vendredi 1 avril 2011

Le Général de Gaulle à Dieppe 10 juillet 1960

Après un passage à la Chambe de Commerce, le Général de Gaulle s'adresse aux Dieppois, Place Nationale. D'après Dany L, pin-up dieppoise des années 60, le tout petit homme dans la tribune derrière le Chef de l'Etat devrait être Etienne Gueirard, maire de Dieppe. Le Ministre des Transports, Robert Buron, faisait partie du voyage.

19 commentaires:

  1. Ces 4 prises de vues ne seraient elles pas de Claude Féron ce qui permis de sortir 4 cartes postales de l'imprimerie Sitecmo immortalisant ainsi ce passage éclair sur Dieppe.
    N.D.

    RépondreSupprimer
  2. Je me souviens surtout des 3 fouilles du sac de ma mére entre notre 15 rue du Mortier d'Or et le 100 Grande Rue où sa soeur nous avait dit de venir voir le cortége de ses fenétres.Les Pieds Noirs,ma cousine était mariée avec un lieutenant des BPTA d'ORAN,rencontré à la libération,le surnommaient "La grande ZORA".C'est dire si ils l'aimaient

    RépondreSupprimer
  3. @ ND
    Elles sont effectivement de l'imprimerie Sitecmo. Que le grand Claude soit remercié d'avoir pris ces photos
    Olivier

    RépondreSupprimer
  4. @ Alain
    J'imagine les sentiments des Pieds Noirs à son égard.
    Bon week-end
    Olivier

    RépondreSupprimer
  5. Je crois qu'à cette époque, il a parcouru a peu près toute la France. Je me souviens de son passage à Agen.

    RépondreSupprimer
  6. C’est dommage que ces photos ne soient pas en couleur.Surtout la troisième ! Nous aurions pu apercevoir, derrière le Général, les mosaïques signées Gilardoni. Les murs de l’ancienne épicerie Sajot-Philbée et sa bordure géométrique. Ses tesselles et abacules bleues et vertes qui dessinent des losanges ocre-jaunes. Une merveille inaugurée en 1923 ?
    Merci pour ces moments historiques partagés. Quant à moi, ce jour-là j'étais bien au chaud ... nichée dans ... le ventre de ma maman, pour quelques mois encore !

    RépondreSupprimer
  7. @ Alain
    Après Dieppe, il filait sur Le Havre.
    Olivier

    RépondreSupprimer
  8. @ Sophie
    On peu voir les mosaïques en couleur dans le livre de Viviane Manase "Dieppe moderne 1920-1938" page 25.
    J'espère que la venue du grand Charles n'a pas déclenché un accouchement prématuré... ;+))
    Olivier

    RépondreSupprimer
  9. Exact ! Je ne l'avais pô vu ! Juste en dessous de la façade de la villa Simon ! Bien vu ! Olivier !
    Honnêtement! Tu crois que j'ai la carrure d'une préma ? ... Quoique ! A en croire mes parents qui jurent par tous les Dieux qu'ils n'ont pas pechés avant le mariage ... En comptant bien je suis née après 7 mois 1/2 après ... Mais je faisais quand même 3680 g à la naissance ... et pô d'ictère du préma non plus ... Toute rose j'étais ! Un beau bébé quoi ! ... A terme !

    RépondreSupprimer
  10. @ Sophie
    L'épicerie Sageot Philbé et le célèbre café "Saphil", contraction des noms des propriétaires respectifs de l'époque... Et que dire de cette superbe façade d'époque classée plus ou moins complètement car une bonne partie a quand même disparue à ce jour... Et puis ce damier situé à la double entrée du magasin qui aurait été détruit si quelqu'un n'avait pas mis son grain de sel dans l'histoire pour qu'il ne finisse pas sous la pioche des ouvriers... Et que dire aussi de ce panneau rectangulaire situé sur le côté de la boutique coté grande rue tout près de la façade du café "Le Globe", panneau qui relatait les bienfaits du café en disant "Consommez - Dégustez les Cafés SAPHIL". C'était écrit et peint à la main de couleur rouge et bleue sur un fond complètement jaune le tout entouré d'un cadre en baquette de bois peintes en bleu lui aussi.
    Et l'odeur... cette odeur de café qui titillait les narines lorsque l'on passait sur le trottoir et qui se mélangeait aux différents parfums à l'intérieur.
    N.D.

    RépondreSupprimer
  11. @ Sophie
    Quel beau bébé ! Je me disais aussi... ;+)))
    Bisous
    Olivier

    RépondreSupprimer
  12. à N.D.
    Merci pour ces précisions. Quelle mémoire. Si vous possédez une photo dudit panneau, quiquengrogne se fera un plaisir de la publier.
    Je me souviens bien de l'odeur, des odeurs plutôt.
    Olivier

    RépondreSupprimer
  13. Ah les odeurs de café!J'habitais à coté de lépicerie DELATTRE et tous les jeudis Mr Chrétien le gérant torréfiait et lorsque je passe à côté d'un torréfacteur je retourne 60 ans en arriére.Il y avait aussi l'épicerie de Mr Pinzdé où le café était grillé.Question odeurs vous souvenez aussi lorsque les pommes étaient brassées et pressées dans les "débits de boisson"?

    RépondreSupprimer
  14. Hum ! En lisant votre texte N.D. j'ai l'impression de revenir quelques années en arrière et sentir encore ces effluves ... Une petite madeleine de Proust ! Sympa ! Quelle mémoire en effet ! Merci à ce " quelqu'un" qui a donc mis son grain de sel pour sauver cette devanture ... ou plutôt ... la partie qu'il en reste !
    @ Olivier : Quiquengrogne se fera un plaisir de la publier ... et nous de l'admirer ...

    RépondreSupprimer
  15. @ Alain
    Mes beaux-parents habitaient la cité ouvrière Passage de l'Abbé Cochet ( cheminots)et chaque année ils montaient le pressoir. J'ai encore l'odeur du pommat dans les narines.
    Olivier

    RépondreSupprimer
  16. J'avais 13 ans à l'époque et je garde en mémoire la visite du Général de Gaulle. Ce jour là, il y avait un bâtiment de guerre de la Royal Navy en escale et j'étais à côté de 2 marins britanniques dans la foule.

    RépondreSupprimer
  17. @ Maurice
    Merci pour ces précisions.
    J'avais 5 ans.
    Olivier

    RépondreSupprimer
  18. Pour ma part en ce 10 juillet 1960 ce fut le jour de mon baptême à l' église Saint Jacques et les cloches ont sonné pour moi et non pour Charles de Gaulle, comme quoi baptisé ont peut être plus important qu' un chef d'état, j' ai aucun souvenir de Charles forcément, j' avais à peine 3 mois...

    RépondreSupprimer
  19. Un détail assez drôle qu'hélas nous ne voyons pas sur les photos.
    Le maire de Dieppe à l'époque s'appelait Etienne Guérard.
    Il était très petit et sur la tribune on voyait le torse du Général et derrière lui apparaissait, à sa droite, la tête de notre maire, un peu comme si elle avait été tranchée et posée là...

    RépondreSupprimer