mercredi 6 mars 2013

Dieppe 1955-1961

Un film de Raymond Levallois, sonorisé par Dominique Pilon.
Merci à Fausto.

71 commentaires:

  1. Sur la remise de médailles du début j'ai reconnu le chef de la fanfare des pompiers(il avait son jardin carriére à Dauphin pas loin de celui de mon pére)le LtCl SCHMELTZ en tenue de cavalier et le Cdt CAZEAU des Sapeurs Pompiers

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis peut-être au jardin d'enfants...

      Supprimer
    2. Pô moi ! J'chuis trop jeune ;+)

      Supprimer
  2. Je chef de la "batterie-fanfare" des Sapeurs Pompiers est le père Morin; je l'ai reconnu aussi!...
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A CHERBOURG lors de mon cours de fusible à l'EMES un des "binious" étaioent clairon dans la clique des pompiers ;j'avais eu la planque au poste des OM où il était loufiat des petits jaloux ayant porté le pet(j'étais exempt de toutes corvées un cours pas compris j'avais tous les renseignements à portée de main) j'ai du revenir à la "dure vie" d'élève.Mais j'ai eu une compensation en formation militaire 2ème du cours;le SM FM instructeur ne voulant pas faire croire au favoritisme il était de la Rue des MAILLOTS

      Supprimer
    2. Jules Morin ...

      Supprimer
    3. Exact,
      Mon père m'avait dit, qu'il avait eu une conduite exemplaire, sous la mitraille le 19 Aout 42; comme quoi il n'était pas uniquement musicien; mais bel et bien un pompier de grande qualité!...
      Jean-Louis

      Supprimer
    4. Je fais parvenir le lien immédiatement à la petite-fille de Marcel Caseau ... Elle sera très certainement émue de revoir son grand-père, Marcel ... Que du bonheur, même si les larmes ont coulées lorsque j'ai vu mon grand-père dans la clique ... 6'36" à droite de l'image ... Ce bel et grand homme avec la grosse caisse et les lunettes de soleil ... Mais aussi beaucoup de visages qui me sont familiers de ces sapeurs-pompiers de Dieppe ! Oui je confirme ... Tous des Grands Hommes ! Que de trésors cachés ainsi dévoilés et partagés ! Tout simplement MERCI

      Supprimer
    5. Oui, Jean-Louis ils ont tous eu une conduite admirable, avant et après le 19 août 1942. Pendant cette journée ils sont sortis pour éteindre les incendies, secourir les blessés et les transporter à l'hôpital civile ( école Richard Simon puis Biomarine) au péril de leur propre vie.
      Après, le 19 août, pendant les jours, les semaines et les mois qui ont suivis, ils recueillaient les corps des soldats que la mer redonnait aux familles ... Les rares fois où mon grand-père, réussissait à en parler étaient des instants emplis d'une très forte émotion. Des moments cruels qui furent présents dans son coeur, toute sa vie ... Comment d'ailleurs aurait-il pu les oublier ?

      Supprimer
    6. Mon père aussi a fait çà, avec des canots dieppois,( surveillés bien évidemment,) ils ramassaient les jours suivants, les corps qui flottaient. D'autres faisaient la même chose sur les plages.
      Jean-Louis

      Supprimer
    7. Ce sont des moments de vie qui ont dus marquer à tout jamais nos pères ou nos grands-pères ...

      Supprimer
  3. A l'époque, je faisais naviguer mon voilier dans le bassin qui se trouvait en face de la " cabane " des gardiens.....
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et quand le bateau restait en rade au milieu, si on s'aventurait pour le repêcher, le gardien nous enguirlandait.
      Olivier

      Supprimer
    2. Béatrice
      que d émotions et de joies de revoir son grand-père le commandant Caseau
      Un grand merci à vous tous

      Supprimer
  4. Absolument!.....
    On a eu les mêmes...soucis!!!....surtout quand le vent tombait !....et il y avait (déjà) les vedettes à hélice, qu'on remontait avec une clef.....et qui elle aussi quand le ressort n'en voulait plus....restaient en rade!....
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tout cela fleure bon notre jardin d'enfants intergénérationnel. Les bassins, les petits voiliers, puis les petits bateaux à moteur. L'interdiction formelle de prendre les bassins pour des baignoires. Les petits tourniquets, les mamans qui papotaient pendant que leurs gamins faisaient parfois (souvent ?) les zouaves et ces inoubliables gardiens avec leur casquette. Puis la piste pour patins à roulettes. J'en suis resté là, mais j'imagine que d'autres attractions ont vu le jour depuis.

