dimanche 17 mars 2013

Les calvaires





52 commentaires:

  1. Pourquoi sur la deuxième ne regarde t il pas vers le chenal?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il regarde vers le chenal. C'est celui qui était au pied de la femme ggrosse. on le voit aussi sur la première photo en zoomant.
      Olivier

      Supprimer
  2. J'ai un calvaire dans mon village, mais des gens font pipi dessus, alors...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois connaître. Les chenapans !
      Olivier

      Supprimer
  3. Sur la 1ère photo, le bâtiment au pied de la falaise,à droite, sous Bonsecours, est la morgue.
    Le feu de balisage du chenal existe toujours, et porte toujours ce nom.
    à Gauche sont les chantiers navals "Bocquet"qui fabriquaient des bateaux en bois, jusqu'à 20 mètres de long. la cale de lancement se trouvait.....ou est l'avant du ferry aujourd'hui!...
    Ils furent transférés; après guerre; à la carpenterie; où se trouve toujours leur successeur.
    Il y avait aussi le forgeron "Panier" plus près de la "femme grosse" qui lui continua après guerre, et fut remplacé par "Collet",puis la Coop maritime;puis "Thalassa Dieppe" avant que tout çà ne disparaisse au profit de la résidence existant aujourd'hui.
    Jean6louis

    RépondreSupprimer
  4. Sur la 2ème photo; en zoomant, sur la carte postale on peut lire : < Calvaire du Pollet > ????....c'est sur qu'il ne se situe pas au pollet!...( on ne verrait pas Bonsecours comme çà!)
    Il semble être au bout du quai; non loin du restaurant < Bellevue > d'aujourd'hui, derrière ;les bâtiments doivent être l'Octroi de l'époque, ou la Douane?...Par contre il tourne le dos au chenal, et est face à la ville.
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, c'est bien celui sous Bonsecours. Zoome sur la première photo, tu reconnaîtras le bâtiment à droite du calvaire. Il y a un problème de profondeur de champ, c'est tout, dû à l'objectif.
      Olivier

      Supprimer
    2. Si j'ai bien compris, il y deux calvaires. Celui qui est sous Bonsecours, qui est celui du Pollet et que l'on peut voir en zoomant sur la première photo (c'est en effet bien le même que celui de la deuxième photo si l'on s'en tient au bâtiment cité) et le calvaire du Bout-du-Quai qui apparaît au premier plan sur la première photo et fait face au Pollet, à Bonsecours, à la morgue, à l'autre calvaire, etc.

      Je sens que je viens de dire une ânerie (de plus), mais compte sur vous pour me dire si je me trompe.

      Quant à Panier, j'ai enfin pu situer précisément, grâce à Jean-Louis, où mon père a travaillé un temps dans les années 50 (sauf erreur de ma part sur le Panier auquel Jean-Louis fait référence).

      FG

      Supprimer
  5. Effectivement l'image est très écrasée....les proportions sont complètement faussées!...Bonsecours devrait logiquement être en plus gros, parce que plus proche; et en fait elle est plus petite que vue de l'autre coté du chenal!....
    Jean-Louis
    ps : Oui Fauto, c'est bien ce " Panier" là.

    RépondreSupprimer
  6. En ce qui concerne l'histoire de ces deux calvaires il est bien difficile de s'y retrouver !!! J'avais fait quelques recherches à leur sujet. Il semble qu'une très grosse tempête en 1616 déplaça le chenal du port au niveau de la rue de la Rade qui fut remblayée. Une époque où l'on faisait la différence entre le port d'Est ( au pied du vieux château) et le port d'Ouest ( celui que nous connaissons aujourd'hui). Il semblerait que le premier calvaire de la jetée Ouest fut érigé en 1700, en même temps que l'on construit un autre phare en bois pour remplacer celui en pierre démoli en 1682. Un autre est érigé et béni le 9 avril 1754, puis un autre 100 ans plus tard en 1854 ...
    Quant à celui de la jetée Est ? Mystère et boule de gomme ???
    Mais il semble me souvenir que l'un ou l'autre de ces calvaires a été déplacé au cours de notre histoire !
    Il y avait d'autres calvaires à Dieppe en haut de la rue Montigny, sur le Champ du Pardon ( la Poste aujourd'hui) ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as fait une petite inversion.....entre Est et Ouest...de par la rose des vents....L'Ouest est au pied du Vieux Château....mais çà ne change pas grand chose à la qualité de ton exposé.
      Jean-Louis
      .

