dimanche 8 mars 2009

Coutumes dieppoises au Moyen Age

Dans le post précédent, nous évoquions la "coustume" du bateau passeur qui permettait dès le moyen Age de relier Dieppe au Pollet Oultre l'eau. Voici quelques précisions sur ce fameux "coustumier de Guillaume Thieullier" conservé aux Archives Départementales de Seine Maritime, ainsi qu'un plan de Dieppe réalisé par M. Méry au XIX è siècle ( collection personnelle ) d'après les indications du coustumier.






Coustume du bateau passeur Extraits :

3 commentaires:

  1. Les taxes et les taxes et encore des taxes .... c'est comme le plus vieux métier du monde, les fraichement et anciennement moulus de l'ENA n'ont vraiment rien inventé ....
    Ainsi va le monde, qu'on recommence tjrs les mêmes choses, seul l'emballage change ...
    Nathalie

    RépondreSupprimer
  2. @ Nathalie
    Justement à propos du plus vieux métier du monde, il est intéressant de lire dans le coustumier de Thieullier qu'une taxe était prélevée sur chaque prostituée dieppoise, au profit du seigneur, c'est à dire de l'Archevêque de Rouen, grand proxénète s'il en fut... Ca et les godemichés en ivoire pour les religieuses... Sodome et Gomorrhe n'ont qu'à bien se tenir.
    Bien à vous
    Olivier

    RépondreSupprimer
  3. De même qu'il était de notoriété publique que la maison de tolérance du Mans appartenait avant guerre et depuis longtemps à l'Eveché.
    J'ignore si on faisait des prix aux religieux,ou des abonnements avec prime de fidélité.
    Otto Graf

    RépondreSupprimer