      Lorsque je suis retourné à Dieppe dans les années 90 avec mon jeune fils, j'ai voulu lui faire connaître les plaisirs de mon jardin (d'enfant, bien entendu), mais il y avait tellement de vent et il faisait si froid et si mauvais que l'on n'a fait qu'y mettre un pied (pas deux) et on a rebroussé chemin. Caprices de la météo !

      FG

      Supprimer
    2. Le gardien arrivait avec une grande perche munie d'un crochet.
      Pour les vedettes à hélice genre vedette du lac Laman, je bavais dessus, mais je n'avais pas les moyens. Et je préférais la voile. J'ai même vu quelques sous-marins, mais ce n'était pas concluant.
      Olivier

      Supprimer
    3. Il n'y a plus de bassins. C'est devenu une piste pour des voitures électriques. Plus de piste pour le patin non plus. Il y a un immense bateau pirate, assez sympa. J'y emmène mon petit-fils.
      Olivier

      Supprimer
    4. Oui, mais sans bassins, il n'y a plus de place pour notre poésie. Les bassins étaient quand même au centre de notre univers. D'autres temps, d'autres choses ...

      FG

      Supprimer
  5. A quai vers le milieu de la vidéo; on voit un paquebot, le "Brigthon" et un cargo de la ligne du type "Rennes"; on voit aussi 2 Chalutiers en entrée des fêtes de la mer, le 1er est le "Drakkar" ( armement Leveau) le suivant moins net, semble être un bateau à "Mallet"du type 32mètres made in USA du genre "Beau Vendémiaire"!.....Que de souvenirs dans ces images tremblantes!...
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
  6. Merci mille fois de partager autant de trésors avec nous ! C'est vraiment magique ... J'en ai pris plein les yeux ! Mais aussi et surtout plein le coeur ! Deux questions tout de même à la minute 22 on aperçoit le Brighton entré dans le port. Est-ce que ce sont des grues qui sont en arrière plan ? Où se déroulait la fête des écoles ? Sur l’hippodrome ? On aperçoit au loin deux cheminées. Quelle usine ?
    Merci ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La dernière fête des écoles ou j'étais; était en 1960!....j'étais au collège technique et on avait pour les besoins, fabriqué une " fusée"baptisée < Emulette > ( clin d'oeil pour émulation )elle devait faire croire à un décollage, avec force fumigènes!....et le gars caché dedans ressortait ...en loques et noirci!...comme un lancement raté...cequ'il était!...on avait bien rigolé!....( c'était au stade Maurice Thoumyre.)
      Jean-Louis

      Supprimer
    2. J'aurais aimé voir ça ! ;+) Les fêtes d'écoles sont toujours ancrées dans mes souvenirs ... Je pense que c'est pour tout le monde pareil ... Ce nom d'Emulette est très original ! Ce serait bien d'en retrouver quelques photographies ... Je suis certaines que beaucoup sont tapies aux fonds des tiroirs et n'en demandent qu'à sortir ! Peut-être même dans les archives de l'Emulation ? Qui sait ???? ;+) Je vais me renseigner ... Avec un peu de chance !

      Supprimer
    3. Oui, ce serait bien, moi je n'en ai hélas pas!...
      Nous avions amené la "fusée" sur une vielle voiture de l'école( eh oui nous faisions aussi mécanique auto!...) conduite par le prof.Mr Dufils.Nous étions intallés sur la voiture tant bien que mal; casqués, avec de vieux casques de pompiers!...et on a fait tout le parcours en fermant la marche!....( j'étais assis sur l'aile avant gauche!)
      Jean-Louis

      Supprimer
    4. Rien que de m'imaginer le tableau, il faut absolument trouver ses photographies ... C'est indispensable ... Olivier se fera un plaisir, j'en suis certaine de les mettre sur son blog ! Est-ce que ce M Dufils vit toujours à Dieppe ?