      Supprimer
    2. C'est exact Jean-Louis ... Autant pour moi ! Port d'Ouest: sous le Château-musée et Port d'Est celui d'aujourd'hui !

      Lorsque le calvaire inauguré en 1854 fut démonté, les Dieppois se sont aperçu qu'il était signé de Brunel ... Le célèbre ivoirier ... C'est d'ailleurs la seule sculpture sur bois que nous lui connaissons !

      Supprimer
    3. Salut
      Le calvaire du Pollet a été déplacé et installé à Bon-secours vers 1904.
      Une procession a eu lieu pour l'occasion et le calvaire.
      Bye

      Supprimer
    4. Merci pour la précision.
      Olivier

      Supprimer
  7. Je me souviens très bien du calvaire du Bout-du-Quai qui fut un des repères de mon enfance, mais je n'arrive pas du tout à me souvenir du calvaire du Pollet, et pourtant, je suis allé quelques fois sur la jetée Est. Ce calvaire du Pollet existe-t-il toujours ?

    FG

    RépondreSupprimer
  8. Non, il n'y a plus de calvaire au pollet en face de celui du bout du quai! ( Quand tu étais à Dieppe non plus )
    il fut déplacé il y a longtemps, ou est-il aujourd'hui?....peut-être devant Bonsecours?....quelqu'un pourra peut-être éclairer notre lanterne?!...
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne pense pas que ce soit celui de Bonsecours, très différent. Je rajoute 2 photos sur le post : une du calvaire de la jetée Ouest et une de celui de Bonsecours.
      Olivier

      Supprimer
    2. Est-ce que ce serait celui qui est placé depuis peu d'années devant l'église Notre-Dame des Grèves ????

      Supprimer
    3. De mémoire celui de Notre Dame des Grèves est une colonne surmontée d'une croix, restaurée il y peu. Rien à voir. A vérifier.
      Olivier

      Supprimer
    4. Oui ! Je crois me souvenir maintenant que cette croix vient du cimetière du Pollet. Elle a été démontée dans les années 60 il me semble ... A vérifier également ...

      Supprimer
    5. Je trouve en février 1859 : " On a fixé l'emplacement à donner au nouveau calvaire de la jetée Ouest pour remplacer celui qui a dû être enlevé pour la construction de brise-lames récemment achevé" Claude Féron 100 ans de la Vigie de Dieppe

      Supprimer
  9. 21 juillet 1859 bénédiction du noueau calvaire de la jetée Ouest ... De la même source ... Merci monsieur Féron ;+)

    RépondreSupprimer
  10. la photo du calvaire de la jetée Ouest est très ancienne certainement, le site tel que visible m'est totalement inconnu!...je pense reconnaitre le coin - Boulevard de Verdun - Quai du Hable ?...les bâtiments derrière....?...quand j'étais gamin, ce n'était qu'un champ de ruine!....datant du débarquement de 42. cela devait faire partie de la propriété < Sturdza >( orthographe non garantie)
    Après la reconstruction dans les années 50, faisant le coin, c'était le "café des Alliés" de l'emblématique < Raphaêl Chamuseau > ( aujoud'hui le "bellevue")
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Jean-Louis : Je viens d'envoyer une photographie de piètre qualité à Olivier sur laquelle on aperçoit ce calvaire : à gauche, au ras de l'image. Il me semble que vous ayez raison quant à sa situation ...
      @FG : La morgue dont vous parlez a été transférée de la Tour aux Crabes au bâtiment que l'on aperçoit derrière le calvaire de la seconde photographie d'Olivier un peu après 1836 ... une morgue, appelée par discrétion "Pavillon de Secours aux Noyés"... Réservée uniquement aux hommes péris en mer ...

