lundi 18 février 2013

Rues de l'asile Thomas et Théophile Gelée

Pour mes amoureux du Bout du Quai. Trois époques 
Les parents de ma belle-mère habitaient la maison au centre de la dernière photo.





34 commentaires:

  1. A l-endroit ou il y a l'Estran, était l'ex asile Thomas, qui fut occupé après par les frères Delestre des compagnons menuisiers au savoir faire impressionnant! ( ce sont eux qui avaient fabriqué; entièrement démontable, sans une pointe; chevillée; la devanture de l'Harris Bar au 17 Quai HenryIV; que bien des gens ont connu quand c'était devenu; la Crêperie Bretonne; puis l'Armorique.
    après, ....justement, elle fut démontée, et emmenée???...je ne sais ou, mais surtout remplacée par un truc hideux et peint!...)
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans les années 30 il existait une rue celle de l'Asile-Thomas ... Quel nom a-t-elle aujourd'hui ?
      Rue Théophile Gelée : C'est là que Marcel Bocquet à créée La Biomarine en 1912 et qui a déménager en 1919 au N°19 de la rue Montigny ...Il a débuté avec Alfred Poussier, un Polletais ... Qui devint un grand nom de la pharmacie et légataire universel Gustave de Flaubert ...

      Supprimer
    2. J'ai des copains qui ont habité cette rue, mais j'ignorai tout çà!.....Quel historique ...demeuré quasi inconnu!.....du moins pour le profane que je suis!....
      Jean-Louis

      Supprimer
    3. Un autre historique ? Le quartier du Bout-du-Quai est construit sur les piliers en bois( sorte de pilotis) qui reposent sur un poulier ! D’ailleurs tout le front de mer repose sur un poulier ! ... Si on creuse ... on trouve de l'eau ... de l'eau de mer ... à 60 cm de profondeur ! Uniquement bien sûr !

      Supprimer
    4. je savais car j'ai fais du dragage, que les assises du chenal, et l'accès arrière port, sont sur < pilotis > de chêne à la cote de :
      - 4,50 m au zéro des cartes, d’où les problèmes qui ont suivi.....quand; pour permettre au ferry de l'arrière port; ( Exxtor, puis Arroyo Frio uno, et Vinzia )d'entrer même à basse mer; approfondir à la cote :-5,00 m!....
      Début d'affaissement des quais correspondants!....et battage de palplanches en catastrophe, pour empêcher le pivot du Colbert de bouger, et la Capitainerie, neuve à l'époque, de suivre le même chemin!...A mon avis il y a eu un ingénieur DDE de l'époque qui a du avoir des ....félicitations
      Jean-Louis

      Supprimer
    5. La famille Delestre était déjà installe menuiserie,alors que fonctionnait encore l'école.elle était attenante a l'asile Thomas.au tout début de la guerre est survenu un drame épouvantable est survenu.un des enfants qui avait a peu près mon âge a été tue lors d'un des t'ois premiers bombardements.je me souviens que dans l'école nous avons assiste a cette inhumation.je devais avoir une dizaine d'année.jojo

      Supprimer
    6. Une petite question. Le Bout-du-Quai qui s'arrêtait au Moyen Âge à peu près au niveau de la rue de la Rade, je crois, et qui s'appelait alors le Pollet (comme l'actuel Pollet situé juste en face), s'appelait-il comme cela à cause de ce poulier dont vous parlez ?

      FG.

      Supprimer
    7. Oui ... C'est du moins l'explication qu'en donne les historiens ... Pô moi ! Puis le poulier s'est déplacé au fil de temps, ce qui a d'ailleurs occasionné différentes entrées du port ... Il faut savoir qu'au tout début, le port ou du moins "l'asile" pour les bateaux était situé au pied de la falaise du château-musée ... Il prit le nom le port d'Ouest ... un peu plus tard par opposition au port d'Est ... celui que nous connaissons plus ou moins aujourd’hui et dont l'entrée se situe comme le dit FG, au niveau de la rue de la Rade. La Tour aux Crabes à cette époque avait le pied dans l'eau ... Une Tour aux Crabes qui servit aussi de chambre funéraire au milieu de 19ème ...

      Supprimer
    8. @Jean-Louis : "A mon avis il y a eu un ingénieur DDE de l'époque qui a du avoir des ....félicitations" ...

      Ça à du être un sacré beau bazar ... C'est là tout le problème des jeunes générations à ne pas se préoccuper de l'histoire des lieux où ils vivent et à faire n'importe quoi ! Les archives ... pourtant ça existent ... Et à Dieppe elles sont riches et choyées ...

      Supprimer
  2. La maison penchée. Elle m'a toujours intriguée...

    RépondreSupprimer
  3. Où se situe plus précisément cette maison penchée dont tu parles Marilou ?

    RépondreSupprimer
  4. Celle de la dernière photo, la grande à 3 étages. On dirait qu'elle n'a pas d'angles droits, un côté plus parallélogramme que rectangle. Je ne sais pas si je suis claire mais depuis toute petite je l'appelais "la maison penchée".

    RépondreSupprimer
  5. Oui ! Tu es très claire, Marilou ! ... En agrandissant la photo d'Olivier, on voit mieux et c'est vrai qu'elle semble vraiment penchée ... Mais debout ! Comme quoi ?

    RépondreSupprimer
  6. Salut fausto,
    si tu es derrière ton écran, Hermina ou Herminia, çà te dit quelque chose?.....
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais je préférerais te répondre via mon adresse mail que te transmettra j'imagine, soit Alain (BRAI), soit Olivier. Je t'expliquerai pourquoi.