      Supprimer
    5. Il y a un moment que je ne l'ai vu!.....De toutes façons il est maintenant très âgé....C'était, je crois l'un de nos derniers prof."atelier" .Les Grosset, Hubert; Tavernier; et Benoist, Gentil; pour le dessin industriel....nous ont quittés, il y a déjà longtemps!....La dernière fois au CET....parmi les profs.actuels;....près de la retraite, étaient des élèves de ma génération...vieux profs aujourd'hui!.....
      le temps a passé!.....
      Jean-Louis

      Supprimer
    6. Oui certes ! Mais je vais quand même chercher ! ;+)

      Supprimer
  7. Sophie il fallait bien des grues pour décharger les cargos de la SNCF et mettre la coupée des paquebots à poste
    Pour la fête des écoles je pense au Stade Maurice THOUMYRE,avec au fond la cheminée de l'ancienne usine LEBON qui était devenu le siége social de VINCO

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je confirme, cela ressemble fort au Stade Maurice Thoumyre, l'ancien stade du FCD que j'ai fréquenté dans les années 70 en minime, cadet et junior. Les barrières et la tribune ressemblent beaucoup à ce que j'ai connu. Dommage pourtant que les images soient si floues et qu'elles tremblotent. Avec une belle netteté de l'image ce serait vraiment magnifique.

      Comme j'aimerais que tous ceux qui possèdent des films d'époque aient la gentillesse de les mettre sur la toile, dans la mesure du possible, bien entendu. Ce partage me semble bien indispensable et bien noble humainement parlant. Partageons, découvrons, apprenons, souvenons-nous et délectons-nous. Les écrits et les documents sont nécessité qui relie les hommes.

      FG

      Supprimer
  8. Bah ! Oui ! Pô pensé lus loin que le bout de mon nez ;+)

    Mais une fois de plus, je vais te paraître candide mais c'est quoi " mettre la coupée des paquebots à poste" ?

    Ces images sont vraiment exceptionnelles : les fêtes de la mer que nous ne manquions jamais, les vieilles DS, 4 CV, Aronde et 403 ... Un bond de plus de 50 ans en arrière ... D'un coup ! Revoir tous ces visages des sapeurs-pompiers Maupas, Rochette, et tellement plein d'autres ... En regardant ces images je me suis dite que ces gamins qui offraient à leurs parents le plus beau des spectacles de fin d'année étaient aujourd'hui pour la majorité d'entre eux, et les plus chanceux aussi, papys et mamies à leur tour et que s'étaient eux qui étaient aujourd'hui spectateurs ... Ainsi va la vie !

    RépondreSupprimer
  9. Sophie la coupée est cette passerelle amovible entre le quai et le portelone des navires et avant que tu ne me demandes ce que c'est je te mets un lien te l'expliquant
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Portelone
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Coup%C3%A9e

    RépondreSupprimer
  10. Merci Alain ... Si je comprends bien, à Dieppe, puisqu'il y avait des grues, nous avions une coupée volante ;+)
    Maintenant je sais aussi ce qu'est un portelone aussi ! ...
    Comme quoi chaque métier a réellement son langage ... Je suis ravie d'apprendre autant sur celui des marins ... " Si j'étais un homme, je serai Capitaine ..." comme dit la chanson !

    RépondreSupprimer
  11. merci pour ces merveilleux souvenirs.
    La fête de la jeunesse au Stade Maurice Thoumyre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai Marie ... Ce n'était pas la fêtes de écoles mais la fête de la jeunesse ... Tu as raison !

      Supprimer
    2. Oui et cette fête de la Jeunesse existait encore à la fin des années 60 et cela se passait alors sur le stade situé près du lycée Jehan Ango et non plus au stade Maurice Thoumyre comme dans le film. En tout cas, moi, j'ai participé à une des ces fêtes de la jeunesse en ce stade situé pas très loin du golf (stade dont j'ai oublié le nom).