      Supprimer
    2. Oui pour la morgue qui se trouvait à la Tour aux Crabes dans ce qui est devenu, plus tard un commerce, je crois.

      Pour l'emplacement du calvaire de la jetée Ouest, il est bien difficile de se prononcer car tout dépend de l'emplacement des bâtiments aujourd'hui disparus et qu'aucun d'entre nous n'a connus. Si l'on pouvait trouver une, photo donnant une vue d'ensemble du calvaire et du quai du Hable, ce serait plus simple.

      FG

      Supprimer
  11. Une autre perspective du calvaire :http://dieppe.et.sa.region.free.fr/DIEPPE%20EN%20PHOTOGRAPHIES/imgcol/imgcol_34/_00008.htm

    RépondreSupprimer
  12. Sur l'Oeuvre de G Haquette, qui avait ses ateliers à l'entrée de la jetée Est: " Départ pour Terre-Neuve" on voit très bien où se situait le calvaire ... Avant d'être déplacé !

    RépondreSupprimer
  13. Première piste pour le calvaire du Pollet :Mai 1883- ""En raison des travaux à la jetée Est, le calvaire a dû être enlevé. En attendant d'être remis en place après les travaux, le Christ a été transporté processionnellement en l'église du Pollet". Même source : Claude Féron- les 100 ans de la Vigie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après avoir passé en revue les années postérieures à 1883, il semble qu'à cause de toi Olivier ( bah ! Oui ! Il faut un responsable ;+) nous ayons soulevé, bien avant 1905, un problème : Le calvaire qui appartenait à la ville s'est retrouvé bien de l'Eglise, car il doit être resté là où on l'avait déposé en 1883 : Dans l'église du Pollet ... Voici un mystère d'histoire résolu ...

      Supprimer
  14. 22 août 1909: Bénédiction d'un nouveau calvaire érigé sur la falaise du Pollet !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec des éléments de l'ancien calvaire situé au pied des falaises ?

      FG

      Supprimer
  15. Non pas du tout ! Il s'agit d'un nouveau calvaire ( face à Bonsecours) ... D'où le problème soulevé dans la réponse juste au-dessus !!! Le calvaire du Pollet n'a jamais été remis en place ... Il doit être toujours dans l'église Notre Dame des Grèves au Pollet ... Nous pouvons en avoir la certitude en y allant ... Je vais à Dieppe vendredi ... Je vais aller y faire un p'tit tour ! L'équipe du blog QUIQUENGROGNE aura peut-être levé un mystère ;+)

    RépondreSupprimer
  16. Désolé Sophie, ma question et votre réponse ci-dessus ont dû se croiser. Je n'ai fait que réagir avec ma curiosité habituelle à votre affirmation de 16 h 41. Le temps que je réfléchisse un peu et que je rédige mon court message de 16 h 57, vous avez envoyé la réponse de 16 h 52 que je n'avais pas lue.

    J'imagine que cela a dû se passer comme je viens de le dire. Encore mille excuses et croyez bien que je suis attentif à tous vos messages, même quand il m'arrive de plaisanter lourdement, je l'avoue (la vie ne doit pas être un calvaire et si Mont Golgotha il doit y avoir, qu'il attende).

    Je vous remercie en tout cas pour toutes les informations que vous me donnez et que j'engrange (je suis un peu plus que curieux : j'apprends et je retiens).

    FG

    RépondreSupprimer
  17. Mais cher Jean-Louis ... Si le mont Golgotha est considéré comme le point du commencement du péché il est aussi celui de la Rédemption ! ... Alors on a le choix ! ;+)
    Quant à vos plaisanteries, je ne les trouve pas lourdes du tout !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ??? je suppose que tu as voulu dire Fausto ?..
      JL

      Supprimer
    2. Oups ! Désolée ... Une fois de plus !

