l'espace de quelques années ou dizaines d'années quelques constructions aient été remplacées par d'autres.

      Avis toujours (et peut-être encore plus) sous grande réserve.

      FG

      Supprimer
  9. Très sincèrement j'ai beaucoup de mal, après longue consultation, à trouver de nombreux points communs entre cette représentation de la fin du XIXe siècle et la photo d'Olivier qui doit dater, j'imagine, du début du siècle dernier (il y a peu de temps je disais "de ce siècle", mais le temps passe et les siècles aussi, pour mon plus grand malheur).

    Ceci étant, oui, on parle bien de représentation de la place du Moulin à Vent pour la représentation en question dans les textes consultables et consultés (net).

    Il est fort possible que je me trompe. Ce n'est pas à exclure. Je vous donne tout simplement mon humble avis qui est, par essence, fort critiquable.

    L'avis de connaisseurs en la matière comme Jean-Louis, serait à mon sens plus fiable. Olivier, qui a habité le quartier un moment, pourrait sans doute apporter jugement et matière concrète en semblable domaine.

    FG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est fort possible car j'ai trouvé sur le net une toile du port de ce peintre
      http://www.allposters.es/-sp/Dieppe-Posters_i1366599_.htm

      Supprimer
  10. Après mûre réflexion, je partage également l'avis de Catherine pour la place du Moulin à Vent et qui plus est "presque" vue sous le même angle ...
    Après observation, réflexion et déduction :
    1°) Sur la peinture de Fritz Thaulow, on peut apercevoir deux personnages devant une maison qui, pour moi correspond à la première maison à gauche de la photographie d'Olivier ( on y voit 2 étages, deux ouvertures au rez-de-chaussée et 1 lucarne sur le toit)
    2°) La maison qui suit présente sur les deux images un toit dénué d'ouverture ( sauf un petit vasistas), 1 étage avec 1 ouverture et 1 grande ouverture en rez-de-chaussée.
    3°) Il semblerait que la maison d'après ait disparue ainsi que la suivante au profit de la maison à double cheminée. L'aspect de la route ne présente plus de "décrocher" mais une légère courbure pour dessiner la route à partir de cet endroit. Sur la photographie d'Olivier la maison qui porte de part et d'autre une cheminée ( à gauche double cheminée et à droite 1 seul conduit) est celle qui sur le tableau de Fritz Thaulow, a le toit gris.( l'avant dernière).
    4°) cette dernière maison ( avec la poutre en travers) a disparu au profit des piliers.
    5°) Face à celle-ci, à l'angle de la rue, au fond de la photo d'Olivier ( côté piliers) un grande maison qui présente les mêmes aspects sur le tableau de Fritz Thaulow : 1 lucarne, deux étages avec 1 ouverture chacun et un rez-de-chaussée souligné.

    Qu'en pensez-vous ?

    RépondreSupprimer
  11. C'est peut-être bien la place du Moulin à Vent, mais soit il y eut en quelques décennies de notables changements, soit la peinture de l'artiste est pour le moins "libre" (une sorte d'adaptation dirais-je).

    D'après la représentation consultable à
    https://www.google.fr/search?q=place+de+la+petite+ville&hl=fr&client=firefox-a&hs=qL&rls=org.mozilla:fr:official&tbm=isch&tbo=u&source=univ&sa=X&ei=M1BbUeyCIsrAPKnfgJgI&ved=0CEgQsAQ&biw=1280&bih=852 , les toitures sont quelque peu différentes (mansardes, cheminées), les alignements (perspective mise à part) et le nombre et la disposition des fenêtres (maison qui est censée faire le coin) présentent aussi des différences, à mon sens, notables. Par ailleurs, comme l'a fait remarquer un des intervenants, certaines maisons n'apparaissent pas sur la photo d'Olivier).

    Enfin, comme le précise Alain, le port de Dieppe a bien été peint par l'artiste et, semble-t-il, avec plus de réalisme et de netteté que la place du Moulin à Vent. Il est vrai qu'une oeuvre d'art a une âme et qu'elle n'est pas obligatoirement l'exacte représentation de la réalité.

    FG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. FAUSTO je viens de trouver deux photos récentes
      http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Place_du_moulin_%C3%A0_vent,_Dieppe.JPG
      http://www.agora-dieppe.fr/images/16

      Supprimer
    2. Mon caillou Silver Match.

      FG

      Supprimer