      FG

      Supprimer
    3. C'est le stade Jean Merault ... Un grand gymnase réservé aux lycéens de Jehan Ango et du Golf s'y construit actuellement !
      Il parait que c'est sur ce stade que Jean-Paul Villain a fait ses premières armes dans la compétition.

      Supprimer
    4. Oui, Jean-Paul a eu comme 1er prof de gym.Mr Lavieuville,a l'emulation, et comme on faisait " sport" soit à J.Mérault, soit sur la plage!....
      J'ai vu JP Villain Hier; il a toujours cette magnifique foulée, et cette allure de gazelle!...le temps n'a pas de prise sur lui!.
      ( Il coach son fils, qui promet....)
      Jean-Louis

      Supprimer
    5. Alors Jean-Paul, je m'en souviens aussi. Il a été (et est encore) une des figures de l'athlétisme dieppois (la figure!).

      Je l'ai vu courir à Jean-Mérault où il y avait, de temps en temps, des réunions d'athlétisme, Par ailleurs (et en particulier), je me souviens très bien de sa victoire au championnat d'Europe sur 3000 m steeple. Un exemple pour tous les petits gamins et moins gamins de l'époque. Je me souviens aussi d'une émission de TV à laquelle il avait participé.

      Quant à M. et/ou Madame Lavieuville,cela me dit quelque chose car j'en entendais souvent parler autour de moi (étaient-ils aussi en rapport avec le collège du golf ou l'école primaire de filles Fénelon ?).

      FG

      Supprimer
    6. Je pense que tu as raison, Mr. a du aller au Golf après l'émulation ( il vit toujours et est en pleine forme, je lui ai parlé la semaine dernière) quand à son épouse?...je ne saurai te dire?....mais il va bien y avoir quelqu'un pour te renseigner!....
      je vois souvent Jean-Paul; il habite non loin de chez moi.
      Jean-Louis

      Supprimer
    7. Mme Lavieuville était directrice de l'école de filles Fénelon. Une excellente institutrice, très ferme, mais juste ... Une sacrée bonne-femme !

      Supprimer
    8. Et voilà!...il suffisait de demander!...
      Merci Sophie
      Jean-Louis

      Supprimer
    9. Pas de quoi ! ;+)
      Elle fut ma directrice pendant ... 1 an ... L'année suivante nous avons déménagé de la Place Saint-Jacques dans le vieux Neuville ... J'étais en CE2 et j'avais 9 ans quand je l'ai quittée ... J'ai retrouvé Mme Delamotte à Pierre Curie en septembre 1970 pour .... 3 semaines ... Ensuite .... C'est une autre et longue histoire ...

      Supprimer
    10. Oui, je pense que le nom Lavieuville était sans cesse dans la bouche de ma soeur qui a fréquenté Fénélon et le CET du Golf. D'autres noms d'enseignants qu'elle appréciait également beaucoup trottent dans ma tête : Mme Vérité, M. Farina (lui, c'était le CET du golf, j'en suis sûr. Il devait être prof de physique ou de chimie, je ne sais plus. Bon, je demanderai à ma frangine).

      Pour ce qui est de Jean-Paul, je me souviens d'une réunion au stade Jean-Mérault (je ne crois pas que le stade s'appelait comme cela à l'époque) à laquelle participaient les gars du DUC (je crois que le club faisait handball, basket, volley, rugby et athlétisme, "Dieppe Université Club" en tout cas).

      Eh bien ce jour-là (c'était deux ou trois ans après le championnat d'Europe), Jean-Paul s'était planté d'épreuve et n'avait pas couru le 3000, mais le 5000. Nous étions vraiment, mon pote Vasselin et moi, très déçus.

      Quant au Stade Maurice Thoumyre, je me vois dans l'obligation de rappeler les héros de mon enfance, que cela vous plaise ou non. J'en profite pour les immortaliser à travers la toile.

      Nous gueulions alors comme tous les supporters (souvent joueurs eux-mêmes), "Allez Dieppe" et FCD ne "mourira pas". Nous savions que c'était une faute de français, mais comme tout le monde faisait cela, il était judicieux de faire de même et de ne pas se faire repérer.

      Dans les buts (là, j'étais gamin), Avenel : un super gardien, très sûr, avec une détente exceptionnelle, il avait joué, disions-nous, en équipe de France Amateurs. 