      Supprimer
  18. En plus ... La curiosité n'est pas un défaut, bien au contraire ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'était bien FG. Le Mont Golgotha était sous ma plume simplement synonyme de souffrance. Point de notion de péché, ni de faute et encore moins de rédemption. Pas d'auto-flagellation non plus. Nous n'avons pas dû tué grand monde.

      Je voulais simplement dire, puisque l'on parle de calvaires, que les blagues, aussi lourdes soient-elles (le congélateur dont la panne est secondaire par grand froid ou encore le coup de la Canadienne qui était une canadienne)et la "déconne", font aussi vivre et que si la souffrance (le calvaire) existe ou existera, qu'elle attende, nous ne sommes pas pressés. En d'autres termes les échanges par mails interposés peuvent relever d'une bonne humeur qui n'exclut pas le sérieux.

      Bon, c'est très ennuyeux, alors je vous laisse et attend ce Dieppe que vous me contez et que je vis donc par procuration. Vous me rappelez de surcroît (et me faites revivre), vous les blogueurs, tant de choses que je pensais avoir oubliées, que je permets de me transformer parfois, dans l'euphorie de l'instant, en blogueur blagueur.

      FG

      Supprimer
  19. "Le Mont Golgotha était sous ma plume simplement synonyme de souffrance."
    Là ! C'était un peu trop compliqué pour ma p'tite tête ! Désolée je n'avais pas tout compris.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mes délires sont pénibles, alors je souhaite une bonne nuit à tout le monde en vous laissant avec cette magnifique faute de grammaire (une de plus) commise par ma plume (ce n'est pas moi, bien sûr, c'est ma plume-clavier) : "... nous n'avons pas dû tué grand monde" (je sais surtout rire de moi-même).

      Merci à tous en tout cas et peu importe que l'on comprenne ou pas, ce n'est certainement pas intéressant de toute façon. Je ferai de gros efforts à l'avenir pour éviter l'incompréhension dont je suis grandement coupable.

      J'attends en tout cas le lien que constituent, amis blogueurs, vos photos, vos conversations, vos informations, vos expériences dieppoises et vos réflexions avec impatience. Cela me fait revivre.

      Mon caillou Silver Match (formulation que m'a enseignée Alain et dont Olivier a fait l'exégèse. Pour tout dire, elle ne me quitte plus et je l'emploie de plus en plus. Comme quoi vous me marquez).

      FG

      Supprimer
  20. Sur la 3ème photo, les pylônes de la téléphonie sans fil....
    Servaient presque uniquement pour les paquebots de l'époque.( les chalutiers n'en possédaient pas.)
    Puis plus tard, ce fut transféré coté Ouest du chenal; un grand pylône que j'ai connu, et que l'on retrouve sur nombre de vues des années 50.
    puis il y eut la station Dieppe Radio.( indicatif :TKB)
    qui servait là;aux chalutiers ( opérateur Mr Morvan) qui se trouvait; lui; derrière la halle aux poissons du quai du carénage. Il assurait les vacations des chalutiers de Dieppe.
    Puis plus tard, TKB disparu au profit de" Boulogne radio" qui chapeautait toute la manche Est, avec des vacations par port et par ordre Alphabétique de Cherboug à Boulogne.
    Aujourd'hui, cette station n'existe plus non plus; (comme St-Lys Radio ) les moyen de communication sont tels.......que cela est devenu obsolète!...
    Voilà un rapide ...aide mémoire?!...sur ce que fut la radio sans fil, maritime.
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au "poste radio comme mon père disait, j'ai connu un André Dantan et un Mr Broglio.
      Olivier

      Supprimer
    2. Mr Dantan, je n'ai pas connu; mais Mr Broglio...çà me rappelle quelque chose?!...
      Ma mère écoutait " Les bateaux' comme elle disait, sur un gros poste( à lampes bien sur) qui avait la gamme "marine" TKB pour les nouvelles générales( je ne me souviens plus de la fréquence mais je connais un ancien radio de chalutier de l'époque qui lui s'en souviendrait!..). et 123; ou 153 m où mon père nous faisait parfois, un "petit coucou"....qui nous étonnait et nous ravissait tous!...
      Jean-Louis

