mardi 5 février 2013

Le remorqueur Jean de Bethencourt


Photo Georges-Marie Garcin

Manœuvre d'évitage dans l'arrière-port.

28 commentaires:

  1. Ces manoeuvres m'ont toujours impressionnée ... Quel spectacle ! Les petits qui guident les grands !!!! Et si dans la vie, les hommes s'en inspiraient ?



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour faire la ronde ? ;+))
      Bisous
      Olivier

      Supprimer
    2. Non ! La Carmagnole ! ;)))

      Supprimer
  2. Voilà en tout cas un nom qui fleure bon les Canaries et me rappelle dans la foulée le Bout-du-Quai, le quai Henri IV, la rue Desceliers et bien d'autres choses encore.

    Allez, soyons clairs, cela me rappelle surtout ce port qui m'a vu naître avec ses sirènes, ses bruits, ses lumières et ses manoeuvres (assurément et en effet).

    Une pensée philosophique renvoyant à une possible "sagesse" : si les petits pouvaient simplement avoir droit de cité, ce serait déjà très bien. Au centre du système ? Why not! Nous attendrons impatiemment, ne pouvant la provoquer, l'évolution.

    FG.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'oubliais : c'est quand même sacrément beau ces navires ! (dans un port comme en haute mer).

      Merci à la Royale devenue "maritimement" marchande le temps d'une photo.

      FG

      Supprimer
    2. Les jolies sirènes qui s'échouent sur les galets ou les sirènes des bateaux ? ;+))
      Olivier

      Supprimer
    3. Si rênes il y a, autant qu'elles soient souples. Celles des bateaux me semblent pour le moins acceptables. Elles sonnent, mais ne blessent point. Et quelle mélodie ! Essentiellement matinales et plus rarement nocturnes, mais assurément journalières, elles sont bien là ...

      Mon Dieu, que de jeux de mots !

      FG

      Supprimer
    4. A l'époque de la photo,il n'y avait pas de VHF, et toutes les manœuvres se faisaient; entre remorqueurs et cargo; à la sirène; on disait au sifflet; de jour comme de nuit, ce qui effectivement donnait une ambiance particulière au port! ( par exemple: 1 coup bref ; j'abats tribord; 2 coups pour bâbord; 3 coups pour je bats en arrière.....ajouter à çà une série de coups brefs pour attirer l'attention et......3 coups longs pour le pont Colbert...la passerelle A.Rolland...2 coups pour le pont Jehan Ango....Plus les paquebots qui de jour ou de nuit sifflaient un coup long, à l'arrivée du train de marée!....Quelle ambiance portuaire!...disparue!.
      Jean-Louis

      Supprimer
    5. Merci Jean-Louis de ce riche enseignement ... J'ignorais tous ces codes !

      Supprimer
    6. ces codes sont toujours en vigueur, mais avec les moyens de communication actuels.....ne servent plus beaucoup!....Mais dans le brouillard, et malgré le radar, il y a en principe toujours besoin de se signaler par la sirène, avec là aussi tout un code!....( navire stoppé, en marche, chalutier etc....)
      La jétée Ouest, avait elle aussi des cornes de brume; démontées aujourd’hui.
      Jean-Louis

      Supprimer
    7. Je me souviens en effet de ces cornes de brume sur la jetée ... Il suffit parfois d'évoquer un lieu, une odeur, un nom pour que des souvenirs que l'on croyait enfouis, resurgissent, dont on ne sait d'où ... Il y a bien longtemps je crois que je n'ai pas entendu ces sirènes de bateau ... A moins que je n'y ai pas prêté attention ... Tout compte fait ... Leur son me manque,maintenant que nous en avons parlé ! C'est vrai qu'elles étaient l'identité du port !

      Supprimer
  3. La seule "sirène" que l'on entend souvent, c'est celle du ferry qui râle parce qu'il y a un bateau dans le chenal.
    Olivier

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. effectivement....
      2 raisons à çà : certains petits bateaux, n'ont pas de VHF; et SURTOUT ne connaissent pas les signaux lumineux!....
      ( à leur décharge , il faut dire; en été surtout; quand le soleil est placé au droit du pylône des feux......on ne les voit pratiquement pas!......)
      Jean-Louis

      Supprimer
  4. Avec les nouvelles technologies les ports sont plus silencieux qu'avant, entendons-nous les vrais ports pas ces garages à fers à repasser ! il y a une coutume à Brest qui veut que tous les bateaux actionnent leurs sirènes à minuit le 31 décembre (d'ou le titre du roman de J-F Coatmeur) cela se faisait-il à Dieppe ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça se fait en principe le 11 novembre. En même temps que les sirènes de la ville.
      Olivier

