dimanche 10 février 2013

La petite madeleine d'Alain

Titre difficile à comprendre si on ne se réfère pas aux commentaires de l'article précédent et à l'article sur la rue du Mortier d'or. 



30 commentaires:

  1. Il est bon de savoir que le mortier ne dort pas (c'est un jeu de mots)et qu'il nous permet de lier les souvenirs du passé (c'est un pléonasme).

    Le marché ! La Place Nationale ! L'église Saint-Jacques et la rue ... que l'on devine !

    Merci.

    FG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Proust n'y est pour rien.......les souvenirs de jeunesse oui!....c'était une rue...un quartier:...qui vivait!...entre la rue du bœuf, la rue Cousin,et l'encoignure de la rue...du Mortier d'Or, il y avait un restaurant réputé!...la Sole?...Dieppoise ?...ou Normande?..
      J'ai un doute?....
      JL

      Supprimer
    2. La Sole Normande. Au coin de la rue Cousin et de la rue Neuve.
      Olivier

      Supprimer
    3. T'es sur?.....Rue Cousin, il y avait le Bar; à la réputation ...sulfureuse!...le cordonnier Hamelin, ...je ne vois pas le restaurant là?!...
      JL

      Supprimer
    4. HAMELIN et le restaurant était dos à dos JL si cela peut mieux te faire visionner l'endroit
      Tu as peut être connu l'époque où M HAMELIN réparait les chaussures de foot en cuir à l'époque ,clouait les crampons en cuir(5 pointes),recousait les ballons en cuir eux aussi avec le lacet fermant le passage de la vessie?

      Supprimer
    5. O.K., c'est vu!
      Le père Hamelin ....J'y suis allé moi aussi faire réparer les chaussures de foot.( C'était d'ailleurs très souvent ces saloperies de crampons cuir cloués sur la semelle et qui, à l'usage, avaient tendance à passer au travers ...et attaquer le pied!....
      JL

      Supprimer
    6. Olivier : Tu parles de la rue Neuve ... Une rue qui s'est effacée des plans de al ville ? Est-ce que c'était une petite ruelle qui partait de la Place Louis Vittet pour rejoindre la rue de la Boucherie ? Passée peu à peu en impasse ?

      Supprimer
    7. Sophie la rue de la BOUCHERIE part de la Place St Jacques et se termine (poissonnerie QUENOUILLE) place NATIONALE
      JL mauvais souvenir des crampons lorsque mon père m'avait inscrit à l'écolev de dfoot qu'est ce qu'il y en avait sur le stade Maurice THOUMYRE

      Supprimer
    8. Sophie, la rue Neuve où a habité ma sœur Nicole partait de la rue du Bœuf pour arriver Place Louis Vitet. Elle croisait la rue Cousin. Reste un tout petit bout, avec la plaque côté Place Louis Vitet. Le reste a été mangé par "l'îlot Saint Jacques".
      Olivier

      Supprimer
    9. Sur ce site j'ai mieux visualisé l'îlot St JACQUES
      http://www.survoldefrance.fr/affichage.php?&lieu=Dieppe&f=0

      Supprimer
    10. Merci à tous les deux ... je cherchais désespérément à situer cette rue ! Et la rue Cousin, existe-t-elle encore ?

      Supprimer
  2. La Sole Normande;la Sole Dieppoise était place du Puits Sale
    Au dessus de la Sale Normande il y avait l'école d'accordéon d'Attilio MAGHENZANI

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La sole normande avec Lili, la patronne qui s'appelait en réalité Denise mais que l'on surnommait comme cela parce que l'on appelait sa soeur Lulu (Lucienne ma grand-mère)
      Elle n'était pourtant pas née à Valence mais à Dampierre st Nicolas et faisait une paella à se damner !

