lundi 28 janvier 2013

Le nouveau remorqueur Albâtre.


 Le nouveau remorqueur "Albâtre" est arrivé. Le Gabriel de Clieu doit être vendu.
Le TSM Albâtre appartient à la compagnie "Thomas Services Maritimes"
Trente-deux tonnes de traction. Deux treuils, avant et arrière. Un remorqueur de 4 millions d'euros.
J'aimais mieux la ligne du Gabriel de Clieu ou du Balidar.

Le Gabriel de Clieu




 Le Balidar


Pour Sophie, Alain et Fausto, entre autres...
Le mariage de Balidar et l'acte de naissance de sa fille :


64 commentaires:

  1. D'après ce que j'ai lu il peut aussi servir à surfacer le fond des bassins

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. effectivement, en fait sa conception et sa forme en font surtout, un engin de < TP Maritimes,> plutôt qu'un remorqueur portuaire ou côtier!...
      Or....sa fonction dans l'avant port,en sécurité, sera avant tout assistance éventuelle au transport passagers!..à savoir le ferry!...je le vois mal, avec 35 nœuds de vent Ouest, par exemple, assistant un ferry handicapé, par une panne moteur?!....l' avenir nous le dira?!..
      .mais ....pour voir un vrai portuaire ou côtier....allez voir les abeilles du Havre!....
      Jean-Louis

      Supprimer
    2. Les Abeilles, c'est une autre dimension !
      Olivier

      Supprimer
    3. Mais il y en a de différentes tailles, et par la même de puissance!....celles qui vont à Antifer assister les pétroliers géants étant les plus puissantes, bien sur , et d'autres assistant un cargo dans les sas par exemple, sont d'une taille et d'une puissance,parfaitement adaptés au portuaire.et ne ressemble en rien à celui qui doit venir.Mais bon...les choix sont fait; le bateau existe....il faudra faire avec.
      Jean-Louis

      Supprimer
  2. Je crois. Plus des fonctions de levage.
    Olivier

    RépondreSupprimer
  3. Le nouveau remorqueur, par rapport à ceux que j'ai connus, ressemble un peu à un engin de la Guerre des Étoiles. Il ne manque plus que les petits robots. C'est sans doute à cause de la cabine et des tuyaux (ha, ha, ha!). Gageons cependant qu'il sera efficace. Il le faut puisque je le vois traîner sur la première photo pas très loin de l'endroit où j'ai habité un temps.

    Quant à Antonio Baladares (alias Balidar) et sa guerre de course, il me rassure. Quel beau corsaire au service de notre bonne ville ! Voilà en tout cas des formes plus à ma convenance !

    FG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon, pardon, je suis d'humeur taquine, mais avouons qu'il est beau notre Balidar remorquant ce que je crois être un bananier. Il est vrai que les goûts et les couleurs ...

      L'Albâtre doit être assurément beaucoup plus efficace que le Balidar. Sa modernité le laisse deviner, mais encore une fois, à part la Simca 1000 ou la R8, questions formes, je ne vois pas de concurrents et si on me dit qu'il est beau, cet Albâtre, je répondrai pour ce qui est de l'esthétique à mon interlocuteur, sans doute plus au fait que moi de ces choses de la mer : "Amicus Plato, sed magis amica veritas".

      Amitiés taquines et en espérant ne pas me faire "incendier" comme on dit.

      FG

      Supprimer
    2. Bon, ça va, je vois qu'Olivier est à peu près d'accord avec moi. Je viens de m'apercevoir en lisant le texte se trouvant sous la photo qu'il dit, avec beaucoup plus de diplomatie que moi et sans la moindre moquerie, ce que je pense. Peut-être y a-t-il après tout des avis contraires tout aussi fondés : les goûts et les couleurs...

      Les nouveaux ferries ou transbordeurs qui me font penser à d'énormes boîtes sont aussi, peut-être, pour certains, de beaux navires : les goûts et les couleurs ... Moi je préfère les formes plus effilées.

