dimanche 21 février 2010

Naufrage de la goélette "Val de Marne"



Quiquengrogne a déjà consacré un article à cette goélette qui fréquenta le port de Dieppe vers 1990. Un lecteur qui a navigué sur ce bateau nous apprend qu'elle s'est échouée près de Port Cros en 2008. Elle s'appelait alors Fetia Ura. Quiquengrogne reproduit l'article de Var Matin. Les photos du naufrage sont de Louis Gandolfo SNSM Hyères.

Article de Var-Matin :





Réveil brutal pour sept adolescents, qui passaient la nuit de jeudi à bord de la goélette Fetia Ura, au mouillage à l'entrée du port de Port-Cros : vers 3 heures du matin hier, la rupture de l'amarre, sans doute due aux mauvaises conditions météorologiques, les a livrés à la mer.Sans que ces jeunes, âgés d'une quinzaine d'années, et leurs deux accompagnateurs s'en aperçoivent, le navire de 33 mètres a dérivé, porté par le vent violent, pour s'échouer 800 m plus loin sur les rochers de l'île de Bagaud (voir la carte ci-contre).« Ils ont dû attendre plus de quatre heures »Appelé à la rescousse, vers 4 heures du matin, comme sept autres bénévoles de la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM), Louis Gandolfo raconte : « Leur câble d'amarrage a dû sauter, et on avait la goélette échouée en visuel. On n'a pas pu intervenir avec notre vedette car c'était la tempête : un vent de 40 noeuds (74 km/h) et jusqu'à 3,50 m de creux. En pleine nuit noire, c'était infaisable. Vous imaginez, ils ont dû attendre plus de quatre heures... »Au petit matin, l'hélicoptère de la Sécurité civile « Dragon 06 », basé à Cannes, a pu déposer deux plongeurs et mettre l'équipage à l'abri du danger sur les rochers, avant d'hélitreuiller et de remonter les naufragés à bord de l'appareil.Si aucun blessé n'est à déplorer, les sept jeunes, dont un atteint d'hypothermie, ont été directement transférés à l'hôpital d'Hyères pour y subir des tests médicaux.Ces adolescents en réinsertion sociale participaient à l'une des opérations de l'association revestoise « Déferlante ». Cette institution, sous contrat des services sociaux et judiciaires de l'État, s'occupe de jeunes en rupture familiale et scolaire (lire par ailleurs).Quant à la goélette, « en piteux état », d'après les sauveteurs de la SNSM, elle fera l'objet d'une inspection ce matin, par son armateur - la société Seanergies -, avant d'être remorquée.

T. H.Var-Matin

7 commentaires:

  1. Les mouillages forains, c'est toujours délicat. Ils ont eu de la chance de s'en sortir.

    RépondreSupprimer
  2. Je me rappelle bien de cette goëlette, un très beau bateau. C'est bien dommage.
    Marilou

    RépondreSupprimer
  3. @ Alain
    Je me souviens de certains mouillages avec cette goélette près du phare des roches Douvres ou au large de l'Ile de Sark qui nécessitaient une surveillance continue. Mais c'était par temps calme.
    Olivier

    RépondreSupprimer
  4. @ Marilou
    Un bateau magnifique. C'est toujours très triste la fin d'un navire. Heureusement que cela s'est bien terminé pour l'équipage.
    Olivier

    RépondreSupprimer
  5. j'ai eu la chance d'avoir vecu une belle aventure a bord de ce navire...entre 89 et 90...à l'epoque il s'appelait "Le Val De Marne"
    une page qui se tourne...
    Thierry

    RépondreSupprimer
  6. @ Thierry
    Peut-être nous y sommes nous rencontrés. En 89, j'ai emmené mes élèves à Fécamp. Ensuite voyage à Brighton avec des profs d'IUFM et puis en Bretagne : angmo normandes, Saint Malo, Morlaix, Bréat...
    Olivier

    RépondreSupprimer
  7. J'ai eu l'occasion de transater sur ce magnifique voilier, c'était en 1996, de bons souvenirs...

    RépondreSupprimer