      Supprimer
  3. O.K.Alain; c'est çà!
    Il y avait aussi la boucherie, qui faisait le coin, de ta rue, et la rue du bœuf?....Je me rappelle du....prénom de la bouchère...( Fréda ) mais pas de son nom?...curieux?..non?..la petite Marie...( poissonnière?....Caplette...marin pêcheur?..çà te dis quelque chose?...des bouffées de souvenirs qui reviennent comme çà!...
    JL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la sole normande angle de la rue du boeuf et de la rue mortier d'or de l'autre côté boucherie Ponchelle.Ce quartier était très animé à l'angle de la rue du boeuf et du quai Duquesne la pharmacie St Jacques de Melle Andrieu auparavant à la place de Coccinelle
      en remontant côté droit
      Coccinelle (vêtements-mercerie) restaurant du Père Réjau? la cour Kléber (31) Gauchet, le cordonnier, la coiffeuse Valentine, la petite épicerie, il y avait aussi les bureaux de l'armement Leveau.
      de l'autre côté de la rue Le café du Quai, baby carosse(qui avait une entrée sur le quai,Charcuterie Lefevre, café Gambier, Mariwoet réparateur de chauffe eau et vente de laine,petite épicerie, il y avait aussi un ramoneur Séron je crois dans la rue neuve,dans l'autre partie de la rue du boeuf Jo l'auvergnat, la boulangerie Caillot...........

      Supprimer
  4. Ta poissonnière ne serait ce pas MARIE ROSE par hasard,son mari "Chménome" était de Berck comme mon grand père paternel et son petit canot était de couleur rose

    RépondreSupprimer
  5. ??? je crois que celui-là avait pour surnom < Bat-ladèche > Et Marie Rose était, ce qu'il est convenu d'appeler une < forte femme> ( à tous points de vue!...)elle vendait du poisson sous la halle ( l'ancienne, en long, parallèle aux arcades )
    La petite Marie, comme son nom l'indique, était toute menue;mais......comme on disait< forte en gueule > comme une poissonnière quoi!....
    JL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Ventre de Paris en quelque sorte (un ventre commercial et alimentaire qui n'aurait rien à voir avec la taille de telle ou telle poissonnière). Tout bien réfléchi, plutôt le Ventre de Dieppe sans les Rougon-Macquart.

      Et puis aussi Proust un petit peu pour ce qui est du souvenir et des sensations venues du plus profond de nous-mêmes. Recherchons donc ce temps perdu et nous le retrouverons (nous l'avons déjà un peu retrouvé, n'est-ce pas ?).

      FG

      Supprimer
    2. mon cher F.G.
      Vous avez lu, Proust et Zola; bon...nous aussi,et après?...;nous égrenons ici des souvenirs, d'enfance, de jeunesse, oubliés; ou effacés, et c'est un grand plaisir quand un ou l'autre éveille un truc, que l'on croyait ..oublié?!...c'est un peu le but non?....
      JL

      Supprimer
    3. Mon cher JL, il n'y avait là aucune critique, mais un simple clin d'oeil, croyez-le bien. Vous êtes en train de faire ce que je fais depuis que je connais, avec un plaisir immense, Quiquengrogne : vous vous souvenez et revivez ce que vous avez connu et tentez de partager.

      Lorsque vous avez écarté la "madeleine" (je vous rappelle que c'est vous qui avez introduit Proust, que vous avez certainement lu), je n'ai pas pris cela mal (voir plus haut). J'ai ajouté Zola, soit, et peut-être pas de la façon la plus appropriée, mais en tout cas pas dans le but de me moquer ou de faire je ne sais trop quoi. C'était simplement pour être avec vous. Désolé !

      FG

      Supprimer
  6. La madeleine en question a été citée par Quiquengrogne lui même.....concernant Alain;.
    n'en parlons plus;ce n'est pas ici le but.
    JL;

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ecoutez, je ne comprends pas votre agressivité. C'est vous qui parlez de Proust dans le second message, c'est donc vous qui "remettez la gomme" (je sais aussi m'exprimer ainsi, c'est ma langue natale après l'espagnol).

      Après Proust, j'ajoute Zola sans me moquer de personne (Zola n'est pas du misérabilisme, je renvoie aux Halles et vous le savez fort bien, aux commerçants, à l'alimentation notamment, à la poissonnière que je respecte grandement, à la boucherie, etc.) pour être avec vous, peut-être fort maladroitement, je le conçois et je m'en excuse (s'il faut s'en excuser).

      Je me mêle de ce qui ne me regarde pas ? Eh vous, dans des mails précédents à mon endroit ? (je dois vous avouer, du reste, que vos interventions m'ont fait plaisir, comme quoi ...). Et puis ça sert à quoi un blog ? A rester entre copains qui peut-être se connaissent depuis toujours ?

