samedi 23 février 2013

Quai Henri IV On peut apporter son manger


Les personnes qui tenaient cet établissement Quai Henri IV faisaient partie de ma belle famille ( Dransard ).
 

32 commentaires:

  1. "On peut emporter son manger". Oui, ce sont ces quelques mots que l'on trouvait antan à l'entrée des bistrots. Ne me dis pas que c'est le café Dupuis (orthographe non garantie), qui a précédé le Copa Cabana ou encore le prédécesseur du café Dupuis ? Était-ce un bistrot ? En tout cas, cet établissement ne devait pas se situer très loin de la rue Béthencourt.

    FG

    RépondreSupprimer
  2. C'était à quel niveau du Quai Henry IV ?....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolé, j'étais absent.
      Je pense que c'est au niveau de la rue Canu. Pas certain.
      Olivier

      Supprimer
  3. Au coin de la rue Canu alors ?

    On veut savoir car on est très curieux.

    FG

    RépondreSupprimer
  4. Un quelconque rapport avec Robert Dransard ?

    FG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. Robert Dransard était l'oncle de ma femme. Le frère de la mère de ma femme (Andrée Dransard). Je ne l'ai pas vraiment connu. Vu quelques fois. Il naviguait, tout comme leur père qui lui était marin notamment sur le Quevilly.
      Olivier

      Supprimer
    2. Je m'en doutais.

      Merci pour l'info.

      FG

      Supprimer
  5. Les moules frites n'étaient pas encore au menu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et si c'était au coin de la rue Ango ? J'ai cru déceler sur une photo de la rue Ango des constructions similaires à celles de la photo offerte par Olivier.

      FG

      Supprimer
    2. La rue me semble être trop étroite pour être le coin de la rue Ango.
      Olivier

      Supprimer
    3. Exact, c'est ce que j'ai pensé, mais les perspectives sont parfois écrasées. Exemple : les magnifiques photos du parking de mon enfance que tu m'as aimablement envoyées, donnent l'impression que la rue Béthencourt est minuscule (beaucoup plus petite qu'elle ne l'est vraiment). En revanche, le parking est magnifiquement mis en évidence.

      C'est peut-être la même chose pour l'établissement Dransard et la rue perpendiculaire au Quai Henri IV que l'on entraperçoit sur la photo.

      Ceci étant, moi je parierais pour la rue Canu, même si le début des constructions du début de la rue Ango que j'ai vues sur le "map" (satellite, etc.) de Dieppe ressemblent fortement à celles que l'on entraperçoit dans la petite rue de la photo.

      FG

      Supprimer
  6. En fait , ils proposent :< ..sur table ou à EMPORTER..>
    Comme faisaient les < débits de boissons > à l'époque, genre; Crampon ,Gambier, le café d'Yport etc...souvent ils faisaient aussi < On peut apporter son Manger > et c'était sur une petite affichette accrochée en vitrine.
    et çà me rappelle bien des souvenirs, de mon père rentrant de 14 Jours de mer, dans l'Ouest ( canal St Georges; Sud Irlande )avec Langoustines, et/ou Langouste, crabes etc...et nous emmenait avec tout çà, faire ...< Collation > comme il disait; dans ce genre de commerce, à la seule condition , c'était que le < Gros cidre > soit bon!....
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, je n'osais le dire, ne connaissant pas très bien le passé de Dieppe. Ce type de commerce existait aussi dans d'autres pays d'Europe occidentale. Les parents de ma mère tenaient du reste un commerce semblable à Saragosse. On y proposait des vins et des liqueurs, de petits repas ou des collations.On pouvait en effet y apporter son manger à condition de consommer quelque chose.

      Pour Dieppe, les spécialités devaient être les frites, le pâté et, comme le dit Jean-Louis, le gros cidre.

      La mode des moules frites n'était peut-être pas encore au goût du jour (en fait je n'en sais rien).

      FG

      Supprimer
    2. Bon, alors, il était où exactement cet établissement ? Pitié, ma curiosité naturelle me fait souffrir.

      FG

      Supprimer
    3. Il y avait les collations soupantes. Avec vignots et cidre bouché.
      Olivier

      Supprimer
    4. voilà un connaisseur!.....
      c'était tout çà aussi, avec cette ambiance si particulière; des collations d'époque....
      Jean-Louis

      Supprimer
  7. Effectivement, c'est çà;
    on était tenu d'acheter la boisson sur place ( Pas de l’amener!) et les moules frites?....je ne m'en souviens pas?!...ce que parfois on prenait.....après les langoustines qu'on appelait < les cacahuètes > ce pouvait être une ...omelette avec des frites!....Dans ce cas on faisait: < Collation -soupante >!....
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jean Louis sais tu d'où vient ce nom de cacahuètes pour les langoustines;même les fécampois l'employait?