      Arrière central (époque où j'étais mioche également), David. Déjà âgé pour un footeux à l'époque (une bonne trentaine d'années), mais excellent de la tête et très sûr.

      En même temps et un peu plus tard, le fameux latéral Philips, hargneux, irascible et intraitable (je crois qu'il travaillait aux ferries ou dans ces eaux là, jeu de mots mis à part).

      Derrière toujours, Bellec et un gars à lunettes dont je ne me souviens pas du nom et les Bozon dont l'un d'entre eux est devenu pro (Patrice ?).

      Ajoutons en demi, Grelier, fils, je crois, du buraliste installé en face du café des Tribunaux et qui procédait aux inscriptions des nouveaux footeux. Bon dribleur, batailleur et excellent dans la distribution du jeu.

      Bisson, le roi de la pénétration et du drible (les supporters s'en souviennent).

      François Étienne qui est arrivé au FCD en provenance de Rouen, (les Diables Rouges) en 1968 (je l'ai lu sur un journal reproduit sur internet), capable de marquer des buts de loin (je l'ai vu mettre une superbe prune et mettre le cuir dans la lucarne des 40 mètres).

      Bon, je ne vous ennuie plus et vous laisse avec Deledicq, devenu ensuite professionnel également.

      Ajoutons l'inoubliable entraîneur Armand Cabrera qui venait du Maroc (international là-bas), avait été pro et "débarquait" à l'époque d'Arques-la-Bataille. Et puis un peu plus tard, l'Antillais et ex professionnel Frantz Edom qui tenait un bistrot près de l'église Saint-Jacques.
      Pardon en tout cas pour l'orthographe de tous ces noms (je ne les ai vu écrits que quelques fois sur le PN ou la Vigie).

      Pour le cyclisme, René Volet, ancien professionnel qui tenait un magasin de cycles au niveau de la place nationale.

      Pour les arts martiaux, Dumesnil sur la plage et Maure (rue Thiers) : c'est cehz Maure que j'ai rencontré pour la première fois mon P. Caquin.

      Bon, pardon, c'est plus fort que moi.

      FG




      Supprimer
    11. FAUSTO je suis allé à Louis VITET avec Raoul DUMESNIL
      Le goal de ma jeunesse CAILLOT dit "la caille" ses parents étaient boulangers à l'angle de la rue du BOEUF et de la rue PESQUET ,c'était l'époque de NAVARRO et de MERESSE qui avait un magasin d'articles de sports à) côté du club des jeux

      Supprimer
    12. Ma parole, tu es comme Olivier, tu connais tout le monde. Oui, je crois que Raoul était le frère de Daniel.

      Caillot était Guy Caillot ?

      Pour ce qui est du foot, moi je ne me souviens que des gars qui formaient l'équipe première des années 70 et notamment, encore une fois, de Philips, dont je n'ai pas encore dit suffisamment de bien. Je me suis d'ailleurs toujours demandé pourquoi à la différence des, il est vrai excellents, Bozon, Étienne et Deledicq, il n'avait pas fait une plus grande carrière.

      Philips était presque intouchable et quand par chance on réussissait à le déborder, il était tellement volontaire, fougueux et persévérant, qu'il revenait sur le bonhomme et lui prenait la balle. Un spectacle à lui tout seul.

      Pour les Arts Martiaux, outre les Dumesnil et Maure ou encore Pognant (orthographe non garantie), il y avait aussi ce copain, beaucoup plus jeune que les premiers nommés, que j'ai cité et qui s'appelait (et s'appelle toujours, P. Caquin).

      Enfin, pour l'athlétisme, je crois que Jean-Paul Villain n'était pas au DUC, comme suggéré, mais au Stade Dieppois. Enfin, je ne sais plus.

      FG

      Supprimer
    13. Dernière chose : il est vraiment dommage qu'une histoire complète du FCD avec tous ses joueurs, depuis la création en 1896, ou au moins depuis l'après-guerre, n'ait pas été publiée. En tout cas je ne la connais pas.

      Certaines célébrités sont par exemple passées chez nous. Ainsi, quand j'étais à l'école primaire, le père de Yannick Stopyra, ancien pro, a entraîné le FCD, je crois.