      FG

      Supprimer
    3. Les nouveaux ferries je les appelle des fers à repasser. Des centrales vapeur mais qui n'ont rien à voir avec nos vapeurs d'antan ;+))
      Olivier

      Supprimer
  4. Honte et tristesse BALIDAR ne fait pas partie des dieppois célèbres
    http://dieppe76.pagesperso-orange.fr/b-personnages.html

    RépondreSupprimer
  5. Il est venu à Dieppe en 1808 à bord du corsaire "La Réciprocité". Je te scannerai le rapport de Balidar du 18 février 1809. Alors Capitaine de "L'embuscade", il y raconte sa sorite du port de Dieppe, sa prise d'un corsaire anglais "Vanguard" et d'autres documents aussi, comme son compte de "débours" à la 2ème relâche à Dieppe le 26 mars 1809. Sinon il était Portugais Antoine-Joseph Preira.
    Olivier

    RépondreSupprimer
  6. J'ai retrouvé sa trace sur l'île de BATZ

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A quelle date ? J'ai son acte de mariage en 1810 en mairie de Dieppe et l'acte de naissance à Dieppe de sa fille. Il a habité Grande-Rue, au dessus du café "Le Globe" je crois.
      Olivier

      Supprimer
    2. Avec la prise du Vanguard, il toucha 32000 francs. La maison Grande-Rue lui coûta 12590 francs.
      Olivier

      Supprimer
    3. Au N°21 de la Grande-Rue !

      Supprimer
  7. Olivier je te mets le site
    http://locationiledebatz.fr/Fiches/Fiche%20Balidar.html

    RépondreSupprimer
  8. Oui, qu'il y ait des sources "plus acceptables" qui fassent de notre Balidar un Joseph Preira, why not. Il n'y a dans ces dires que le crédit de ceux qui affirment (crédit également discutable). Interprétations des pièces ?

    Quoi qu'il en soit, notre Balidar devait être assurément d'origine portugaise. Un peu Français tout de même.

    FG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai même lu que Balidar était basque-portugais (ce qui pour moi ne veut pas dire grand chose) ou même espagnol. Why not, encore une fois. Ce sont nos amis (jadis ennemis) anglais qui doivent rigoler.

      Ces aventuriers (dont Balidar) sont bien difficiles à saisir. D'où vinnent -ils, qui sont-ils ? Point de certitudes, grand Dieu !

      FG

      Supprimer
  9. Régalez vous
    De tous ces corsaires dieppois du temps de Napoléon Ier, celui qui est resté le plus légendaire, c’est Balidar, le plus terrible de tous ces coureurs de mer, aussi vaillants les uns que les autres.

    D’où venait-il ? On n’en a jamais rien su. C’était probablement un méridional : sa physionomie expressive, mobile, ses yeux noirs et perçants, abrités sous des sourcils bien dessinés, semblaient l’indiquer. A la manière des autres capitaines corsaires, à son bord, il était vêtu d’un gilet rond et d’un large pantalon bleu comme les matelots ; mais l’autorité de son regard suffisait à montrer qu’il était le « maître après Dieu » à son bord. Souvent, en se plaçant le doigt sous l’oeil, à la façon des méridionaux, il disait que c’était là qu’il portait ses épaulettes de capitaine ! Il faudrait, au surplus, des volumes pour raconter tous les exploits de Balidar à bord de son lougre Point-du-Jour et du Pourvoyeur. Deux traits seulement de sa vie. Un jour, il saute le premier à l’abordage d’un navire anglais, se battant à coups de crosse avec les matelots qui l’entourent. Pendant qu’il se bat ainsi, le vent écarte son navire, et Balidar reste seul à bord du navire anglais. Un coup de poing par ci, un coup de pied par là, et il saute à la mer, rejoignant son navire.

    Une autre fois, dans la baie de Lannion, au moment où il donnait des ordres avec son porte-voix, il tombe à l’eau : ce n’est pas chose facile pour un navire en marche que de sauver un homme à la mer. Mais Balidar n’a pas lâché son porte-voix ; il communique ses ordres à ses matelots, et, grâce aux manoeuvres qu’il ordonne, il peut être sauvé. Type curieux et plein de fantaisie, Balidar s’était retiré à Roscoff avant d’aller continuer la guerre de courses sur les côtes du Mexique. C’est là qu’il avait orné sa maison d’un balcon en argent massif et qu’à certains jours il s’amusait à jeter à la foule des beignets brûlants renfermant des pièces d’or !
    http://www.bmlisieux.com/normandie/dubosc30.htm

