mercredi 29 juillet 2009

Les galets de Dieppe

La plage de Dieppe et celles des environs sont on ne peut plus confortables, grâce à nos beaux galets de silex. Certains détestent, moi, j'adore. Des galets qui se déplacent avec les courants et le vent dominant. Ils encombrent parfois le chenal au pied de la jetée Ouest. Problème récurrent à Dieppe. Un mémoire de Vauban de 1694 signale déjà ce problème. Nos galets se retrouvent parfois en Baie de Somme. Et puis certains sont scellés dans une pile du fameux pont Verrazane de New York pour rappeler le voyage des frères Verrazane en 1524 parvenus jusque dans la Baie d'Hudson qu'ils baptisèrent "Angoulème". Il rentrèrent alors par Dieppe à bord de la Dauphine. Les galets ont servi longtemps de lest pour les grands voiliers partant "à vide" et laissant leur cargaison de galets en Amérique ou ailleurs pour les remplacer par le fret.

On ne compte plus les utilisations diverses du silex. Il entre encore dans la composition de certaines peintures réfléchissantes. L'exploitation du galet ( parfois du sable), à Dieppe et dans la région, connut ses heures de gloire.








On exportait même les galets vers l'Angleterre...





Tri des galets à Saint Valéry en caux :





Certains Dieppois se souviendront de la charrette tirée par un cheval...

Collection quiquengrogne-dieppe.com
 




7 commentaires:

  1. Les galets, c'est mieux que le sable, ça colle pas aux pieds quand on remonte de l'eau. Ce sont eux qui font tout le charme de la plage de Dieppe. Mais il me semble qu'il est interdit de les ramasser non?. En tout cas, ceux qui détestent n'ont qu'à aller se faire bronzer sur la côte d'azur. De toutes façons un galet, c'est rien qu'un gros grain de sable.
    Marilou

    RépondreSupprimer
  2. @ Marilou
    Vous avez raison, très chère : rien que des gros grains de sable...

    RépondreSupprimer
  3. Ainsi les voilà ces ramasseuses de galets : elles ont le visage dur. Quel boulot !
    Peut-être que sur ces cartes postales certains visiteurs y reconnaitront des membres de leur famille puisque j'ai eu des coms qui en faisaient mention...
    En tout cas c'est sympa d'avoir un aperçu de cette époque.
    (pour ma part je préfère quand même les plages de sable, car j'aime bien y marcher... sur les galets, on ne peut que se poser, ou sinon t'as interet à avoir de bonnes chevilles et de sacrées godasses !)

    RépondreSupprimer
  4. @ Letrangère
    Franchement, tu as déjà posé ta serviette sur le sable, puis tu es alllée te baigner . Tu sens pas les grains de sable s'insinuer partout... J'ai passé 2 heures sur les galets aujourd'hui en espérant t'apercevoir... ;+)

    RépondreSupprimer
  5. Dans les annees 1960il y avait aussi un cheval blanc qui tirait une telle charrette,son proprietaire qui avait le meme coiffeur que moi racontait que certains jours ou il avait abuse de la dive bouteille son cheval le prenait par le col de sa veste et remontait ainsi a son ecurie qui se trouvait a Janval

    RépondreSupprimer
  6. @ BRAI
    Je me souviens très bien de la charrette au cheval blanc. Une fois, ledit cheval a refusé de monter la rue Toustain. ( J'habitais rue du Faubourg de la Barre) Trop chargé peut-être
    Olivier

    RépondreSupprimer
  7. Daniel MAURICE12 juin 2014 à 22:41

    si on compare les galets de la plage de Dieppe à du sable, c'est drôlement dangereux de se jeter des grains de sable !... ,

    RépondreSupprimer