dimanche 13 février 2011

Le camping du Pollet











23 commentaires:

  1. Il ne fallait pas craindre les embruns.

    RépondreSupprimer
  2. @ Alain
    Il fait toujours beau à Dieppe ;+))
    Olivier

    RépondreSupprimer
  3. Encore un endroit de Dieppe qui éveille tant et tant de souvenirs !!!
    Beaucoup de familles de Rouen, arrivaient l'été par le train avec le vélo familial. Accrochée derrière, une remorque, dans laquelle s'entassaient tente de camping, lits de camp, vaisselle, linge pour passer quelques jours de vacances. Un convoi digne de celui de l'exode de 1940.
    Avec quelques camarades, nous avions l'habitude de pêcher les crabes au bout de la jetée du Pollet avec notre balancine, faite maison avec une jante de vélo et un bout de filet trouvé sur les quais. L'été, que de disputes et de bagarres avec ces "touristes" qui s'imposaient et nous pîquaient les meilleurs endroits de pêche !

    Nos souvenirs sont là ! Bien rangés dans leur tiroir ... Une seule carte comme celles-ci et ils ressurgissent en une fraction de seconde ! Génial ! Je remonte ainsi plus de 40 années ! Merci !

    RépondreSupprimer
  4. @ Sophie
    On a dû se croiser. Un jour de grandes marée pour aller pêcher des étrilles à la "Femme grosse".
    Olivier

    RépondreSupprimer
  5. Moi j'ai le souvenir d'un jour de mauvais temps où tous les pêcheurs repliaient leurs cannes et revenaient bredouilles et au niveau des restes du bateau coulé un gamin de 9 10ans n'arrivait pas à remonter sa ligne faite de bout de fils à chalut ,d'un boulon et d'un hameçon sur une balancine de fortune ,dans un élan de générosité un des "bredouilles"l'aide à la remonter au bout une morue dans les 2 kilos.Je ne vous dis pas la tête du pêqueux

    RépondreSupprimer
  6. Et c'est exactement au pied de cette falaise que j'allais ! Nous nous croisions,certainement, peut-être même nous connaissions-nous !?
    Après nos petites révélations précédentes nous savons que nous appartenons, à 5 années près(quand même !!!) à la même génération ! C'est pas comme Alain qui a du y aller .... mais à une autre époque ... ;+)Au " temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre..."

    RépondreSupprimer
  7. @ Alain
    J'ai perdu quelques bas de ligne à cet endroit.
    Une pêche miraculeuse pour le gamin.
    Olivier

    RépondreSupprimer
  8. @ Sophie
    On va finir par s'envoyer une photo... Il y en a quelques unes de moi sur ce blog et sur Pinupmania
    Olivier

    RépondreSupprimer
  9. Bon ! Allez ! Je dis tout ! Tu peux m'apercevoir sur : http://premiersiteciteprovisoire.kinssha.org ou sur http://citeprovisoire.kinssha.org ou bien encore sur http://lebocasseunvillage.kinssha.org/ ou bien sur .... ou encore sur .... Remember me ? Bah ! Oui ! Ha ! Ha! ;+)

    RépondreSupprimer
  10. Mais avant d'arriver sur nos lieux de pêche il fallait passer devant le déversoir des bananes mures

    RépondreSupprimer
  11. @ Alain
    Calderin a longtemps utilisé les gobes. Gamin, c'était notre terrain de jeux : les gobes, la caserne allemande. On ressortait par le blockhaus du sémaphore militaire.
    Olivier

    RépondreSupprimer
  12. @ Sophie
    J'ai mis un lien vers ton site
    Olivier

    RépondreSupprimer
  13. @Olivier
    Merci ... Surtout si les visiteurs de Quiquengrogne possèdent quelques trésors cachés sur la Cité Provisoire de Dieppe, qu'ils n'hésitent pas à me contacter. Ce sera avec un énorme plaisir que je les partagerai en ligne. Ah ! Cette cité ! Que d'émotions m'a-t-elle offertes !
    @ Alain
    Le déversoir à bananes ... Bouh ! Quelle puanteur !

