samedi 23 mars 2013

Les gobes





















46 commentaires:

  1. Je me lance ? Un peu d'histoire ? Juste pour Jean-Louis ! J'y vais !
    L’histoire de Dieppe nous apprend que dès 1879, dans le cadre du programme des travaux lancé par Charles de Freycinet, ministre des Travaux Publics, des aménagements sont décidés pour relancer le port de Dieppe : c’est alors que l’on ouvre, à travers le faubourg du Pollet un chenal de 40 mètres de largeur destiné à relier l’avant-port avec le bassin de la retenue.

    Pour ce faire, des rues sont supprimées : place Bourdin, rue des Trois marmots, rue aux Pitauts. D’autres, comme la rue J-A Belleteste et la Grande Rue du Pollet sont coupées. C’est ainsi que naquit « L’île du Pollet », résultat d’un quartier divisé par le chenal. M. de Hérédia, ministre des travaux publics et M. Dautresme, ministre du commerce et de l’industrie, inaugurent le pont Colbert, dit pont tournant ou grand pont le 18 juillet 1887.

    En tout, plus d’une centaine de maisons sont détruites. Face à la crise du logement, ces carrières vont alors connaître une seconde utilisation : les habitants sont obligés de se reloger et les plus pauvres se retrouvent dans les gobes des falaises.

    Dès 1913, une enquête a été réalisée sur les conditions de vie dans ces gobes. Cette enquête devait débouché sur la fermeture immédiate de ces " véritables terriers" et sur le relogement de ces gobiers (ainsi appelait-on les habitants de ces gobes ) dans des conditions décentes. Pourtant, certaines familles y resteront jusqu’en 1940, date à laquelle l’occupation Allemande les expulsera à nouveau.

    Des gobes comme celle-ci, il y en avait quelques autres : Comme celles du Bas-Fort-Blanc.

    Hier, alors que je ramassais du « bois flotté » pour en faire quelques activités manuelles avec mes petits enfants, j’ai vu un homme se diriger vers l’une d’entre elles … En 2013 … Ces gobes servent encore d’asile et de refuge à certains qui n’ont malheureusement pas d’autres choix !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a pas grand chose à y ajouter!...tu as fait le tour ; et l'historique!....

      à part: mon père est né; impasse des maréchaux!au Pollet
      je n'ai jamais connu cette rue!....et je n'arrive pas à la situer, exactement!....Quelque part entre la rue Jean Antoine Belle Teste....la rue des Maréchaux.....la cale sèche?.....la rue Pierre Pocholle?.... Tu as une précision?...et quand fut-elle détruite?..
      Jean-Louis

      Supprimer
    2. Dans " Les mystères de la Chambre" rédigé par l'école Paul Bert en 1997 pour fêter les 100 ans de la CCI de Dieppe, je trouve en page 12 un extrait de l'aménagement du port en 1880. Ce plan est axé sur l'aménagement mais je suis certaine que les Fonds ancien et local à Dieppe a ce plan plus en détail ... Que cette impasse des Maréchaux doit y figurer.
      Je vais très certainement y aller d'ici une quinzaine de jours ... Je prendrai une photographie de ce plan ... Je ta le ferai parvenir par le biais de QUIQUENGROGNE ! Ainsi tu situera cette impasse si chère à ton coeur !

      Supprimer
    3. merci d'avance!...çà n'a rien d'important, mais çà me chagrine de ne pas savoir!....
      Jean-Louis

      Supprimer
    4. Justement ! Il ne faut pas rester sur " quelque chose" qui chagrine ... Si tel est le cas ! C'est justement parce que c'est important !

      Supprimer
    5. Il y a une rue des maréchaux dans l'île du Pollet
      http://www.postalcode.fr/rue-des-marechaux-76200-dieppe/

      Supprimer
    6. Il semblerait bien que ce soit celle de Jean-Louis !

      Supprimer
    7. Photos
      http://www.flickr.com/photos/micsworld/6836888534/
      Celle ci por Fausto
      http://www.flickr.com/photos/micsworld/6965016737/in/photostream/

      Supprimer
    8. Oui, Alain, c'est la Société Générale. Symbole social ? Bonnot ? Le film ? Chemin du lycée ? Rue de Sygogne ? Rue de la Barre ? Merci pour la photo, mais que veux-tu suggérer ou illustrer ? J'ai comme l'impression que ton texte n'est plus à sa place initiale (d'autres interventions on dû avoir lieu depuis)et je n'arrive plus à trouver à quoi il répond ou se réfère.

      FG

      Supprimer
    9. Oui, je connais bien cette rue; mais celle que je recherche est : IMPASSE des Maréchaux.
      JL

      Supprimer
    10. Jean-Louis, moi non plus je n'arrive pas à la trouver. Peut-être que cette impasse a changé de nom ou qu'elle a disparu à la suite de quelques transformations urbaines ou bombardements ? Peut-être a-t-on voulu la rebaptiser pour éviter la confusion avec cette rue des Maréchaux qui, comme tu le sais, donne sur le quai du Carénage.

