dimanche 28 octobre 2012

L'hippodrome de Dieppe







11 commentaires:

  1. Les chevaux sont toujours aussi beaux, mais les amateurs de courses sont hélas beaucoup moins élégants de nos jours !
    Annie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui caractérise les chevaux et leur beauté, c'est justement leur nudité. De là leur beauté intemporelle. Tout vêtement, toute marque d'une sophistication ou d'une apparence historico-sociale, d'une existence autre que purement naturelle, marque le temps qui passe et fait surgir les différences qui, reconnaissons-le, relèvent surtout du subjectif.

      Moins élégants, plus élégants ... Certes, mais les chevaux, leur animalité naturelle et peut-être la nôtre (assurément la nôtre aussi), quand il ne reste plus que nous-mêmes, sans le moindre apparat, sur un champ de course, à la naissance ou dans la tombe, voilà qui mérite le respect et l'intérêt.

      Bon, les chevaux et Dieppe ! Au-delà de toute philosophie à cent balles dont je me fais le pénible chantre, voilà ce qui est important. Pour moi en tout cas et encore et comme toujours ! Merci pour tous ces souvenirs et cette chaleur humaine, malgré tout "mailinienne" (trop de mots n'ont pas encore été inventés...).

      F. Garasa.

      Supprimer
  2. @ Annie
    Les chevaux de course sont magnifiques.
    Olivier

    RépondreSupprimer
  3. Beaucoup d'ombrelles et de chapeaux ; on venait en voiture jusqu'au bord du champ de course...il faut dire qu'il y en avait moins que maintenant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le terrain a pourtant toujours été marécageux.
      Olivier

      Supprimer
  4. Cela n'existe plus depuis des décennies mais sur les hippodromes et notamment à Dieppe le public accédait au pesage (côté tribunes et rond de présentation) et à la pelouse (à l'intérieur de la piste). La pelouse était moins chère et donc plus populaire ! Vu les toilettes des élégantes avec ombrelles et les voitures hippo et automobiles ce n'était apparemment pas le cas au début du XXème siècle.
    G-M.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai visité les locaux, écuries, pesage,entre autres lieux.
      Olivier

      Supprimer
  5. Souvenirs d'un petit boulot pendant 2 saisons de courses au gardiennage des vélos j'avais 16 ans

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On venait donc en vélo. Courageux pédaleurs dieppois.
      Olivier

      Supprimer
  6. Je crois bien que je n'y ai jamais mis les pieds, c'est dommage, même si je ne suis pas attirée par les courses de chevaux, j'irais bien en voie une un jour, juste pour voir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien aussi de pouvoir jeter un oeil en coulisses.
      Olivier

      Supprimer