    RépondreSupprimer
  14. SALUT A VOUS LE POLLET .CALDERIN .LES GOBES OU MA FAMILLE A VECUE DANS UNE MISERE..RARE .LA GUERRE.MON GRAND PERE ETAIT GARDIEN DE LA MORGUE .MA GRAND MERE PATER ETAIT DOCKER AUX POISSONS.
    MA GRAND MERE MATERNELLE 16 ENFANTS .LES GOBES ..
    LES COPAINS D ETE A LA PETITE PLAGE.LES ++ GRANDS SUR LE PONT DE BOIS..LES + FORTS SUR LE PONT TOURNANT /LES GARS DU POLLET
    C EST UN PEU LE POLLET
    IL RESTE BEAUCOUP A DIRE
    TASSOUT // ROOSEL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. SALUT LES ANCIENS
      bien le bonjour a la famille tassout et roosel , mes copains d'enfance de la part de jeannot , le fils de louisette

      Supprimer
  15. @ Tassout//Roosel
    Mon père se baignait à la Carpente, plongeait des piliers de l'ancien pont du ferry-boat.
    J'ai eu une élève que j'aimais bien à l'école Paul Bert qui s'appelait Sandrine Tassout. Elle avait de la famille rue Guerrier.
    A bientôt, j'espère.
    Olivier

    RépondreSupprimer
  16. SANDRINE TASSOUT EST MA NIECE.SON PERE ANRDE TASSOUT// MON FRERE// A PLONGE AUSSI DE LA CARPENTE // DU PONT DU POLLET. TOUS DU POLLET RUE GUERRIER.
    NOTRE FAMILLE A VECUE DANS LES GOBES DU POLLET //
    FAMILLE ROOSEL//MON GRAND PERE LE++ GRAND PECHEUR
    FAMILLE TASSOUT MON GRAND PERE GARDIEN DE LA MORGUE / MA GRAND MERE DOCKER AUX POISSONS

    RépondreSupprimer
  17. jhabite au pollet rue bonne nouvelle dans une vielle maison jme demande si quelqun a des fotos de cette maison grande batisse a langle rue george robbe et rue bonne nouvelle merci

    RépondreSupprimer
  18. Sacré nom d'une pipe, je suis bien certain d'avoir été à Paul Bert avec un ou une Tassout.

    RépondreSupprimer
  19. Sacré nom d'une pipe, je suis bien certain d'avoir été à Paul Bert avec un ou une Tassout.

    RépondreSupprimer
  20. Bonjour,
    Merci pour ces images qui me rappellent l'été ensoleillé de mes douze ans chez un grand oncle gardien du camp de camping du Pollet. Il habitait une grande cabane au pied de la falaise qui était également un refuge de la SPA accueillant des chiens, des chats, des pigeons et un perroquet. Impossible d'oublier cette mer de bonheur.

    RépondreSupprimer
  21. Comme je ne peux pas oublier ce bel été de 1958, j'ai essayé de le faire revivre en quelques mots.

    Dieppe.

    Notre dame se dresse sur la grande falaise
    Répondant au salut du grand bananier blanc,
    Et les mouettes rieuses dansent à leur aise
    Le ballet céleste des plus beaux cerfs-volants.

    Le port s’éveille, un pont tourne l’autre se lève.
    Le vent du large chatouille les paresseux
    Et bientôt la criée les arrache à leurs rêves.
    Le long du quai flânent d’innocents galvaudeux.

    Les toiles aux mille couleurs sentent bon les vacances…
    Qu’importent les châteaux et les palais cossus !
    Sur l’herbe et les galets mon enfance a reçu
    Une mer de tendresse et de pure innocence.

    RépondreSupprimer