samedi 18 décembre 2010

Le naufrage du Jeanne Gougy 3 novembre 1962




Chalutier de Fécamp immatriculé D 1515, construit au Canada pour la Compagnie industrielle de pêche et d'armement, jaugeant 273 tx 38 m, il arrive à Dieppe en 1949, baptisé sous le nom d'Etienne Rimbert. En 1951, il est vendu à l'armement Leduc de Boulogne-sur-Mer et devient le Fisher Bank. En 1958, il revient à Dieppe, acheté par l'armement Lebouder et prend le nom de Jeanne Gougy.. . Le Jeanne Gougy a quitté les zones irlandaises de pêche, le vendredi, le 2 novembre 1962, pour Dieppe. L'équipage était de 18 hommes. Le temps était mauvais, avec les rafales de pluie réduisant la visibilité quand le chalutier s'est approché de la côte de Cornouailles. A bord on a pas vu les brisants et dans l'obscurité à 5.15 le matin du samedi 3 novembre, il s'est écrasé sur Armoured Knight rock immédiatement en-dessous des falaises de Lands'End. Le capitaine, l'ingénieur et l'officier radio ont été arrachés du pont peu de temps après qu'il ne talonne et ont disparu. Pendant une heure le chalutier se trouvait sur la roche, tirant des fusées de détresse. À 6H 15 il a été frappé par une énorme vague qui l'a lancée sur son côté tribord le brisant en trois parties. Les fusées de détresse ont été vus par les garde-côtes de St. Just et de Sennen. Le canot de sauvetage de Sennen s'est tenu prêt, mais ne pouvait pas s'approcher assez près. A midi une femme, debout sur les falaises parmi les spectateurs, a vu la main d'un homme s'agiter d'un hublot. L'équipe des sauveteurs a de nouveau tiré des lignes, dont une a été empoignée par l'homme. Quatre autres marins sont apparus sur le gaillard d'avant et ont pu saisir la ligne. Un hélicoptère de la R.A.F. de la station de Chivenor, Devon, a réussi à recueillir un marin épuisé; puis il est revenu pour s'assurer qu'il n'y avait nul autre survivant et a trouvé un homme dans les derniers stades d'épuisement dans le passage entre la passerelle et l'intérieur du chalutier. Le nombre sauvé sera finalement de six hommes. Gougy Roseline est venue se recueillir et ramener les corps en France.




Merci à Hervé Tarlié, un fidèle lecteur pour les photos.
Texte : source :
http://www.archeosousmarine.net/accueil.html


48 commentaires:

  1. Dans les survivants n'y avait il pas le"Grand Padé"et un mousse nommé Ridel?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui effectivement ils faisaient partie des rescapés. Mon père âgé de 42ans était second de pont et n'a malheureusement pas eu cette chance !!!!

      Supprimer
    2. Effectivement Ridel était mousse et était parmi les rescapés du gaillard d'avant, ainsi que le plus ancien du bord Victor David.
      Il est néanmoins ; quelques années plus tard mort noyé, dans le bassin Duquesne, suite à une chute accidentelle du gaillard( glissant ) de la< bonne Sainte Rita >
      Michel Padé fut sauvé par Hélitreuillage de la passerelle ainsi qu"un autre.
      Je naviguerais avec lui plus tard ( 1969 ) sur le
      J'étais présent sur la pointe de Land's end quand fut remonté par les sauveteurs le corps du cuisinier ( Mr Poussin )
      Nous avons embarqué les 6 premiers corps à Penzence, pour les ramener à Dieppe.
      J'étais mécanicien sur la < Roselyne Gougy >
      et avant le départ, nous avions pris un pot avec Claude Dupuis disparu sur la < Jeanne > et jamais retrouvé ( vu sa barbe on l'appelais < Fidel Castro > )J'avais 18 ans
      Jean-Louis

      Supprimer
    3. J étais sur la Roselyne quand on a ramené les 1er corps; effectivement, je me souviens du nom du second; Botte, avec le patron, Jo Penher, il y avait aussi le chef mec. Grisard, Gaillard aussi qui devait être cuistot, Liberge, je crois, de Fécamp.
      Jean-Louis

      Supprimer
    4. @ Jean-Louis.
      Merci pour toutes ces précisions.
      Olivier

      Supprimer
    5. Mon oncle, Guy Le Galliard n'était pas cuistot mais mécanicien.

