mercredi 11 mars 2009

Palais du vêtement 1927



Il y a peu disparaissait le magasin Au Palais du vêtement, 90 Grand-Rue à Dieppe. Le magasin fut inauguré en mars 1927. Quiquengrogne, le blog, présente pour ses lecteurs l'affiche de l'inauguration officielle. Ce document de plus d'un mètre-carré est présenté ici en plusieurs parties afin de ne pas en réduire trop la taille.



Quelques autres magasins de la "chaîne"
De Quiquengrogne à Dieppe

De Quiquengrogne à Dieppe

Quelques articles proposés à Dieppe pour la saison 1927

De Quiquengrogne à Dieppe

De Quiquengrogne à Dieppe


C'était la période Arts Déco. En 1928, la Villa Perrotte ( Architecte Georges Feray ) sortait de terre. Allez faire un tour sur le site de la Villa Perrotte, galerie d'exposition.

19 commentaires:

  1. Un magasin incontournable pour des générations de Dieppois...
    Françoise

    RépondreSupprimer
  2. Un grand magasin, comme la Maison des Abeilles.
    Paul Lemeurf

    RépondreSupprimer
  3. @ Françoise
    De la fillette ou garçonnet au troisième âge.
    @ Paul
    Un très beau magasin tout près de la boutique "Au gant de Millau"

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour ce travail de mémoire.
    Amicalement
    Jean-Marc Hamelin

    RépondreSupprimer
  5. Ne pas oublier les Ets MARIETTE rue de la BARRE

    RépondreSupprimer
  6. @ BRAI
    Ma belle-mère était matelassière chez Mariette. Elle était payée à la pièce.Elle nous a appris à faire un matelas. Elle avait une cardeuse à main.

    RépondreSupprimer
  7. Dans un autre rayon n oublions pas les cycles René Volet place Nationale.
    Votre belle mére travaillait au chaud car certains se rappelleront surement celle qui refaisait les matelas en exterieur avec sa cardeuse et son batit ,je la voyais de temps en temps sous les Arcades de le la rue Ste Catherine.
    Dans les petits metiers d autrefois nous avions encore un marechal ferrant place Louis VITET et nos cours a l ecole etaient rythmes par le bruit de l enclume (il faisait l angle de la rue du Chene Perce ,ensuite les fruits et legumes ont pris sa place).En 1957 il y en avait encore un en activite dans la cote de Rouen

    RépondreSupprimer
  8. @ BRAI
    René Volet et toute la famille Bimont.
    Ma belle-mère ne travaillait pas au chaud. La fabrication des matelas se faisait dans une annexe au fond d'une petite cour, à l'étage. Non chauffé ou très peu ( 20 francs pour un matelas de 140x180). Comme elle gagnait peu, elle fabriquait aussi des matelas pour des particuliers. Mon beau-père l'accompagnait avec le métier posé sur la cardeuse à roues. Ils allaient parfois, à pied en campagne. Rouxmesnil ou plus loin. Peut-être est-ce elle que vous avez croisé sous les arcades. J'ai connu un maréchal-ferrant rue de Blainville à côté d'une annexe de l'école Richard Simon ( en face). J'étais en CE2 dans ce baraquement et après la classe on allait le voir cercler une roue de charrette ou ferrer un cheval. La forge m'impressionnait.
    Olivier

    RépondreSupprimer
  9. @BRAI
    C'était ma mère la matelassière occasionnelle de chez Mariette !
    Pendant les vacances, pour l'aider, je venais avec elle faire les matelas chez les particuliers. On traversait Dieppe et quelquefois jusque dans les environs en poussant la cardeuse à roues sur laquelle étaient arrimés le métier : un cadre de bois qui, déplié servait à tendre la toile et coudre. Elle seule avait le geste pour répartir équitablement la laine et poser les "pompons". Le reste, je saurais peut-être encore faire ?
    Merci de votre intérêt pour notre blog
    Ginette pour Quiquengrogne

    RépondreSupprimer
  10. Dans le registre commerce n oublions pas la Grande Quinzaine Commerciale avec ses courses des dockers au poisson,des garcons de cafe et des facteurs,sans oublier les podiums le soir dans differents quartiers

    RépondreSupprimer
  11. @ BRAI
    Les Reines du commerce et Radio-crochet...

    RépondreSupprimer
  12. Je me rappelle aussi du chapelier qui faisait l angle de la rue Lemoyne et de la Grande Rue,en face du Royal et de son tonneau avec des billes en terre.Lors d un achat nous avions le droit de passer la main par la bonde pour prendre des billes,nous n en sortions pas beaucoup car basé sur le meme principe des noix de coco avec des cacahuétes pour capturer les singes

    RépondreSupprimer
  13. @ Alain BRAI
    Le chapelier Hamiaux. D'ailleurs, où peut-on acheter un chapeauu ou une casquette à Dieppe maintenant ?
    Olivier

    RépondreSupprimer
  14. Bonsoir,
    Nous venons de trouver avec stupéfaction cette affiche sur le net!
    Nous avons acheté l'appartement se trouvant juste au-dessus de l'ancien Palais du Vêtement (façade sur l'affiche qui est d'ailleurs restée en l'état!).
    Nous serions très intéressés par une copie de l'affiche originale ou une photo dans son intégralité afin d'en faire un encadrement pour notre appartement. Cette demande est purement à titre personnelle. Serait-ce possible? Merci par avance de votre retour.
    Bien cordialement.
    Elise et Manu

    RépondreSupprimer
  15. @ Elise et Manu
    L'affiche est très endommagée. C'est pourquoi j'en ai mis des morceaux pour ce post. Je vais voir ce que je peux faire. Vous pouvez venir la voir si vous voulez. Je vous communiquerai mon adresse ( Neuville-lès-Dieppe) si vous m'envoyer un mail.
    Olivier

    RépondreSupprimer
  16. j'ai fait les vitrines de ce magasin mythique...robe de mariée, tenues de travail...des bons souvenirs de cette ville..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est drôle j'ai également fait les vitrines de ce magasin.

      Supprimer
  17. Bonjour a tous, ma mère était vendeuse au Palais du Vêtement de Colombes et j'ai fait mon apprentissage en 1984 à celui de Versailles comme vendeur étalagiste et au siège 'la Sopave'.Que de bons souvenirs et aussi quelle gâchis d'avoir vendu à Burton.
    un grand merci à Jacques,Bernadette, Carole et les autres étalagiste. Olivier

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le bonjour d'1 étalagiste . ;-)

      Supprimer