    RépondreSupprimer
  10. RODRIGUEZ Joachim, dit Joaquim Rodriguez. Marin né à Guimaraine (Guimaren) au Portugal, le 6 novembre 1784, demeurant à Dieppe, 23 rue de l'Épée, fils mineur de Joseph Rodriguez demeurant à Guimaraine, aussi marin, âgé de 50 ans, et de Marie Josephe, âgée de 49 ans. Il était cousin par sa mère de Antonin Preira, dit Balidar, célèbre capitaine corsaire dieppois. Il est signalé en 1835, dans l'état-civil de Dieppe, comme n'ayant pas donné de nouvelles depuis 15 ans. Il épousa le 3 mai 1809 à Dieppe, Alexandrine Antoinette Linard, fille de Nicolas Michel Linard, maître boulanger, demeurant rue de l'Épée, paroisse de Saint-Jacques, et de Magdeleine Godart (D). Il en eut trois enfants.Joachim Rodriguez sera le lieutenant de BalidarR sur "L'Embuscade", dès son armement en navire corsaire en septembre 1808 par Jean-François Quenouille (armateur, dit Quenouille aîné qui deviendra maire de Dieppe). Le 14 octobre "L'Embuscade" est mis à l'eau, Balidar en prend le commandement, son premier lieutenant est Joachim Rodriguez "Espagnol d'une bravoure un peu folle". Dès février 1809 L'Embuscade" s'illustre en s'emparant du "Vanguard" qui est amené et vendu à Dunkerque. La vente de sa cargaison produit 1.304.444 francs. Sur cette grosse somme, l'équipage touche 320.227 francs et les armateurs 670.791 francs. Le nombre des parts d'équipage étant de 190, la valeur de chacune est de 2.000 francs. Dès août 1809, c'est lui qui sera le capitaine commandant du navire corsaire "L'Embuscade". Le 19 août 1809 "L'Embuscade" accompagné du "Rôdeur", capitaine Huret, corsaire de Boulogne, amènent à Dieppe le "Games Cock" avec 1.642.539 francs 97 de café. En 1809, le "Grand-Duc-De-Berg" et "L'Embuscade", naviguant de conserve s'emparent de deux bricks anglais chargés de rhum, de beurre et de lard. Le 24 septembre 1810, "L'Embuscade" tombe aux mains de l'ennemi avec son capitaine Joachim Rodriguez. Bibliographie : État Civil de Dieppe ; Bouteiller (Alexandre) Histoire de la ville de Dieppe, Dieppe. 1878 ; Lebas (Georges). Histoire d'un port normand sous la Révolution et l'Empire (Dieppe). Vingt années de guerres maritimes. Les corsaires de la Manche. La pêche. Dieppe. 1912 ; Le Moniteur. No 226, samedi 23.09.1809 (p.1054) ; Letourmy (Pierre), Revue de l'Association des Descendants de Capitaines Corsaires, année 1999, n° 32. (Article fourni par Monsieur Letourmy)
    http://dieppe76.pagesperso-orange.fr/r-personnages.html

    RépondreSupprimer
  11. A l’Ouest de l’Île de Batz (Basse Bretagne), une roche à l’ouvert de la maison du corsaire (en fait l’ancien abri des douanes) rappelle le nom de cet audacieux corsaire Batzien de la période napoléonienne : Antonio Baladares dit BALIDAR, né à Guimaraes, province de Minho. Portugais d’origine, engagé dés le plus jeune âge dans les régiments d’Otoporto qui faisaient la guerre avec les troupes espagnoles contre les armées napoléoniennes pendant l’invasion de la péninsule, il fût fait prisonnier et déporté en France.

    Louis le Guennec dans le Fureteur Breton rapporte qu’en quittant le chenal, il eut à s’engager avec un navire anglais. Après un rude combat, il reçu de telles bordées de canon qu’une grande partie des membres de son équipage fût tué. L’Anglais, prêt à l’amariner, lui héla : « Quel est le brave que j’ai combattu ? »– « C’est un gens foutre, puisqu’il ne t’as pas pris », lui répondit Balidar. Il réussi à se désengager.

