mardi 15 janvier 2013

Pourville-sur-Mer Avis de Grand Frais.





13 commentaires:

  1. Voilà une bien mauvaise publicité pour le littoral cauchois, et pourtant ce vent, ces tempêtes font peut-être davantage le charme de cette côte que le grand beau temps.

    Enfin, avoir 18 ans et grimper la côte de Pourville en direction de Dieppe par beau temps au mois de juillet, ce n'est pas mal non plus. Tout cela, je pourrais peut-être encore le faire avec un bon vélo, mais les 18 ans, je crois qu'ils se sont fait la malle depuis quelques siècles.

    Je crois que Pourville fait aujourd'hui partie avec le Petit Appeville de la commune d'Hautot-sur-Mer, n'est-ce pas ? Par ailleurs, et d'après ce que j'ai pu comprendre, Dieppe et Neuville seraient maintenant une seule et même municipalité.

    FG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au contraire, c'est magnifique. Quel spectacle. On doit nous envier.
      Pourville fait effectivement partie d'Hautôt-sur-Mer. Et Neuville est "commune associée" rattachée à Dieppe. Il y a un maire-délégué : Bernard Brébion.
      Olivier

      Supprimer
  2. Ouf, j'ai eu peur que la mairie de Neuville (l'édifice) ne serve plus à rien. Elle est donc toujours occupée et bien habitée.

    Pour le charme des éléments déchaînés, je sais, c'est un atout. J'ai d'ailleurs goûté quelques "vents et marées".

    Mes promenades matinales ou nocturnes sur le front de mer étaient du reste fréquentes et, pour tout dire, presque rituelles. Les jetées aussi étaient des lieux bien connus de mes pas (il semblerait par ailleurs que lesdites jetées aient été grandement transformées depuis mes jeunes années).

    Je me souviens qu'étant jeune enfant ou jeune adolescent (je ne sais plus)on avait annoncé une "tempête du siècle" qui, comme la plupart des "tempêtes du siècle" annoncées, était une tempête bien classique. Mais alors, que de touristes ! (il en pleuvait, si j'ose dire).

    FG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est comme la "marée du siècle".
      Olivier

      Supprimer
    2. Oui, c'était en fait de la "marée du siècle" dont je voulais parler et non de la "tempête du siècle". Décidément, je commence à craindre pour ma mémoire.

      FG

      Supprimer
  3. Olivier la derniére photo montre la falaise avant son éboulement du début du mois,où en est elle actuellement?
    FAUSTO la joie d'aller voir rentrer le BRIGHTON,le NEWHAVEN,l'ARROMANCHES ou le LISIEUX afin de les voir "mettre le nez dans la plume" lorqu'il y avait "des moutons dans la prairie"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'éboulement récent n'est pas là. Il a eut lieu pas loi du Bas-Fort-Blanc. Impressionnant. Une maison est tombée. Elle était déjà évacuée. L'éboulement vers Mordal est bien résorbé.
      Olivier

      Supprimer
    2. Oui, ces terribles éboulements qui nous prennent de l'espace. Pensons aux gens qui habitent sur les falaises. Les routes aussi et bon nombre d'infrastructures sont, à court ou à long terme, menacées (mon Lycée Jehan Ango également ? Please ...).

      Je me souviens du père de mon copain Mario qui parlait déjà de ces éboulements et effondrements dans les années 70. S'agit-il simplement des effets inexorables de la mer ou bien aussi, dans certains cas, de phénomènes dus à l'action de l'homme ?

      FG

      Supprimer
    3. Pourtant dans cet article il est question de la route de Pourville
      http://www.paris-normandie.fr/article/dieppe/dieppe-de-si-fragiles-falaises

      Supprimer
    4. C'est bien près du Bas-Fort-Blanc. A peu près au niveau de la maison habitée il y a longtemps par Gaudray et abandonnée. Au début de la descente vers Dieppe.La photo que j'ai mise représente la falaise vers l'Ailly.
      Olivier

      Supprimer
  4. I understand everything (de l'autre côté du channel aussi, c'est pareil, Normands mis à part).

    J'ai connu l'Arromanches lorsque j'étais tout gamin et ensuite le Villandry et le Valençay. Aujourd'hui je suis toujours près d'eux (Arromanches non compris), sauf qu'il ne s'agit plus de bateaux, mais de localités et de châteaux. Ironie du sort ?

    FG

    RépondreSupprimer
  5. Je n'ai pas connu le VALENCAY et le VILLANDRY à DIEPPE mais au HAVRE lorsqu'ils ont été réhaussés par les Chantiers de Normandie où je travaillais

    RépondreSupprimer
  6. Mon père a, quant à lui, bossé dans les années 60 et 70 aux Chantiers de la Manche à Dieppe et je me souviens qu'il parlait souvent de ces bateaux (qui accostaient du reste juste en face de chez moi) et de quelques bateaux de pêche (il avait travaillé avant comme marin sur des bateaux basés à Douarnenez, Concarneau et Saint-Malo (Bretagne) pour le compte du même armateur.

    Ma mère et son accent inimitable évoquait souvent le "chan gouchi", déjà disparu, mais resté dans sa mémoire et dans celle de bon nombre de Dieppois ou assimilés (pour mes parents comme pour moi-même, c'était dans le meilleur des cas "et assimilés" : vraiment dans le meilleur des cas, dans le vraiment meilleur des cas).

    FG

    RépondreSupprimer