      Je vous explique même dans mon second message ce que vous dites vous-même : souvenir, recherche d'un passé, passé retrouvé, partage (lisez-le donc ce message). C'était amical avec quelques entorses, vous l'aurez compris, aux perspectives mises en exergue ou sous-entendues dans les oeuvres citées ou suggérées.

      Dans ma vie j'ai connu souvent l'exclusion pour diverses raisons, mais là, je peux m'enfuir. Si vous avez des comptes à régler avec vos ennemis ou avec ceux qui vous font ou vous ont fait du mal (si c'est le cas, je le répète), faîtes-le. Moi, je vous respecte et ne comprends pas très bien vos réactions (très agressives et à la limite de l'impolitesse).

      Je suis envahissant ? Peut-être ? C'était une façon pour moi de trouver des interlocuteurs et d'échanger des idées, des blagues, des bons mots, des souvenirs. Encore une maladresse sans doute.

      Et si moi je m'amusais à donner mon avis sur ce que vous devriez faire, sur ce que vous devriez être et bien d'autres choses encore ... Faites ce que vous voudrez et à bas la chiourme !

      Je gêne, alors je vous laisse entre vous et n'interviendrai plus jamais. Il est inutile de perdre son temps (dans ce cas on ne le retrouve plus par définition).

      Je vous tire donc à tous ma révérence.

      En souhaitant ne plus jamais avoir de réponse, en tout cas sur la toile.

      Bien à vous et bonne continuation à tous.

      FG

      Supprimer
    2. Dommage...Certes, j'arrive un peu tardivement ici...

      Supprimer
  7. ???? bizarre cet emportement?!....pour quel motif?!...
    JL

    RépondreSupprimer
  8. "Vous avez lu, Proust et Zola; bon...nous aussi,et après?...".

    "La madeleine en question a été citée par Quiquengrogne lui même.....concernant Alain;.
    n'en parlons plus;ce n'est pas ici le but".

    RépondreSupprimer
  9. Si vous me permettez, je ne ferai qu'un petit rappel : Olivier nous invite très gentiment sur son blog ... Nous sommes ses hôtes ...

    RépondreSupprimer
  10. Un peu plus haut, je demandais : quelqu'un pourrait-il me situer le rue Cousin ? Existe-t-elle encore ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme pour la rue Neuve, il n'existe plus qu'un tout petit bout de la rue Cousin, avec sa plaque, à l'angle Sud de la rue Pecquet, en direction de la petite place de la Beste vêtue.
      Olivier

      Supprimer
    2. Merci Olivier ... La prochaine fois que je vais à Dieppe j'irai faire un p'tit tour dans ce beau quartier qui fleure bon Dieppe ...

      Supprimer
    3. j ai habite rue du bœuf ilya fort longtemps......je pensais que le restaurant était : l hôtel du grand cerf?chez atilio il y avait aussi des rencontres de sonneurs de cor de chasse : j en ai encore la chair de poule, il y avait aussi un menuisier et a un angle la boulangerie Caillot : parente avec le joueur de foot? jean louis doit savoir ?bien sur dans ce quartier les soirées se passaient dans la rue : courses filles contre garçons rue Ste Catherine il y avait un reparateur de pneus et habitait aussi Claude Gallais : lors d un passage a Dieppe j ai vu une plaque a son nom a la chapelle de bonsecours ça m a fait quelque chose .....
      il y avait aussi la famille Viogne certains étaient pompiers
      la famille Merlier entrepreneur de maçonnerie
      j ai decouvert votre blog et c est avec plaisir que je lis anecdotes et commentaires des uns et des autres
      cela 50 ans que j ai quitte Dieppe j y reviens au moins une fois par an , l année dernière j ai fait découvrir notre belle ville et sa région a 2 amies nous logions a la villa des capucins au Pollet
      cette année je viens avec ma petite fille
      pour moi Dieppe est ma madeleine de Proust
      j ai , a un de mes séjours acheté un livre de photos faites par un Anglais : Roland Collins
      je ne me lasse pas de le consulter:nostalgie
      merci encore pour tout
      ..

      Supprimer