    En 1808, il commande le Point du Jour, et prend le Goodrick navire anglais qu’il vend à Saint Malo. En 1809, il prend Le Vanguard, un navire 395 tonneaux, qu’il vend à Dieppe. La même année, il prend, avec Le Pourvoyeur, six autres navires anglais qu’il vend aussi à Dieppe. Il s’agit du Little Arthur, Exchange of Wells, John Bull, She Suckey et du même cutter de guerre John Bull qu’il reprend. On ne sait si les abordages qu’il réalisa au large de l’île de Batz, coïncident ou suivent cette année faste de 1809

    La suite à lire dans : Île de Batz 1990 de Nicolas Roualec,

    RépondreSupprimer
  12. Excellente réponse et magnifique illustration. Qui était-il ? D'où venait-il ? Peu importe. C'était en tout cas bien lui. Légende ? Réalité ? Un peu des deux et c'est peut-être là que se trouve la vérité historique.

    FG

    RépondreSupprimer
  13. N'oublions pas enfin que les Portugais ont coutume de mettre en exergue d'abord le nom de la mère, puis du père. Lequel les Français ont-ils retenu ?

    Simple question.

    FG

    RépondreSupprimer
  14. Et puis pourquoi "Balidar" et pas autre chose ? Au travail les chercheurs!

    FG

    RépondreSupprimer
  15. Le précurseur du"BALIDAR"
    http://epaves.grizzly.free.fr/Epaves/Positions_confirmees/14591296.htm

    RépondreSupprimer
  16. J'ai rajouté l'acte de mariage de Balidar à Dieppe et l'acte de naissance de sa fille.
    Olivier

    RépondreSupprimer
  17. En effet, d'après l'acte de mariage (et il semblerait qu'il s'agisse bien de la personne dont on parle), c'était bien un Preira dont la mère ne semble pas être une "Baladares", bien que la coutume française fasse que l'on ne considère qu'un seul nom de famille et pas les deux comme au Portugal ou en Espagne. Encore une fois, lequel a t-on privilégié ? (pour le père, comme pour la mère. La filiation Preira est en tout cas indiscutable.

    Notez enfin que les prénoms (mais c'est autre chose) semblent "francisés", ce qui est du reste assez logique.

    Quant au nom "Balidar", il reste encore pour moi une énigme. Avez-vous une réponse ? Je suis preneur.

    FG

    RépondreSupprimer
  18. L'acte de naissance de la fille, montre par ailleurs la fragilité de ce type d'écriture. Preira ne s'appelle plus Preira, mais Balidar, son nom ou son surnom est devenu en bien peu de temps son nom de famille.

    Des éléments à méditer, bien que l'ascendance Preira paraisse encore une fois indiscutable.

    Merci en tout cas pour ces documents précieux.

    Si vous trouvez dans vos archives d'autres documents pouvant nous éclairer, je suis toujours preneur.

    FG

    RépondreSupprimer
  19. Il serait enfin judicieux de fouiller pour savoir sur quoi se fonde l'affirmation, peut-être trompeuse, qui fait de Balidar un Antonio Baladares.

    Moi, je n'ai pas les pièces en main, mais peut-être que vous avez réponse à ma question (je pense qu'il faut toujours douter, s'interroger et chercher, comme vous l'avez magnifiquement fait). Complétons maintenant le tableau si cela est possible !

    FG

    RépondreSupprimer
  20. FAUSTO tu nous poses de ces colles
    http://www.planete-genealogie.fr/Jacklanglois/langlois_fahy_lecanu_lebourg_le_bourg/fiche/individu/detail/?IndiID=60045
    http://www.planete-genealogie.fr/Jacklanglois/langlois_fahy_lecanu_lebourg_le_bourg/fiche/individu/?IndiID=60045

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pour faire avancer Quiquengrogne et comme dirait Coluche le Schmilli ... miliii, mililiiiii ...

      Merci pour tout.

      FG

      PS: Je ne suis pas d'origine portugaise, mais espagnole (j'avoue par ailleurs que je ne m'appelle ni Baladares, ni Preira, ni mon père, ni ma mère,du reste, ce n'est donc pas moi. Je vous le certifie).