      FG

      Supprimer
    14. C'était Claude CAILLOT
      M DUMESNIL père était artisan peintre rue de l'ORANGER ,c'est pour cela que Raoul et moi sommes allés à Louis VITET et nous devons avoir le même âge
      http://www.fcdieppe.com/

      Supprimer
    15. Et pour le FCD ... Vous oubliez Jean-Louis BURON, arrivé tout droit de Marseille ????? !!!!!

      Supprimer
    16. Puis, plus récemment Yann Soloy ... qui est le filleul d'un ami ...

      Supprimer
    17. Au sujet de Philips, il a effectivement navigué à la ligne ; ( ou il a joué en corpo. au Chemineau Sportif Dieppois,) l'équipe ou jouaient ; en fonction des escales les navigants!...ce qui faisait une équipe de valeur.....variable!!....j'y ai joué aussi!...çà c'était le vrai foot-ball amateur!...car çà nous.....coutait de l'argent!...enfin ce sont de bons souvenirs!...
      ( pour l'histoire, Philips s'est suicidé,hélas,il y a déjà pas mal d'années...)
      Jean-Louis

      Supprimer
    18. Dur, très dur ... Et qui l'eut cru. Comme quoi, la vie ...

      FG

      Supprimer
    19. Jean Louis il me semble que dans notre jeune âge le fils du directeur de St CHARLES jouait en équipe première

      Supprimer
    20. Oui Sophie,, c'est vrai, Jean-Louis Buron, l'homme de Vénestanville, dont le fils Antoine a fait une carrière pro également et est actuellement, je crois, joueur du ... FCD.

      Le FCD jouera d'ailleurs dans quelques heures contre Feignies et est largement en tête du championnat de CFA 2. Qu'il gagne donc une nouvelle fois, ne serait-ce que pour qui vous savez.

      FG

      Supprimer
    21. SOPHIE Yann SOLOY avait fait un passage très apprécié au HAC

      Supprimer
    22. Oui, je me rappelle maintenant que Philips jouait aussi aux Cheminots en corpo. Un tas de choses me reviennent à la mémoire : nous étions au courant d'un tas de détails concernant les gars de l'équipe première sans qu'ils s'en doutent, très certainement. Ils étaient pour les gamins, puis les adolescents footeux, des repères à qui on pardonnait absolument tout et on souffrait quand ils perdaient (les bons supporters, en tout cas).

      Je me souviens aussi que lorsque Philips jouait à Dieppe en 3ème division (à peu près notre actuelle CFA 2, puisque à l'époque il y avait deux groupes de deuxième division), ll avait fait un essai au FCR.

      Qui était par ailleurs le Directeur de Saint-Charles ?

      FG

      Supprimer
    23. Mille excuses, une fâcheuse faute de frappe : la 3ème division, pour les raisons évoquées précédemment, correspondait à peu près à notre CFA actuelle et la Division d'Honneur, à notre CFA 2 actuelle.

      FG

      Supprimer
    24. Yann Soloy est en effet un Dieppois (il est né à Dieppe en 1970, mais il a été formé chez les Diables Rouges) et son nom de famille est très courant dans notre bonne ville. J'ai connu un paquet de Soloy.

      J'avoue que je ne savais pas (je viens de l'apprendre), qu'après sa carrière pro, il était revenu à Dieppe (je viens de l'apprendre). Oui , il a joué au HAC, le plus vieux club français (fondé en 1872). Un HAC de première division qui n'avait rien à voir avec celui que j'ai connu dans les années 70. Ce HAC là "traînait" en effet dans les années 70 en DH ou en 3ème division tout au plus (je crois même que c'était en DH, alors que le FCR jouait en division 1 o 2)). Quand on connaît l'histoire du HAC, c'était un peu dur pour eux.

      En tant que jeunes joueurs (cadets, juniors) il nous arrivait de jouer contre le HAC, mais aussi contre d'autres équipes du Havre comme les Municipaux ou Les Neiges ou les Sapins (je confonds toujours car une des équipes est rouennaise et l'autre havraise). Franchement, tant les Sapins que les Neiges étaient, pour l'ambiance assez malsaine ("supporters" locaux de l'époque), assez difficiles à jouer.