      FG

      Supprimer
    11. Fausto je me souvenais de ton intervention
      http://www.quiquengrogne-dieppe.com/2012/12/rue-de-la-barre-suite.html

      Supprimer
    12. C'est bien ce qui me semblait, même si je me demandais ce que venait faire la Société Générale en plein milieu des gobes et en pleine recherche d'une impasse digne du Grand Meaulnes et du "domaine perdu" (l'impasse du papa de Jean-louis).

      Oui, je me souviens de ces conversations de décembre. C'était une histoire de banque au Puits Salé qui a fini au coin de la rue de Sygogne avec Jules Bonnot et le film des années 60 dont quelques scènes furent tournées à Dieppe en ces lieux.

      Quelle mémoire tu as ! Merci pour l'attention.

      Pour Jean-Louis, je n'ai toujours pas trouvé de traces de son impasse.

      FG

      Supprimer
  2. Il est à noter que sur les photographies d'Olivier N° 3,4,5,9 et 12 on peut apercevoir le casino mauresque ... Superbe, ces vues, Olivier !

    RépondreSupprimer
  3. Sur la carte postale N°11 : le chemin de la chapelle : Est-ce que c'est la chapelle Saint-Nicolas ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non. On doit être au pied du sémaphore (Vigie). C'est la falaise de Neuville. On devait pouvoir accéder à Bonsecours à cette époque.
      Olivier

      Supprimer
    2. Merci Olivier.
      Pendant la Seconde Guerre mondiale, mon papa s'y réfugiait ... Dès la fin d'année 43 ou début 44 il y fut creusé un puits par lequel on accédait directement de la grande Gobe du Pollet à ... l'église de Bonsecours. L'accès se faisait par une échelle.

      Supprimer
    3. Je n'arrive pas à situer où cette photographie est prise ?

      Supprimer
    4. Peut être de la femme grosse

      Supprimer
    5. C'est tout à fait possible ... Je pense que tu as raison ... Je vais rechercher d'autres perspectives ... peut-être que ???

      Supprimer
    6. Sophie sur ce site les gobes transformées par les Allemands
      http://bunkarcheodieppe.pagesperso-orange.fr/crbst_69.html

      Supprimer
    7. Merci Alain. Ce site est superbe ... et plein de richesses d'antan !

      Supprimer
  4. Oui, j'allais justement vous entretenir du percement du "chenal", de l'expulsion des futurs gobiers de l'île du Pollet et des conditions dans lesquelles vivaient ces gens. Je constate que l'on m'a pris de vitesse avec grand avantage et précision. Merci pour toutes ces informations donc.

    Je vois parfois des enfants sur les photos des gobes que l'on me propose : ces enfants, comme leurs parents, ne devaient pas vivre bien vieux. Imaginez les hivers à Dieppe, le froid, l'humidité, les épidémies, l'insalubrité, la promiscuité. L'air de la mer, jugé bénéfique et bon pour la santé, ne devaient pas être leur principal ami. Ils devaient être bien loin, ces gobiers, des habitués des bains de mer "régénérateurs" associés au casinos dieppois et aux plaisirs de la plage.

    Je viens d'apprendre qu'il y a encore quelques personnes déshéritées, exclues, et marginalisées qui y vivent. Comment est-ce possible en 2013 ? Les pouvoirs publics, la mairie réagissent-ils ?

    Ces gobes sont parallèlement des éléments de notre histoire, presque un trait identitaire et différentiel. D'autres gobes ou leurs équivalents existaient-elles dans d'autres villes côtières de Seine-Maritime (Fécamp, Le Tréport ...) ? Les falaises comme les montagnes avec leurs grottes et cavités, ont de tous temps servies de refuge, alors, pourquoi pas ailleurs sur notre littoral ?  

    FG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La seule chose que je sais c'est qu'il y avait d'autres gobes à Dieppe : rue Montigny, impasse Mercier, etc, mais aucune n'a été utilisée comme habitation. A Fécamp, comme dans la rue Montigny, elle était un hôpital civil pendant la Seconde Guerre mondiale ... Mais des gobes qui étaient des habitations ? Je ne sais pas !

      Supprimer
    2. "Je viens d'apprendre qu'il y a encore quelques personnes déshéritées, exclues, et marginalisées qui y vivent. Comment est-ce possible en 2013 ?"

      Pas plus tard qu'hier ... J'ai vu ... De mes yeux vu ... Oui ! C'est possible ... pas humain ... Dans l'indifférence totale mais oui ! encore de nos jours ! C'est notre société ... Il paraît !

      Supprimer
    3. Peut être des gars qui veulent passer en douce en Angleterre et ainsi proches des camions

      Supprimer
    4. La personne que j'ai vue hier est souvent dans Dieppe ... Depuis pas mal de temps ...