      Supprimer
    2. Oui, c'est très bien, mais ce sont des documents français, très francisés et dont on ne sait exactement à partir de quoi ils ont été rédigés et donc à partir de quels documents, de quelles affirmations. Ils sous-entendent par ailleurs un choix quant aux noms de famille.

      L'important serait de retrouver l'acte de naissance portugais de notre Balidar (s'il existe), ce qui nous renseignerait peut-être sur le pourquoi de son surnom, s'il est lié à un possible nom de famille.

      Il se peut par ailleurs que l'explication du surnom soit en effet toute autre. Ah, ces aventuriers ! Ils sont par définition bien difficiles à saisir.

      FG

      Supprimer
  21. Avec ces trésors tu nous gâtes Olivier ! Merci de ce merveilleux partage !
    J'ai mis un peu de temps à répondre ... J'ai des DE MARIGNY dans ma généalogie ... Il aurait été très drôle que je me retrouve en famille avec ce Balidar !!!
    Du côté de ma grand-mère paternelle, nous avons bien une alliance avec Jean Bart ... Alors Balidar ...! Mais non !
    Merci mille fois ...

    RépondreSupprimer
  22. Je pense qu'avec un peu de temps on pourrait trouver sur ce site : http://etombo.com/ les archives de Guimaraes une petite ville qui se trouve près de Braga ... Au nord(est de Porto. Certaines archives du Portugal sont sur ce lien ... Peut-être que l'acte de naissance du 27 août 1782 s'y trouve ???
    Belle soirée à tous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas certain qu'il y ait eu un Etat Civil à son époque au Portugal.
      Olivier

      Supprimer
    2. Peut être comme en France les registres paroissiaux

      Supprimer
  23. Ou celui-ci
    https://www.familysearch.org/learn/wiki/en/Portugal,_Diocese_of_Braga_Catholic_Church_Records_(FamilySearch_Historical_Records)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas eu trop le temps hier de lire vos très intéressants messages et me suis borné à faire de l'humour qui, je l'avoue, n'est pas d'une drôlerie redoutable.

      Je peux simplement vous dire (en coup de vent et entre deux pénibles tâches) que les actes paroissiaux (naissances, mariages, décès) au Portugal remonteraient au moins au XVIe siècle et que l'État-Civil proprement dit remonterait, quant à lui, au début du XXe siècle.

      Vous avez à ce lien un exemple d'acte de naissance datant de 1841, celui d'un certain José Moreira Dos Santos : http://fr.geneawiki.com/index.php/Fichier:Jos%C3%A9_Moreira_dos_Santos_1841.jpg

      Maintenant la règle qui consiste à mettre le nom de famille de la mère, puis du père, a été fixée au début au XXe siècle. Avant (XIXe siècle, par exemple), il existait plusieurs possibilités (voir l'article à l'adresse indiquée).

      Ces actes de naissance, comme vous le verrez, semblent très détaillés. La filiation est scrupuleusement mise en exergue.

      Bon, je vous laisse et espère avoir le temps un peu plus tard de lire le lien que nous envoie Sophie.

      FG

      Supprimer
  24. Oui Sophie, je crois qu'il faut remonter aux sources portugaises, si cela est possible et si elles existent. Je crois qu'elles nous apprendront beaucoup de choses en la matière, beaucoup plus que des transcriptions ultérieures plus ou moins fiables, mais qui n'en sont pas moins des éléments de recherche, peut-être parfaitement justes.

    Ce qui me chiffonne c'est la francisation extrême des actes, le problème du choix onomastique et l'absence d'information sur l'avant. Par exemple, "Antonin", n'est pas Antonio, mais Antonino (en Espagnol, il est vrai. Il faudrait se renseigner pour le portugais qui, vous en conviendrez, n'est pas de l'espagnol). Pourquoi pas Antoine, après tout ? Et Preira ? C'est le nom du père ou de la mère du père ? D'où vient, encore une fois l'affirmation Balladares ? Nom de famille ? Erreur sur la personne ? Je n'en sais rien.

    En matière d'actes de naissance et d'interprétation locale j'ai moi-même "dégusté" et pourtant, ce n'était pas au XIXe siècle. Alors, je me méfie ...

    Bon, le problème reste le même, pour l'instant. Pourquoi "Balidar" ? (tout est là).