      Supprimer
    6. je suis émue de retrouver un lien de parenté je suis Catherine LE GALLIARD fille de Guy
      de sa première union j'avais 10 ans lors de ce drame êtes vous l'enfant de Chantale?
      si vous souhaitez me répondre je serai touchée mais je peux comprendre que vous préfériez le silence très cordialement

      Supprimer
  2. @ Alain
    Je ne connais pas les noms des 6 rescapés. il me semble qu'il y eut un Jacques Ridel qui disparut dans le naufrage du Jean Gougy en 1970. Je vais essayer de vérifier.
    Olivier

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Maxime SEVELIN

      Mon frere Bruno faisait parti de l'équipage du JEAN GOUGY , je recherche des info sur les circonstances du naufrage, j'aimerai aussi trouver des photos du bateau , j'avais a peine 8 ans en 70 et a la maison il étais dificile de parler de ce drame avec mes parent.

      Merci d'avance

      A + Maxime

      Supprimer
    2. @ Maxime
      Il y a peu de choses. Le forum du Boutmenteux que vous devez sans doute connaître :
      http://boutmenteux.net/forums/index.php?showtopic=3429
      Si je trouve, je ferai un nouvel article.
      Olivier

      Supprimer
    3. déjà consulté , mais vue que le Jean Gougy était de Dieppe ,ils m'ont conseillés de plutôt me rapprocher de vous

      A + Maxime

      Supprimer
    4. toujours aucune info sur le naufrage du Jean Gougy ??????

      Supprimer
  3. Bonjour,
    Il y a eu aussi deux autres constructions de ce type de bateau vers 1962: le "Edouard Gougy" et le "Roselyne Gougy".
    Cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ce n'est pas tout à fait çà:
      la Jeanne Gougy était de la série des 38 m dit:< Canadien >; les autres < Gougy > sont des 32 m dit:< américain > construit à Bath dans le Maine, aux chantiers < Bath iron work.Maine USA >Ils furent tous construit entre 1948 et 1949.
      Le 1er fut le Charles Massot (n°chantier 290) armement Dieppois Domissay il devint le < beau vendémiaire chez Mallet; puis le Gris Brumaire, ( coulé par abordage au large de St Valéry) le Lucien Marie; le lucien Gougy; l'Edouard Gougy ;le Pierre Desceliers ( qui devint dans les années 60 le Roselyne Gougy )l'Armand Crespin; puis le Doux Frimaire n° 308 qui terminera la série le 25 Janvier 1949.
      voilà les précisions concernant ces 32 m.
      Mon père était dans l'équipage qui ramena le Charles Massot ( patron Agez )et je naviguerais sur le même 13 ans plus tard il était chez Mallet. Patron Gannat Eugène.)
      Bien à vous.
      Jean-Louis

      Supprimer
  4. @ Anonyme
    A ma connaissance, on trouve le "Edouard Gougy 1" qui a sauté sur une mine en 1943 , le "Edouard Gougy 2 construit en 1948. Dans la saga des "Gougy", il y eut aussi le Lucien Gougy 1 qui participa le 27 mai 40 à l'évacuation de Dunkerque ( opération Dynamo) , et le Lucien Gougy 2 construit en 1948.Le "Roselyne date de 1962.
    Amicalement
    Olivier

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour
    A propos du Edouard Gougy, son matricule a l'avant du bateau était "Di 1540 EDOUARD GOUGY". Quant au "Roselyne Gougy" son matricule etait "Di 1536 ROSELYNE GOUGY".