      Supprimer
    3. Mr Dantan aussi écoutait depuis chez lui. Il habitait la résidence Aguado. Il est décédé depuis longtemps. Mr Broglio, je ne sais pas.
      Olivier

      Supprimer
    4. Oui Jean-louis, les moyens de communication sont tels ... J'imagine cependant que ces vieilles radios (mes parents en avaient une), comme tu le suggères, devaient avoir, avec leur "gamme marine", un petit côté magique et devaient constituer, au-delà d'un simple récepteur, un lien, à sens unique, il est vrai, mais précieux, entre la mer et la famille.

      Je me souviens de toutes les familles de marin qui "faisaient trôner" au centre de leur foyer cette inévitable radio à laquelle venaient s'ajouter quelques objets du quotidien comme la non moins inévitable machine à coudre Singer.

      Moi, je ne sais pas pourquoi (c'est sans doute un cas particulier), j'associe justement la vieille radio crépitante à ces objets du quotidien, objets dont elle faisait, bien entendu, partie.

      La télévision qui est devenue une nouvelle compagne au cours du temps - parfois fort envahissante, du reste - n'était pas encore d'actualité à la fin des années 60 dans tous les foyers populaires, alors la radio avait encore cette magie que tu suggères et pas seulement pour les familles de marins.

      Je me souviens d'une émission pour routiers qui s'appelait "Les Routiers sont sympas", je crois, qui jouait (années 70 ?) un peu ce rôle de lien entre les familles et les travailleurs, non plus de la mer, mais de la route.

      FG

      Supprimer
    5. Les "Routiers sont Sympas" de Max Meynier; qui donnait aux routiers,( aux vrais routiers) une image de fraternité de la route y compris avec l'automobiliste ordinaire, quand il avait un problème!
      est-ce encore le cas aujourd'hui?....
      Jean-Louis

      Supprimer
  21. Au-delà de la téléphonie sans fil, je suppose qu'à l'époque il n'y avait pas de radars sur les chalutiers et autres bateaux de pêche. Pardon pour ma question, pour le moins ingénue : de quand datent les radars et, au-delà, la généralisation de ces mêmes radars (années 60, 70 ?).

    Je n'en sais vraiment rien, mais je pense que les coquillards et la plupart des bateaux de pêche n'étaient pas équipés de radars dans les années 50.

    Je m'adresse-là à un spécialiste ! (Jean-Louis, bien entendu).

    FG.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour fausto;
      Le 1er chalutier dieppois à être équipé d'un radar était le "Joli Fructidor" de chez Mallet
      ( acheté d'occasion en Angleterre, à Milford Haven, sous le nom de" Milford Duke") dans les années 55?....puis ceux qui arrivèrent neufs, après,( Printemps, Automne,etc....) en étaient tous équipés.
      Pour les coquillards,et autres de tailles inférieures, il fallut attendre la miniaturisation des modèles ( l'époque de la transistorisation ) et.....le naufrage du St André; éperonné dans la brume par un cargo; pour voir la généralisation des radars sur ces bateaux . Années 69, 70.
      ( le Janniclou.....n'avait qu'un compas et une radio....depuis peu!....)
      Jean-Louis

      Supprimer
  22. Merci Jean-Louis, c'est ce qui s'appelle du retour à l'envoyeur. Merci pour ton érudition et ton expérience !

    FG

    RépondreSupprimer
  23. Pas de quoi; c'est avec plaisir.
    JL

    RépondreSupprimer
  24. Le calvaire du pollet est actuellement visible dans l' édifice gauche en entrant dans l' église Notre Dame des Grèves , c' est bien le même christ que la photo N° 2 et la croix légèrement modifié pour la pose murale, voilà la une belle oeuvre bien conservé depuis son transfert

    RépondreSupprimer