    FG

    RépondreSupprimer
  25. J'ai cherché enfin pour Baladares, Balladares et Valadares et n'ai rien trouvé de probant. Plusieurs auteurs reprennent ce nom avec des variantes orthographiques. Certains prétendent que Balidar serait une variante de Valadares, plus conforme à la prononciation ou aux habitudes langagières françaises.

    Le problème, c'est qu'à la différence de vous, ils ne citent aucune source et je ne sais pas ce qui leur permet de dire cela. Je pense qu'il doit y avoir une raison, mais laquelle ? Peut-être la connaissez-vous ?

    En tout cas les noms Baladares, Balladares et Valadares existent bien. Ce sont par ailleurs des noms de famille que l'on retrouve tant au Portugal qu'en Espagne.

    FG

    RépondreSupprimer
  26. Sur le lien : http://ttonline.dgarq.gov.pt/dserve.exe?dsqServer=calm6&dsqIni=Dserve.ini&dsqApp=Archive&dsqCmd=show.tcl&dsqDb=Catalog&dsqPos=2&dsqSearch=((text)='Valladares')

    Sur ce site traduit on trouve en 1731 :

    Acte d'accusation -
    Job-esclave du capitaine Gaspar de Valladares
    naissance-Ville Bahia Adresse de Lisbonne-
    Âge - 26 ans

    " a publiquement abjurer leurs erreurs hérétiques en forme, ont prison perpétuelle et habit de pénitence , seront fouettés à travers les rues de la ville publique citra effusionem sanguinis et se dégradent dans le temps de 5 ans aux galères de Sa Majesté, ne pas entrer dans le port et ses banlieues. Il sera bien versé dans les mystères de la foi nécessaire pour le salut de son âme et répondra à la plupart des plumes et des pénitences spirituelles qui sont imposées sur vous et vous dire que la plupart d'excommunication
    encourue soit sous forme absolue ecclesia" ...

    Nous ne sommes pas dans la bonne période mais ... C'est peut-être une piste Valladares ??? En recherchant les descendants ???? Un galérien qui émigrera en France ? Un fils ou un petit fils né en 1782 ?
    je cherche ... Je cherche !


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si j'ai bien compris, il s'agit de l'"escravo" (l'esclave) d'un capitaine portuqais et la sentence date de 1731 (tribunal de Lisbonne). L'hérésie de l'esclave, son jugement, pourraient peut-être nous donner quelques informations sur son maître, le capitaine (outre les sentences, les interrogatoires et les rapports de l'Inquisition espagnole, par exemple, sont souvent très précis, j'imagine que ceux du Saint-Office portugais aussi), encore faudrait-il que ledit capitaine (qui est bien un "Valladares") soit un ascendant de notre Balidar.

      Les descendants de l'"escravo" auraient-ils pris par ailleurs le nom du maître ou ce nom leur a-t-il été attribué ? Tout cela n'est, il est vrai, que pures hypothèses, j'en conviens.

      FG

      Supprimer
  27. Témoignage Verba de John Valadares qui est administrateur d'Antonio Valadares son petit-fils avec trois responsables trintários chaque année pour l'âme du testateur et sa femme et son père a dit au monastère de Saint-Domingue par les frères

    Sur le lien : http://ttonline.dgarq.gov.pt/dserve.exe?dsqServer=calm6&dsqIni=Dserve.ini&dsqApp=Archive&dsqCmd=show.tcl&dsqDb=Catalog&dsqPos=79&dsqSearch=((text)='Valadares')

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Sophie, mais si j'ai bien compris, il s'agit de l'année 1743 et de Elvas (Alto Alentejo, tout près de la frontière espagnole et de l'actuelle province de Badajoz).

      Ce Joao, son petit-fils Antonio et les Trinitaires dont il est question semblent renvoyer à toute autre chose qu'à notre Balidar né en 1780 à Guimaraes (nord du Portugal), voire à son père susceptible de s'appeler "Valadares" (à mettre également en doute même si l'on s'en tient aux écrits de certains).

      Pour "Balidar", je me suis posé la question de savoir si cela signifie quelque chose en portugais. Eh bien, avec un "v" ("Validar"), cela signifie comme en espagnol "valider". Je ne vois pas non plus quel serait le rapport avec notre corsaire. Un surnom qui signifierait "valider" serait bien étrange.