    Je suis la personne qui vous avait laissé un commentaire le 15 mai 2009 à propos de l'article "Pourville: Le casino - Grand Hotel Coté mer".
    J'avais indiqué en commentaire a propos de ce casino:
    "Bonjour - L'intérieur était très joli aussi...
    Cordialement"
    et vous m'aviez répondu
    "Vous avez, décidément fréquenté la plupart des lieux intéressants de la région - Cordialement"

    Eh oui... bah mais non malheureusement je n'ai pas vécu à cette époque et je n'ai pas non plus fréquenter ces lieux.

    Je me base sur la documentation que je possède et dans ces deux cas sur des négatifs photos d'époque.

    Cordialement

    RépondreSupprimer
  6. @ Anonyme
    Merci pour ces précisions. Je me souviens bien du commentaire sur le casino de Pourville.
    A très bientôt
    Amicalement
    Olivier

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour,
    Je me souviens très bien avoir assisté à la dernière sortie du Jeanne Gougy du bassin des chalutiers, une fin de journée d'octobre 62.les mains agitées tant du bord du navire que du quai restent à jamais gravés dans ma mémoire.Cet événement m'a fortement marqué,j'avais 9 ans à l'époque accompagné de mon grand-père Roger Quesnel,ancien commandant du port de Dieppe de 1937 à 1950. Quelques jour plus tard le naufrage du bateau faisait la hune des infos du journal télévisé de l'unique chaine de l'époque. Les images de l'épave ballotée au pied des falaises restèrent pendant longtemps au générique du JT. Un immense poster du naufrage est affiché au musée maritime de Liverpool.On peut écouter un reportage de cet evénement sur le site de l'INA (inter actualité)date du 3nov. 62.

    RépondreSupprimer
  8. @ Jean-Paul Vignon
    Merci pour ces précisions. J'avais 7 ans en 62 et il n'y avait pas la télé à la maison. Juste un poste TSF avec lequel nous écoutions les nouvelles sur le naufrage.
    Olivier

    RépondreSupprimer
  9. Mon oncle, Maurice FROMENTIN, a fait partie des survivants. Il habite aujourd'hui à TOUSSAINT (près de FECAMP)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Est-ce que votre oncle était ami avec mon père disparu Eugène BOTTE, second de pont ?
      Je pense qu'il n'y a eu que 3 rescapés et que c'est votre oncle qui a reconnu le corps de mon père.
      Bien à vous
      guillou.christiane@neuf.fr

      Supprimer
    2. Bonjour
      les corps des 6 premiers retrouvés, furent identifiés en Angleterre, par les sauveteurs, et je crois Mr Le Bouder lui-même.les rescapés ayant été rapatriés.
      Nous avons identifié le cuisinier, Mr Poussin; sur la pointe de Land's End quand il fut remonté; mais celà ne s'imposait pas, il avait ses papiers sur lui.( j étais sur la < Roselyne > et nous avons ramené; entr'autre le corps de ton père)
      Cordialement
      Jean-Louis

      Supprimer
  10. Bonjour,

    Je travaille sur un programme de télévision britannique appelé 'A Night of Heroes', qui célèbre les efforts courageux des Forces armées britanniques. Recherche et sauvetage RAF ont été nominés pour un prix et nous nous concentrons sur les sauvetages Jeanne Gougy. Nous avons parlé avec le sergent de la RAF, Eric Smith, qui a secouru deux hommes de la Jeanne Gougy, et je suis maintenant essayer de trouver ces hommes à qui parler. Je crois que les noms des hommes étaient Michael Pade (alors 26 ans), et Léon Bertin, tous deux de Dieppe. Quelqu'un sait ces hommes ou aucun des autres survivants qui peuvent être en mesure de m'aider à les trouver?

    Malheureusement, je ne suis pas un locuteur français, mais mon collègue parle couramment. Si vous avez des informations pourriez-vous s'il vous plaît répondre à ce post, ou écrivez-moi: ellie.hayward@twofour.co.uk, et mon collègue sera en mesure de téléphone ou votre email de réponse.