      FG

      Supprimer
    25. Les NEIGES pour le HAVRE

      Supprimer
    26. Merci. Voilà qui me remet la tête l'endroit, mais je sens, malheureusement, que dans quelques temps je vais confondre de nouveau.

      Cette confusion perdure depuis des dizaines d'années, d'une part à cause des "réceptions" similaires qu'on nous infligeait en ces quartiers et d'autre part parce que les neiges ça va avec les sapins (des sports d'hiver en quelque sorte et vive l'humour !).

      FG

      Supprimer
    27. Et en prime aux NEIGES tu as la centrale thermique et avant il y avait les Abattoirs

      Supprimer
    28. J'ai retrouvé une photo de l'équipe première du FCD qui date de 1972 avec Philips (debout, à gauche, à côté de l'entraîneur qui ressemble fort à Armand Cabrera), Bozon (je crois), Grelier, François Étienne, un grand gardien (sans doute Avenel, debout, à droite), cet arrière à lunettes dont j'ai oublié le nom et bien d'autres encore.

      Voilà le lien pour les gamins nostalgiques :  http://copainsdavant.com/photo/f-c-dieppe-1972-4123763

      FG

      Supprimer
  12. Les paquebots de l'époque, n'étant pas "ferries" avaient une cale devant et une derrière, les grues servaient aussi pour eux.
    Il y en avait 4 ;2 coté cargos; ( poste I et II ) et 2 coté paquebots, souvent une;poste III et une poste; IV ( le poste IV correspondant devant la pendule de la gare. )
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il semble me rappeler d'un "Sosso Poulain" qui était grutier. Il habitait quartier Saint Pierre.
      Olivier

      Supprimer
    2. J'ai connu un grutier SNCF qui servait plus spécialement aux cargos; ( il habitait en face) rue Beauregard :Mr Thirel
      Son fils avait mon age.
      Jean-Louis

      Supprimer
    3. Fcd les frères buron . Lakiere.dubuche.marquette .caillot frère et d'autres quel équipe comme entraîneur lesmerresse j'étais copain avec son fils. les doye les saunier.j'ai vécu ces belles années rue desceliers au30 entre 1959 1970 école ciné plage '' l'epicerie de Mme lebour le coiffeur mr lemasle
      Mrdupuis directeur d'ecole



      e Mme lebourg

      '

      Supprimer
  13. En effet, je crois que le premier paquebot transformé en ferry fut le Falaise, puis arrivèrent en 1964 deux ferries tout neufs (les inoubliables ferries de mon enfance et de mon adolescence), le Valençay et le Villandry.

    FG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur le Falaise qui cessa son activité sur la ligne Newhaven-Dieppe en 1973, voir notamment : 

      http://www.bateaux-de-saint-malo.com/fr/fiche%20Falaise.htm

      FG

      Supprimer
    2. c'est exact
      J'avais un ami steward sur le Falaise, j'eus occasion de le visiter, à l'époque.
      C'était un paquebot qui assurait la ligne St Malo - Southampton, il devint ferry après transformations et pris le service sur Dieppe, le test de rampe eut lieu par le "Compiègne" afin d'être sur que le Villandry, puis Valençay soient O.K.
      Le Falaise fut remplacé par le Senlac, construit à Brest, ainsi que ses sister's Ships hengist et 'Horsa"qui eux allaient sur Calais.
      Jean-Louis

      Supprimer
  14. Merci pour ce film émouvant, qui m'a permis de revoir mon grand-père le Commandant Marcel Caseau, et aussi la ville de Dieppe qui finalement n'a pas tellement changé depuis l'époque de mon enfance.

    Christophe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non ! C'est vrai ! Mais votre grand-père était un grand bonhomme, Christophe ( grand physiquement, c'est certain ! Mais aussi et surtout moralement ).
      Tous les Dieppois qui l'ont connu parlent de lui encore aujourd'hui, avec le plus grand respect ... Sachez-le !

      Supprimer
  15. Merci à vous tous pour vos commentaires;
    Olivier

    RépondreSupprimer