      Je crois que pour avoir des informations précises, il faudrait se rendre au Portugal et peut-être aussi fouiller dans diverses archives (Basse-Bretagne, Normandie,etc.) au cas où la trace de ce personnage, quelque peu énigmatique quant à ses origines et son surnom, apparaîtrait.

      FG

      Supprimer
    2. Pardon, 1782 pour la naissance de Balidar (et non 1780), selon le très réel et très sérieux document fourni par Olivier.

      FG

      Supprimer
  28. Chers amis,

    Je n'ai malheureusement pas trop le temps en ce moment de chercher (c'est vraiment la mauvaise période) et outre les remerciements pour votre implication et vos messages (très dieppois et vive Dieppe qui est au centre, pour moi, de tout cela), je tiens simplement à vous dire que j'ai demandé à des collègues spécialistes du portugais qui m'ont dit que "Valadares" (pas "Valadarès" avec accent à la française) est bien portugais. Généralement sans "b", mais avec un "v" (maintenant, l'orthographe aux XVIIIe et XIXe siècles et les transcriptions françaises ...).

    Quant à Balladares (avec "elle", double "l"), ce me semble bien espagnol. Moi, concernant notre corsaire (ma foi, bien dieppois), j'opterais, comme vous l'avez fait, pour une piste très portugaise qui n'est du reste pas pour me déplaire.

    Quant aux documents fournis par Olivier, ils sont en effet les seuls qui, pour l'instant, aient une consistance et proposent une piste, sinon directe, du moins très sérieuse.

    Mais encore et toujours : pourquoi ce "Valladares" et ce "Balidar" qui trottent dans ma tête ? (et sans doute dans la vôtre).

    FG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas très doué pour les recherches en généalogie. Et plutôt mauvais en langues étrangères...
      Olivier

      Supprimer
    2. Tu es certainement doué pour un tas de choses (c'est le moins que l'on puisse dire). Pas de fausse modestie entre nous (entre Dieppois dont la caractéristique n'est pas de donner, si mes souvenirs sont exacts, dans la finesse).

      Quant à moi, je suis vraiment désolé pour mon humour "coluchien" (j'avoue que ce Coluche était bien meilleur que moi en semblable domaine). La fatigue et la perspective des émissions télévisées retraçant la vie de mon héros (émissions d'hier)m'ont peut-être poussé à placer la blague (très mauvaise me concernant : nous concernant) un peu loin.

      J'espère continuer d'être un modeste acteur de notre schmilblick adoré. C'est pour moi un point d'amarrage.

      Nous parlions je crois d'identité. Et bien Dieppe est mon port, aussi éloigné soit-il. Désolé de ne pas avoir été corsaire.

      FG

      Supprimer
  29. Pour revenir aux remorqueurs ! Combien de remorqueurs reste t'il à Dieppe ? Deux me semblent devoir être un minimum (un qui tire et un qui retient). "De notre temps", j'ai connu le triplette Romulus, Jean Cousin, Jean de Béthencourt, le Romulus étant remplacé ensuite par le Balidar de la photo. Et à propos de Balidar, il semblerait qu'il ait fini ses jours au château de Sivry, près de Melun et par la même près de ma maison. Le château n'existe plus mais j'essaierai d'en savoir plus !
    G-M

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Romulus servit surtout pour aider les grands chalutiers , à entrer au bassin Duquesne, à cause de < l'Ile aux mouettes > qui ne leur permettait pas de manœuvrer correctement.jusqu'à la mise en place du pertuis rectiligne tel qu-on le connait aujourd'hui.
      Le Jehan Cousin qui chauffait au charbon jusque dans les années 50 - 55 fut entièrement refondu pour la chauffe au mazout, ainsi qu'une timonerie couverte et fermée.
      Le 1er Jehan de Bethencourt venait d'Angleterre, après guerre et chauffait encore au charbon( briquettes ) je ne vous dit pas les corvées des chauffeurs!...Il fut remplacé par le Balidar, mais resta longtemps en secours.
      puis il y eut le Jehan Béthencourt II q'allure très moderne, que tout le monde a connu; travaillant en paire avec le Gabriel de Clieu fabriqué aux chantiers de la Manche, en 1973 ou74, je crois:
      Le Béthencourt, fut remplacé par l'Obstiné,( muni du système de propulsion Voigt-Shneider) dans les années 90, toujours en bon état , mais plus assez puissant.
      Quant au Balidar, il resta longtemps dans le bassin de Paris, puis fut vendu à un privé, je crois.
      JL