    Je vous remercie,

    Ellie Hayward

    RépondreSupprimer
  11. @ Ellie Hayward
    Je vais essayer de me renseigner et vous recontacterai. Je connais quelqu'un qui a connu "le grand Padé", sans doute Michaël Pade.
    Olivier

    RépondreSupprimer
  12. Salut Olivier,

    Merci beaucoup. Nous espérons pouvoir inviter Michael et Leon pour les récompenses à Londres à l'Imperial War Museum sur le Décembre 19. Espérons que nous pourrons les trouver dans le temps. J'apprécie vraiment votre aide.

    Ellie

    RépondreSupprimer
  13. Suite à mon message précédent, j'ai maintenant les noms de tous les six survivants. Elles sont tirées d'un vieux journal afin d'orthographe peuvent être erronées, mais ils sont...

    -Maurice Frementine, 18 ans, de Fécamp
    -Jean Rivel, 16 ans, de Dieppe
    -Victor David, 52 ans, de Fécamp
    -Christian Antoore, 18 ans, de Fécamp
    Secourus par hélicoptère:
    -Léon Bertin, de Fécamp
    -Michel Gadé, 25 ans, de Dieppe

    Quelqu'un connaît ils l'un de ces hommes? Sauriez vous ou ils se trouvent a present?

    Ellie Hayward

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jean Ridel ( pas Rivel ) est mort noyé dans le bassin Duquesne à Dieppe dans les années 1975.Victor David est mort dans son lit, bien des années après le naufrage .Michel Padé serait Lui aussi mort ( à vérifier ) Pas de nouvelles des autres.
      Jean-Louis

      Supprimer
  14. Bonjour à tous,
    Je relis avec grand intérêt tous les commentaires relatifs au chalutier Jeanne Gougy ; je viens d'acquérir une magnifique maquette du navire et toutes les émotions reviennent ; j'avais 15 ans à l'époque et habitait Dieppe ; mes parents vendaient de l'essence et avait ainsi souvent affaire à l'armement Lebouder ainsi qu'à Monsieur et madame ; j'était déjà passionné par la mer. Tous les souvenirs des naufrages et des cérémonies consécutives mes semblent encore aujourd'ui intacts. S'agissant de Michel PADE je crois avoir entendu qu'il était DCD en se noyant dans le bassin Duquesne à Dieppe (quelle destinée !!!) Je peux si vous le souhaitez entamer des recherches dur Dieppe.
    Cordialement à vous tous et merci d'entretenir ce souvenir.
    Je demeure à Fécamp
    denispasdeloup@sfr.fr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est Ridel qui s'est Noyé dans le Bassin Duquesne; Michel Padé a navigué longtemps encore après le naufrage, j'ai navigué avec lui en 1968 sur le < Myrtille > coquillard Dieppois, il a du terminé sa carrière sur < L'énizan > coquillard d'Emile Damecourt il habitait Janval, et après est parti vers Fécamp, et je l'ai perdu de vu.Il serait DCD parait-il?!...sans certitude.....
      Jean-Louis

      Supprimer
  15. @ Denis Pasdeloup
    Merci pour ces précisions.
    Chacun possède des bribes de cette histoire et c'est bien de mutualiser. Quelque part, c'est la vraie histoire de Dieppe, en tout cas des Dieppois.
    Olivier

    RépondreSupprimer
  16. bonsoir !!!
    je suis très ému !!!
    je ne pensais absolument pas trouver encore un tel souvenir sur internet!
    merci
    bien des souvenirs d'enfance & de jeune adulte remontent à ma mémoire
    j'ai cotoyé en son temps mr & mme mallet armateur
    j'ai encore en mémoire mr lebouder au jour de l'inhumation à st jacques de dieppe....
    merci à vous tous des souvenirs évoqués !!
    michel benoist

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Michel Benoist
      Bienvenu ici. Que cet espace soit aussi le vôtre. Si vous avez des choses à partager, souvenirs, photos, ils sont les bienvenus.
      olivier