      Supprimer
    5. Je pense toutefois que notre société est sans doute plus clémente sur le plan social que les sociétés d'antan. Je dirais la même chose, aussi bizarre que cela puisse paraître, pour les crimes et délits (nous oublions souvent les routiers, les chauffeurs et autres aigrefins d'antan qui vous torturaient, vous éventraient ou égorgeaient pour un oui ou pour un non).

      Je crois que nous avons beaucoup progressé au cours des siècles, mais qu'effectivement les choses sont en train de se dégrader (crise oblige ?).

      Peut-être sommes-nous moins solidaires que jadis, mais cela reste à démontrer. Enfin, tout cela est bien difficile à analyser. Quoi qu'il en soit, c'est bien triste.

      FG

      Supprimer
    6. Jean-Louis, ton impasse ne serait-elle pas la Rue Guibert qui donne sur le rue des Maréchaux (à l'endroit où se trouve la résidence de l'île du Pollet) ?

      Cette rue Guibert semble être une impasse et peut-être (je dis bien "peut-être", parce que je n'en sais rien et c'est donc une pure hypothèse) s'est-elle appelée, du moins officieusement, "impasse des Maréchaux" par sa proximité avec la rue des Maréchaux ?

      Une piste en tout cas et sans doute une réponse (positive ou négative)de la part de ceux qui sont sur place. Moi je n'ai pas accès aux archives et documents locaux et ne peux que visionner les photos que me propose internet.

      FG

      Supprimer
    7. Non, fausto, tu te doutes bien que je m'en suis inquiété; cette impasse "Guibert"existait déjà du temps de la saurisserie "Rasquin"; mais ce n'est pas celle que je recherche.
      Je pense qu'elle a disparu avant où pendant la guerre.; démolie (où détruite par fait de guerre?,)!ce que je voudrais savoir c'est OÙ elle se trouvait!....
      Jean-Louis

      Supprimer
    8. Soit. Je crois qu'en fouillant dans les archives et en consultant l'administration locale tu trouveras sans doute une réponse. Pour cela, il faut être sur place, ce qui est ton cas.

      Des témoignages aussi peut-être.

      Bonne chance.

      FG

      Supprimer
  5. Vous connaissez peut être
    http://dieppe-production.s3.amazonaws.com/wysiwyg_files/datas/1803/original/quiquengrogne45.pdf?1337866882

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je fus un des créateurs de la revue Quiquengrogne en janvier 1996. Si certains numéros vous intéressent, n'hésitez pas à demander.
      Olivier

      Supprimer
  6. Claude Féron ; « Les rues de Dieppe ». peut être chez un bouquiniste et avec un peu de chance ,tu trouveras l'impasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'impasse des Maréchaux se trouvait rue des Maréchaux. Nommée par décret du Conseil Municipal du 29 août 1958, elle a été déclassée de la voirie urbaine par délibération du CM en date des 4 mai 1961 et 23 octobre 1969. La parcelle de terrain correspondant à l'impasse a été vendue à un riverain.
      Olivier

      Supprimer
  7. Merci pour ces précisions; mais à ces dates, je fréquentais le coin, et l'impasse n'existait déjà plus?
    Le décret en question, confirmait surement, un état de fait antérieur?....et c'était OÙ ?....
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je m'explique mal;
      Elle partait d'où, dans la rue,à quel niveau, dans quel axe?....
      le documents que j'ai pu voir se situent tous après...donc aucune trace de cette impasse qui ne devait pas être bien grande.
      JL

      Supprimer
    2. Dès que j'aurai le temps j'irai consulter le vieux cadastre de 1814.
      Olivier

      Supprimer
    3. J'y suis retourné voir, hier?!....je ne vois vraiment pas d'où elle pouvait partir?....d'après ce qu'il y a aujourd'hui de reconstruit?!...tu as raison, il n'y aurait que le cadastre...ancien!
      Jean-Louis

      Supprimer
    4. Sophie t'as envoyé le plan ?
      Olivier

      Supprimer
  8. Oups ! Pensant que tu l'avais envoyé ...je viens juste de l'envoyer à Jean-Louis sur son adresse mail ! Autant pour moi ! ;+)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On voit une impasse sur le plan. Mais il n'y as pas de nom.
      Olivier

      Supprimer
  9. Oui j'ai vu ! Mais c'est déjà un indice pour Jean-Louis ! Sur le plan de 1814 elle sera peut-être indiquée ?

    RépondreSupprimer
  10. Merci à tous deux;
    effectivement çà semble être çà!....en tous cas çà collerait bien! impasse Guibert (le nom n'y est pas non plus); et l'autre pratiquement parallèle?!...on brûle!....
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
  11. bonjour,

    je ne sais si vous pouvez m'aider, je recherche des renseignements conçernant la saurisserie Rasquin,
    précisément sur son Responsable, mr Pierre Rasquin,
    sinon merci de m'indiquer où je pourrais me renseigner

    RépondreSupprimer
  12. @ Anonyme
    Personnellement, je n'ai pas de documents. Si je trouve, je posterai ici.
    Olivier

    RépondreSupprimer