      FG

      Supprimer
    2. Qu'est-ce qu'il y a sous ce nom de si indicible que vous ne pouvez pas écrire ???? Ah ! Ah ! Mystère ! ;+)
      Les secrets du mystère du Bout-du-Quai ... Voici un titre accrocheur pour vos mémoires !!!!! ;+)

      Supprimer
  7. Problème FAUSTO je n'ai pas l'adresse courriel de Jean Louis et OLIVIER ne la retrouve pas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jean-Louis, tu as l'adresse de Quiquengrogne à droite de cette page et là tu peux contacter Olivier. Cette adresse est : quiquengrognedieppe@yahoo.fr

      Je laisse ce blog jusqu'à ce soir car bien qu'ayant des horaires et des conditions de travail un peu spéciales, je relève par intermittence du présentiel et ne peux plus alors consulter, même occasionnellement, le blog.

      C'est ce blog qui, lorsque je travaille longuement sur mon ordinateur et ne relève pas du présentiel, me permet de faire quelques pauses "Quiquengrogne" qui sont les bienvenues car elles me réchauffent le coeur et ce, jusqu'à des heures fort tardives (jusqu'à ce que je m'endorme debout ou plutôt assis).

      FG

      Supprimer
    2. Il me semble me rappeler avoir vu sur une très vieille carte postale un restaurant " Le restaurant de la Jetée" un peu avant le calvaire ! Il devait être tenu par un certain monsieur TRUPTIL ou CRUPTIL ou un nom dans ce genre ... Ça vous dit quelque chose ?

      Supprimer
    3. je me rappelle du restaurant le patron s'appelait Jean à cette époque, c'était l'ancien patron du Celtic's Bar Quai Henry IV....Mais pas de son nom !..........
      JeanLouis

      Supprimer
    4. Je ne sais pas non plus ?

      Supprimer
    5. Oui, c'est H. Truptil et voilà une adresse qui renvoie peut-être à la photo mentionnée (début du XXème siècle ?) : 
      http://dieppe.et.sa.region.free.fr/DIEPPE%20EN%20CARTES%20POSTALES/imgcol/imgcol_64/_00019.htm

      FG

      Supprimer
    6. Merci ! Magicien de la toile Internet et des liens !

      Supprimer
  8. Dans les années 30 le capitaine de la drague, M Lehot habitait dans ce quartier ... Mais vous êtes trop jeunes pour vous rappeler de ce monsieur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais qui était le capitaine de la drague Dieppe III; en 1942 ( notamment en Aout, en plein débarquement, il était en position de dragage dans le chenal, et s'est replié en catastrophe quai du carénage, sous les mitraillages.Il y eu 1 blessé qui mourut, plus tard.) ce capitaine était ....mon père!..
      Jean-Louis

      Supprimer
  9. Preuve s'il en fallait une que les histoires des gens "ordinaires" ont écrit la grande Histoire de France ... Lorsque je parlais de laisser une trace écrite de notre histoire ... Tout compte fait ... ;+) ... Voici une page qui mérite d'être écrite ! Non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait au départ, il était prisonnier de Guerre , à poser des Rails à Nuremberg....( Stalag XIII A ).que les Anglais bombardaient la nuit!....Mais l'amiral Dönitz avait besoin de ses marins pour armer ses sous-marins; et suite à un accord avec Vichy,( Amiral Darlan )ils récupérèrent des marins Français, prisonniers; pour armer Dragues et remorqueurs dans les ports Français. De fait il était toujours prisonnier et obligé de pointer à la kommandantur chaque jour; Mais avait l'obligation de travailler à l'entretien du port, en l’occurrence, il commandait la Dieppe III;( Il commanda aussi le remorqueur Jean Cousin )ce qui fait que ce fameux 19 Aôut.....Il était en plein dedans!
      ( Il fut décoré de la médaille d'Honneur des marins.)
      Jean-Louis

      Supprimer
  10. J'ignorais cette partie de l'histoire de la "libération" des prisonniers ! Une page de notre histoire que peu de gens doivent connaître, je pense. Votre papa était-il libre de rentrer dans son foyer après son obligation à travailler ?

    RépondreSupprimer
  11. Oui, il le pouvait, par la force des choses les horaires suivant les marées, donc évoluant constamment.
    Mais je crois savoir, sans certitude qu'au début, ils ( au pluriel, il n'était pas seul ) étaient tenus de rentrer en casernement.
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
  12. En septembre 44, quand les Allemands sont partis, en faisant sauter les infrastructures portuaire, ( Drague et remorqueurs inclus ) il était emprisonné, donc n'en a rien vu.....juste entendu les déflagrations!
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
  13. Oui ! Dieppe a éviter la destruction totale, grâce au courage de certains dieppois comme Albert Guilleminot et Marcel Caseau, mais aussi grâce au respect de la parole qu'un certain Général Sanders avait donnée à Pierre Mouquet, alors président de la CCI, de faire tout ce qui était en son pouvoir et intervenir pour " que l'on fasse le moins de mal possible" ... Sans ces hommes, Dieppe aurait très probablement été détruite ...

    RépondreSupprimer
  14. Désolé, j'étais absent. Mais je vois que vous avez bien papoté et que j'apprends plein de choses.
    Merci de votre fidélité.
    Olivier

    RépondreSupprimer
  15. comme quoi!......quand c'est rodé.....çà marche tout seul!.....Ah!...ah!...ah!...

    RépondreSupprimer
  16. Le Ah ! ressemble au rire de Moody...
    Olivier

    RépondreSupprimer