      Supprimer
  17. Très émouvant... J'ai travaillé un été aux écritures à la cour de marée Lebouder à Dieppe, où je prenais les commandes des poissonniers détaillants pour établir les factures. Lorsque les chalutiers étaient en mer, je prenais parfois les messages codés des patrons de pêche annonçant le contenu des prises et du chargement. J'ai vu plusieurs fois les membres de l'équipage de la Jeanne-Gougy à bord de laquelle mon frère aurait pu embarqué s'il avait accepté l'offre de l'armateur. Il préféra un embarquement sur un chalutier boulonnais. En relisant les noms, des souvenirs me reviennent. J'avais 17 ans à l'époque... mais 50 plus tard, c'est encore très présent dans ma mémoire.
    Pierre Mabire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour votre témoignzge;
      Si vous souhaitez partager d'autres souvenirs, photos..., ils sont les bienvenus.
      Olivier

      Supprimer
  18. très émouvant et très intéressant !

    RépondreSupprimer
  19. Qui sait comment cela est arrivé ?

    joseph Penher était un patron expérimenté à priori le chalutier serait passé entre la terre et le phare ?
    à l'epoque il me semble qu'ils avaient dejà de DECCA
    c'était une zone pourtant bien connu des marins pecheurs Dieppois mon père avait doublé Long Ship
    plusieurs fois sur un 17.5m
    Comment ce drame fut possible ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme tous les drames.
      Mauvais concours de circonstances.
      Aucun rapport n'existe sur les causes du naufrage.
      Des ordres non respectés ?
      Des hommes de quart épuisés endormis à la barre ?
      Respect aux morts et aux disparus !
      etc

      Supprimer
  20. En lisant l'article sur le naufrage de la Jeanne Gougy, je lis : "le capitaine, k'ingénieur et l'officier radio...".
    Ce ne doit pas être quelqu'un du milieu maritime dieppois a rédigé cet article car il aurait écrit ; "le patron, le chef mécanicien et le radio..."
    Et comme l'écrit Yvon Penher, honneur aux morts et aux disparus de la Jeanne Gougy et de tous ceux péris en mer.
    Amitiés à tous.
    Daniel

    RépondreSupprimer
  21. Je suis la sœur de Bernard Liberge, qui était sur le Jeanne Gougy. à l'époque de ce naufrage j'avais 13 ans, et je me souviens que les survivants ont dit que mon frère avait sauté en mer le premier, croyant pouvoir atteindre la cote à la nage,étant un très bon nageur. J'ai des photos de mon frères avec des copains matelots. Par contre je ne sais pas s'il s'agit du Jeanne Gougy et de son équipage. Peut-être pourriez-vous me renseigner. Je vous remercie d'avance.
    Cordialement. Andrée Liberge

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Andrée. Vous pouvez me transmettre par mail les photos pour que je puisse vous donner un avis. De toute façon, si vous le souhaitez, on peut faire un article avec ces photos. Les commentateurs fidèles du blog trouveront sans doute.
      Olivier

      Supprimer
    2. je ne trouve pas votre adresse mail pour vous faire l'envoie de photos

      Supprimer
    3. Pourquoi ne répondez-vous pas à la demande d'Andrée ?

      Supprimer
    4. Tout simplement parce qu'elle ne m'a pas envoyé les photos.
      Olivier

      Supprimer
    5. Comment voulez-vous les envoyer, avec quelle adresse mail ?

      Supprimer
    6. c'est comme le port salut, c'est marqué dessus.
      Page d'accueil colonne de droite quiquengrognedieppe@yahoo.fr
      Amicalement
      Olivier

      Supprimer
  22. Désolé je ne mange pas de port salut, mais néanmoins j'ai trouvé votre adresse comme vous l'indiquer si bien. Merci. Je vous envoie 4 photos concernant mon frère. Je vous en souhaite bonne réception. Bien cordialement. Andrée

    RépondreSupprimer
  23. En savoir plus http://ecole.nav.traditions.free.fr/cdo_autres_penher.htm

    RépondreSupprimer
  24. TILOUI DEFFRANCE ET MORT AUSSI SUR LE JEANNE GOUGY!

    RépondreSupprimer