      Supprimer
    2. Le Balidar avait un Système de propulsion,original, pour l'époque: il avait 2 moteurs avec un jumelage sur 1 seule ligne d'arbre( donc une seule hélice )ce qui lui permettait de fonctionner éventuellement sur 1 moteur.
      Il était en outre ;équipé d'un groupe de pompage très conséquent; ce qui lui a permis d'attaquer le feu des chantiers Bocquet( près de l'église du Pollet) directement de la mer!...ce qui aida bien les pompiers!...Il était d'ailleurs d'origine équipé de 2 lances fixes, articulées sur le balcon de passerelle Tribord et Bâbord.
      Jean-Louis

      Supprimer
  30. Il y a le "Moulis" que j'aperçois de temps en temps. Merci pour les infos sur Balidar.
    Olivier

    RépondreSupprimer
  31. Hеllо! This is kind of off toρіc
    but I neеd some guidance frοm an established blog.
    Is іt veгy difficult tο set
    up your own blog? І'm not very techincal but I can figure things out pretty quick. I'm thinking about ѕettіng uр
    my оwn but I'm not sure where to start. Do you have any ideas or suggestions? With thanks

    Have a look at my website: power cable

    RépondreSupprimer
  32. Hi there this is somewhat of off topic but I was wondering if blogs use WYSIWYG editors or if you have to manually code with HTML.
    I'm starting a blog soon but have no coding skills so I wanted to get guidance from someone with experience. Any help would be enormously appreciated!

    my homepage :: deer antler spray reviews

    RépondreSupprimer
  33. I cοuldn't refrain from commenting. Very well written!

    My blog :: iphone application developer

    RépondreSupprimer
  34. It's actually a nice and helpful piece of information. I am happy that you shared this useful info with us. Please keep us informed like this. Thank you for sharing.

    Visit my page vitamin shoppe coupon

    RépondreSupprimer
  35. I raгely leave a гesponse, hοweѵer
    і did some searching and ωound up heгe "Le nouveau remorqueur Alb�tre.".
    And I aсtuаlly do have some questions for you
    if it's allright. Could it be just me or does it appear like some of these comments come across like they are written by brain dead visitors? :-P And, if you are posting at other social sites, I'd lіke
    to follow аnything new you have to ρoѕt.
    Woulԁ you list of eνeгу one оf all your public pagеs like your Facebοok ρаge, twitter feed, or linκedin profilе?


    mу blog poѕt; vistaprint coupons

    RépondreSupprimer
  36. ӏ ԁon't even know how I ended up here, but I thought this post was great. I do not know who you are but certainly you'гe going to a famous bloggeг if you
    aгen't already ;) Cheers!

    Feel free to surf to my homepage: frontier internet

    RépondreSupprimer
  37. І've been browsing on-line more than 3 hours these days, yet I by no means found any attention-grabbing article like yours. It's lovely price enough for me.
    Personally, if all wеb owners and bloggers made good сontent materіal
    аs you probably did, the web can be much more useful thаn ever
    before.

    Alѕo visit my homeρage: cheap auto insurance quotes

    RépondreSupprimer
  38. What i don't understood is in reality how you are not really much more well-liked than you might be right now. You are so intelligent. You understand therefore considerably with regards to this subject, produced me in my opinion imagine it from a lot of varied angles. Its like women and men are not fascinated except it is something to accomplish with Woman gaga! Your personal stuffs excellent. All the time handle it up!

    Here is my web-site travel insurance

    RépondreSupprimer
  39. Bonjour, pour répondre à la question, qu'est devenu le "Balidar", j'ai trouvé un article en feuilletant des vieux papiers qui indiquerait que notre beau remorqueur aurait été vendu au Sénégal. Je recherche toutes informations concernant le remorquage à Dieppe.

    RépondreSupprimer