      Supprimer
    2. Oui, à ma connaissance, c'est un peu le bruit que çà faisait quand on les cassait, ; bruit qui ressemblait un peu au bruit que fait une cacahuète ( arachide )quand on ouvre la coque pour la manger.( et vu le nombre de Fécampois qui naviguaient à Dieppe.....c'est logique que l'appellation soit aussi Fécampoise.)
      Jean-Louis

      Supprimer
  8. Aucune idée mon pauvre FAUSTO,mais pour te consoler que dirais d'un verre de vino verde ,ou de vino tinto selon ton humeur et des tapas pour accompagner?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très drôle mon cher Alain, mais encore une fois où était-il donc cet établissement ? Il est des gens très curieux, mais aussi très tenaces. C'est mon cas. Que celui qui a provoqué ce jeu de pistes dévoile enfin la vérité. Moi je donne ma langue au chat.

      FG

      Supprimer
    2. Je vérifierai pour la rue Canu.
      Je ferai de photos pour comparer.
      Olivier

      Supprimer
  9. Cà peut être le coin de la rue du Bec?....
    Là ou est aujourd'hui, le restaurant du port?!....
    ( Je demanderai à Michel, le patron actuel) , si il a des archives Photo du lieu, avant.
    Comme çà on pourrait comparer.
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est fort possible. J'ai contemplé plusieurs photos de ces rues perpendiculaires au quai Henri IV et souvent fort étroites (donc impossibles à photographier dans leur ensemble) et deux ou trois présentent des éléments très ressemblants à ceux de la photo d'Olivier. Allez savoir ... En tout cas, moi je penche de plus en plus pour la rue Canu ou la rue Du Bec comme le suggère Jean-Louis.

      FG

      Supprimer
  10. D'accord pour la rue du Bec et le restaurant du Port ! Pourquoi? Regardez bien la photo, en haut à gauche, il y a le numéro du quai avec le logiciel qui va bien, j'ai travaillé un peu l'image et ce ne peut être que le 99 du quai Henri IV : CQFD.
    G-M

    RépondreSupprimer
  11. Bravo!
    mon intuition, et ta connaissance, ont fait le reste!..
    CQFD
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouf, enfin localisé !

      Merci à tous les deux.

      FG

      Supprimer
    2. Oui, en effet, on voit encore aujourd'hui une partie des constructions de la rue du Bec que l'on entraperçoit sur la photo d'Olivier, mais il semble qu'une des maisons soit aujourd'hui (et peut-être même déjà à mon époque), démolie.

      FG

      Supprimer
  12. J'ai quand même demandé à Michel, ( le patron actuel du resto.du port )Il a prit ce commerce en 1976, fait les travaux que l'on sait; avant lui, la vitrine était à peu près ce qu'elle est sur la photo,c'était déjà le restaurant du port, patron ; un Mr Duhamel, propriétaire famille Vouillot ( orthographe ????)et encore avant !....c'était....une friterie!....Mais il ne sait pas le nom des gens qui étaient là.
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Je suis le petit-fils de Jean et Pierrette Duhamel qui ont tenu le Restaurant du Port pendant 10 ans. Je (et ils) serais intéressé par toute information ou photographies de cette époque et je peux leur poser des questions si vous le souhaitez. Ils ont probablement connu les propriétaires précédents.

      Merci par avance,

      GD

      Supprimer
  13. Bonjour, je me permet de vous écrire car j'ai vu votre site et vous avez l'air de bien connaître dieppe. Voilà, je m'appelle adiana et j'aide une amie qui recherche son père qui lui n'est pas au courant de l'existence de sa fille. Elle n'a que très peu de renseignement car ne s'entend pas avec sa mère. Donc je me suis dis que peut être que vous pourriez m'aider. Mon amie s'appelle edwige. Son père et sa mère se sont rencontrés en fin 1970 début 1971 au copacabana a dieppe. sa mere, martine ramon, a l'époque, avait 18 ans et demi. Ils n'ont eu qu'une petite liaison de un ou deux jours. Juste le temps de "concevoir" edwige. son père était blond aux yeux bleu, peut être qu'il est routier. Il aimait les harley davidson ou allait dans un bar ou il y en avait, elle ne sait pas trop.c'était peut être un pêcheur car sa mère en fréquentait beaucoup. elle avait les cheveux mi-long aux yeux vert, portait toujours des jupes très courte, elle avait de belles jambes si bien qu'au copacabana, ou elle était une habituée on les avait dessinée.
    même si on retrouve son père et qu'il ne veut pas la voir, edwige aimerait au moins pouvoir mettre un nom ou un visage sur la personne qui lui a manqué le plus toute sa vie.
    je vous remercie par avance pour votre aide.
    cordialement
    adiana

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Adiana.
      Le nom de Martine Ramon ne m'évoque rien mais je vais tâcher de me renseigner et lancer mes fins limiers sur l'affaire. Les jambes de Martine ont dû en marquer plus d'un ;+))
      Vous pouvez m'envoyer un mail que je puisse vous contacter sans passer par le blog.
      Amicalement
      Olivier
      quiquengrognedieppe@yahoo.fr

      Supprimer