      Supprimer
    2. c'était vrai......Jusque dans les années 70!...
      Puis c'est tombé en désuétude; et dans l'oubli...
      en 61, comme mécano le plus jeune du bord, c'était à moi de me trouver à bord avant 11h.le 11 novembre,envoyer le pavillon National et être en place de façon à ouvrir l'air comprimé alimentant la sirène. A 11h.pile, en même temps que les pompiers, et TOUS les autres bateaux présents, on sifflait durant 1 mn.
      à part les pompiers?!...je n'ai pas connaissance que çà se fait encore?...
      Jean-Louis

      Supprimer
    3. Je me souviens du grand nombre de dockers qui bossaient jusque dans les années 70, notamment grâce aux bananes. J'ai moi-même, dans la seconde partie des années 70, sollicité du travail sur le port avec ma carte d'identité (un peu comme les "jornaleros" ou "aceituneros de Jaén" de Miguel Hernández), mais je crois qu'il valait mieux être à l'époque affilié à un certain syndicat, n'est-ce pas ?

      Quoi qu'il en soit, les machines et la concurrence effrénée ont détruit tous ces emplois. Le port qui était le premier port bananier de France est, selon ce que j'ai pu lire, un désert.

      La plaisance et les transports de voyageurs peuvent-ils remplacer ce passé glorieux ? I don't think so.

      Quant aux sirènes évoquées, je m'en souviens. Tous les bateaux se lançaient dans l'affaire et cela me réveillait car c'était jour de fête et de roupillon matinal prolongé (no school today et j'habitais à quelques dizaines de mètres de l'avant-port).

      FG

      Supprimer
    4. J'ai aussi fait le docker occasionnel. Décharcher les sacs de sucre.On se pointait au BCMO qui se trouvait là où se trouve maintenant la Gendarmerie Maritime.
      Olivier

      Supprimer
    5. Non FAUSTO en 1962 avec ma carte de chômeur(j'avais été remercié des PTT)je me faisais embaucher 2 à 3 fois la semaine lorsqu'il y avait du travail.Ce qui a tué notre port bananier c'est la mise en containers réfrigérés des cartons de bananes(adieu les régimes),d'où un agrandissement des navires incompatible avec la petitesse de notre port

      Supprimer
    6. Ils ont eu beau agrandir la passe ( passerelle Rolland) impossible d'accueillir des porte-containers.
      Olivier

      Supprimer
    7. Je crois que le facteur que tu mets en exergue, Alain, n'est pas à négliger, mais est-ce la seule raison ?

      FG

      Supprimer
    8. Quelques chiffres répondent à ces questions:
      La taille maxi acceptable d'un cargo pour le port intérieur est 160 m de long; non pas uniquement en raison des pertuis mais aussi de la courbe du chenal .
      pour le port extérieur; graves de mer ou ferries; le cercle d'évitage n'accepte pas plus de 200 m.
      Donc; quand la Transat a remplacé ses bananiers de 117,125 m par les premiers porte-conteneurs ( Fort Desaix; Fort fleur d'Epée) de 220 m?!......les carottes étaient cuites pour Dieppe!....Il aurait fallu un VRAI port extérieur tel que la maquette de la chambre de Commerce le représentait....Mais....On a la malchance ,dans un petit département, d'avoir DEUX grands ports autonomes!....donc, logiquement, les subventions, aides ; et autres financements ont plutôt tendance à aller au deuxième port de France; ou au 1er port céréalier!....CQFD
      JL

      Supprimer
  5. Je ne m'en souvenais pas merci de cette précision, Olivier

    RépondreSupprimer
  6. FAUSTO si tu peux te procurer QUAIS DES BANANES de Franck BOITELLE et Pierre LEFEBVRE aux éditions BERTOUT,le problème y est clairement expliqué

    RépondreSupprimer
  7. Le Jehan de Béthencourt, à son arrivée à Dieppe; s'appelait:
    " Empire Folk ";construit en 1942 en G.B.? Il est arrivé à Dieppe en 1945.
    ( le 6 Juin 1944 il participait au débarquement sur la page de SWORD, secteur Anglais.) machine à vapeur de 500 cv, covée de charbon....à la pelle tous les Mardi ; 5 à 10 tonnes!.....( ainsi que le Jehan Cousin avant qu'il ne chauffe au Mazout).
    Mon ami " Manu " Marchand fut embarqué à bord, à cette époque.
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
  8. Daniel MAURICE23 juin 2014 à 17:44

    J'ai tout d'abord connu à Dieppe, comme remorqueurs, le Romulus, le Jean Cousin et le Jehan de Bethancourt. Puis ensuite est venu le Balidar puis enfin le Gabriel de Clieu.
    Le Romulus et le Jean Cousin devaient être à l'origine sisters ships, mais seul le Jean Cousin a été modernisé, si je ne me trompe pas ?

    RépondreSupprimer